mardi 16 janvier 2018

La galette à la noisette et à la pâte à tartiner + tuto vidéo

Théoriquement nous sommes d'accord, la galette teient siège le premier dimanche de janvier.
En pratique, tu trouves des galettes en même temps que les bûches de noël voire parfois avant, et la saison se termine pour les enseignes les plus tardives fin mars.
Pour ma part, je trouve que tout serait plus simple si la galette pouvait se faire à l'année, ça éviterait d'un faire une overdose sur 4 mois et de mettre un an à se remettre de sa cuite de frangipane.
Ce serait mentir que vous dire que c'était délibéré de poster cette recette maintenant : je suis juste officiellement à la bourre.
Mais comme il reste environ deux mois de galette, celle-ci pourra éventuellement te sauver de la nausée à la vue d'un sac à galette.

Car oui, mesdames, messieurs, approchez donc, cette galette est une originalité.
Sous son coeur traditionnel de feuilletage croustillant, la belle croustillante cache une saveur inédite et rafraîchissante dans cet océan d'amande de ... Noisette! 


Et puis comme de toute manière je ne crois pas qu'on soit à ça prêt, alors on enfonce le clou et on ajoute une dose d'indécence avec de la pâte à tartiner.
Venons-en d'ailleurs à la pâte à tartiner. J'ai goûté plein de marques, et je suis navrée mais j'ai trouvé mieux que le nocciolata vegan.
La mamie bio vegan ! Elle est bio (sans blague vu le nom c'était pas du tout évident), elle est délicieuse ET aussi sans huile de palme. La texture est cependant un peu différente du nocciolata et donc de son orignal Nutella, mais personnelement j'ai appris à m'en moquer comme de la dernière pluie.

Comme pour la version frangipane, cette version végétale de la galette reste plus facile à digérer que la galette avec ingrédients animaux. Par contre rien ne sert de vous dire pour votre bonne conscience qui pense déjà aux régimes que cette galette est healthy : elle est grasse, sucrée et calorique.
Mais en même temps on mange pas de la galette tous les jours pas vrai?

/!\ Breaking new /!\

J'ai créé ma chaîne youtube, qui accueillera d'autres recettes végétales (et qui sait quoi d'autre par la suite). Pour le moment vous pouvez uniquement y retrouver ma recette de galette à la noisette et pâte à tartiner mais je sais déjà qu'un tutoriel sur la pâte feuilletée et la tarte chocolat sont en chemin. Je dis ça, je ne dis rien!

Galette noisette et pâte à tartiner


Temps de préparation (30 minutes si vous ne faites pas votre feuilletage, 1 h si vous le faites)
Temps de repos : 2 heures pour la pâte feuilletée maison (ou 1/2 heure au congélateur) 
Difficulté : facile si vous prenez du feuilletage tout prêt, moyen-difficile si vous vous attelez au feuilletage


La pâte feuilletée


400 g de farine
8 g de sel
200 g d'eau
325 g de margarine 

Information sur la margarine : Il vous faut une margarine de type cuisine, solide, vendue dans les emballages papiers comme l'est le beurre animal. C'est primordial, car les margarines en barquette sont trop molles et ne créeront pas les couches nécessaire au feuilletage, mais se mélangeront à la pâte pour former quelque chose de certes gras, mais homogène, qui ne développera pas comme espéré.
Lisez bien les ingrédients, la poudre de lait se glisse souvent dans les ingrédients.

Mélangez ensemble la farine, le sel et l'eau sans excès. Les ingrédients doivent être bien amalgamés mais si vous malaxez trop cette préparation que l'on appelle la détrempe, vous aurez une pâte très élastique!
Pour la suite du procédé, je vous invite à lire mon article sur la galette de l'an dernier en attendant que le tutoriel sur le feuilletage n'arrive.

recette de galette végétale aux noisettes et à la pâte à tartiner


La crème de noisette 


50 g de margarine 
50 g de sucre poudre
50 g de crème de soja
50 g de pour de noisette
une cuillère à café d'extrait de vanille
5 g de farine


♔ Détendez la margarine à la spatule (ou à l'outil feuille de votre robot) jusqu'à ce qu'elle soit pommade ( = consistance d'une pommade), puis incorporez le sucre et passez au fouet.
Ajoutez ensuite la crème de soja : pas d'inquiétude, le mélange ne sera pas complètement homogène!

♔ Ajoutez l'extrait de vanille et la poudre de noisette. Fouettez bien pour aérer le mélange et ajoutez votre farine.

Montage


Je vous invite à regarder la vidéo, car c'est bien connu, une image vaut mille mots, et je ne pourrais pas être plus d'accord dans ce cas précis (vous n'avez pas besoin du son).

♔ Pour ceux que le format vidéo n'intéresse pas, il vous faudra réaliser deux abaisses de 22 cm de diamètre (ou prendre deux rouleaux de pâte feuilletée), étaler votre crème de noisette en prenant soin de laisser un bord qui servira à coller vos deux cotés. Evidemment on n'oublie pas d'ajouter deux cuillères à soupe de pâte à tartiner par dessus. Et une fève.
Vous prendrez soin au pinceau d'étaler un peu d'eau et de souder les deux parties.

