vendredi 14 juin 2013

The Bling Ring sur le ring

Rassurez-moi, vous ne vivez pas dans une caverne et n'êtes pas passés à coté de la campagne du film "The Bling Ring" de Sophia Coppola.



La bande annonce nous fait comprendre que le film nous récitera l'aventure de gamines en mal de luxe (déjà pas si pauvres que ça dans les faits), et qui vont s'introduire notamment chez Paris Hilton pour chipper des objets hors de prix.

Dans les faits, l'histoire est vraie. Même le titre du film s'est inspiré des faits, puisque le "gang" de Peter Pan des stars s'appelait bien le BLING RING.

Dans la pratique, le film commence avec des images que j'ai oubliées, tellement la musique (celle de la bande-annonce) est forte. On a l'impression que le générique de début est interminable à cause de ce détail pourtant minime. Je n'étais visiblement pas la seule gênée, j'ai entendu un "ouf, c'est pas trop tôt" de l'autre côté de la salle.
S'en suit ensuite l'histoire d'un garçon, dont j'ai oublié le prénom, qui comme tous les lycéens dans les films se trouve moche, a des problèmes de sociabilité (parce qu'il vient tout juste de changer de bahut CQFD).
C'est donc tout naturellement qu'une jolie asiatique arrive, lui parle aux environs de quatre secondes pour lui demander en quel cours il va, et lui propose ensuite d'aller à la plage (NARMOUL).
Bon ceci dit, elle a fait bonne pioche, elle a aussi trouvé un adepte de la fumette, comme elle, et ils se cament sur la plage avec un blonde insipide.
Ils deviennent tous amis, et la petite asiatique aux airs enfantins vole les contenus des voitures (qui d'ailleurs sont presque toutes ouvertes aux Etats-Unis il faut croire).

Et bim, c'est le début de la fin.
Après ça, si tu penses trouver un quelconque intérêt ou scenario, tu vas tomber simplement sur des jeunes qui s'introduisent avec une facilité incroyable chez des stars (à nuancer quand même, ce sont toutes des bimbos) et qui piquent tout, qui avec leur mise se droguent, et sortent, et volent, et se droguent en volant et en buvant, et sortent danser EN SE DROGUANT ...

Je n'ai pas trouvé d'intérêt majeur au jeu des acteurs, j'ai cependant retrouvé une partie de l'esthétisme de "Marie-Antoinnette", à certains moments, trop rares et trop succints.

La fin du film ne sert pas de réponse sur les actes, leurs motivations, la personnalité des personnages reste creuse, on ne s'y attache pas.

En clair, j'était enthousiaste, je suis ressortie déçue.
Rien de plus qu'un fait divers relaté.
Le seul fait notable, c'est qu'Emma Watson est une bombe.



4 commentaires :

  1. Ton article est super intéressant! La bande-annonce nous vend du rêve mais je vois ce que tu veux dire. J'irai peut-être le voir quand même pour me faire une idée mais je trouve que c'est un peu le soucis de Sophia Coppola, de ne pas aller jusqu'au bout des choses, pourtant graves, quelle veut dénoncer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! (même si j'en ai lus après de personnes qui avaient retenu le prénom des personnages haha)
      Je ne peux pas te dire vraiment, je ne suis as une coppoliste mais je vais me renseigner sur ses films, ça m'intéresse de me faire une opinion sur son art.
      Je pense qu'à vouloir trop se centrer sur ce qu'elle dénonce, elle oublie de le resituer et de l'entourer, ça fait perdre tout l'intérêt de la chose!

      Supprimer
  2. Je vais aller le voir la semaine prochaine et c'est vrai que j'ai l'impression qu'il est un peu moins bon que ce que Sofia Coppola a l'habitude de nous proposer... ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut croire que je suis la seule à ne pas connaître autre chose de Sofia Coppola que Marie-Antoinette, mon jugement était visiblement tout ce qu'il y a de plus neutre !

      Supprimer

Exprime toi ici mon petit, c'est free!