mardi 22 janvier 2013

La survie


Ce truc horrible, qui te fait frémir, qui te fait pleurer, ressembler à une grosse loque, n'être qu'un fantôme, accroché à ses souvenirs.
La rupture.
On a beau essayer de dire, on court tous après l'amour, parce que ça fait du bien, et parce qu'on espère tous tomber sur la personne avec qui on fera sa vie, avec qui on aura un joli appartement cosy, avec qui on aura peut-être des bébés si on est fous, et qui nous tiendra peut-être la main jusqu'à notre dernier souffle de vie en se souvenant avec bonheur des années passées à nos cotés.
Mais faut bien le dire, on connait généralement des gamelles avant de tomber sur papy qui nous tiendra notre main jusqu'au tunnel blanc, et même que parfois on meurt comme un con tout seul (ou avec ses chats).

La rupture pour moi se passe toujours en trois temps et surtout très mal.


La pré rupture

C'est le calme trop calme avant la tempête, tu sens que la mer est houleuse en dessous de la surface, que Môssieur ne s'implique plus tellement, il manque de marques d'affection, d'attentions, de considération même. Disons qu'il se transforme peu à peu en monstre, et toi en une furie ultra réactive et ultra pas confiante. Faut avouer qu'en général ça n'aide pas à éviter l'inévitable.


La RUUUPTURE (Musique qui fait peur à en mourir)

Là ça déconne plus Marcel. Après un temps d'horreur pré rupture, tu t'accroches aux derniers (et lointains) souvenirs de l'amour qui existait, de la symbiose, du bonheur d'être ensemble, de papillonner, d'oublier le temps qui passe, enfin bref de s'aimer quoi.
Et puis dans un autre sens, tu as tes souvenirs proches, qui sont en général aussi douloureux qu'une ampoule éclatée dans le fond de ta chaussure, et tu te les ressasses comme un sadomasochiste bien en règle, histoire de bien pleurer et de te dire que ta vie c'est de la merde et que tu veux mourir.
Parfois même si tu es très désespéré la mort te passera par l'esprit, mais en général tu es dans un tel état que tu aurais même la flemme de te charcuter pour toi même te donner la mort et personne de bien pensant dans ce pays ne le fera pour toi, sauf s'il rêve d'aller bouffer les barreaux d'une cellule et de trouver l'amour en prison.
Tu restes chez toi, avec tes sons de l'enfer qui font couler tes larmes, tu es sponsorisé par kleenex (pour vous messieurs ce dernier détail peut paraître sordide), tu as des yeux rouges, tout le monde pense certainement que tu te tapes une conjonctivite aiguë. Qu'importe, tu emmerdes le monde.
Quand tu vois un couple tu pleures. Tu regardes remember me, ps I love you et tous les films qui peuvent te faire déverser le peu de liquide qui est encore à l'intérieur de ton corps flétri par des heures de pleurs.


La post Rupture

Ici, tu as deux options. Soit tu as décidé d'enterrer le cadavre de ta rupture, soit tu le trimbales sur ton dos.
Mais sache que dans le deuxième cas, tout le monde le verra, tu seras socialement un rebut, tu t'enfermeras dans une profonde dépression et ne feras rien de ton existence si ce n'est attendre vainement que la mort vienne te cueillir. Et sache que tu peux attendre longtemps vu que l'espérance de vie est en constante augmentation.

Première étape, se convaincre de la méchanceté de l'ancienne moitié.
Après des heures à pleurer, arrivée parfois à la pénurie, (même que j'ai eu des orgelets et que ça fait mal, vous marrez pas) on finit par se dire qu'on ne mérite pas de tant souffrir alors que l'autre doit déjà refaire des soirées, boire pour oublier, oublier pour boire, enfin bon, on comprend que souffrir inutilement ne sert à rien sinon à se faire du mal de façon gratuite. Et pour une fois on aime pas la gratuité. 
DOoonc, on fait le point sur sa relation, et comme on sait qu'on veut obstinément trouver l'autre méchant on finit généralement par y arriver (et si ce n'est pas le cas, les copines qui nous auront vu détruite pourront acter de faux témoignages pour nous rendre le sourire). PREMIERE VICTOIRE.

