dimanche 19 novembre 2017

Thé glacé sans thé poire, cannelle, et fleur de sureau

L'hiver on s'imagine forcément des boissons chaudes pour le coté réconfortant, mais qui a dit que le froid n'a pas sa place l'hiver-mis à part dehors je veux dire-?
Contrairement à l'idée qu'on se fait, manger froid aurait tendance à réchauffer en plus, compte tenu du fait que le corps tente de remettre le contenu de l'estomac à température. Du coup ça remet aussi pas mal en perspective l'idée qu'une glace en pleine canicule apporte un quelconque vrai réconfort, si ce n'est celui de se goinfrer.
Ne me remercie pas d'avoir rendu ta vie entière si questionnée en un beau dimanche de novembre.

Le fait est que je n'aime pas trop les boissons sucrées et que je n'en bois absolument jamais. Je suis de fait une de ces personnes chiantes qui prennent une carafe d'eau au restaurant, non pas parce que je suis une pince mais parce que c'est ce que j'aime.

"Oui heu c'est quoi ta boisson favorite?" 
"J'adore l'eau"

#tropdefun


Et puis une fois, parce que sinon ce n'est pas drôle d'avoir des habitudes, j'ai pris une boisson au restaurant (grosse teuf). C'était chez ellis burger, une chaîne de burgers découverte en voyageant à Gant.
Ils appellent ça une limonade poire il me semble.
Je ne vous cache pas que j'ai un peu retroussé le nez en voyant le bâton de cannelle dans le godet. Je me suis dit "MAIS C'ETAIT ECRIT POIRE, c'est quoi cette arnaque, rendez-moi mon argent!".
Et puis en fait c'était juste super frais, pas trop sucré. Et j'ai tellement aimé qu'une fois rentrée chez moi ça m'a travaillée.

Ca change de la tisane, mais pour ça je veux bien faire une entorse, pas vous?

Le mieux est de préparer la boisson un petit peu avant de la consommer, pour que l'arôme de la cannelle ait eu le temps d'infuser, toute comme celui, plus discret de la poire.
Le sirop de fleurs sureau est optionnel mais je trouve que ça rajoute une saveur qui se marie vraiment bien avec les deux premiers ingrédients, et en plus on en consomme assez peu souvent. Rien que cette unique raison devrait te convaincre.


Thé glacé sans thé à la canelle, poire et au sureau


Pour un verre 

2 bâtons de canelle
250 ml d'eau fraîche
quelques glaçons
1 cuillère à soupe de sirop de fleurs de sureau ou à défaut un peu de sirop d'agave, qui sucrera
un quart de poire

Niveau recette, crevons des plafonds de simplicité, mais il vous suffit de mettre dans une jarre ou un joli verre, tous les ingrédients, et de bien remuer pour que le sirop ne reste pas au fond. N'hésitez pas à ajuster la dose de sirop selon vos goûts.

********************

La vérité c'est qu'après avoir bien tout écrit noir sur blanc, je me demande bien en quoi ça s'appelait un thé glacé, puisqu'il n'y a pas de thé dedans et que la boisson en question était totalement L-I-M-P-I-D-E.
Je vais méditer sur ça jusqu'au prochain article.



Et sinon t'es plutôt un fan d'eau toi aussi?

Je vous kiss,

Délia ♥

dimanche 12 novembre 2017

La théorie du cadeau parfait, remake de mission impossible : à l'heure, dans le mile et dans le budget

Noël n'est pas le seul moment de l'année où la question trouver un cadeau se pose, mais c'est la plus intense en la matière.
Le plus difficile, c'est de réussir à tomber juste. Offrir un cadeau, c'est facile quelque part, mais parfois, on aura beau y mettre 300€ par tête, il existe bien des options pour offrir un vrai cadeau, celui où la personne sait que vous avez pensé à elle et que c'était pas juste un achat parmi tant d'autres.
Parce que même si pour beaucoup, noël c'est la course au cadeau, noël ça reste surtout de partager, d'offrir des moments, des sentiments, de l'amour quoi!

Depuis toujours j'adore offrir des cadeaux. Je l'ai toujours fait, avec mes petites pièces économisées toute l'année de mon argent de poche, et j'aimais l'idée que la personne qui le reçoive se sente spéciale pour moi.
A force du temps, j'ai fini par devenir celle qui offre des cadeaux chelous, mais qui réussit à faire plaisir à tout le monde. C'est assez paradoxal mais je m'offre beaucoup de bonheur en voyant que j'ai fait mouche, alors c'est une période très excitante pour moi!

Je vais donc vous livrer ma méthode de recherche de cadeau. Je te préviens, c'est infaillible. Tu seras toi aussi adulé à noël pour ton talent sans faille. Et puis après tu pourras postuler au FBI éventuellement. Parce que c'est un sacré travail de fouine quand même. Ou peut-être expert comptable pour ta gestion sans erreur du budget limité.
Peut-être même que tu utiliseras la fonction tableaux croisés dynamiques d'excel pour t'en sortir sans bosses et sans migraine.
Franchement, je dis chapeau le père noël !



Cibler son public


Evidemment, on n'offre pas les mêmes cadeaux à sa belle mère qu'à sa meilleure copine, qu'à ses collègues.
Il s'agit de savoir si la personne que vous avez en face représente un des cas de figure suivants:

Une connaissance
Une personne socialement importante mais dont tu connais peu de choses
Une personne que tu estimes beaucoup
Ton cercle très proche, ta base, ta bestah, ton sang et tes larmes

Avec ça tu devrais pouvoir hiérarchiser l'importance de trouver (ou pas) un cadeau à chacun.