Dorer

deux cuillères à coupe de lait végétal
1 cuillère à soupe de sirop d'agave

♔ Une fois la galette soudée, on la retourne, et on la dore une première fois avant de la mettre au frais une demi heure pour que la pâte ne soit pas molle et qu'on prenne le risque de trop entailler le feuilletage.

♔ Après ce petit temps de pose, on dore de nouveau et on raye alors la galette selon l'inspiration du moment (le rayage que je vous montre est le plus traditionnel à mon sens mais pas le plus simple).

Ensuite, direction le four à 180°C pendant environ 40 minutes à mi hauteur. La galette est cuite quand elle est bien dorée sur le dessus.
A la sortie du four, on applique alors au pinceau du sirop sur tout le dessus de la galette.
Et vous savez quoi? On peut le faire soi-même, mais on peut tout aussi bien prendre du canadou et ça fait PARFAITEMENT l'affaire (et si tu aimes le mojito tu en as surement chez toi!).

Et ta galette est prête, même si je te conseille largement de la laisser refroidir au risque de te brûler très fort la langue.

part de galette vegan à la noisette et au chocolat


N'hésitez pas à me faire vos suggestions ici aussi sur les vidéos que vous aimeriez voir sur la chaîne dans le futur.
Je suis toute ouïe! 

Je suis peu présente ici mais je travaille beaucoup, vous en verrez bientôt le résultat.

Besos,

Délia ♥ 



lundi 1 janvier 2018

Gratitude à toi, 2017

Je ne suis pas forcément une grande acharnée des bonnes résolutions, et je n'attends surtout pas le premier janvier pour en prendre : les prises de conscience n'attendent pas cette date précise pour naître au creux de mes tripes.
Mais c'est toujours un bon moment pour s'arrêter, et regarder un peu en arrière, pour une fois.

Mon caractère est bien celui du bélier : je fonce toujours devant, et je me retourne rarement.
J'ai perdu au fil du temps mon stress et ma peur de l'inconnu et les ai troqués contre une envie irascible de nouveauté et de défis.
Alors bien sûr, rien ne s'est fait en un jour et chaque petite décision a compté même si elle semblait insignifiante.
C'est donc avec plaisir que je me livre à cet exercice d'introspection.

J'ai décidé de voir le positif dans toute chose et de ralentir mon mouvement d'hyperactive qui me faisait plus freiner qu'avancer.
Bien sûr, l'année n'a pas toujours été facile ni heureuse, j'ai moi aussi versé mes larmes, j'ai passé mon premier anniversaire sans ma mamie d'amour qui a laissé un gros trou dans mon coeur en passant de l'autre coté, mais encore une fois, j'ai surtout été nourrie par la chance de l'avoir eue dans ma vie, et je lui dois de vivre avec intensité et avec la beauté d'âme qu'elle m'a donné.
Tout prend un nouveau sens sous le jour de l'espoir.

Peut-être que tout ça est derrière vous, ou que vous trouverez ça trivial, mais j'ai eu envie de vous partager les grands axes, comme pour apprendre à mieux me connaître.

Découvrir ma force dans mon propre destin


Avant j'avais tendance à penser que je subissais une force supérieure. Sauf que j'ai remarqué que ma perception de ce qui m'arrive est surtout marquée par ma manière de gérer les choses. On a tous des événements tragiques, des galères en cascade, des soucis temporaires ou plus durables, mais au fond, on peut tous vivre heureux. Le bonheur ça se plante, s'arrose et se récolte.
J'ai donc décidé de planter un peu plus, de me bouger pour atteindre ce que je veux, de me battre pour ce qui me fait vibrer au fond de mes tripes, et de surtout, voir le résultat de tout ça arriver petit à petit.
De jour en jour, j'ai réalisé ma chance d'être en bonne santé, d'avoir une vie douce et confortable, et j'ai envie de propager au monde entier cette idée qu'on a tous de quoi se fabriquer un bonheur sur mesure.


Trouver ce que j'aime faire en photo


En 2017 je croyais avoir fait le point sur ça aussi, mais je m'étais un peu plantée. Je me cherchais, je manquais cruellement d'un peu de technique, j'étais comme sur des échasses un jour de verglas.
Je ne vais pas vous dire que j'ai obtenu ça en un jour sans aucun travail.
Ca a été beaucoup de remise en question, de déception, de sentiment d'impuissance face à des progrès trop lents pour moi, un termps fou à comparer le travail des autres, à analyser les belles images, à me constituer une bibliothèque mentale de beau travail.
Maintenant je sais exactement quel matériel je veux, et quelle photo je souhaite réaliser, avant même d'avoir commencé à cuisiner.
J'aime prendre des risques, changer, sortir de mon sentier tracé.
En bref, patience et travail ont fini par payer, moralité, il ne faut jamais se démoraliser et accepter que les choses prennent du temps!


Prendre confiance dans mon travail


En pâtisserie comme dans toutes les autres sphères qui touchent à des compétences, je souffrais et porte encore des restes de syndrome de l'imposteur qui me pourrissait la vie.
J'avais beau avoir des encouragements, de la reconnaissance, je n'avais pas mon nécessaire le plus important : un peu de confiance en moi !
L'humilité reste une base fondamentale pour continuer à progresser, mais n'empêche pas d'être content de son travail ou tout du moins de se sentir légitime.
J'ai pris de l'assurance, réalisé que j'avais des compétences et quelque chose à apporter.
A partir de ce moment là, j'ai réalisé que je pouvais faire beaucoup. C'est pourquoi 2018 commencera sous les projecteurs d'un nouveau projet professionnel.
YOU GIRL GO GET IT !