Deuxième étape, puisque ladite personne ne mérite pas tant d'attention, alors il faut absolument se changer les idées, pour arrêter de penser à arrêter d'y penser (If you know what I mean). Donc on use de tout les stratagèmes possibles et inimaginables de l'univers tout entier. On regarde des films qui font rire (ou des disney), on regarde des séries qui font sourire (How I met Your mother, Scrubs, Kaaemelott) , on pense positif, on fait attention aux petits détails que la chienne de vie veut bien nous offrir pour nous rendre HAPPY AGAIN. Comme quelqu'un qui se casse la gueule par exemple, c'est bien connu que le malheur des uns fait le bonheur des autres.
On ne quitte pas non plus ses écouteurs/enceintes/salles de concert et on écoute de la musique POSITIVE. On oublie the fray, the XX, Stone Sour et compagnie! (je ne mettrai pas de liens, au cas où des dépressives de l'amour tombent ici, je ne veux pas être responsable de suicides).
Coucou à Cocoon, Lady gaga, et tout ce qui fera bouger ton Bootie de femme libérée.
Et aussi, on hésite pas à fantasmer sur tout un tas de surhommes, parce qu'il faut retrouver goût dans les hommes et que commencer par là ne sera pas un mal *Baave*

Enfin, ON SORT. Tout le temps, partout, parce que c'est dans ce flot continu de gens qu'on finit par s'amuser vraiment et oublier qu'on a le coeur qui brûle dedans. Et au bout d'un moment, on éteint l'incendie sans même s'en rendre compte
On fait ce qu'on a envie de faire, on s'entoure des gens qu'on aime, on fait des bêtises si ça nous aide à avancer, et surtout à nous retrouver. 
Et on oublie pas de se souvenir qu'on est une bombe sexuelle, qu'on est super comme fille, qu'on a plein de qualités et qu'on en vaut la peine.

Et surtout on oublie pas que même si c'est dur, après la pluie vient le beau temps.

ON TIENT LE BON BOUT QUOI ♥




dimanche 13 janvier 2013

J'ai été taguée par...

Mercredie, détentrice d'un chouette blog qui parle de la mode vue par elle-même et puis de ses découvertes, qu'elle nous fait partager volontiers. Et en plus elle a des beaux cheveux (très beaux).

La règle du jeu, c'est :

- de citer le nom de la personne qui vous a tagué(e)
- Dévoiler ensuite 11 choses sur vous-même
- Puis répondre à 11 questions posées par la personne vous ayant tagué(e)
- Et enfin en poser 11 autres à votre tour à 11 blogueuses/blogueurs que vous choisirez parmi vos préférés.


Bon par contre, pour les 11 bloggeurs/euses à choisir les gars, autant vous dire que je n'ai pas assez fouillé la bloggosphère pour proposer ça à des personnes ne l'ayant pas encore fait, puisque j'évolue dans un monde de blogs très connus ou très inconnus mais se connaissant entre eux!

C'est donc l'heure fatidique où je me dévoile.

1. Je parle à mon chat. A peu près tout le temps, de tout, et d'une façon très humaine, ce qui pourrait laisser penser que je suis un peu DINGUE. Mais je sais qu'elle me comprend. Bande de jaloux! (Screugneugneu)



2. Je possède une peur panique des scouts. Me demandez pas pourquoi, mais leurs shorts et leur attirail complet sac/casseroles/béret ne doit pas y être pour rien. Et le coté crapahutage dans la forêt par moins mille non plus d'ailleurs. Et en plus ils se déplacent en bande, les fourbes. J'ai cherché sur internet, apparemment cette phobie n'existe pas encore, je suis visionnaire.

3.  Je suis passionnée par la pâtisserie et j'aimerais en faire mon métier si une école veut bien de moi.



4. J'ai des allergies qui font que j'ai tout le temps le nez qui coule, et je trouve ça anti-glamour mais je vis avec. Et je me soigne.

5. Je possède une sublime collection d'une cinquantaine de livres de pâtisserie en tout genre, que je lis pour me faire baver et rêver de temps à autres.

