vendredi 29 août 2014

Comment consommer Bio en cosmétiques a été une petite porte vers la prise de conscience

Même pour moi il aurait été difficile d'imaginer combien commencer à consommer bio en cosmétiques m'a fait ouvrir les yeux sur tout un tas de sujets.
Je pense que j'aurais ri si on m'avait dit "dans deux ans, tu liras les étiquettes systématiquement, tu seras végétarienne et tu arrêteras d'acheter sans penser".
Mais comment j'en suis arrivée là? ;-)


Quand tu commences à t'intéresser au bio, tu ne peux généralement pas te dépatouiller sans fouiller un peu les compositions des produits.
Tu te documentes, tu lis la vérité sur les cosmétiques... et tout d'un coup, bizarrement tu n'as plus du tout envie d'acheter ce que les grandes surfaces te vendent. D'abord pour ta santé. Parce que les notions de cancérigène, de perturbateurs endocriniens, ça t'envoie pas du rêve.
Donc c'est décidé, t'achètes tout bio pour les produits de soin et tu deviens maniaque de la liste Inci, alors même qu'ya 3 jours tu savais à peine ce que c'était. 
Entre temps, tu as perdu toute confiance dans l'industrie cosmétique, et tu te demandes en ton fort intérieur comment on a pu te prendre pour un jambon pendant aussi longtemps sans que tu ne sois au courant.


C'est là que tu commences la paranoïa : et si c'était pareil pour la bouffe?
J'ai donc commencé à me renseigner également sur le bio et ses bienfaits sur la santé pour l'alimentation.
Rien n'est scientifiquement prouvé, et il est difficile de dire que le bio contient 0 substances nocives (les terres sont polluées et l'air/la pluie aussi), mais néanmoins, le fruit/légume est nettement moins contaminée puisqu'il n'est pas traité avec des pesticides chimiques.
Donc j'adhère aussi, même si certains disent que c'est cher et sans intérêt. Parce que justement, c'est important d'inciter les producteurs à faire les choses dans le bon sens, en arrêtant de polluer, en utilisant des espèces plus résistantes, et en protégeant de fait la faune et la flore (et en s'assurant de pouvoir continuer à cultiver les terres, qui sont complètement appauvries par les traitements chimiques...). Les ambiances des grandes surfaces bio m'ont de toute façon déjà conquise, et maintenant, je m'y sens comme un petit poisson dans l'eau entourée de produits qui me paraissent moins étrangers.


Mais après avoir pensé à ma santé, en bon humanoïde égoïste, ne serait-il pas chouette de penser aussi à ce qui m'entoure? 
C'est le pas d'après dans ma chevauchée vers la réduction de mon impact.
J'ai de ce fait décidé de devenir végétarienne. Pour l'environnement (moins d'eau et de nourriture consommée qui est habituellement utilisée pour nourrir le bétail) et pour ma santé. Parce que j'ai l'intime conviction que la viande aux antibio/ogm n'est pas nécessaire à mon fonctionnement vital, et que j'suis pas vraiment pour participer à nourrir l'industrie qui traite les animaux qu'on mange comme de la merde (y'a pas d'autres mots, quand on voit les atrocités qu'on leur fait subir...). Si mamie paulette me propose une cuisse de son poulet qui a couru dans la cours, qui a vécu 3 ans et qui a mangé ses restes, je serai moins catégorique. Parce qu'on lui aura pas coupé ni les griffes ni le bec!
                            (et elle aura peut-être eu un câlin de chat, poule-quoi pas?!)


Et ça marche avec tout : dès qu'on consomme on a un impact : fabrication, transport, pollution, recyclage.
Je suis donc passée au "moins mais mieux". En remplaçant les produits carnés, on fait de grosses économies qui nous permettent de faire des courses vraiment différentes. Je pense que je suis beaucoup plus sensible à mes besoins réels et à faire le moins de gâchis possible (et le moins de stock!).
C'est une expérience très positive, que j'espère continuer à vivre et développer. La réflexion ne s'arrête pas là, et j'espère renforcer mes convictions, avoir l'opportunité de les partager et pourquoi pas, donner des idées à certain(e)s! J'écris cet article encore une fois à partir de mon ressenti mais ne vise absolument pas ceux qui ne sont pas pour le bio/végétarisme, loin de moi cette idée, puisque moi aussi, j'ai été de ces deux camps, et je peux comprendre parfaitement les deux! (toujours difficile d'aborder ces sujets car beaucoup se sentent visés alors que ce n'est pas le cas).
Ce qui est une certitude absolue ... C'est que quand on met le nez dans ma marmite, difficile de ne pas y tomber totalement!