Ajouter progressivement le culot à mes qualités


J'avais une profonde admiration et un poil de jalousie à voir le culot de certaines personnes.
Mais ça c,'était avant.
J'ai nourri ce petit monstre qu'on appelle culot, et je trouve que même si c'est une façon de parler, se dire "qu'est-ce que j'ai à perdre?" vaut tout l'or du monde.
La réponse est souvent "rien". Parfois on se met des barrières seul, parce qu'on a la peur panique d'échouer.
Mais un échec c'est juste un terreau fertile pour une réussite future.
Avoue que vu sous cet angle ça donne envie de se prendre quelques murs pas vrai?

Adopter un deuxième chat


Si tu n'as pas croisé Aram, c'est que tu ne me suis pas encore sur instagram (je te pardonne mon enfant), et que tu as loupé mon article sur l'adoption (tu peux le retrouver ici). Cette tête poilue que j'aime appeler mon renard des neiges à cause de son plumeau digne de swiffer, a été comme une vraie boule d'énergie qui a déboulé dans la maison.
Monsieur a un sacré caractère, et ils forment un sacré duo avec Nova.
Ca faisait des années que je voulais adopter, et notre déménagement nous a enfin permis d'avoir la place d'accueillir un deuxième matou.
La famille est au complet (jusqu'au prochain déménagement quoi).


Végétaliser mon alimentation


L'année 2017 commençait déjà sous un signe plus vert, mais l'année avançant, je crois que sans réfléchir j'ai passé un cap.
Si je ne rentre certainement pas dans la case vegan (est-ce vraiment une nécessité?), j'ai considérablement réduit ma consommation de produits animaux, au point que je vois les POA comme des options à négliger.
A vrai dire, plus j'y pensais et moins je trouvais ça naturel : à partir du moment où j'ai lâché la bride, j'ai naturellement tendu vers une alimentation plus végétale.
Encore une fois, vouloir s'imposer quelque chose coûte que coûte en en faisant une injonction n'est pas forcément une bonne idée !


Découvrir la symptothermie


Je vous en parlais brièvement dans mon article (très lu d'ailleurs!) sur l'arrêt de la pilule.
Je pratique maintenant la symptothermie depuis 3 cycles, je n'en suis qu'à mes balbutiements, mais j'ai déjà trouvé mon rythme de croisière et je trouve cette découverte libératrice.
J'ai le sentiment que cette méthode dite d'observation permet de se reconnecter un peu plus avec sa féminité, d'accepter tout ce qu'elle embrasse, et d'être plus à l'aise avec son corps. Et donc avec sa tête.
Je prends beaucoup de plaisir à regarder l'oeuvre de la nature si bien faite et à interpréter les signaux lancés. Très sincèrement je ne comprends même pas que les connaissances sur le cycle féminin qui nous sont délivrées à l'école soient aussi fausses et générales.
A quand un vrai apprentissage de notre corps, rassurant, intelligent, prônant l'égalité des sexes et responsabilisant?
Je m'atèle en tout cas pour 2018 à propager la méthode et ses avantages, notamment auprès de vous ;-) (ça fait très campagne électorale quand même, tu votes pour moi?)


Objectif tolérance


Aussi bien envers moi-même que les autres.
La tolérance demande de l'empathie, et l'empathie demande d'accepter les erreurs. C'est en acceptant d'abord les miennes, mes failles, mes faux pas, mes échecs, que je trouve ceux des autres naturels.
Manquer de tolérance envers les autres c'est souvent aussi manquer d'un peu d'amour pour soi.
Alors en 2018 on arrête de se flageler et d'en faire profiter son entourage pas vrai?


La progression de mon travail en ligne


Et là, clairement, je vous tire ma révérence version château.
J'ai bossé comme une malade sur le blog et sur des aspects qui sont franchement épineux comme le SEO (référencement du blog), et d'autres aspects techniques qui ont bien failli me faire m'arracher les cheveux (imagine moi chauve, GROS KIFF).
J'ai eu un coup de mou en me disant que tout cet énorme travail n'avait pas du tout payé. Et puis, finalement, si.
Vous êtes de plus en plus nombreux à venir ici, à réagir, à participer, à partager. Et moi ça me remplit de joie.
Alors merci beaucoup à tous pour vos visites, vos tests de recettes, vos anecdotes, vos morceaux de vie.
2018 sera l'année où le blog se refera une vraie beauté, avec des vrais travaux et une remise à neuf.
Alors j'espère que ça vous plaira et que vous resterez avec moi dans ce nouveau bateau.



Voyager


Cette année nous avons encore voyagé un peu, et nous prévoyons que 2018 sera une belle année, déjà en nous rendant ENFIN à Londres (ouai je sais pas très original que voulez-vous!).
J'aimerais aussi visiter la Suède et sa caillance, mais aussi L'allemagne et ses grandes villes, sans parler des Iles canaries (pas les goûts de luxe du tout) et aussi les falaises d'Etretat (avoue on saute un peu du coq à l'âne des voyages là).
Visiter, comprendre, s'enrichir.