6. La pêche n'a pas de secret pour moi, parce que j'y allais souvent avec mon papa quand j'étais gamine.

7. Je suis une attardée en géographie.

8. Je déteste la politique parce que personne n'a jamais raison et que tout le monde finit toujours par se manger le nez à cause de ça.

9. Je pourrais m'engager pour Greenpeace un jour parce que je suis une fervente défenseuse de la nature, des animaux, et que j'ai fait une superbe pièce de théâtre sur les économies d'énergie au collège et que ça m'a vachement marquée. 

10. Ca fait 2 ans que je veux me faire tatouer mais je n'arrive pas à me décider sur quoi.

11. Je chante tout le temps, de tout, surtout des musiques aux airs pénétrants et insupportables qui finissent par m'étouffer moi plus que les autres. 

Et voilà les questions de Mercredie!

1. Que trouves-tu de plus réussi dans ton blog ?
Le fait de ne pas encore avoir arrêté d'y poster des articles! Je suis du genre à commencer des choses et les arrêter aussi sec. Comme il est tout récent, je n'y vois pas encore d'autre grande réussite :-)

2. La chanson un peu bidon que tu adores… (bon ok moi c’est Moi… Lolita) ?

Rasputin de Boney M, je crois que c'est autant un classique qu'une chanson bidon, mais je la classerai toujours dans la seconde catégorie depuis que j'ai vu des gens danser sur la chorégraphie de Just dance sur la Wii ...

3. Le film que tu pourrais regarder encore et encore ?

Mhh, sans hésitation Charlie et la Chocolaterie de Tim Burton (quoi qu'il y a aussi Raiponce, dont je connais les chansons par coeur, et où je ris encore aux blagues alors que je l'ai déjà regardé une bonne dizaine de fois). Tim Burton est un génie, et Johnny Depp est probablement l'acteur que je préfère, car il joue à merveille les gens dérangés mentalement. Ce film, c'est le bijou qui t'emmène au pays où tu peux te baigner dans du chocolat brassé par une fontaine, où les arbres sont en sucre tiré, les chewing-gum constituent des repas... C'est la représentation de l'imaginaire comme je la préfère. Sans faute qui puisse rappeler la réalité, et avec des détails surprenants qui amusent et fascinent. 

4. Ton objectif numéro 1 pour 2013 ?

Entrer dans une école de pâtisserie, même si le rêve s'éloigne à petits pas!

5. Ce que tu ne supportes pas chez les autres blogueurs/blogueuses ?

La suffisance. C'est surtout le cas chez les grosses bloggeuses. Elles finissent par oublier les personnes qui sont derrière elles et leur permettent de vivre de leur passion! Un des défauts les plus répandus est certainement de cacher aux lectrices/eurs la source de la richesse qui leur permet de dévoiler autant sur leur blog. 
Enfin, je pense que le refus de la critique négative doit bien être la pire des choses!

6. La marque de fringues pour laquelle tu pourrais faire des folies ?

Aucune! Je me suis d'ailleurs demandé où je pourrai bien dépenser tout mon argent si je devenais riche un jour, puisque je suis plutôt du genre à picorer partout, surtout dans les enseignes cheap. Comme je vis avec mes moyens j'ai peur de me faire du mal en regardant les marques inabordables, alors je ne le fais pas.

7. La pièce mode que tu t’achèterais en premier si tu gagnais au loto ?

Une paire de Louboutins! Que je ne porterai certainement jamais puisque j'ai des pieds mal fichus qui me posent problème avec les escarpins. Mais je les poserai dans une vitrine (achetée avec la cagnotte), et je les admirerai.

8. L’artiste (chanteur ou chanteuse) qui a, selon toi, le plus de style ?

Lady Gaga, parce que j'aime les extravagances, et qu'elle en est une grande!




9. Ta plus grosse erreur de jeunesse (d’un point de vue stylistique)

Avoir essayé de suivre la mode pourrie du collège pendant quelques mois pour mieux m'intégrer. J'ai bien failli me perdre en chemin tiens!