Définir son budget


Par personne on sait en fonction de sa case (voir ci dessus) environ combien on veut lui attribuer. Inutile pour le collègue, si on ne l'apprécie pas des masses, de lui dédier 50€ alors qu'on dispose d'un budget total de 200 €.
Il est intéressant de garder une marge de manoeuvre, car les imprévus dans la recherche de cadeaux sont monnaie courante (quoi?? cooooomment???? y'a plus de combinaisons licorne?). Et puis comme on passe son temps dans les magasins ou à reluquer des trucs cools, ça arrive parfois de craquer pour d'autres ou même pour soi-même (bah quoi, tu t'es pas mis dans ta propre liste toi?).

Lister les options


Parce que parfois, vous ne trouverez pas cette super combinaison licorne (remarquez comme ça a été mon traumatisme cette p*tain de combi licorne) dans le budget que vous aurez imaginé, il vous faudra avoir des "cadeaux de secours" : peut-être un tout petit peu moins cools mais suffisamment pour que ça fasse bondir de joie son destinataire :)
Je me fais une petite page avec des listes d'idées par personne et les prix en face de chaque cadeau. Au pire il restera des idées pour un anniversaire, une fête, ou juste pour faire plaisir à des moments moins tendus du budget dans l'année.

S'y prendre à l'avance


On ne le répètera jamais assez, mais les livraisons prévues le 23 décembre c'est rarement une réussite (surtout quand t'as ma gigne avec la poste et que tous les livreurs du monde entier (et de pluton) et de tous les modes de livraison t'ont sur leur blacklist des livreurs). Du coup ça va de soi, on évite de finir le 24 après-midi au centre commercial, sauf si on veut avoir envie de tuer des gens et finir au comico pour le réveillon.
J'essaye de commencer aussi tôt que possible, et de boucler tous les cadeaux au moins une semaine avant la date fatidique. Comme ça, même si je suis un peu embêtée par les derniers cadeaux, j'ai un peu de marge de sécurité.


Espionnage et enquête de terrain


Avant noël, personne n'est vraiment au courant de ce qui se joue dans ma tête. Il m'arrive même de noter des idées dès les mois d'été. En réalité, toute idée, même petite, est bonne à prendre.
On va dire qu'il existe des catégories très différentes mais tout aussi utiles pour rendre quelqu'un heureux.
Il faut toujours quoi qu'il arrive prêter attention aux détails. Ce sont eux qui donnent les grandes lignes d'une personne. Tout le monde apprécie quelque chose, plus ou moins ouvertement.
On se fait mentaliste histoire de dégager des tendances? ;-)

Le cadeau utile, c'est celui le plus facile à faire, mais qui rend vraiment la vie plus facile. Bien sûr, sauf si la personne est fan de repassage, on n'offre pas un fer à repasser à noël de manière spontanée. Par contre, je tends fort l'oreille, aux besoins exprimés, ou alors aux besoins dont la personne a à peine conscience. Doudou mangeait souvent sur le canapé et détestait la hauteur de la table basse sur laquelle il était penché-vouté-plié en deux. J'ai trouvé le cadeau parfait dans un beau plateau en bois avec des pieds chez Habitat. Il a adoré ce cadeau, qui répondait à un besoin qu'il avait vaguement identifié mais auquel il n'avait pas réfléchi.
Le cadeau plaisir n'est pas lié à un besoin au sens propre du terme, mais il répond quand même au besoin de se faire plaisir. Je me sers souvent de ce dont m'a parlé une personne au cours des mois passés sur quelque chose qui lui ferait VRAIMENT plaisir. Avec facebook ou instagram, on arrive aussi à voir ce qu'aime une personne ; ça apparaît alors très clairement et c'est d'autant plus facile de faire un cadeau!
Je pratique aussi le "shopping innocent" : concept innovant créé par moi-même, absolument génial, sans vouloir me lancer des fleurs ni faire exploser mes chevilles.
Je fais croire que j'ai super besoin d'un truc, j'embarque la personne pour laquelle j'ai ZERO idée de cadeau, et on fait un tour dans plusieurs boutiques à thématiques très différentes. Généralement, sans le savoir, même si elle ne me donne pas une idée de cadeau, en discutant et en regardant ses centres d'intérêt, je dégage une forte tendance et je finis par trouver une idée de cadeau.
Le cadeau immatériel est évidemment à considérer, car il est souvent très précieux pour créer des souvenirs, et en plus il est souvent plus zéro déchet (crois pas que j'ai oublié cette histoire là). Une place de concert, un menu dans un restaurant, un tea time, un cours de couture, de photo, de dessin. Un week-end en amoureux, une place pour un parc d'attraction, au musée, à une exposition, que sais-je encore? Tout ça permet d'offrir des moments d'exception, de partage, et d'apprentissage. Presque plus précieux que les autres types de cadeau, mais aussi souvent un peu plus coûteux pour les plus petits budgets. Je les réserve à ceux qui comptent le plus pour moi.
Le cadeau partagé, qui est souvent immatériel : c'est une manière forte de faire profiter la personne à qui vous l'offrez d'un moment de forte complicité et d'intimité. C'est précieux. Pas besoin forcément de ces fêtes pour ça, mais généralement, ce cadeau revêt un coté exceptionnel, une sortie peu commune.
Le cadeau fait maison est une option à envisager pour profiter de l'agilité de nos dix doigts et proposer un cadeau 100% personnalisé qui ne ressemble à aucun autre (ou à rien selon votre talent dans le domaine en question, mais c'est l'intention qui compte, et ceux qui ont déjà reçu des colliers de nouilles le savent). Les cadeaux gourmands sont hautement appréciés évidemment, mais il existe aussi des tas de diy plus ou moins prenants. On peut très bien faire un vêtement, tricoter une écharpe, faire des carrés à démaquiller, compiler les plus belles photos et offrir un album avec des annotations, un cadre avec une photo et un message touchant, customiser un objet pour le rendre spécial, unique. La seule limite c'est ton imagination!
Le cadeau passe partout reste ma dernière option : une boîte de chocolats, un bouquet de fleurs ou une plante en pot, une carte cadeau. La personne peut choisir ce qu'elle veut, mais elle reçoit quand même quelque chose même si j'ai pas la moindre foutue idée de ce qu'elle aime.

