lundi 30 septembre 2013

L'absolu rouge de Lancôme

Aujourd'hui, c'est le jour où je te présente mon bâtonnet de rouge à lèvres préféré.


Porter du rouge à lèvres, c'est automatiquement te faire remarquer quand ce n'est pas un nude. Tu te feras forcément regarder (de travers aussi) par quelques personnes à la gare, au travail et compagnie.
Alors quitte à y aller, autant y aller FRANCHEMENT. 
Le rouge je l'aime, j'aime les couleurs vives, qui donnent bonne mine, et font oublier les heures de sommeil manquantes, font briller un sourire.

J'en ai mis du temps à trouver cette teinte.
Je voulais un joli rose framboise, une belle purée bien vive. Mais sur mes lèvres tout tournait au rose fade.


J'en avais assez aussi des rouges qui ne tenaient pas, marquaient les stries des lèvres et compagnie. Alors je me suis fait un beau cadeau. 
J'ai lorgné dessus un moment sur ce joli tube. Et puis la couleur allait si bien avec mon idée du rose framboise, que j'ai fini par succomber. Le Rose Mythique était à moi.


Depuis, c'est le rouge des grands jours. Quand j'ai envie d'être belle et fière je l'arbore. 
C'est bête, c'est seulement du rose sur les lèvres.


Il s'applique très bien, il ne file pas dans les plis, a un léger coté brillant sans faire trop glossy. 
C'est certain que quand j'aurai besoin d'un nouveau rouge, j'hésiterai à le racheter à cause de sa composition, mais qui sait, ce sera peut-être mon exception, mon absolu?

lundi 23 septembre 2013

L'huile de noix de coco, mon petit plaisir capillaire.

Je n'ai jamais aimé les produits comme les masques réparateurs, ou les bidules comme ça. Tout ceux que j'ai essayé jusqu'à présent n'avaient rien donné, mis à part me graisser les cheveux. Super productif sachant que c'est mon seul cheval de bataille.
En regardant la composition je m'étonne moins maintenant.

Mais voilà, mes cheveux poussent, et je dois les garder longs, alors comme je n'avais pas forcément envie que ça ressemble à du poil de poney, j'ai cherché une chouette solution.

L'huile de coco



C'est quoi?

De l'huile extraite de la pulpe de la noix de coco, que l'on presse.

Ca se présente comment?

En flacon, en pot, en fonction de la température (+/- 25°C) il s'agit soit d'une huile à la limite de la transparence très liquide, soit d'une huile blanche et solide. C'est d'ailleurs assez surprenant!



Je l'achète où?

Dans les magasins bio, ou bien sur aroma-zone. Non pas que j'incite au bio (si un peu en fait), mais je n'en ai jamais vu ailleurs!

J'en fais quoi?

C'est simple, il suffit d'en prélever, et au besoin de chauffer l'huile au creux de tes mimines pour qu'elle se liquéfie, puis en appliquer sur nos pointes, en faisant pénétrer. Ensuite, on laisse poser autant qu'on peut, en essayant de garder notre huile sur la tête au minimum 1 heure.
Après, on shampouine comme d'habitude.

Et alors, question résultat, ça donne quoi?

Oui parce que c'est bien mignon, mais bon, c'est ça l'important.
Et bien primo, ça sent divinement bon. Enfin si tu aimes la noix de coco! (mais qui n'aime pas la noix de coco?)
Deuxio, c'est agréable à appliquer, et t'as pas à poireauter dans ta douche comme un couillon quand ça pose sur ta tête en te gelant le derrière ou en vidant ton ballon d'eau chaude.
Tercio, ça s'enlève facilement. Pas comme les trucs méga gras dégoutants qu'on te vend chez carrouf.
Quatrio, quand tes cheveux on fini de sécher, ils sont douux, douuux. Tu peux, avec un air victorieux, dire adieu à tes pointes un peu sèches (sous condition que tes cheveux ne soient point déjà morts), car l'huile de coco viendra à leur secours.

