samedi 27 octobre 2012

L'hiver indien

Booooon, cette tenue ne colle pas du tout avec le temps qu'il fait parce que comme tout le monde le dit sans discontinuer IL FAIT FROID (attendons les premiers flocons histoire de n'entendre parler que de ça...).
Mais comme j'ai fait mes photos en full paquet, il faudra me pardonner les incohérences météorologiques.

Dans quelques jours c'est Halloween, j'adore me déguiser, et comme the walking dead vient juste de reprendre (comment, tu ne regardes pas? Mais tu es terriblement haaaas beeen) je compte bien appliquer mon récent apprentissage sur les balafres et autres plaies purulentes pour me transformer en à peu près rien du tout et me faire cauchemarder pendant quelques semaines (Mois? années?). En plus, si vous ne le saviez pas, chez Sartbucks, on a droit à leur nouvelle boisson à la citrouille GRATUITE (tu as bien lu!) si on est déguisés le jour d'Halloween. Ca mérite au moins ça!
Pour celles (ou ceux?) que ça intéresseraient, voici une vidéo simple, en français et détaillée qui explique comment on se débrouille et ce qu'on utilise pour ressembler à un mort vivant. Si t'es un warrior tu peux même regarder toutes les vidéos de youtube et devenir, comme moi, un incollable des effets spéciaux de maquillage gore.

Je mettrai certainement quelques photos, puisque je considère que c'est un look comme un autre!

Dans cette série de photos on voit apparaître "un sac de billes" de Joseph Joffo (dans une édition moyennageuse trouvée à la brocante). On en a tous lu des extraits dans les livres d'histoires quand était abordée la Shoah, et  je dois dire que même si à la base je suis loin d'être fan du genre historique, ce roman qui sert d'exutoire à l'auteur qui a vécu le génocide enfant m'a vraiment plu. C'est un point de vue que je trouve original et innocent. 

Allez, vu que c'est une passion qui me dévore, je vous propose cette autre vidéo qui parle du premier zombie de la série The Walking Dead, et de la préparation nécessaire à l'actrice pour obtenir ce rendu totalement AMAZING!

Enfin, puisque j'ai certains penchants qui peuvent donner une légère impression de psychopathe notoire, j'ai lu un bouquin "Guide de survie en territoire zombie" de Max Brooks, qui me rendra plus efficace si jamais on devenait des zombies méga craignos. J'ai déjà prévu de me retirer dans la campagne, dans un endroit tenu secret. 

Sur ce, je pars faire mes emplettes d'Halloween, fête largement trop peu répandue en France si vous voulez mon avis.

Halloweenement vôtre. <3

Délia





De la tête aux pieds:

Bandeau en imitation cuir Claire's,  Tunique indienne d'un magasin de neuilly et d'une marque inconnue, Veste H&M, ceinture Forever 21, Bottes du marché (oui oui)

vendredi 26 octobre 2012

Birds

Piou Piou Piou!

Si il y a bien une addiction qui semble me poursuivre, je dirais que ce sont les plumes. 

Petite bien sûr je chipais les plumes des pauvres pigeons en me faisant râler dessus tour à tour par tous les membres de ma famille que c'est plein de maladies et tout.
Ensuite j'ai enfin compris que c'était certainement applicable aux plumes qu'on trouve dans la rue mais que dans les magasins ils évitent surement de nous vendre des plumes pleines de maladies. Finie donc la frustration de mon enfance, bonjour la délivrance.


Ma première acquisition de plumes a été un sautoir tout simple: une chaîne couleur bronze avec une plume de paon. Et moi j'aime bien les paons. Plus que les autres oiseaux. Les plumes vertes, bleues et marron sont tout simplement hypnotiques.

Ensuite après avoir compris que les plumes s'accordent avec tout, j'ai fini par autant être attirée que par les paillettes. 

Comme si les accessoires nombreux en plumes ne suffisaient pas à rappeler les volatiles, je fais également une fixette sur les représentations d'oiseaux. D'où ce top trouvé l'année dernière chez H&M, avec ses jolis imprimés moineaux (même si je me demande comment le styliste s'est dit "tiens et si on mettait des moineaux, ça se vendrait bien!"). 


J'ai cherché longtemps aux fripes une chemise en jean, assez large pour qu'elle fasse office de gilet. Et j'ai fini par en trouver une qui ne fasse pas trop bûcheronne, ni rescapée des années je ne sais combien (l'époque des waykiki).


A la brocante, je cherchais plein de choses, et je suis tombée sur ce joli parapluie qui donnerait presque envie qu'il pleuve. Je pense qu'il n'est pas de première jeunesse, il a même un manche en bois et une lanière pour le porter comme un sac à main sur l'épaule (Attention c'est high-tech).


J'ai oublié de mentionner le superbe gilet de madame Irma ou d'indienne (une autre des mes passions, qui doit avoir rapport avec les plumes) que j'avais trouvé pendant les soldes chez New Look.


Sinon je viens de passer les minutes les plus inutiles de ma vie à regarder Felix Baumgartner, qui n'était d'ailleurs qu'un petit point blanc sur fond gris, tomber de très haut dans le ciel et râter le record de chute libre, en battant cependant des records d'audience.


Pour finir, il faut savoir qu'à la base j'étais partie pour faire toutes mes photos dehors, mais la voisine me fixait avec insistance, j'ai pas osé terminer. Voilààààààààà.








De la tête aux pieds:

Bonnet Frippes, Top H&M, Chemise Frippes, Pantalon Zara, Gilet Topshop, Manteau Camaïeu, Parapluie de la brocante

jeudi 4 octobre 2012

All that shines ain't gonna be gold

En soirée, passe encore, on peut croire que tu veux concurrencer la boule à facettes. Mais la journée, c'est une autre paire de manches. C'est affreusement sectaire d'en proscrire l'usage le jour mais les paillettes sont victimes du syndrome de la saturday night fever. 
Je les chéris tellement que je me décarcasse (comme Ducros t'as vu) pour essayer d'avoir une dégaine sortable avant la tombée de la nuit avec.

Bon la vérité c'est que je m'en contrefiche.

Je suis une droguée des paillettes sous toutes leurs formes. Ca en devient certainement risible mais je suis certaine que ça me passera, un petit peu comme les subites envies de boire des tisanes tous les soirs contre tous les maux de la terre, ou bien celle de répertorier tous les films que j'ai pu voir jusqu'à maintenant. 

Il y a peut-être un an de ça j'était donc tombée sur cette jolie jupe à sequins alors que j'étais allée en urgence chez H&M pour avoir de quoi éblouir le people du gala Supélec. 
Bim, le lendemain je rentre chez moi (avec les collants bien arrachés et les poignets griffés parce que les paillettes sont des assassines discrètes(et ça rime en plus, quelle poète...)) et là, c'est le drame. Ce genre de drame que tu vis quand t'achètes le must la veille et que le lendemain tu te rends compte que la tenue à laquelle tu destinais la chose ne va en fait PAS DU TOUT.
La vérité c'est que j'ai eu beau essayer comme une acharnée, j'ai dû attendre de trouver ce chemisier pour enfin la ressortir de mon armoire!


 

Attention, ce soir, c'est soirée discooo :-)

De la tête aux pieds:

Chemise avec col en mini sequins Forever 21, Ceinture Forever 21, jupe à sequins H&M, collants tissés fil doré Forever 21 et Boots en cuir Besson.