Quoi qu'il arrive, si on prend le temps, le mieux à mon sens est de favoriser les cadeaux immatériels ou la seconde main, histoire de limiter son impact ... Et puis surtout d'éviter d'acheter des cadeaux très (trop?) encombrants et qui finiront sur ebay dès le 1er janvier!


Mes cadeaux favoris à offrir sont les plus inattendus. Vous auriez vu la tête d'enfant de doudou quand il a vu un petit chauffage d'appoint dans son carton ! C'est un cadeau qui peut paraître "bête" mais il a toujours froid en allant se doucher, je crois que j'ai refait sa vie pour les 1500 prochains matins !
Je suis une grande adepte des livres à offrir, on en trouve toujours en rapport avec une passion naissante ou bien installée, et ce sont des cadeaux qui durent et permettent de profiter pendant longtemps. Il en existe à tous les prix, sur tous les sujets, avec plus ou moins d'images.

Je ne sais pas si cette méthodo aura pu vous aider, mais pour le coup, elle est infaillible depuis plusieurs année et elle me permet de ne pas me torturer, et de structurer mes recherches et la trouvaille des cadeaux.
Le père noël n'a qu'à bien se tenir !

La grande question maintenant est de savoir si je me laisse pousser la barbe ou pas.

Je vous laisse méditer à ce sujet.


Et vous, comment vous y prenez vous pour gâter votre entourage? 
Vous êtes plutôt organisés ou ONE AGAIN?



Délia ♥

mercredi 8 novembre 2017

Tarte façon moelleux chocolat

A force vous allez vous dire que j'adore le chocolat, alors que je passe mon temps à clamer que je n'aime pas tellement ça. La vérité c'est que j'essaye surtout de faire des desserts qui plaisent à celui qui vit avec moi et qui n'est autre que doudou, alias el chocolator. Et lui tu vois le chocolat c'est un peu sa vie (si tu retires la nintendo switch, son pc, son iphone et netflix, c'est certainement sur le podium quoi, quelque part).

Cette recette de tarte m'a été inspirée par une recette qu'on fait au boulot, et par une tarte trouvée dans le bouquin de catherine Kluger, d'une tarte façon moelleux au chocolat.
J'avais dans l'idée quelque chose de plus croquant sur le dessus, mais la magie des tests vegan, c'est que parfois, tu tombes sur un truc totalement différent de ce que tu attendais... Un peu comme dans la vie avec certains choix.
Ca a été le cas ici, je te le donne en mille!



Le fait est que cette tarte ressemble à un genre de brownie dans une tarte, c'est très bon et pas très long à faire et ça change.
J'ai beau faire des essais je trouve toujours la pâte un peu difficile à travailler, mais je ne peux pas me résoudre à l'abandonner parce que le rendu une fois cuit et en bouche est vraiment trop bon. Le plus simple reste d'opter pour le format tartelette qui donnera moins de difficulté au fonçage !
Il faudrait d'ailleurs que je prenne le temps de vous faire un tutoriel sur la manière de foncer une tarte, soit en photo soit en vidéo. La vérité c'est que je ronge tellement mes ongles que j'ai peur que vous partiez en courant pour ne plus jamais revenir si je le faisais.

Donc ceci est un avertissement : passez au dessus de ça, prenez votre courage à quatre bras et faites plaisir à tous les fanatiques de chocolat (ou de moelleux) autours de vous avec cette tarte
En attendant je continue EVIDEMMENT à bosser sur la recette, afin de nous faciliter à tous l'accès aux tartes sans oeufs ni produits laitiers.


Tarte moelleux chocolat


Pour une tarte pour 4 personnes (pour une format classique, ajoutez la moitié de la recette de moelleux)

La pâte sucrée (que vous pouvez retrouver dans plusieurs recettes sur le blog : la recette donne volontairement une quantité trop importante de pâte, soit vous cuisez les fonds à blanc, soit vous pouvez congeler cette pâte au congélateur et la ressortir pour des envies de tarte improptues)


110 g de margarine
50 g de sucre glace
25 g de sucre en poudre
25 g de poudre d'amandes
1 cuillère à soupe de fécule + 1 cuillère à soupe d'eau
1 cuillère à soupe de graines de lin + 60 ml eau
1 cuillère à café de gomme de guar
1 cuillère à café de purée d'amandes
200 g de farine
1 pincée de sel (si votre margarine est demi sel, c'est inutile)

L'appareil à moelleux chocolat


100 g de chocolat noir
50 g de margarine
1 cuillère à café de cacao
40 g de sucre
25 g de farine
15 g de marizena
50 g de crème de soja


La préparation de la pâte sucrée


🍫 Mettez ensemble toutes les poudres de la préparation, c'est à dire le sucre glace, le sucre poudre, la poudre d'amandes et la farine. Ajoutez la margarine et sablez votre mélange.