Et toi alors, tous ces sujets te touchent, t'indiffèrent? Dis moi tout!

Délia ♥


27 commentaires :

  1. Moi aussi je me sens très concernée par tout ça, je suis au bio au niveau soin/cosmétique depuis plus de 3 ans et depuis peu je suis "végétarienne" et je trouve que mon corps s'en porte beaucoup mieux :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une de plus ! :-) Le bio en cosmétiques connaît un vrai boom (ce qui bien évidemment motive certains à tenter de noyer le poisson, mais y'a toujours des profiteurs!), et je pense réellement qu'il est difficile de s'arrêter quand on se renseigne.
      Je me sens mieux aussi, et je fais ça sans pression et sans me brusquer!
      Je suis comme tous le monde, j'ai encore mes faiblesses (le maquillage des paupières et puis les pavés de saumon à la sauce hollandaise (j'ai pas encore craqué haha)), mais je suis heureuse comme ça!

      Supprimer
  2. Générations Futures a fait une étude qui montrait qu'il y avait une quantité infime de résidus de pesticides dans les produits bio. Et quand tu compares au conventionnel, c'est inexistant ! Moi ça été l'inverse de toi, c'est depuis que je mange bio que je m'intéresse aux cosmétiques naturels ! Comme ça tu te dis qu'il n'y a aucun rapport mais en fait tout est lié ! Si à la base j'ai fais tout ça pour ma santé, maintenant je m'inquiète même de la planète, alors qu'avant j'en avais strictement rien à faire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et comme malheureusement toutes les études portant sur ce sujet, elle a été controversée, alors je préfère me fier aux éléments "solides" comme un culture plus raisonnée, le non usage de pesticides etc... Après tout ceux qui mangent bio savent pourquoi, alors c'est le principal :)
      Je pense que tout va ensemble, la prise de conscience finit par être générale ;-)!
      Le dernier point que tu mentionnes nécessite d'avoir pris conscience des petits détails avant de s'y attaquer, on est qu'une minuscule goutte dans l'océan, on a parfois la sensation que nos actions sont très isolées et inutiles. Mais chaque pierre a son importance dans l'édifice :D

      Supprimer
  3. Je ne sais pas si on parle de la même chose, mais je sais quel leur étude a été mise à mal par un rapport qui n'était absolument pas fondé (sauf que je me rappelle plus du nom) ! La sensation dont tu parles est normale, et quand ça m'arrive je me dis que je le fais avant tout par conscience ! Je sais que ce que je fais n'a qu'un impact minime sur la planète, mais au moins je ne la pourris pas plus qu'elle ne l'est déjà !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A vrai dire le sujet est tellement décrié que toutes ont du être mises à mal :-)! Mais bon, moi je suis convaincue et ce ne sont pas les chiffres ni les études qui changeront grand chose : le bon sens suffit à comprendre que bon okai la terre est peut-être pas saine, mais que les méthodes conventionnelles de culture viennent ajouter une bonne dose de produits dans l'histoire, et pas de ceux qui font du bien.
      C'est un sentiment que j'ai mais ouf, il ne me décourage pas, loin de là! :D