De ce que j'ai pu lire, l'huile de noix de coco est une des meilleures huiles de soin capillaire, car elle pénètre dans le cheveu et le répare et le nourrit en profondeur.
J'ai bien fait de faire le pigeon et d'essayer, parce que c'est AU TOP! Ca fait six mois que je n'ai pas vu la coiffeuse et j'ai bon espoir pour qu'elle ne me propose pas son "soin" la prochaine fois ... Haha.

Et toi, ta recette miracle pour sauver tes cheveux en détresse, c'est quoi? 

lundi 16 septembre 2013

Cupcake Rhubarbe, nuage de crème au beurre au chocolat blanc légèrement vanillé

Coucou vous!

Aujourd'hui c'est jour de gourmandise.


C'est bon, j'ai planté le décor.

J'ai déjà parlé de mon non amour pour les cupcakes, trop sucrés et écœurants pour la plupart. J'ai bien la sensation que j'ai toujours été la seule à le penser, mes petits gâteaux ont toujours été dévorés avec avidité par mes convives, mais je restais un peu sur ma faim.
Parce que visuellement je trouve que c'est un des rares gâteaux où l'on a autant de liberté, autant le choix d'exprimer son humeur, ses envies, enfin sa personnalité quoi.

Le cupcake, ce gâteau que j'avais jeté aux oubliettes, par frustration, en me disant que la crème au beurre c'est sucré et gras.

Et puis une très très chouette amie (Ma péné MOUAK ) m'a offert un livre sur lequel je bavais depuis des millénaires chez Carrefour. Un joli livre rond, "Cupcakes à croquer" des éditions Larousse.
Et là, je bave devant toutes les images, je me dis que non, je ne vais pas pouvoir simplement attendre un signe, ou un cupcake que je savourerai enfin.


Je vais créer mon cupcake du love.

J'ai réalisé une première recette avec une autre amie à moi, recette à laquelle nous avons retiré du sucre un peu partout. Et franchement, c'était exquis. Le gâteau fondant, la crème fondante aussi. Le mélange parfaitement équilibré des deux.

Le surlendemain, je retente l'expérience. J'ai de la rhubarbe fraîchement cueillie chez moi, j'en fais une compote très peu sucrée pour garder son acidité et HOP Marcel, on y va!



Ingrédients 

200 G de farine
1 càc de levure chimique
1 pincée de sel
180g de beurre
100 g de sucre
3 gros oeufs
150 g de compote de rhubarbe (environ !)

Préchauffe ton four à 180°C.
Fouette le beurre très ramolli, que tu auras pris soin de sortir une petite heure avant de ton frigo, avec le sucre, pour que le mélange soit mousseux et aéré.
Ajoute tes oeufs un à un.
Incorpore les ingrédients secs de ta recette ( farine, levure, sel).
En dernier lieu ajoute la compote, en prenant soin de mélanger.
Ensuite, verse ta préparation dans des caissettes en papier (dans un moule aussi, individuel ou une plaque, à toi de voir ce que tu as sous la main!).
La cuisson dure une vingtaine de minutes mais tout dépendra de la taille de vos bébés sucrés, alors disons que la cuisson est terminée quand la pointe d'un couteau ressort sèche et que le gâteau prend une jolie couleur dorée.

La crème au beurre au chocolat blanc


100 g de chocolat blanc
120 g de beurre ramolli 
1/2 cuillère à café d'extrait de vanille
70 g de sucre glace

Utiliser encore une fois un beurre très ramolli, c'est très important!
Fais fondre votre chocolat, et laissez le refroidir. 
Fouette le beurre avec l'extrait de vanille, puis, quand le beurre est bien aéré ajoute le chocolat bien tiédi (pour ne pas faire fondre le beurre).
Ensuite, ajoute ton sucre glace. J'en ai retiré la moitié par rapport à la recette initiale, ça sauvera ton gosier!