🍫 Ajoutez le reste des ingrédients (pour les graines de lin, faites les chauffer avec l'eau afin que le mucilage s'en dégage) et pétrissez jusqu'à obtenir une boule de pâte.

🍫 Laissez reposer au frais (ou au congélateur par sessions de 15 minutes maximum en surveillant que les bords ne congèlent pas si vous êtes pressés), en prenant soin de bien emballer la pâte dans un film plastique au contact.

🍫 Une fois bien froide, étalez la pâte et foncez la dans un cercle à tarte ou un moule à tarte (ici 16 cm de diamètre, vous pouvez foncer un cercle classique avec cette dose de pâte).


L'appareil moelleux chocolat


🍫Faites fondre ensemble la margarine et le chocolat noir.

🍫Ajoutez progressivement la crème de soja, puis les poudres une à une.

🍫Coulez directement dans le fond et cuire à 200°C pendant une trentaine de minutes. Si vous cuisez dans un cercle, n'hésitez pas à retirer ce dernier pour laisser les bords colorer.

🍫Une fois la tarte bien refroidie, on peut saupoudrer un peu de poudre de cacao dessus, pour faire joli.



Cette recette est spécialement conçue pour les fans de chocolat et de fondants. Me remerciez pas. C'est de bon coeur que vous convertirez le monde aux pâtisseries végétales. Si avec ça et les cookies d'ici à 2032 y'en a encore pour nous dire qu'on bouffe des cailloux je tape une crise de nerfs.

J'vous envoie une blinde de bonnes ondes, par ici ça risque de commencer à sentir noël d'ici peu, après tout ça me semble légitime de penser à commencer à y penser, ça fait déjà deux mois que j'ai des catalogues de jouets pour enfants dans ma boîte aux lettres. La seule chose qui manque, c'est un sapin et la pub du père noël! (01 36 66 66 66 6666666666666666666666666)



Bisous.

Délia ♥

vendredi 3 novembre 2017

Rompre avec sa pilule ou comment s'émanciper des hormones et récupérer son corps

J'ai attendu un moment avant de pondre (#cotcotcot) cet article. Je voulais vraiment avoir pris le temps de récupérer ce qui m'appartenait, mon corps, avant de vous parler de cette expérience.
Maintenant que c'est enfin chose faite, je m'en vais de ce pas vous conter cette histoire un peu personnelle mais qui mérite d'être partagée pour éventuellement vous aider à sauter le pas si vous vous sentez déjà peu en phase avec le petit cachet.
Je ne vous cache pas que c'est un article qui traîne dans les tuyaux depuis un moment et que j'ai pas mal hésité à publier, qui parle d'un sujet assez rarement abordé, celui de la sexualité féminine, du désir et de la contraception. Ces sujets ne me dérangent pas puisque je n'ai vraiment pas de tabous, mais je sais qu'ils sont passés souvent sous silence et font rosir les joues. J'ouvre aujourd'hui le dialogue en espérant que personne n'en soit dérangé et que ça participe à une désacralisation tout à fait NORMALE et saine pour arrêter de se prendre le chou avec tout ça et rester dans son coin avec ses doutes. Let's move on !

Mon histoire avec la pilule


Comme beaucoup de jeunes filles, j'ai commencé à avoir une vie sexuelle et à vouloir m'éviter tout risque de tomber enceinte. J'ai donc demandé à mon généraliste une pilule contraceptive, qu'on m'a prescrit après une petite prise de sang, sans vraiment me parler des risques associés (quels risques?).
Je l'ai avalée à heure régulière sans aucun souci pendant quelques années puis l'ai arrêtée après avoir rompu avec mon petit ami de l'époque. Tous les breaks étaient de rigueur.
Evidemment, quelques temps après, la question s'est posée de nouveau alors que j'entamais une nouvelle relation amoureuse et donc que ma vie sexuelle était susceptible de m'apporter de nouveau son lot de soucis.
Oui, comme tu le constateras, j'avais un rapport très serein face à la sexualité, un truc agréable donc, mais que seule la pilule semblait pouvoir sécuriser, comme si c'était l'ultime filet de protection, le seul vraiment efficace. L'ultime, le précieux ; bref, la pilule, c'était ma muraille de chine anti bébés.


L'idée de la rupture


J'ai commencé à me sentir touchée par divers témoignages sur la toile par rapport à la pilule, à des effets secondaires graves, mais surtout à des effets secondaires plus pernicieux et moins faciles à remarquer.
Je me suis alors demandée, moi qui commençais à me sentir mal de mon désamour pour les plaisirs charnels, si ce satané cachet ne pouvait pas en être la cause. Car oui, voilà, à 90% du temps j'étais à peu près autant envieuse d'un rapport sexuel que d'une platrée de foie de veau cru. Tu vois le truc quoi.
Nous avons des rythmes de vie bien différents doudou et moi, mais j'ai fini par réaliser qu'il n'y avait certainement pas ça qui nous rendait si distants à ce sujet.
J'ai commencé à regarder ma pilule d'un mauvais oeil, malheureuse, mais pas décidée à quitter ma sécurité contraceptive.