Rencontrer-garder


2017 a aussi été une belle année pour l'amitié et l'amour. J'en parle assez peu mais même si je compte mes amis sur les doigts d'une main, ils sont très importants pour moi. Ils sont de vrais soutiens et me motivent sans parfois le savoir.
Je me sens chanceuse d'être entourée de personnes riches de coeur, avec des projets, des personnalités et des caractères aussi différents. C'est une belle palette qui colore la vie.
Grâce à ce blog j'ai aussi eu la chance d'enrichir ce cercle, et je souhaite vraiment que 2018 continue en ce sens parce qu'autant entre les rencontres que j'attends et celles déjà faites, je suis vraiment de plus en plus certaine qu'internet n'est pas juste un lieu virtuel : c'est une salle de rencontre!



Je crois que ça fait déjà beaucoup de belles choses pour 2017 et d'élan pour 2018, quelque part, l'année aurait difficilement être plus remplie, alors je souhaite à 2018 d'être toute aussi chouette, et je sais que ce sera le cas, parce que c'est moi qui l'ai décidé.
Et quand on veut, on peut.

Je vous souhaite à tous de porter un regard doux et libre sur votre vécu, et de le porter comme des ailes pour vous envoler plutôt que comme un boulet qui vous enfonce les deux pieds dans la terre.
Allez de l'avant, courrez pour vos rêves, rêvez tiens, justement, sautez le pas, faites des erreurs, amusez-vous, aimez fort à vous en faire péter le coeur, pleurez à chaudes larmes, riez à gorge déployée, faites des belles choses, mangez, cuisinez, voyagez, découvrez, apprenez.
En bref, vivez.

Parce qu'on peut exister sans jamais vivre et que ce serait con quand même.

J'vous embrasse.

Fort et tout.

Délia.


vendredi 29 décembre 2017

Seitan, riz nérone épicé, et fruits frais + sauce mangue

J'aime bien accompagner mon repas d'une dose de bonne humeur mais j'ai un peu de mal à le faire aujourd'hui.

Je crois que je deviens un peu "anti fête".
Me demandez pas si c'est à cause de ma démarche zéro déchets (qui avance doucement, mais qui prend de la place dans ma tête) et qui me pousse à réduire ma consommation en général, ou si c'est à cause de mon végéta*isme qui me pousse à me sentir mal à l'aise entourée de foie gras, et de tout un tas de pauvres bêtes mortes étalées comme des trophées de fête et de luxe sur la table.

J'ai des envies de moins, des envies de végétal, de réunion, pas de course au trop et d'opulence alimentaire.
J'ai le sentiment que ces deux points se rejoignent vite vers un seul et même coeur : le manque d'intérêt général pour ce qui se cache derrière tout ça (aka : les chinois à l'autre bout du monde qui bossent pour 1 € le mois, les massacres, le gavage immonde des oies, l'élevage animal, la faim dans le monde, le mec qui dort sous un pont en bas de chez toi+ ajoute ce que tu voudras).
Comme si générer des millions de tonnes de déchets en quelques jours, gaspiller, manger trop, donnait à tous la joie plutôt que provoquer une profonde remise en question.
Moi ça me fout juste le cafard de penser aux conséquences écologiques et animales de ces conneries.
Comme si après avoir été aveugle des années, on m'avait mis des lunettes à forte correction et que maintenant tout ça c,'était tellement clair que le regarder dans les yeux m'éblouissait et m'empêchait de l'ignorer.

Je crois donc qu'on peut officialiser le fait que je suis en train de sortir avec violence du délire festif des périodes de fin d'année.
Je me demande même si il existe des endroits pour les gens comme moi en fin d'année, pour fêter durable et avec des plats pour les mangeurs de caillou. Concept à inventer peut-être?
Mais une partie de moi a encore cette irrépressible envie de "marquer le coup" et de rester à moitié un pied dedans.
C'est donc comme ça que j'ai passé quelques heures en cuisine à bricoler ce plat qui me trottait dans la tête depuis un moment.
J'adore le coté sucré-salé, quand bien même le sucré tout seul commence à m'écoeurer.
A vrai dire je crois que ça m'a sauté aux yeux en lisant chez victoria ses kiffs d'assiettes : elle mange beaucoup ce style de plats mais mange peu de sucré.
Ca devient un peu mon letimotiv. Depuis que j'ai arrêté de bosser en boulangerie et que je n'ai pas des croissants sous le nez toute la journée, je mange peu de sucre, et je deviens un gros bec salé.
Ce riz noir avait déjà fait une apparition sur le blog. Il est incroyablement riche (plus un truc est foncé plus il est riche en nutriments, comme on vogue dans le violet noir je te laisse imaginer la bombe nutritive), et très original. Son temps de cuisson en fait un aliment franchement casse pied à cuisiner au quotidien et donc un aliment parfait pour les occasions un peu spéciales.
Quoi de mieux donc que de passer une nouvelle année avec ce riz?

Le reste du plat est cependant très simple et le résultat vraiment délicieux!
Pour plus de simplicité on peut évidemment choisir un seitan déjà prêt. J'ai eu l'idée après le shooting d'ajouter à ce plat une sauce mangue, pour que le plat ne soit pas trop sec. Cherry on the cake!