Le montage

Etape cruciale, ATTENTION, tu prends une poche à douille que tu remplis de ta crème au beurre à 10 000 Kilocalories la demi cuillère, et tu décores chaque cupcake avec. Il faut être patient, ton cupcake doit bien avoir refroidi, pour que ta crème ne fonde pas dessus et ne se fasse pas la malle!
Ensuite, si tu es un fou de la custo, tu peux rajouter des décos dessus, comme des petits coeurs, des nuages, des étoiles.

Tu les mets au frais pour que la crème finisse de prendre, et je te conseille de faire chauffer une bouilloire, de sortir tes tasses, et de dévorer les précieux en les ayant sorti du frigo une petite demi heure avant (la crème sera plus fondante...) en papotant autour d'un bon thé (fruits rouge pourquoi pas!)


Je te préviens, si tu cherches le goût de la rhubarbe, il est fortement dissimulé sous le chocolat blanc, mais il est là (mais caché quoi)!

Un bisou!

jeudi 12 septembre 2013

Et Paon!

Le paon est un animal Majestueux, ses plumes sont magnifiques, pleines de reflets. Il est fier, il est beau, et moi en cette journée pluvieuse, assise chez moi, blottie dans mon ennui latent avec mon bol de tisane, j'avais envie de devenir exceptionnelle. Rien que ça. Sans prétention, aucune (haha).


J'avais encore en tête les belles couleurs du paon vu au Zoo la semaine dernière, mais aussi le souvenir d'un makeup que j'avais déjà réalisé il y a des années de ça.

J'ai sorti mon bazar à maquillage, qui commençait sérieusement à prendre la poussière après deux longs mois de vacances. J'ai eu un mal fou à utiliser mon pinceau, j'ai fait des chutes, j'ai pesté comme un beau diable, et après deux tentatives, ouf, c'était le résultat que j'attendais.

J'ai utilisé plein de fards, que j'ai tous humidifiés (j'ai craqué, trop de chutes) pour avoir une pigmentation extrême, parce qu'on ne fait pas le paon à moitié. C'est comme ça. Sinon tu fais un autre animal, le canard, le pigeon, mais pas le paon. Sinon tu lui fais pas honneur.





Alors il y a ma palette Sephora (dont la plupart des fards sont soit poudreux, soit pas assez pigmentés à mon goût), une palette du marché à 1€ pour le vert et le bleu, un blush de ma palette Sephora également, un gloss Clarin's parce que je voulais être un paon un peu sobre, et aussi, mon petit mascara que je viens d'adopter, tout bio, tout beau et dont je te reparlerai prochainement.


Je te fais la roue et je m'en vais, nonchalament me démaquiller.
Léon, Léon Léon
(Au cas où tu saurais pas, c'est le cri du paon!)


mardi 10 septembre 2013

Le baume à lèvres qui sauvera ta bouche en détresse

Coucou petit minou! 

Aujourd'hui, on parle d'un truc capital, surtout si on a un chéri : avoir les lèvres douces.
Même sans chéri d'ailleurs, c'est pas franchement agréable d'avoir des lèvres look papier de verre, déchiquetées et en plein décès.

J'ai donc toujours eu mon petit tube de Labello sur moi, souvent avec des chouettes odeurs (fraise, mentholé, qui scintille, qui glosse(ça c'était hyper kikoo)). Mais je dois bien avouer que j'avais la sensation que ça m'asséchait les lèvres, ou plutôt que ça me rendait limite dépendante de mon bâtonnet. Une vraie camée du tube je te dis. Dès que la matière avait un peu pénétré, j'avais des petites bouloches fort peu agréables, et les lèvres encore plus désséchées.

J'ai fait la macabre découverte que les matières ne pénètrent pas les lèvres, elles s'accumulent en couches sur tes pauvres lèvres éprouvées et boum, les assèchent un peu plus. Ce qui fait que toi, qui crois que le Labello va te les réparer, tu vas en remettre, et en remettre, et ce sera le cercle vicieux ultime.