La décision d'arrêter de prendre la pilule


Je m'étais déjà inscrite sur un groupe qui parlait de l'arrêt de la pilule. Comme pour me préparer à l'idée. Je fais souvent ça quand un sujet me titille mais que je ne suis pas encore prête à passer le cap. Je lis, j'essaye de comprendre, de tout savoir à ce sujet concernant les retours d'expérience, et puis finalement je saute le pas quand j'en ai trop lu et que je me sens frustrée de ne pas pouvoir partager l'expérience de tous les témoignage et vraiment le comprendre au fond de mes tripes.
Je savais que ça arriverait, et j'aurais du me douter que ce serait une décision soudaine, comme toutes celles que je prends.
Alors que je devais reprendre ma plaquette suivante le soir même et que je venais d'acheter une boite toute neuve, j'ai décidé de ne pas relancer la machine.
J'ai donc laissé la boite en carton fermée, et j'ai décidé de laisser faire mon corps.
Certaines personnes arrêtent la pilule de manière progressive en considérant que c'est une sorte de sevrage car c'est un médicament finalement lourd : je n'ai aucun retour à vous faire à ce sujet ne l'ayant pas pratiqué mais ça existe, sachez-le.


Les effets secondaires de l'arrêt de la pilule


J'avais lu toutes sortes d'horreurs sur l'arrêt de la pilule, l'acné, les règles douloureuses, la fatigue, l'irritabilité, une corne qui pousse au milieu du front, un troisième bras au milieu du dos.
Je vous rassure tout de suite : ça arrive surtout à celles qui prennent des pilules vraiment spécifiques et en traitement ciblé (bon sauf les deux derniers, j'avoue, j'ai inventé). Si  à la base tu ne souffrais pas particulièrement de symptomes décrits ici, tu ne risques pas tellement de les retrouver après l'arrêt. Ca fait juste comme une pause dans tes hormones, tu reprends là où tu avais laissé ! Même si parfois ça peut chambouler un peu, c'est pas l'apocalypse non plus quoi.
J'ai remarqué un retour d'hormones, quand même, c'est certain et ce serait mentir que de le cacher.
C'était un peu étrange : les seins qui tirent, quelques nodules pour lesquels je suis allée consulter et qui étaient bénins, les cheveux qui graissent plus vite, et quelques boutons.
Mais c'est tout. Le reste n'a été que positif.
En gros t'en as pour quelques mois à te triturer la face devant le miroir et à acheter deux fois plus de shampoing, mais c'est pour ton bien.


Quels sont les avantages de l'arrêt de la pilule?


J'avais donc enterré l'idée de retrouver ma libido partie en congé sans solde sous les tropiques depuis un moment. Il m'a fallu 3 mois environ, pour sentir les hormones de la pilule s'enfuir complètement et retrouver tout le mécanisme naturel et bien huilé conçu spécifiquement dans cet ultime but.
Le plus impressionnant a été de renouer avec tout mon corps en général, ce à quoi je m'attendais moins parce que c'est insidieux. Je ne l'avais pas remarqué mais je me sentais comme sous anesthésie générale, d'une humeur constante quel que soit le temps dehors ou ce qui m'arrivait en bien ou mal.
Depuis j'ai remarqué que je vis tout avec tellement plus d'intensité  et comme si j'étais vraiment là, que je regrette profondément d'avoir pris cette merde pendant des années.
Je vous parle de ça, mais si vous voulez une bonne raison, lisez la liste des effets secondaires, ça devrait vous donner une idée de l'étendue des effets plus "médicalement parlant" descriptibles.
Les médecins se garderont bien de vous croire (en général) sur ce genre de choses, pour eux, la pilule c'est un bonbon à refiler sur ordonnance, sans conséquence aucune.
Le truc fou, c'est de se dire qu'on refuse de donner la pilule aux hommes en prétextant les exacts mêmes symptomes que nous avons en prenant la notre!
Après avoir été pendant longtemps une avancée pour les femmes et un symbole de l'émancipation féminine, la pilule est devenu un fardeau, représentant l'obligation de la femme de devoir porter à elle seule le poids de la contraception du couple, face au dégoût général des hommes pour le port du préservatif ou même l'idée d'une responsabilité quelconque dans la fertilité.
Depuis quand on fait les bébés toutes seules déjà?


Comment rester sereine face à sa contraception alors?


Bonne question me direz-vous n'est-ce pas?
Déjà pour ma part il est hors de question de reprendre des hormones, que ce soit avec l'anneau ou l'implant ou même un stérilet hormonal. Je refuse l'idée de me faire encore endormir en donnant mon consentement, c'est mon corps et il est suffisamment bien fait pour ne pas avoir besoin d'un cachet.
Les solutions mécaniques sont nombreuses et pas toujours connues.
On peut utiliser bien entendu le préservatif masculin ou féminin, mais aussi, et on en parle peu, le diaphragme. Il se place sur le col de l'utérus, et permet donc de ne pas laisser passer les spermatozoïdes jusqu'à la golden door! On couple ça avec un spermicide. Il faut cependant prendre le temps d'aller chez une sage femme pour qu'elle valide la pose, et c'est un moyen moins sûr que le préservatif (vous pourrez trouver l'indice de pearl ici), même s'il a l'avantage de ne pas altérer les sensations des deux partenaires et de ne pas "couper" en plein feu de l'action.
On peut aussi éventuellement passer au stérilet cuivre. Malgré ce que vous diront les "professionnels de santé" (ou devrait on les appeler professionnels du business de la santé), on peut tout à fait poser un stérilet sur une jeune nullipare (= n'ayant jamais eu d'enfant), c'est d'ailleurs une des méthodes de contraception les plus déployées aux états-unis chez les jeunes filles. Certes, il existe un risque, mais de quel moyen de contraception est-il absent (cf, la liste des effets secondaires de la pilule)? Je vous conseille de demander autours de vous et de vous rapprocher de sage femmes plutôt que de gynécologues : elles sont moins chères de la consultation, plus ouvertes à la discussion sur certains sujets moins médicaux, et sont à même de réaliser le suivi nécessaire avant vos 40 ans ou dès lors que vous ne présentez pas de spécificité au delà de leurs compétences, auquel cas elles vous dirigeront de toute manière vers un gynécologue. J'ai moi-même trouvé une professionnelle prête à me le poser mais je ne suis pas certaine d'en avoir envie pour son coté intrusif.
Concernant le préservatif, il peut être intéressant d'essayer plusieurs marques, notamment celles vegan (parce que oui, y'a des composants animaux dans les préservatifs), mais aussi de veiller à ce que la taille soit adéquate. En effet, un préservatif trop petit ou mal posé (attention à bien pincer le réservoir en le déposant, ne pas l'ouvrir avec les dents ou des ongles trop longs, que le paquet soit bien "sain" et n'ait pas survécu dans le fond d'un sac ou d'une poche depuis le début des années 2000 quand on en distribuait dans les collèges...) peut expliquer des accidents mais aussi le fait que ce soit inconfortable pour l'un ou l'autre des partenaires.
Ce sont des moyens purement barrière, on peut aussi faire voeux d'abstinence ou éviter simplement les rapports à risque pendant les périodes du mois pendant lesquelles on est en pleine fertilité.