      Supprimer
  4. Idem pour moi c'est d'abord le fait de passer aux cosmétiques naturels et bios qui m'a fait prendre conscience de plein de choses. En fait, c'est un peu l'engrenage soyons franc hein... En grattant un peu, tu te rends clairement compte qu'on vit dans un monde de pourris, ça me désole parfois... Mais je pense qu'il y a une prise de conscience collective de plus en plus grandissante et surtout nécessaire. =) Bisous mon canard <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait un engrenage ! :-)
      C'est comme quand tu emménages dans un nouvel appart et que tu découvres que le mec avant avait recouvert les 3 couches de vieux papiers peints + les 15 autres de peinture : tu vas de surprise en surprise!
      Je suis de ton avis (quand on voit le nombre de gens qui te suivent, c'est indéniable ;-) ). C'est pas pour me déplaire quand je vois se propager le bio (même si bon, on est d'accord que le bio de grande surface n'est pas irréprochable et va parfois à l'encontre de l'essence du bio même ...).
      C'est motivant de voir qu'un changement s'opère!
      Des gros bisous p'tit chat ♥

      Supprimer
  5. Hello ! Intéressant ton article. Il a le mérite de montrer comment, en tant qu'individu "complet", une prise de conscience reste rarement circonscrite à un champ particulier.
    Et je me retrouve dans ta démarche, car comme toi, ça a commencé par les cosmétiques, puis l'alimentation, où je suis progressivement passée d'une consommation "traditionnelle" à du bio. La plus grande "révolution" en la matière ayant sans doute été le fait d'adopter un régime végétal. Et comme tu le dis justement, je ne m'en porte que mieux car j'ai le sentiment de vivre plus en accord avec mes valeurs.
    Le chemin ne s'arrête pas là car j'essaie d'étendre cette prise de conscience aux autres pans de ma consommation, en particulier textile sur laquelle j'avais pas mal de boulot (j'en parlais ici sur mon blog : http://johnniebeetroot.com/2014/08/21/texstyle-hommage-a-genisse-choplin/).
    En somme, j'ai fini par réaliser que je pouvais mettre autant de bulletins dans une urne que je voulais, ce qui peut véritablement changer les choses (d'un point de vue écologique, social, économique etc) c'est ce que je décide de consommer. Et que là, j'avais finalement un véritable levier pour faire les choses "bien" (la notion étant forcément subjective) ou contribuer à des actions / phénomènes que je condamne comme le gâchis, la pollution, l'asservissement d'êtres vivants (humains et animaux).

    Donc, et c'est là où je voulais en venir : merci pour ce billet ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou!
      C'est ce que j'ai voulu mettre en avant tout particulièrement, parce que ça peut paraître futile de consommer des cosmétiques biologiques, mais ça entraîner derrière un cheminement de pensée beaucoup moins léger. Du moins si on le fait par conviction plus que par effet de mode.
      La nourriture qu'on mange est importante pour la santé, mais je suis aussi convaincue que si l'on ne se sent pas en accord avec ses convictions, difficile de vivre en harmonie parfaite!
      Je n'ai pas encore creusé de ce coté,je dois bien l'avouer, mais avec un salaire cette année, la question sera peut-être plus d'actualité, car il ne faut pas se le cacher, l'éthique et les matières écologiques ont un coût (qui pour moi en vaut la peine, mais un coût que je ne pouvais pas me permettre :-) ).
      Je suis bien de ton avis, je n'ai de toute façon que très peu de confiance à donner à la politique (tout bord politique confondu). Il n'y a après tout qu'un président, mais beaucoup de Français, qui sont libres de faire des choix et faire avancer les choses.
      Ce sont les actions individuelles mises bout à bout qui changeront la donne, j'ai bien meilleure conscience et la sensation de vraiment agir, à mon échelle.

      Je suis très contente qu'il t'ai plu, j'ai hésite un moment à le publier en me disant que c'était assez évident comme démarche, mais après tout, pourquoi ne pas partager? ;-)