Alors moi d'un coup, je me suis mise à me dire que STOOOOP, j'arrête la drogue Labello, et j'offre à mes lèvres du vrai réconfort de qualité.

Dans ma chouette Biocoop, j'ai donc trouvé un stick Lavera, marque à laquelle on peut apparemment faire confiance, tout basique, sans odeur, et sans grande autre prétention que d'hydrater les lèvres en détresse. Ca tombe bien c'est pile ce que je cherchais. Va savoir pourquoi inconsciemment je finis par associer trop d'odeur à une efficacité médiocre.



J'ai été charmée par la composition pleine de produits hydratants : De l'huile de jojoba, de la cire d'abeille, du beurre de karité, de l'huile d'olive et j'en passe! de platiiine!

Un petit bâtonnet certifié Natrue, contenant 70% de produits issus de l'agriculture biologique ou de cueillette sauvage contrôlée, autant vous dire que c'est de la nature en stick quoi, surtout que le label Natrue est assez strict, comparé à notre Cosmécharte qu'on croise le plus en France.


J'ai vu qu'il existe d'autres parfums fruités, un peu moins riches en produits naturels purs, mais qui pourront égayer nos petites lèvres pendant l'automne (qui n'existe plus) et l'hiver.

Alors si toi aussi tu as tendance à avoir des lèvres gercées, que tu veux y remédier vraiment, ce petit stick c'est la magie mon petit (et sinon, ça paraît évident mais il faut BOIRE de l'eau en quantité suffisante).

Allez, un bisou douceur maximum mon roudoudou!

(C'est tellement passionnant un article sur un stick à lèvres, mais je me devais de vous dire que vous pouvez jeter tous vos sticks avec des matières pétrochimiques si votre but est d'avoir des lèvres de bébé, voilà j'vous ♥ et un GROS BISOU)

Tu pourras trouver ce superman labial dans les magasins bio, pour des prix que j'ai moi même observés allant de 2€30 à 5€ (oui oui ...) et sur internet!

lundi 9 septembre 2013

Le monde merveilleux du Zooparc de Beauval

Le Zooparc de beauval, a Saint Aignan, est un zoo créé par une passionnée d'oiseaux, qui avait décidé d'ouvrir les portes de son zoo pour partager sa collection personnelle. Très vite, il n'y a pas eu que des oiseaux dans son zoo, et c'est maintenant une jolie population venue des quatre coins de la planète qui y loge.

Oui mais ce n'est qu'un zoo vous me direz, et un zoo c'est quoi, des animaux dans des cages, qui ont l'air blasés par des années à tourner dans 5m² et qu'on aimerait voir libres.
Et bien à vrai dire, je n'ai jamais aimé le zoo de thoiry de ce dont je me souviens, parce que je ne sentais pas le bien-être des animaux.
A Beauval, les soigneurs qui expliquent la vie des animaux sont empreints d'une douce passion qui témoigne des soins apportés aux bêbêtes du parc. Leurs enclos, souvent bordés de vitres, permettent un échange avec le public. J'ai été étonnée de voir un bébé orang-outang reconnaître dans le "kiki" d'un petit une image qui l'a fait réagir au point de taper sur la vitre. On aurait presque pu croire qu'il souriait avec ses petites babines!
Il y a des animaux absolument partout. Des canards, des paons, des oiseaux. Les moineaux passent même à travers les trous des grillages et cottoient les grand Ara multicolores.

Des serres à thèmes permettent de se couper réellement du monde, de voir des animaux rares, comme les koalas, et de s'imprégner du savoir-vivre animal.








C'est un peu plus qu'un parc, c'est un voyage, dans l'observation, dans l'étonnement.

Le spectacle de rapaces et d'otaries est génial. Il n'a pas beaucoup changé depuis que j'y étais allée il y a une dizaine d'années pourtant, mais toujours les mêmes éclats de rire devant les otaries qui applaudissent, ou la même surprise effrayée devant les rapaces de trois mètres d'envergure qui nous frôlent.