Et c'est là que je vous parle de symptothermie. C'est une méthode d'observation, qui permet grâce à deux variables, la température et les glaires cervicales (basiquement, tout ce qui représente les pertes auxquelles on ne prête habituellement pas trop d'attention), de savoir précisément si l'on est ou non en phase d'être fertile et donc fécondée (#coursdeSVT). Il s'agit évidemment d'un apprentissage, ce n'est pas un simple cachet que l'on avale, mais c'est un moyen supplémentaire d'apprendre à se connaître et de se sentir "actrice" et non plus presque victime de ses cycles.
J'ai commencé à la pratiquer il y a peu et même si j'étais un public difficile à convaincre, je trouve la méthode très fiable et très en accord avec mes valeurs.
Je vous consacrerai un article entièrement à ce sujet car il est difficile d'en parler succinctement mais si vous cherchez un moyen écologique et fiable pour vivre sereinement votre vie sexuelle EN COUPLE (je le précise, il s'agit d'une démarche qui inclut les deux partenaires, pas question ici de vous démerder seule avec vos envies ou non de bébé), c'est une très bonne option.
C'est d'ailleurs l'avantage de ce moyen d'observation : il peut servir aussi bien à vous protéger d'une grossesse qu'à vous en faciliter la tâche.


Je dirais donc que cette expérience a été pour moi très libératrice, et je me rends compte au nombre de sujets qui éclosent sur la toile sur son cas, que la pilule a du souci à se faire.
Si le débat fait rage et qu'on nous brandit la pilule comme un moyen de s'émanciper, je pense qu'il est temps de faire nous aussi notre révolution et sauf dans de très rares cas (j'entends par là celles qui ont de graves soucis hormonaux qui justifient sa prise), de refuser la pilule et de penser à ses alternatives moins risquées pour notre santé et qui engraissent moins les laboratoires pharmaceutiques.

Que pensez-vous de ce sujet?
Etes-vous sous pilule, contente de la prendre ou en plein questionnement?


Docteur Délia, spécialiste en rupture avec la pilule contraceptive 



dimanche 29 octobre 2017

Salade colorée avocat, mangue et oignon rouge

Je crois que dans la vie, il y a deux types de personnes : celles qui prennent entrée-plat, et celles qui prennent plat-dessert.
(il existe aussi des amateurs qui prennent absolument tout, et j'ai un immense respect pour leur capacité à remplir leur panse comme un sac de courses haha).
J'ai rarement la place pour quelque chose d'autre qu'un plat, mais à moins que le dessert soit du kiwi, un coeur coulant au chocolat (beurp), ou bien une tarte chocolat, je suis carrément encline à préférer cette formule.


Chez moi, c'est un peu différent. J'ai tendance à préférer manger une petite entrée, parce que bien souvent je m'y prends trop tard pour faire à manger et je me retrouve à avaler la moitié de la baguette avant de pouvoir attaquer mon plat.
Du coup je préfère me faire quelque chose de rapide et qui m'ouvre l'appétit. D'autant que j'ai perdu l'habitude d'acheter des trucs pour l'apéritif et que je peux vous assure qu'un whisky sec a tendance à vous mettre une certaine claque le ventre vide (à boire avec modération évidemment, mais je doute que ce soit le genre de truc qu'on avale comme dans outlander comme de l'eau de source (toi même tu sais que Claire doit avoir du gêne Ecossais dans le sang pour résister à ça)).
Cette petite salade est incongrue, je l'avais goûtée en allant au restaurant il y a quelques temps et j'avais trouvé l'association très originale.
C'est pour sûr un mélange qui fait plus sucré que salé, entre l'avocat et la mangue, le tout recouvert de vinaigre balsamique, MAIS, après tout qui a dit qu'on ne pouvait pas faire comme si on faisait partie de la team entrée et dessert en même temps, hein?
Personne.
Et si quelqu'un l'a dit, qu'il vienne me voir, on en discutera les yeux dans les yeux pendant qu'il mangera cette saladette.

La présentation à l'assiette n'est que facultative, je me voyais simplement mal vous balancer un bol avec tous les éléments en foutoir.
Bien entendu, cette recette est rapide à préparer, ce qui en fera une alliée de choix pour éviter de tomber le nez dans les chips ou les cacahuètes.
Faudrait pas voir à abuser et finir saoul ET rempli de Junk food.
(non parce que c'est vrai que tout est tellement healthy ici que même un brocolis a peur de venir fouler les pages de ce blog, alors bon.)

