mardi 2 avril 2013

Le bonheur est dans le pré

Coucou les copinous!

Comme je le disais dans mon article précédent, je suis partie ce week-end pour une chouette aventure, en pleine campagne.
J'ai logé chez la famille de mon amoureux, chez des agriculteurs, j'ai donc eu la chance d'en voir des choses!

Bon, le voyage a commencé par un long trajet, un court dodo, mais quel bonheur d'ouvrir ses volets sur le champ qui sert de jardin! Du vert à perte de vue, avec seulement le bruit du vent dans les herbes hautes et le caquètement des poules.
Après avoir profité du soleil chaud, nous sommes partis à la conquête de Royan, pour avoir l'occasion de voir la mer, comme de bon citadins.
Nous avons eu peu de chance, lorsque nous y sommes enfin arrivés, il faisait gris et froid, et il faut bien dire ce qu'il est, Royan l'hiver, c'est pire qu'un centre commercial un jour férié.
C'est étrange ce sentiment que tout ait été mis sous silence, un peu comme le château de la belle au bois dormant quand elle se pique le doigt. 
Peu nous importait à ce moment là ceci dit, nous avions grand faim, et nous sommes arrêtés dans un restaurant qui proposait un menu assez varié pour satisfaire les envies de boeuf de monsieur sans contrarier les envies de poisson de madame.
Nous avons donc mangé au Carrelet. La vraie salle était fermée, et nous avons mangé dans la sorte de tente devant le restaurant, qui était chauffée, je vous rassure. Pour ma part j'ai mangé un saumon à la plancha qui était excellent, avec une sauce a beurre citronnée qui était juste parfaite. En accompagnement, du riz et un petit flan de légumes, le tout très bien cuit et assaisonné. Apparemment, l'entrecôte était aussi sacrément bonne! Comme le tout avait l'air frais, et que la note était très raisonnable, je peux conseiller l'adresse!
Après notre repas, nous avons décidé de partir en quête de divertissement et avons marché sur le bord de la mer et dans le centre ville.
Il faisait un froid de canard, mais retrouver la mer a toujours un côté émouvant qui nous ramène tous à l'âge de quatre ans, où on a envie de mettre les pieds dans l'eau alors qu'elle est glacée, et où subitement on a besoin envie d'une glace.

J'ai toujours adoré la campagne, la vie à la campagne, les animaux, TOUT de la campagne, sans jamais y avoir mis vraiment les pieds. Chaque fois ça me donne une énergie folle, me remets les pendules à zéro, m'inspire.
J'ai pu aller voir l'exploitation de la famille, qui est devenue récemment céréalière, et c'est vraiment impressionnant de voir d'où viennent nos cornflakes! Des immenses tas de maïs, dans lesquels j'avais une envie folle de me jeter, avec des tracteurs dont même les roues étaient plus grande que moi.
Et puis trois vaches, trois jolies vaches, dont une, la rousse dont la variété s'appelle la Salers (sors donc ton petit carnet culturel),et qui est splendide, malgré sa touffe de cheveux sur le haut du crâne qui donne un peu une impression de postiche.
A la suite de ça, je suis allée voir les veaux dans l'exploitation d'un autre membre de la famille, qui lui est spécialisé dans la viande et le lait de vache.
Il y avait de tout petits veaux âgés de 2 semaines, encore tout frêles, qui tétaient les doigts, avec des bouilles toute mignonnes. Si une vache ne grandissait pas autant, j'en aurais pris une pour chez moi.
Et même qu'une vache, quand ça mange ses granulés, ça rigole pas du tout, si le seau est vide, ça le déménage sans scrupule à l'autre bout de la pièce.

Ce que je retiens de ce week-end passé beaucoup trop vite, c'est que oui, il y a un décalage entre la ville et la campagne c'est indéniable, mais je pense qu'au contraire de ce que peuvent penser ceux trop pris dans le tourbillon de la société de consommation, de leurs besoins futiles et de leur confort citadin, c'est que la campagne sait profiter de choses simples, et trouver le bonheur là où nous, n'y arriverons jamais.
J'ai réfléchi à beaucoup de choses, même à la futilité de ma propre activité sur ce blog, à la vie en général, et ça me donnerait presque envie d'aller vivre là bas, parce qu'au final, j'ai trouvé un peu plus que de la verdure et de l'air pur, je crois que j'ai retrouvé un morceau de Délia qui s'était égaré.

Pardon pour la longueur de la chose, mais j'en aurais encore tellement à dire.

Pose donc tes fesses sur du foin, je te laisse avec mes photos, d'abord Royan, et ensuite un peu tout le reste.
 (En photo ça n'a pas l'air dingue, je le concède, mais qu'est-ce que c'était bon!)



 Des arbres câlins!


Et maintenant la campagne ♥


 La tenue de rigueur pour courir dans l'herbe pleine de rosée ...
 La maman chat un peu pouilleuse mais tellement à croquer!


 La mer de cornflaaakes en devenir!



Meuuuuh ♥


6 commentaires :

  1. J'ai adoré cet article ! Vraiment ! J'ai pris beaucoup de plaisir à le lire, puis à decouvrir tes photos !
    Merciiiii ;-)

    www.swagday.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors ça fera au moins une personne, j'avais plutôt l'impression de l'écrire pour moi et peur qu'il soit un peu BORING!
      Merci à toi :-) ♥

      Supprimer
  2. Merci pour cette très jolie balade <3

    Bisous!

    M.

    RépondreSupprimer

Exprime toi ici mon petit, c'est free!