10. La tendance fashion avec laquelle tu as eu le plus de mal ?

Environ toutes. J'ai tendance à faire le saumon de la mode, à tout suivre mille ans après, quand c'est démodé, parce que je déteste faire comme tout le monde.
Sinon on peut dire que le fluo ne m'aide pas trop...

11. Un adjectif pour vous décrire toi et ton blog ?

Folle/Fou. Puisque d'après l'avis de mes proches c'est ce qui me qualifie le mieux, et qu'apparemment, mon blog me ressemble.

Comme dit plus haut, je suis un bébé du blog, alors je suis le bout de la chaîne malheureusement! En attendant des jours plus grands où je pourrai interroger des bloggeuses! :)

(Merci à Mercredie pour son tag <3 )

jeudi 10 janvier 2013

Le défi, partir en safari

J'aime bien arriver devant un truc, me dire que je le déteste, et me mettre au défi de l'apprécier. Chacun son truc hein.

C'est la raison pour laquelle j'ai fait entrer du léopard dans ma vie. Non rassurez-vous, je n'ai pas un léopard en animal de compagnie, je ne suis pas certaine que mon chat survivrais très longtemps (bien qu'elle tienne tête à des rottweiler, mais ça c'est un autre chapitre).
J'ai simplement acheté des collants. Tu es déçu, je le sais.
Je me suis dit que ce serait plus simple à porter qu'un top ou une jupe mais au final je crois que je m'étais un peu trompée. Je ne suis pas certaine que je ferai entrer encore du léopard dans ma vie. Mais je trouve l'exercice amusant de me forcer à porter ce que je n'aime pas à priori.
La prochaine fois je pense que ce sera du fluo, parce que je trouve ça bien moche. Et mis à part celui que je m'étalais sur les ongles au collège, je n'ai pas d'expérience pouvant me prouver que ça me donnera bonne mine.
Ou un legging sans rien au dessus ni en dessous (JOKE).

Mis à part ma lubie passagère de porter l'importable (selon moi seulement, no offense aux addicts des imprimés de la savane et autres fantaisies animalières), j'ai mis mon nez dehors pour aller voir ce qu'il se passait pour les soldes.
Mis à part des furies, et des démarques qui tournent en général autour de 50% sur des trucs franchement pas glop, je n'ai pas aperçu grand chose à mon plus grand désarroi!
Sur internet, déjà que j'ai du mal en temps normal, je n'ai bien entendu absolument rien trouvé, mais je me consolerai avec ma crème hydratante pour les mains de chez The Body Shop au gingembre et au beurre de cacao.

A des démarques plus clémentes!







Toque en fausse fourrure New Look, pull NafNaf, Short rapporté de Thaïlande par une amie, collant de la brousse Asos, bottes du Marché, Écharpe des fripes, sacoche Etam et bague Six

mardi 8 janvier 2013

Warm


(Mon chat il pose comme si on allait lui faire un portrait peinture, on déconne pas avec son image)

Tu vois la fille qui étouffe sous ses couches de chaleur  et qui peut fermer son manteau uniquement sous la menace?
Tu vois la fille qui sort son bonnet en septembre alors que la moitié du monde porte encore des tee-shirt dehors?
Tu la vois aussi cette fille qui continue à porter ses bottes de neige juste parce que c'est confortable jusqu'en mars?
Et celle qui porte une écharpe ou un foulard toute l'année?

Et bien je suis toutes les filles, tu vois (Oui toutes les femmes de ta vie).

C'est donc tout naturellement que je possède un pull, que j'ai acheté en me promettant de ne jamais le porter en dehors de mon appartement. Mais que j'ai porté depuis le mois d'octobre environ tous les jours. Promis je le lave. 
Le froid a eu raison de moi.

C'est donc la raison pour laquelle chaque fois que j'entre quelque part, je m'effeuille, sous peine de suer à énormes gouttes.

Je le trouve fort peu saillant, plutôt moche même, mais je me sens à la maison quand je l'enfile, alors ce gilet au final, fait partie de mes incontournables!
Ô toi, je préfère te prévenir qu'il paraît tout droit sorti de la penderie de ma mamie mais il n'en est rien.


Avoue-le, toi aussi tu possèdes ce genre de choses.