Le seule truc chiant avec cette salade, c'est que tu vas digérer tes oignons rouges pendant deux jours si comme moi t'as pas tellement ce truc à la bonne niveau estomac. Mais c'est worth it. Complètement worth it.


Salade d'avocat, de mangue et d'oignons rouge

Pour 2 personnes

1 avocat mûr (mais pas marron ou noir, juste mûr)
1/2 mangue à chair ferme (sinon tu vas rigoler à tailler des bâtonnets)
1/2 oignon rouge
1 poignée de mesclu ou de jeunes pousses
1 cuillère à soupe d'huile d'olive
1 cuillère à café de moutarde
2 cuillère à soupe de jus de citron + 1 peu d'eau pour allonger la vinaigrette
1 poignée de graines de courge
Un trait de balsamique par assiette

🌿 Avec un couteau bien aiguisé, retirez la peau de votre mangue puis détaillez la en deux moitiés en trouvant le noyau. Débarrassez le de toute la chair restante et détaillez en allumettes ou en petits dés.

🌿 Découpez l'avocat en deux, retirez le noyau et avec une cuillère,  videz les deux moitiés. Une fois débarrassée de sa peau, détaillez l'avocat dans la même forme que votre mangue.

🌿 Tranchez finement votre oignon rouge afin d'obtenir de jolis cercles colorés.

🌿 Rincez votre mélange de jeunes pousses ou de mesclun.

🌿 Soit à l'assiette, soit dans un saladier, disposez tous les éléments, réalisez une vinaigrette en mélangeant tous les autres ingrédients sauf les graines de courge, et arrosez généreusement le plat.

🌿 Servez avec les graines de courge et le trait de vinaigre balsamique, qui viendra relever le tout.


J'espère que ce mélange vous plaira, rien ne vous empêche d'ailleurs d'en faire une salade repas un peu plus complète avec la céréale de votre choix (riz, semoule, quinoa, par exemple!). C'est un repas parfait à emporter pour le bureau le midi ;-)

Je vous souhaite une bonne fin de dimanche,

Bisous doux,

Délia ♥





dimanche 22 octobre 2017

Adopter via une association : mon expérience avec Aram et l'association Solana

Pour ceux qui ont instagram, je crois qu'il n'est plus besoin de présenter les petite tête touffue d'Aram.
Il a déboulé chez nous comme une petite grande tornade TORNADE il y a déjà deux mois.
Nous pensions depuis un moment à adopter un deuxième matou, Nova semblait s'ennuyer et même si le chat est un animal de fait plutôt solitaire, nous avions le sentiment que la présence d'une deuxième tête poilue lui ferait le plus grand bien.
Mais on ne se voyait pas aller en animalerie et payer un chat d'élevage 1500 €, aussi mignons soient les chats de race qui les peuplent.


L'avantage de l'adoption en refuge/association


Déjà, premier argument non négligeable : le prix. Un chat en animalerie coûte entre 750 et 1500 € (de ma superbe étude des animaleries près de chez moi, échantillon extrêmement représentatif et pas du tout auto centré), ce qui est un montant plutôt conséquent surtout si tu gagnes pas énormément plus que le smic hein.
De plus, on permet à un animal qui a connu des accrocs dans son histoire de remettre la patte à l'étrier et de retrouver une maison, une gamelle remplie et un chez soi où il se sent bien. Ils ont tous une histoire, parfois des balafres, et ils n'attendent qu'un peu d'amour. Pour certains, il s'agit de leur éviter l'euthanasie (les plus écorchés et âgés, et/ou positifs au FIV). Qui n'a jamais rêvé d'être un super héro et sauver le monde? Là tu sauves le monde d'un petit chat!
Enfin, ce détail me paraît important à préciser, mais le principe de l'élevage d'animaux de compagnie reste pour moi dans l'idée que l'animal n'est qu'un bien de consommation. Sachant que tous les élevages ne sont naturellement pas aimants de leurs protégés, je me refuse à l'idée de payer et donner raison à une logique comme celle finalement, de toutes les grosses industries, celle-ci me faisant penser ni plus ni moins à celle de la viande (oui, j'ai osé, voilà).


Le projet chat numéro 2 


Nous avions donc Nova qui semblait s'ennuyer et avoir besoin d'une présence que nous ne pouvions pas lui offrir (j'ai beaucoup de poils #toison mais pas autant qu'un matou, et je ronronne moins fort (même si doudou dit que je ronfle comme un tracteur quand je suis fatiguée)).
Nova avait déjà eu des contacts avec d'autres chats (Léon, son grand copain quand elle vivait encore en pavillon chez la maman de doudou), et la chatte de ma maman Myrtille, avec qui ça s'était très très mal passé (j'ai dit que ça s'était mal passé?).
Nous n'avions pas envie de risquer de lui mettre dans les pattes un compagnon avec qui ce serait la guerre. Ce serait épuisant pour elle mais aussi pour le petit nouveau (bon, et pour nous, mais c'est secondaire et puis je suis déjà au bout du troisième rouleau donc bon).
Les associations étaient étonnament réticentes à nous faire adopter un deuxième chat, surtout la spa qui nous a clairement fait comprendre qu'ils n'étaient pas du tout chauds pour nous proposer une adoption.
De notre coté, nous avions besoin d'une assurance : inconcevable de ne pas avoir une période d'adaptation suffisante pour savoir si les deux allaient s'entendre ou si ça allait être coton.
Nous étions dans l'impasse et avions remis cette idée à plus tard.
Jusqu'au jour où une bénévole de Solana nous a prêché sa paroisse. Amen mes bien chers frères!