      Supprimer
  6. ca fait 8/ 10 mois que je m'y interesse a fond, et c'est vrai ce que tu dis : quand on commence, on ne s'arrete plus !
    J'ai commencé par le no poo cheveux, puis methode "homme des cavernes" pour le visage, déo home made, ralentir l'épilation, supprimer un max de produits chimique, dans l'alimentaire également : réduire le gluten, la viande, les laitages. Du bio dès que possible.
    on change notre quotidien, et c'est comme si une partie de notre personnalité évoluait avec. Et si cela peut faire évoluer la societé par notre consommation différente ( je dépense moins, je gaspille moins, et si on agit tous pareil, cela fera forcement bouger les choses ...), tant mieux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On doit toutes plus ou moins avoir un ressenti identique sur l'enchaînement que ça provoque (ce qui est d'ailleurs logique, rien n'est totalement indépendant :-) )
      La méthode Homme des cavernes? Tu m'intrigues là!
      J'ai je pense beaucoup changé depuis le début de l'aventure, je suis toujours la même personne mais je ne vois plus la vie pareil.
      L'action individuelle multipliée par beaucoup = une action collective! Donc Oui! J'ai l'impression que de plus en plus de personnes changent de vision, ou alors c'est le fait de moi avoir changé mon viseur d'épaule qui me fait remarquer ça? Nous ne le saurons jamais! :-)

      Supprimer
  7. Coucou Délia !

    J'ai découvert ton blog il y a quelques mois et j'en suis devenue une lectrice assidue ! C'est en lisant tes articles sur les cosmétiques bio que j'ai enfin pu ouvrir les yeux ! Comme tu le dis dans cet article, une fois que l'on se renseigne sur les éléments nocifs qui composent les maquillages et autres produits de beauté, et également sur la manière dont ils sont testés sur les animaux, on ne peut plus se résoudre à en acheter. Et puis, dans une suite logique, quand on se fabrique soi-même des crèmes naturelles pour le visage on se dit que c'est bête de se tartiner le corps de produits bio sans adopter la nourriture "saine" qui va avec ! J'ai à mon tour essayé de sensibiliser mon entourage, ma mère commence à s'y mettre petit à petit (bon elle pense encore qu'un produit avec une feuille verte dessinée dessus est un produit naturel et se fait souvent avoir par les packagings) mais les réactions de mes amies se sont arrêtées à des "faut pas croire tout ce qu'on raconte hein". En tout cas, ces nouvelles habitudes me conviennent et je ne me verrais plus en changer ! Si je peux boycotter les produits dangereux et non respectueux des animaux, et même si tant pis ça ne changera pas forcément la vision des gens qui m'entourent, je continuerai autant que possible d'essayer.

    Toutes mes confuses pour ce pavé, c'est le 1er commentaire que je te poste alors j'en avais des choses à te dire ; )
    Surtout continue tes articles qui sont très intéressants, nous apprennent des trucs sympas, et sont bien écrits : )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Alexia!
      Je suis très contente qu'une de mes lectrices de l'ombre brise son silence, mais encore plus ravie d'apprendre que j'ai pu tout comme celles qui l'ont fait pour moi, provoquer un certain déclic!
      Chacun son seuil de tolérance dirons-nous mais il est vrai qu'en ouvrant les yeux sur les compositions et les méthodes de production, difficile de ne pas se sentir mal de consommer quand le problème nous touche.
      Tout s'enchaîne plus ou moins rapidement par la suite! Ma maman m'a rapidement suivie dans mes "délires", aussi bien pour le bio que pour le végétarisme : elle m'encourage et me défend! Elle ne jure maintenant que par les huiles végétales et les actifs naturels, c'est le rêve pour moi de l'entendre dire "tu me prêtes ton tea tree?", tout autant que de la voir m'acheter de beaux légumes frais! Tu verras, ça viendra pour la tienne :-)!
      Par contre ma soeur ne comprend pas mon engouement, tout comme une partie de mes amies! C'est d'ailleurs pour ça que ces sujets me tiennent autant à coeur sur le blog, c'est le seul lieu d'expression où des personnes partagent la même chose que moi! C'est donc LE lieu de partage par excellence.
      Tu as bien raison d'avoir cette vision, avec nos petites réactions on arrivera peut-être à déplacer des montagnes!! Quand les gens voient le bien être, le bonheur, ça les touche, c'est certainement comme ça que les choses changeront.