On peut se balader jusqu'à la tombée de la nuit, et avec un peu de chance, assister à des câlins familiaux des petits singes à la vie si trépidante et agitée.


Pour 25€, voyage assuré en monde animal!


Alors avec les petits, entre amoureux ou même tout seul, on file renouer avec nos racines!



jeudi 5 septembre 2013

Pukka; Boire des tisanes engagées

Pour remettre les choses dans leur contexte, ma grande passion en ce moment est d'écumer les magasins Bio. Par conviction, mais aussi parce qu'hormis le rayon cosmétique que j'arpente en long et en large, le rayon nourriture est truffé de produits qu'on ne retrouve nulle part ailleurs. Habituellement je repars avec des pâtes, du quinoa, ou des confits à manger à l'apéritif.

Et là, juste derrière le rayon cosmétique, je tourne la tête, et je tombe sur des petits packagings trop mignons!
Ca aurait pu être n'importe quoi, comme de la pâté pour chien, des noix de lavage, avec cette tête là j'aurais pu les acheter. OUI JE SUIS FAIBLE.


Je me suis penchée sur la question, et il s'avère qu'en plus de ça, c'était des infusions et thés. Alors moi en grande fanatique de trucs chauds à boire, j'ai sauté sur l'occasion.
Bon, après une bonne vingtaine de minutes à me demander lequel choisir, je n'ai réussi à arrêter mon choix que sur 3 saveurs, sous l'oeil avisé de l'Homme qui priait pour que je me décide un jour.
J'ai eu de la chance, un ancien camarade de classe travaillait dans la biocoop où j'ai dévalisé le rayon, j'ai même eu droit à un joli sac biologique, qu'ils réservent en théorie sur le site à partir de 15 pounds d'achat.


Pukka, pour parler un peu de la marque a été créée en 2002, avec pour objectif de créer des produits respectueux, et savoureux. Les thés sont sélectionnés aux quatre coins du monde, pour trouver les plantes les plus à même de créer des arômes inédits et produites dans des conditions respectueuses. Les thés et infusions sont certifiés bio, issus du commerce équitable, et jusqu'aux boites on sent l'engagement, puisque les cartons utilisés sont issus de forêts gérées durablement.
La ligne de conduite de Pukka est l'ayurveda, une philosophie indienne médicinale, selon laquelle on peut vivre en parfait équilibre avec soi même, mais aussi avec, et grâce à la nature, avec des soins à base de plantes; cependant, il faut y associer une hygiène de vie sain.



Enfin, pour terminer sur l'éloge de la marque, un grand nombre d'infusions ont des vertus particulières, ou des petits noms sympathiques, mais je vous laisse découvrir ça sur leur chouette site.

Les trois petits que j'ai adopté sont : Menthe poivrée et réglisse, "Amour" et Gingembre et citronnelle.


 Le petit "Amour" à la rose, camomille et lavande est un délice. C'est une tisane très douce, aux saveurs délicates. Je m'attendais à sentir la lavande en note de tête mais tout est très équilibré.

Png: http://sellyourhate.deviantart.com
La citronnelle et le gingembre forment un duo de choc, avec des notes citronnées, et une saveur sucrée et un poil épicée en fin de bouche, avec monsieur le gingembre. Etonnant mais délicieux!!


Quant à la menthe poivrée et la réglisse, c'est mon parfum préféré, je suis une grande nostalgique des bâtons que je machouillais petite à la récréation!

Chaque parfum possède sa note sucrée, de ce fait ces tisanes, quand elles sont suffisamment infusées, n'ont pas besoin de sucre, ce qui est un bon point pour celles qui feraient attention à leur ligne.

Sachant que le site fait des frais de ports très attractifs et que les tisanes ne sont pas chères à l'unité, pourquoi se priver de bonnes plantes qui réchaufferont nos soirées d'hiver? :-)
Pour celles qui seraient généreuses et voudraient partager cette nature sous carton, des packs cadeau son disponibles!

Alors mon chaton, ça te tente ces tisanes?



mardi 3 septembre 2013

Le henné pour les nulles (comme moi!)