Gilet de mamie de chez Phildar New Look

Spécial Guest: Mon nounours qui a vécu mes premières années avec moi, il mérite un hommage pour la misère qu'il a vécue.

dimanche 6 janvier 2013

Feeding the monster

J'ai déjà essayé la plupart des crèmes qui se vendent dans les grandes surfaces, sans succès (promis un jour je me résignerai à acheter de la bonne camelote).
Pourtant je n'ai pas un type de peau abominable, mais une tendance à avoir la peau qui brille en fin de journée.
En traînant sur le site de kiko, j'ai pris le temps de regarder ce qu'ils proposaient en crème hydratantes, puisque je suis généralement conquise par leurs produits et leurs prix.
J'ai donc fini par acheter la crème matifiante de la marque, "kiko mat' fluid".

Comme l'huile démaquillante, la crème n'a pas d'odeur prononcée, elle s'étale bien, pénètre vite dans la peau, et sincèrement, elle joue très bien son rôle de matifiant, j'avais la peau pimpante jusqu'au moment de me démaquiller.
Mais c'est alors que je commençais à croire que j'avais trouvé mon âme soeur de crème, que le drame se produisit.

Il ne fallut pas très longtemps à mon chéri pour détecter une vague odeur de rance sur ma peau, un truc vaguement désagréable, qui lui a fait froncer la narine. A partir du moment où il me l'a fait remarquer, je n'ai plus du tout vu l'effet bénéfique de la crème. Cette odeur de rance est atroce. Je ne sais pas s'il s'agit de ma peau, d'une réaction chimique étrange d'un autre monde, mais dans le doute, je ne la conseillerai pas à ma copine.
Sauf si je lui savais le voeux de vouloir sentir mauvais.

Je retourne donc dans ma quête de la crème hydratante (sur mon cheval blanc, à travers le monde, au delà de l'endroit où se lève le soleil...).

Bon dimanche.

Pour info totalement inutile, ma mère vient de trouver un oeuf avec deux jaunes, je pense que dieu m'envoie un signe pour me demander de ne pas désespérer dans ma quête.




samedi 5 janvier 2013

Saturday Night Fever

Coucou!

Un petit moment que je ne suis pas venue écrire, mais je suis vivante et en pleine santé, promis.
D'ailleurs bonne année quand même!

Je pensais poster cette tenue pour nouvel an, mais trop emportée dans la confection de petits choux à la crème, je n'en ai pas eu le temps.

Cette robe, ce fut une grande histoire d'amour, love at first sight. Comme pour ne pas changer, il s'agit bien sûr de paillettes. Bleues.
Mais comme parfois en amour il faut savoir dire non, je me suis raisonnée et me suis dit que décidément je ne porterai cette robe qu'une fois ou deux pas plus. Insortable? Certainement.

Je suis donc repartie, le coeur vide, les yeux brillants et la larmichette en coin.

Et là, les soldes dernières, je rentre dans H&M peu convaincue parce que soit dit en passant pendant les soldes ils nours ressortent des trucs de sous les fagots qui datent d'il y a trois collections et sont hideux, je tombe nez à nez avec ma merveilleuse, ma dulcinée, la plus étincelante.
La coquine ne coûtait plus que dix petits euros, je me suis donc décidée à dire que c'était un prix plus que raisonnable même si elle ne voyait jamais la couleur de mes fesses.

En réalité, je ne l'ai jamais portée, j'attends une occasion particulière parce qu'elle le vaux bien.

On ne peut pas vraiment parler d'une tenue, puisqu'elle se suffit amplement à elle-même, et les photos ne lui rendent pas bien justice, mais imaginez des "hoo" et des "haaa" fusant de toutes parts (dans mes rêves les plus fous).
Je porte donc pour la saturday night fever, une robe H&M d'une antique collection, ainsi qu'une paire de chaussures de chez New Look. La bise dans vos chaumières <3







Et puis en bonus une photo d'une qualité bien pourrie mais où on voit mon petit loup des forêts qui déteste les photos et qui me déteste aussi moi assez souvent.

Elle s'appelle Myrtille, et c'est le chat le plus sage filou de l'univers.

Vous la reverrez par ici.