      Tu n'a en rien à t'excuser, je suis ravie de lire ton premier commentaire! J'espère que tu auras autant de choses à me dire dans les prochains (pour peu que tu aies envie d'en écrire!) :-)

      Tes encouragement me vont droit au coeur, et sache que ce genre de petites attentions me donnent envie de continuer tant que j'aurai des choses à vous raconter et que je n'aurai pas perdu la flamme ! Merci merci merci ♥

      Supprimer
  8. Salut, j'espère que tu vas bien! Je vois que j'ai manqué beaucoup de billets!
    Pour l'instant, le bio se limite pour moi aux produits cosmétiques. Je n'ai pas eu forcément le choix car j'ai des allergies et puis quand j'ai commencé à m'attaquer aux étiquettes et à lire surtout la vérité sur les cosmétiques, aucun retour en arrière était possible. Même si aujourd'hui encore, en terme d'après shampoing, je ne suis pas au bio mais au sans paraben(obligé!).
    Coté nourriture, c'est plus difficile à la Réunion ou plus difficile pour une réunionnaise avec les carys et pour ne rien arranger, j'adore la viande de cochon.On a la chance ici d'avoir encore des élevages en plein air de poulet et autre sauf que c'est tellement cher qu'on achète très peu de viande péi. Et puis, je vis encore chez mes parents et je ne peux leur imposer toutes mes convictions surtout que ce sont eux qui réglent la facture.Il n'empêche ils se sont fait un potager bio: brèdes chou de chine, laitue, tomate,citrouille, chouchou...... Donc, je me dis que ça se fera petit à petit d'autant qu'à la Réunion, les habitants ont toujours eu dans le jardin un endroit pour planter légumes et fruits.
    Bon attention, je ne m'excuse pas pour autant quand on peut on veut mais je crois que pour l'instant je veux pas devenir végétarienne mais je n'exclus pas l'idée. Ni celle d'avoir un jour des exploitations plus respectueuses de l'environnement et des animaux.
    Je pense aussi que ton article ou tes articles en général font beaucoup réfléchir alors merci et continue!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Amandine!
      Oui j'ai pas mal écrit, mais tu as le temps de te rattraper, la reprise est pour demain et je publierai beaucoup moins :)
      C'est exactement de ça que je parle et je pense qu'on est toutes plus ou moins pareil là dessus : si on a le choix et qu'on a prix conscience du phénomène, pourquoi choisir le pire? ;)
      Tu n'as pas besoin de te chercher des excuses, chacun est libre de ses choix, surtout alimentaires!! J'ai mis très longtemps à devenir végétarienne après ma prise de conscience cosmétique, c'est un choix très personnel qui m'a engagée sur beaucoup de choses, et tu as raison d'attendre de te sentir prête.
      Ca doit vraiment être une autre culture, je serais curieuse d'y faire un tour! Ici avec mon balcon minuscule, j'ai rien qui pousse, même pas les tomates! Il y a des noms de légumes que je ne connais pas du tout dans ta liste !
      Je pense qu'il faut aussi penser comme tu le dis à des exploitations plus respectueuses. Je ne vois rien de diabolique dans la consommation de viande, c'est surtout la chaîne de production qui est effrayante!

      Je suis très contente que tu me dises ça, mais j'espère qu'ils ne te torturent pas!! :-)

      Un gros bisou à ma fidèle lectrice qui vient du soleil! :D

      Supprimer
  9. Coucou !

    Moi ça a été plutôt l'inverse : j'ai commencé à manger bio puis je me suis progressivement tourné vers les cosmétiques naturels. Aujourd'hui, je ne suis pas du tout pro de la liste INCI mais je fais confiance à certaines marque et je n'hésite plus à y mettre le prix pour avec des produits de bonne voire très bonne qualité (les crèmes Oolution en sont un bon exemple). Mais ce qui me fait le plus plaisir, c'est que je réussi à sensibiliser petit à petit mon entourage ! Au-delà du dogme manger 100% bio, je souhaite, avec ma démarche, choisir les produits que j'achète : favoriser les petits producteurs quitte à ce qu'ils soient plutôt en "raisonné" qu'en bio, adopter une alimentation saine, apporter ma pière à l'édifice de la protection des ressources ! Je suis contente de voir qu'on a une vision assez proche des choses, même si mon alimentation n'est pas à 100% végétarienne (les sorties/invitations, surtout dans la famille, sont encore la dernière barrière).