La rentrée, c'est synonyme de changement de tête.
Sauf que cette année, je dois laisser pousser mes cheveux fous pour pouvoir les attacher. Pas de coupe révolutionnaire à l'horizon donc.

Mais là, bon sang, une rentrée sans changement, c'est comme un noël sans père Noël, comme une messe sans prêtre, comme une vache sans lait, comme un soleil sans rayons (t'en veux encore ou bien j'en ai assez?).

J'ai donc, en bonne pressée que je suis, refusé d'attendre qu'une éventuelle commande aroma-zone n'arrive dans ma boite aux lettres, et ai donc pris le chemin du rayon beauté de ma Biocoop. Du henné de perse reflets cannelle & co? Ca fera l'affaire.


(J'ai pas pu m'empêcher, pardon, mais c'est trop bon bouhaha)

La notice est claire, je mets de l'eau chaude dans la poudre, pour que ça fasse une pâte, si je veux j'ajoute un yaourt pour que ce soit nourrissant, mais tiens ça tombe mal je n'ai pas de yaourt donc je mets de l'huile de jojoba. La tambouille maison ressemble vaguement à de la pâté, mais en plus liquide. Ou de l'argile en plus solide.
Je pensais que j'arriverais à une pâte lisse parfaite, mais c'est ma déformation professionnelle de pâte à GATEAUX qui faisait son boulot. 
Bref t'auras compris que j'ai bien mélangé. Ca donnait presque envie d'en manger ou pas.
Ensuite, je n'avais pas de gants, et en plus de ça j'ai gardé mon tee shirt, ça va que c'était un truc que j'avais bricolé moi-même auquel je tenais moyen.
Je n'ai pas trop d'expérience en coloration, j'avoue que j'ai eu un mal de chien à m'étaler la pâte épaisse à l'odeur me rappelant vraiment le foin que je donnais à mon lapin fût un temps. Du coup j'ai fait ça de façon peu uniforme, en en mettant partout comme mimi cracra.



Quand ma salle de bain ressemblâsse à un champs de bataille digne de ce nom, je rinçais mes mains, avec grande surprise en les retrouvant orange. Ca m'a rassuré sur le pouvoir colorant ceci dit.

Pas trop aventurière, je n'ai laissé poser qu'une petite heure, je n'avais pas envie de devenir rousse, et je ne savais pas comment réagiraient mes cheveux.

Le rinçage est fastidieux, tu as l'impression d'avoir fait un combat de boue de Fort Boyard (mais si, tu sais, le moment sexy où deux nanas se battaient dans la boue jusqu'à ce qu'une des deux fasse semblant de mourir).
Je n'ai pas lavé mes cheveux aux shampoing, c'est déconseillé.
Et puis au final j'ai attendu que ça sèche naturellement (encore par peur de créer une réaction bizarre avec la chaleur).

C'est plutôt joli, même si ça reste discret. Mes mèches éclaircies par le soleil ont pris de jolis reflets rouge/orangés. 

L'avantage avec le henné c'est que ça n'abîme pas le cheveu, ça le recouvre d'une couche supplémentaire, contrairement aux colorations traditionnelles qui cassent la partie colorée du cheveu pour la remplacer. Du coup, je n'ai pas remarqué de différence de nature de cheveu avant/après, ce qui apparaît comme normal.

Le premier henné part rapidement de ce que j'ai pu lire, et je pense retenter l'expérience, en répartissant mieux le produit, et en laissant poser plus longtemps.
Pour celles qui souhaitent changer de tête, nuancer leur couleur, où renforcer la leur, c'est une parfaite alternative aux produits colorants chimiques. Pour celles qui veulent couvrir leurs cheveux blancs c'est une autre histoire!

Allez, dans quelques mois on m’appellera peut-être poil de carotte, qui sait! :-)



Et toi le henné, ça te paraît archaïque, ça te fait peur, ou au contraire, c'est le BIG LOVE?