Temps de pose : 12 heures pour le seitan
Temps de préparation : 20 minutes pour le seitan et 20 minutes pour le reste du plat
Temps de cuisson : 45 minutes pour le seitan et 45 minutes pour le riz + temps nécessaire pour faire dorer le seitan


Riz noir épicé à la mangue, grenade et son seitan 



La préparation du seitan


50 g de gluten pur
20 g de farine de pois chiches
2 cuillères à soupe de sauce tamari

Le bouillon


1/2 litre d'eau
2 cuillères à soupe de sauce tamari
1 cuillère à café de bouillon de légumes (ou 1/2 carré )
un morceau de feuille d'algue kombu (j'en vois partout, ça a de bonnes propriétés digestives entre autre alors j'en mets mais je pense que ta vie n'en dépend pas)
Optionnel : quelques gouttes de sauce fumée (vraiment une ou deux!)

★ Dans une casserole, faire chauffer l'eau, l'algue kombu, le bouillon et le tamari jusqu'à ébullition. Laisser quelques minutes bouillir puis retirer l'algue kombu.

★ Dans un saladier, mélanger les ingrédients secs puis ajouter les deux cuillères à soupe de sauce tamari et du bouillon petit à petit, jusqu'à obtenir une texture facile à manier : ni trop sec ni trop collant!
Malaxer longuement à la main jusqu'à obtenir une texture ferme. Formez un boudin épais et laissez reposer une dizaine de minutes. Le réseau du gluten aura bien le temps de se renforcer.

★ Tranchez alors le seitan en tronçons d'environ 1 cm et mettez dans le bouillon frémissant.

★ WARNING de l'extrême : votre eau ne doit jamais bouillir. Il conviendra donc de surveiller souvent que les bouillons ne se transforment pas en jaccuzi de folie, car votre seitan ressemblerait alors à de la vieille semelle pas fraîche.
Cuisez à cette allure pendant 45 minutes.
Pour avoir toute la puissance du seitan, mettez dans une boîte hermétique au frais toute la nuit avec son bouillon.


Le riz noir 


2 portions de riz (j'ai compté environ 70 g de riz cru par personne)
1/2 mangue
1/4 de cuillère à café de sel
1/4 de cuillère à café de gingembre en poudre
1/4 de cuillère à café de cardamone en poudre
Une pincée de muscade
1/4 de grenade


Le riz nérone nécessite 45 minutes de cuisson, pensez-y avant de lancer cette recette :-).

Détaillez la mangue en petits morceaux fins, et égrainez la grenade.

Une fois le riz cuit, ajoutez dedans les ingrédients épicés et les fruits et remuez bien. Gardez au chaud.


La sauce à la mangue et au gingembre


1/2 mangue
1 cuillère à soupe de jus de citron vert
1/2 cm de gingembre frais
Le zeste d'un quart de citron vert
10 cl de crème de soja
15 cl d'eau
Une pincée de sel


★ Détaillez la mangue en morceaux puis mettez la à chauffer dans la casserole avec le reste des ingrédients (sauf les zestes de citron ver), après avoir pris soin de presser le gingembre pour en extraire la saveur.
Une fois que tout est bien chaud, retirez le morceau de gingembre, puis mixez.
Faites réduire légèrement ; n'hésitez pas à ajouter un peu d'eau si vous trouvez la sauce trop épaisse.

★ Mettez à disposition dans un ramequin

Cuisson du seitan

Optionnel : Quelques feuilles de basilic 


★ Egouttez votre seitan (une tranche de seitan par personne environ, soit 100 - 125 g) et détaillez le en allumettes (plus simple pour une cuisson homogène et croustillante).
Faites chauffer un peu d'huile végétale dans votre poêle.
Sur feu vif, faire dorer le seitan, puis ajoutez quelques zestes de citron vert en fin de cuisson.

★ Servez aussitôt avec la sauce et le riz, soit en dressant les assiettes soit en proposant à chacun de se servir comme bon lui semble.



Ce plat tout en sucré salé est vraiment une petite surprise gustative, avec beaucoup de fraîcheur venant des fruits intégrés à la préparation.

J'espère en tout cas qu'elle vous plaira!

Je vous souhaite une douce transition vers 2018 ! Pour ma part l'année sera remplie de projets et j'en bouillonne déjà d'impatience ...

Et vous?

GO GET IT!

Bisous

Délia ♥




jeudi 21 décembre 2017

Entremets chocolat, caramel salé et noix de pécan

Je te laisse quelques secondes pour ramasser ta langue et ta salive à l'annonce de ce trio de folie et je reviens.


C'est bon? T'es prêt?

Va savoir pourquoi diable je n'étais pas plus fan que ça avant, les noix de pécan sont entrées il y a peu dans ma vie. Ouai dans ma vie.
Et depuis j'ai envie d'en coller partout. Le seul truc qui me limite vraiment c'est le prix. J'vais pas hypothéquer ma maison imaginaire pour en mettre dans tous mes plats sucrés ou salés (parce que je t'ai dit que la noix de pécan ça va absolument avec TOUT?).


Ce gâteau utilise la recette du caramiel dont je te chantais les louanges de simplicité il y a quelques temps de ça.
Et avec ça on ajoute une crème chocolat à base de tofu soyeux (tu peux aussi choisir une recette de mousse plus légère à base de chantilly de soja, comme dans cette recette de bûche de l'année dernière), et d'un brownie fou aux noix de pécan.
Et comme le summum de la gourmandise c'est l'opulence, j'ai ajouté en décoration de la ganache chocolat, pochée tel un océan de fleurs qui attendent d'être cueillies à la petite cuillère, et laquées en or.
Parce que les fêtes, nom d'un petit bonhomme en pain d'épices!