    Ce qui serait vraiment super, c'est que tu nous proposes de la pâtisserie saine et sans produits laitiers (mon rêve absolu :p) pour pouvoir se goiffrer sans -trop- culpabiliser !

    A bientôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Autant de parcours différents pour un résultat qui est la sensibilisation :-) !
      J'ai beaucoup entendu parler de cette marque, mais j'en ai tellement à essayer qu'à force je ne sais même plus vers qui me tourner ;D
      C'est pareil de mon coté, même si je n'en parle que si on m'en fait la demande, mais j'ai réussi au minimum à piquer des curiosités et pour moi c'est une victoire! :-)
      Je suis également de ton avis : la certification bio est une chose, mais le bon sens a aussi sa place, c'est pour ça que je cueille d'ailleurs mes fruits et légumes dans une cueillette raisonnée et non pas biologique.
      Je suis végétarienne depuis peu, et depuis encore moins longtemps je m'arrange pour ne jamais avoir à choisir entre mes convictions et un moment qui se devrait être du plaisir. Ma belle mère a compris et prend même parfois le temps de me faire un petit truc pour moi, quant aux sorties au restaurant, je me suis décidée à passer le cap et demander mon habituelle pizza sans le jambon! Ca paraît bête mais on a parfois l'impression de déranger avec notre alimentation un peu "différente".

      J'expérimente assez souvent maintenant les pâtisseries sans gluten, mais c'est vrai que je ne me suis pas débarassée du lait (surtout sous forme de beurre, je suis une inconditionnelle de son goût dans la pâtisserie) mais c'est vrai que ce serait une expérience intéressante!

      Par contre, la pâtisserie saine ... J'sais pas si je peux faire haha! (navrée, faudra peut-être continuer à culpabiliser pour se régaler ;D

      A bientôt!! Des bisous :)

      Supprimer
    2. Où est-ce que tu vas toi pour la cueillette ? Ca me dirait bien d'essayer, ça serait bon pour mes finances !

      Supprimer
    3. A la ferme de Gally, mais je ne sais pas où tu habites! Il en existe un peu partout qui appartiennent au réseau chapeau de paille.
      Certains fruits et légumes de saison sont très rentables, pour d'autres c'est moins le cas. Mais par exemple, en pleine saison, tu as ton kilo de framboises pour 5€, c'est vraiment rien du tout!

      Supprimer
    4. J'habite à Paris, dans le 13°. C'est vrai que la banlieue ouest ça me fait un peu loin... Je vais regarde le chapeau de paille ! Merci !

      Supprimer
  10. J'adore ton article car je me retrouve complétement. L'état catastrophique de ma peau et de mes cheveux, alors que je pensais en prendre soin, m'a poussée à me poser des questions... En quelques mois, je suis passée au quasi tout bio/naturel pour mes cosmétiques (sauf certains produits conventionnels que je n'ai pas encore finis).
    Je ne suis pas végétarienne mais j'ai considérablement diminué ma consommation de viande et je consomme de plus en plus de produits bio.
    Et je dois avouer que je m'en porte beaucoup mieux :)
    Merci pour tes super articles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup! :)
      Je n'avais pas particulièrement la peau en mode cata mais c'est vrai que je n'y faisais pas trop attention. A vrai dire j'ai commencé à m'intéresseraux cosmétiques, et boum, j'suis tombée dans le bio. Mais j'ai aussi mis un point d'honneur à terminer mes tubes avant de changer pour du bio, faut pas faire du gâchis !
      L'important c'est que tu te sentes mieux comme ça, après tout, tu es un peu la seule personne concernée :-)
      Merci de me lire avec intérêt, j'en suis très touchée!!

      Supprimer
  11. Moi aussi je me reconnais beaucoup dans ton article.
    Pour moi, tout a commencé avec les cheveux ! Une vraie passion qui a complètement changé ma manière de consommer et de manger. Si on m'avait dit qu'une histoire de cheveux allait me changer à ce point, je ne l'aurais pas cru !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout pareil! Et pourtant c'est bien le cas! ;-)

      Supprimer

Exprime toi ici mon petit, c'est free!