Le premier contact avec l'association


J'avoue que je suis passée par dessus le protocole habituel en suivant les recommandations de ladite bénévole qui m'a donné une adresse mail.
J'ai rédigé un pavé digne de la bible version longue pour expliquer ma situation et ce que nous recherchions pour passer le cap, et la réponse a été très compréhensive.
On m'a rapidement proposé une période de famille d’accueil avec possibilité d'adoption à la clé.
L'issue était quoi qu'il arrive favorable : j'hébergeais le chat à l'adoption, et je n'étais pas éventuellement bloquée dans une situation ingérable si les deux ne pouvaient pas se voir même en peinture dans le noir, car je n'étais temporairement que famille d'accueil.


L'étude de cas : le chat de ta vie n°2


J'ai lu tout ce que j'ai pu trouver sur tous les forums d'internet. Comme pour les humains, rien ne peut prédire l'affection ou l'aversion entre deux chats (vous aurez remarqué qu'ils ont tous leur caractère de cochon).
Mais nous avions cru comprendre que le plus difficile était de mélanger deux femelles, ou un chat arrivant plus âgé que celui qui est déjà sur place.
Pour faciliter, nous avons choisi un mâle, plus jeune, mais plus tout à fait chaton, parce qu'il se peut qu'un chat plus tranquille sature d'un chat qui passe sa journée à jouer et sauter dans tous les sens.
L'avantage des associations, c'est qu'elles connaissent leurs protégés. Tu n'achètes pas, tu adoptes. Une petite personne, avec son caractère.
Ce n'est pas un objet, mais bien un être, avec ses qualités et ses défauts!
J'ai évidemment été séduite par le minois d'Aram, mais aussi par son caractère : Vif, joueur et sociable!
Nous avons ensuite réalisé que ce n'était pas du pipeau : monsieur est légèrement hyperactif et peut aussi ajouter "professionnel des bêtises niveau 3" à son cv miaouesque!


Les conditions d'adoption


Il existe un formulaire plutôt officiel de demande, que je n'ai pas rempli, mais je pense avoir été très exhaustive dans mon mail à ralllllllllllonge. Généralement des questions sur l'alimentation, les soins à apporter au chat, l'espace dont on dispose et éventuellement les sécurités associées (extérieur calme ou pas, balcon protégé ou nu et potentiellement cause de chutes).
Ca peut paraître un peu intrusif sous certains aspects mais chaque question n'est pas anodine.
Je trouve ça rassurant de me dire que l'association s'assure que des petits protégés iront vers des maîtres aimants et conscients du fait qu'ils seront responsable à vie d'une autre vie.
Il y a évidemment des contreparties financières. L'association couvre avec ces frais ceux qui sont relatifs à l'animal que vous adoptez : soins vétérinaires (vaccination, identification, tests fiv) et aussi évidemment l'alimentation.
Après avoir rempli ces pré requis, nous avons été mis en relation avec le précédent adoptant et une bénévole de l'association qui a fait le lien, et nous sommes allés chercher Aram, un dimanche ensoleillé (chaleuuuur), à une petite demi heure de chez nous.
Nous avons confirmé notre coup de coeur pour sa petite tête qui n'avait vraiment rien à faire de notre présence (#jemenfousdevous) mais qui avait l'air absolument détendu et plein de caractère.
Nous avons signé un contrat détaillant nos obligations : bons soins, stérilisation et bien sûr, des conseils de la part de notre bienveillante bénévole sur l'acclimatation entre nos deux minous.
Cette demi heure de retour fut longue pour tout le monde, Aram nous a montré l'étendue de la puissance de ses cordes vocales (MARIA CAREY tu peux rentrer à ta maison hein) et de sa débordante énergie.
Une fois à la maison, il a été isolé au calme dans la chambre qui me sert de bureau/studio photo avec tout ce qu'il lui fallait pour se remettre de ses émotions et se reposer. Ou pas se reposer en fait. Parce que c'est Aram.


Le suivi


Tu croyais quand même pas que l'association allait te laisser partir avec un protégé sans rien demander si?
Il s'agit de prouver que votre adopté se porte bien. Evidemment cela passe par le document certifiant de la stérilisation en bonne et due forme.
Il s'agit là d'un truc qui me paraît essentiel : un chat peut donner naissance à des centaines de petits chatons, ce qui fait potentiellement des centaines de malheureux qui dorment à la belle étoile ou finissent de nouveau dans des associations ou pire à l'euthanasie.
C'est aussi un problème pour l'écosystème, auquel on pense rarement, mais les chats en trop grande quantité deviennent de véritables nuisibles et provoquent l'extinction de certaines espèces. Ils ont beau être mignons, quand ils sont trop nombreux, ils sont indéniablement des éléments perturbateurs.
Donc on considère que c'est aussi de notre responsabilité (et ça l'est, clairement hein) de surveiller l'arbre généalogique de son protégé!



Je vous parlerai dans un prochain article de l'acclimatation (inexistante chez Aram, ce chat est tellement détendu du mobile) et de l'adaptation du petiot avec son environnement et surtout comment ça s'est passé avec Nova, au regard des conseils que l'on nous avait donné des de ce qu'on a finalement fait ou pas.

Je vous laisse, j'ai une commande de croquettes à passer, c'est que ça mange ces petites bêtes (et en plus c'est cool, ça fait un carton pour jouer)!

Ah et si vous voulez adopter via cette association, rendez-vous sur leur site  . 

Bisous pleins de poils (je vous ai déjà dit que j'ai des chats blancs?)

Délia ♥ avec deux fois plus d'amour sous son toit!