Il est nécessaire de préparer plusieurs éléments mais on peut très bien cuisiner le caramiel la veille et le reste est vraiment rapide à faire :-)
On y va ?


Entremets chocolat, noix de pécan et caramel salé

Cercle de 18 cm de diamètre (pour 6-8 personnes, c'est assez costaud comme tu t'en douteras)

Difficulté : moyen
Temps de préparation : 1h20
Temps de repos : une nuit de préférence

Ingrédients


Caramiel (les proportions ici sont exactes pour la recette, si vous voulez en faire un pot entier filez voir la recette originale)

50 g de sucre en poudre
7 cl de crème liquide (la quantité est amoindrie pour que ça se tienne mieux)
10 g d'huile de coco désodorisée ou de margarine
Une pincée de fleur de sel
Une demi gousse de vanille

Pour plus de précisions sur le procédé je vous invite à vous rendre sur la recette du caramiel



Ganache chocolat


120 g de chocolat noir
110 g de crème de soja

☆ Découpez le chocolat en petits morceaux, ou si vous avez la patience, en copeaux, afin qu'il fonde au mieux.

☆ Faites bouillir la crème de soja et la verser sur le chocolat. Laissez reposer quelques instants puis remuer jusqu'à faire fondre tout le chocolat et obtenir une ganache lisse.

☆ Mettez au frais.


Biscuit Brownie aux noix de pécan


50 g de chocolat noir
75 g de sucre
50 g de farine
2 cuillères à soupe de graines de lin brun  + 125 g d'eau
1 cuillère à soupe de lait végétal
65 g de margarine
25 g de noix de pécan

☆ Dans une casserole, faites chauffer l'eau et les graines de lin jusqu'à obtenir un gel. Filtrez afin de ne récupérer que ce mucilage (ou "morve de lin" si tu veux vraiment être dans le figuratif).

☆ Faire fondre ensemble le chocolat et la margarine, puis ajouter le sucre.

☆ Ajoutez ensuite les graines de lin, puis la farine.

☆ Enfin terminez par une pincée de fleur de sel.

☆ Coulez directement dans le cercle et ajoutez les noix de pécan sur le dessus.

☆ Enfournez pendant une vingtaine de minutes à 180°C.

☆ Laissez ensuite refroidir.



crème chocolat noir


400 g de tofu soyeux
200 g de chocolat noir

☆ Faites fondre le chocolat noir soit au bain marie, soit au micro ondes (pas à pleine puissance et par sessions de maximum 20 secondes en remuant bien à chaque fois pour ne pas faire brûler le centre).

Mixez le tofu soyeux et ajoutez progressivement le chocolat fondu. Continuez jusqu'à obtenir une belle crème lisse.

☆ Coulez dans le cercle avec le biscuit dans le fond jusqu'à la moitié. Ajoutez alors 80 g de noix de pécan et le caramiel que vous avez préparé en prenant soin de ne pas en mettre sur les bords mais surtout au centre.

☆ Recouvrez du reste de crème et lissez avec une palette.

Finition


A ce moment, il est temps de mettre votre ganache dans une poche avec une jolie douille (ici une douille cannelée) et de laisser libre cours à votre imagination.
N'hésitez pas à abuser de vos talent créatifs en disposant éventuellement des petits biscuits de noël en décoration, des noix de pécan, ou alors de l'or en poudre (les lingots sont un peu raides sous la dent paraît-il), ou des végétaux (à condition qu'ils soient non toxiques et qu'ils viennent de votre jardin ou d'un fleuriste bio).



J'espère que vous êtes prêts pour le marathon fêtes. Pour ma part c'est enrhumée comme jamais que j'entame les festivités, donc j'ai remis à plus tard les autres recettes que je comptait vous partager (de toute façon on aura encore bien le temps de se péter la panse hors fête, pas vrai?).

Je vous souhaite donc un joyeux noël, gourmand, mais surtout, et encore cette année, lové dans un cocon d'intimité et d'yeux qui pétillent.
J'ai aussi une pensée émue à tous ceux pour qui noël ne sera pas une fête partagée, ou même une fête tout court.
Et au moins bien que je puisse faire c'est leur envoyer des douces pensées.
Autours de vous, pensez à faire preuve de bonté : c'est ça l'esprit de noël. Avant la surconsommation et le bouton du jean défait en fin de repas.
Gavons nous de bienveillance.

Sur ce je vous embrasse, j'ai un rhume à terrasser avant le 24 soir.

Cette recette vous plaît?
Si vous la réalisez n'hésitez pas à m'envoyer une photo de votre réalisation!
Si vous voulez sauvegarder l'image n'hésitez pas à la sauvegarder sur pinterest, où vous pouvez la retrouver ici.


Délia ♥ 








dimanche 17 décembre 2017

Gingerbread : mes petits biscuits aux épices pour noël

Je dois vous dire que je suis toute excitée de vous partager cette recette, parce que j'ai adoré ces biscuits mais aussi parce que j'ai adoré faire les photos de ces biscuits. Maintenant que c'est dit on peut continuer, je crois.

Je vous avais proposé l'an dernier une version omnivore de ces petits biscuits, mais force est de constater qu'en un an les oeufs et les produits laitiers ont presque entièrement disparu de ce blog.
Il me semblait donc plus que logique d'adapter cette recette, que je trouve vraiment, vraiment délicieuse!
La pâte est encore une fois très facile à travailler, et sera donc certainement un plaisir à tripoter pour des petits bouts.

Le goût est franchement identique à la version omni, le beurre est de loin un des derniers trucs qu'on sent quand on déguste ces biscuits qui sont riches en épices (sans pour autant te saturer la bouche, c'est une de leur grande force !).

J'ai décidé de les enrober de chocolat, pour rajouter en gourmandise : soit à moitié, soit en entier.
De fait tu peux aussi tout à fait les décorer avec un peu de glace royale, ou leur ajouter des raisins secs ou des pépites de chocolat.
TOUT EST PERMIS!

La recette contient de la mélasse. La mélasse ? C'est quoi encore ce truc de végane ?
En vérité, c'est juste un sucre incristalisable qui reste après la fabrication du sucre blanc.
De fait il apporte donc beaucoup de moelleux aux préparations. On en trouve souvent dans les desserets de noël (pain d'épices par exemple), car il a un goût prononcé et pas forcément facile à glisser partout, proche à mon sens de la réglisse ou du sucre de coco.

biscuits aux épices de noël croqué enrobé de chocolat

Ces biscuits peuvent être préparés à l'avance et conservés : ils font donc de parfait petits cadeaux gourmands à glisser à table sur chaque assiette !
En fonction de leur cuisson, vous obtiendrez soit un effet moelleux, soit un effet croquant.
Pour ma part je fais généralement une cuisson de chaque, comme ça quand j'en pioche un c'est la surprise! ;-)
Evidemment, j'ai fait des éotiles car c'est une forme très évocatrice de la période de noël, mais vous pouvez utiliser les emporte-pièce en forme de bonhommes de pain d'épices pour un coté plus ludique.

Cette recette ne contient pas de sucre raffiné, pas d'oeufs, pas de produits laitiers, et on peut très certainement adapter en sans gluten en mélangeant les à parts égales les farines de maïs, de pois chiches et de riz complet. Elle est pas belle la vie? ;-)


Biscuits de noël aux épices type "gingerbread"

Pour une 30 aine d'étoiles

155 g de farine
1/2 cuillère à soupe de levure chimique
1 cuillère à café de gingembre moulu
1/4 de cuillère à café de mélange pour pain d'épices
30 g de mélasse
30 g de sirop d'érable
40 g de margarine
1/2 cuillère à soupe de sucre brun (type rapadura)
1 cuillère à soupe de purée d'amandes
2 cuillères à soupe d'eau


☆ Faites fondre la margarine et ajoutez la mélasse, le sirop d'érable, la purée d'amande et l'eau.

☆ Ajoutez ensuite au reste des ingrédients et malaxez jusqu'à obtenir une pâte souple et non collante, facile à manipuler.
J'ai déjà fait cette recette 3 fois et je n'ai jamais eu à ajouter de farine pour la travailler (sauf pour le plan de travail évidemment), car la texture de la pâte est très douce et agréable.

☆ Etalez à une épaisseur de 5 mm environ (plus fin si vous aimez les biscuits fins et croquants), et détaillez avec l'emporte pièce de votre choix.

☆ Déposez sur une feuille de papier sulfurisé et cuisez à 180°C pendant 8 à 12 minutes (cela dépend de votre four!) si vous les voulez moelleux, et jusqu'à coloration des bords si vous aimez plutôt quand ils croquent.

☆ Laissez refroidir.


Extra chocolat

150 g de chocolat noir
En cas de chocolat trop épais : une lichette d'huile végétale neutre (vous verrez c'est magique!). Surtout n'ajoutez pas d'eau dans du chocolat pour le fluidifier, cela aurait l'effet inverse car le chocolat est fait de gras et l'eau ... d'eau! Chacun partirait alors de son coté et ça donnerait un mélange grumeleux


☆ Faites fondre le chocolat dans un récipient profond (un verre fera l'affaire) et plongez tout ou partie de vos jolis gingerbread.
Déposez sur une feuille de papier sulfurisé et mettez au frais pour que le chocolat prenne.

☆ Et maintenant vous n'avez plus qu'à vous régaler!


Cette recette peut très bien se conserver dans une boîte métallique pendant de nombreux jours. Les saveurs des épices seront alors encore plus mélangées et intenses!

Si vous souhaitez retrouver la recette du pain d'épices que j'avais publiée l'an dernier n'hésitez pas à suivre ce lien :-) Ce sont aussi de jolis cadeaux à offrir !


Je vous souhaite de délicieux préparatifs (j'ai encore un mal fou à me dire que c'est la semaine prochaine ...)

Salutations distinguées (LOL ou plutôt WESH MON FRERE!)

Délia ♥

mercredi 13 décembre 2017

Cake aux fruits confits : inimitable depuis la nuit des temps

Mais Vegan seulement depuis peu ;-)

Y'a des trucs comme le cake aux fruits qui divisent les foules (pas autant que la couronne et la galette des rois mais on n'en est pas loin quand même).
De ces desserts un peu désuets qui sentent la poussière et les bassines en cuivre mais qu'on aime toujours autant s'empafrer.
La cake aux fruits confits entre définitivement dans cette catégorie.
Quand j'en parle (oui j'ai des sujets de conversation absolument géniaux n'est-ce pas?) ou quand je suis en train d'ne manger, ça déclenche autant de mine dégoutées que d'envieux avec qui partager mon délice.

Mais comme ça se vend, je me dis que certains doivent aussi aimer le cake aux fruits confits, comme moi.
Comme moi ils doivent en acheter périodiquement et dégommer le paquet entier, en pensant qu'une tranche leur suffira à renouer avec le cake aux fruits. Sauf qu'en réalité le cake aux fruits c'est la cacahuète des nostalgiques. Ca sent le goûter chez Mamie, la sortie avec l'école et le sac à dos plein de victuailles ou les quatre heures devant les malheurs de Sophie à renifler.
Et ça tu vois, c'est ta potion pour traverser les âges.

Je crois n'avoir jamais croisé de cake aux fruits confits dans le commerce en version végane. A croire que les gens qui arrêtent de manger des animaux et leurs dérivés n'ont plus le droit de se faire une madeleine de proust.
J'ai donc décidé de prendre le problème à bras le cake, et j'ai pondu ma recette (sans exploitation).


Et franchement ça n'a rien de sorcier. Un simple mélange et au four!

Pour les fruits confits, je vous conseille de regarder correctement les ingrédients de ceux que vous croisez. Parfois ce sont tous des betteraves colorés en trois couleurs (#illusiondoptique), et ça n'apporte donc pas le bon goût attendu du cédrat et de l'angélique.
Encore une fois, je le redis mais la qualité des matières premières est primordiale pour faire un bon gâteau. C'est pas forcément plus cher, ça demande juste de ne pas foncer tête bêche sur le premier truc qu'on trouve et qui corresponde vaguement à ce qu'on cherche.

Maintenant que t'es au courant de ces machinations, je t'invite à prendre connaissance de la recette et te réjouir en voyant qu'elle ne fait que quelques petites lignes.
Ces uniques lignes qui t'éloignent de la dégustation de ton cake aux fruits confits.


Cake aux fruits confits vegan

Pour un cake dans un moule à cakes long
Temps de préparation : 20 minutes
Temps de cuisson : 45-50 minutes

200 g de margarine (sans huile de palme de préférence!)
200 g de sucre
200 g de yaourt de soja (à température ambiante, à sortir un peu avant de commencer donc)
1 cuillère à café d'arôme vanille
280 g de farine
4 g de levure chimique
200 g de fruits confits (des vrais!)
80  g de raisins de corinthe secs
5 cl de rhum ambré
Une poignée de farine pour les fruits confits


🌠 Une heure avant de réaliser le cake, mettez les raisins et les fruits confits détaillés en cubes dans le rhum afin qu'ils macèrent. Je préfère le faire au frais, ça évite que l'alcool ne fermente le tout.

🌠 Préchauffez le four à 150°C au moment où vous commencez à préparer vos pesées.

🌠 Dans un cul de poule ou dans la cuve d'un batteur, battre la margarine avec le sucre.
Une fois le mélange bien homogène, ajouter le yaourt de soja tiédi et l'arôme vanille. Logiquement la préparation aura du mal à se mélanger, mais pas de panique, c'est normal.

🌠 Ajouter ensuite la farine tamisée avec la levure chimique. Cela permet que la levure soit incorporée de manière homogène à la farine.

🌠 Enfin égouttez vos fruits en conservant quelques cerises confites pour le décor du dessus du cake et ajoutez une poignée de farine afin de les enrober, et ajoutez les au mélange précédent sans remuer à l'excès.

🌠 Graissez (la margarine est plus efficace mais l'huile fonctionne aussi) et farinez votre moule, versez-y la préparation (et ajoutez vos cerises confites!) et enfournez à mi hauteur pendant 50 minutes environ. La pointe d'un couteau doit ressortir sèche. La croûte prendra en couleur, mais ça apportera une saveur dorée absolument divine.

🌠 A la sortie du four, attendez que le moule refroidisse légèrement, démoulez et entourez dans un torchon et éventuellement un film plastique. Le cake gardera alors son humidité et donc son moelleux.


Pour les plus gourmands, on peut également ajouter à la recette des amandes mondées (une centaine de grammes), ce qui donnera un coté croquant au cake et ajoutera à son coté nutritif (déjà assez indécent certes). Quand on aime on ne compte pas.
Dans une quête de festivité on peut aussi glacer son cake avec un peu de sucre glace mélangé à du jus de citron, et agrémenter de quelques fruits confits découpés ou de figurines de noël (mais si, tu sais, celles dans la boîte métallique avec tous les sujets de noël conservés religieusement au fil des années et des bûches !).

Ce cake peut se conserver plusieurs jours très facilement, bien enfermé dans une boîte métallique. Il peut même se congeler (tout ou partie) pour des petits creux de cake aux fruits pour des jours prochains.
Your Choice!

N'hésite pas à piner grave ma recette sur ton pinterest pour baver souvent dessus et ne pas l'oublier !
(je t'ai même fait une belle image avec ce que c'est écrit en gros dessus au cas où tu serais miraud)



Bon cake à toi noble amateur des pâtisseries d'un autre temps.

Je t'embrasse tendrement à l'idée que je ne suis pas la seule à aimer ça.

Délia ♥