mercredi 30 avril 2014

Maquillage couleurs armée de terre, A VOS ORDRES CHEF!

Je ne dois pas être la seule à qui ça arrive, mais j'ai beau avoir une belle palette pleine de couleurs, je me tourne systématiquement vers les mêmes tons, et les mêmes alliances quasi historiques. Ce serait bien si j'avais la sensation que tous les jours c'était facile, mais j'oublie systématiquement ce que j'ai utilisé la veille et donc je me triture l'esprit absolument tous les jours pour finir avec 3 couleurs, toujours IDENTIQUES.

En tant que brune aux yeux noisette/marron, je pourrais en toute logique expérimenter un peu toutes les couleurs de l'arc-en-ciel sans trop risquer grand chose.
Mais déjà, j'aime pas le gris. J'aime pas le noir parce que ça fait trop chargé. J'aime pas le rose parce que ça me donne mauvaise mine. Je ne te parle pas du orange qui me créé des cernes là où je n'en ai pas...

C'est donc comme ça que des alliances quotidiennes se sont créées. Dégradé de bleu, de vert et de marron. Easy la vie.

Ce matin gros risque. J'ai pioché du vert et du cuivré (que j'aurais  laissé de coté pour l'effet mauvaise mine le reste du temps) et roule Jeannine.






Au final j'ai couru après le bus, mais j'étais contente parce que c'était plutôt innovant et pas trop loupé (de toute façon j'avais pas trop le choix, mon bus m'aurait pas attendu si j'avais pris le temps de recommencer!).

 Bon bien entendu, pour le reste j'y suis allée mollo... Gloss léger et blush rosé!

J'ai fait tout ça avec ma sempiternelle palette Sephora (dont je ne me débarrasserai jamais je crois), et mes autres copains habituels!

Et vous alors, c'est quoi vos associations qui reviennent trop? ;-)


Des bisous!

lundi 28 avril 2014

Sablé Breton à la crème vanille et aux fruits d'été!

Vous avez remarqué comme les fraises sont arrivées tôt cette année?
Forcément, elles viennent de loin! Mais moi qui adoooore les fraises j'ai eu un mal de chien à me contenir même en me disant que les fraises d'Espagne qui ont mûri dans la soute, c'est bof bof niveau goût.

Et puis un beau matin, ma maman revient du marché, avec une barquette de fraises qui sent bon la gariguette! Cette odeur sucrée, ronde et estivale, chaleureuse comme les premiers rayons du soleil.

La recette de ce sablé n'a rien de différent de mon sablé breton aux pommes qui avait d'ailleurs été très apprécié par vous mes lectrices.
Je ne vais pas vous cacher que c'est un dessert que je fais tous les jours au travail, et avant d'avoir pu la goûter, je m'étais toujours demandé pourquoi on nous en commandait tant.
La seule réponse, c'est que c'est très frais. Les fruits, la vanille, le biscuit. Ca s'avale tout seul, même après un repas copieux.



Voici donc la recette pour environ 2 tartes 8 personnes du sablé breton version estivale!

Le sablé breton

- 2 jaunes d'oeufs

- 120g de sucre semoule
- 120g de beurre mou (demi sel pour moi, le cas échéant ajoutez une pincée de sel)
- 190g de farine
- 10 g de levure chimique

On prend grand soin de bien blanchir les oeufs avec le sucre, auxquels on ajoutera le beurre mou (si besoin passer le beurre au micro ondes quelques secondes, le mélange n'en sera que plus facile).
Tamiser ensuite la farine et la levure dans le mélange précédent en prenant soin de changer d’ustensile; au fouet vous risquez de vous énerver fortement et inutilement, ce n'est que le début!
Quand le tout est bien homogène, on réunit en une boule, et on met 2 heures au froid en filmant au contact. Si patiente tu n'es pas, tu peux aussi le passer au congélateur, mais ne l'y oublie pas!



La crème Vanille légère

- 1/4 litre de crème pâtissière (recette ici!)

- 100 g environ de fleurette liquide à 30% 

Fouettez la crème pâtissière, pour la "détendre" (un peu sado maso la crème pâtissière hein!), et montez votre fleurette afin qu'elle soit bien mousseuse et aérienne (comme pour une chantilly). Incorporez là alors à votre pâtissière! Vous aurez alors une jolie crème légère!




Le montage

On sort notre sablé du congélateur (haha) et on l'étale sur 5 mm d'épaisseur environ, puis on le détaille et on le fait cuire dans un cercle à pâtisserie à 180°C. Il lui faut 16 minutes pour cuire, la coloration n'est pas nécessaire on veut du moelleux!
On fait refroidir son biscuit (encore une fois tu peux utiliser le congélateur si tu t'ennuies, sinon tu peux aller regarder un épisode de New Girl en faisant ton vernis des orteils), et on oublie pas de le chablonner avec du chocolat blanc (pour éviter un goût trop prononcé de chocolat!).
Ensuite on étale joyeusement la crème, sur laquelle on disposeras, en fonction de son talent et de sa créativité du moment de jolis fruits, en tas, en coeur, en rondelles, entiers...
Et C'est fini!



Tu vois, c'est chouette hein?

[Ah oui, et du coup c'est un peu hors sujet mais j'avais fait ça pour Paques alors j'ai fait deux oreilles vite fait pour être dans le thème!]

Allez, bientôt j'irai cueillir mes propres fraises!

Des bisous!


samedi 26 avril 2014

Bébé Haul MondeBio!

Coucou!

Je ne sais pas pour vous, mais moi je me sens toujours comme à noël quand j'ouvre un paquet qui arrive par la poste, peu importe que j'en connaisse le contenu par coeur parce que j'ai mis 10 jours à valider ma commande!
Lorsque j'ai eu un mail qui a atterri par pur hasard m'indiquant que si j'achetait une Mami cup, mes frais de ports étaient offerts... Je me suis demandé si ils ne lisaient pas dans mes esprits.

Parce que la cup doit être l'item qui a le plus traîné dans mon panier ces derniers temps!

Dites coucou à la commande!


La Mami Cup Taille M 19,99€ : Quand le monde Bio a proposé son offre de frais de ports offerts, BOUM clic sur ma souris, BOUM, commande.
Je m'attendais certainement à recevoir une cup de la taille d'une bassine, en réalité elle est minuscule! La notice elle, fait la taille de la bible. Je la décortique méticuleusement en attendant de l'utiliser!


Eco Cosmetics, Baume à lèvres Olive et Grenade 2,20€ : En réalité, ce baume a une composition très propre, mais qui contient dans les premières lignes du beurre de cacao, ce qui lui donne une odeur très prononcée de .. cacao! Donc assez étonnée par rapport au nom du produit! 


Santé - Shampoing brillance Orange et Coco 8,95€ : On sent principalement l'odeur de l'orange, mais bien entendu une odeur fraîche et sucrée, comme celle d'une orange coupée! Niveau composition, seulement des tensio actifs très doux, dont l'origine est la noix de coco. J'ai hâte de l'essayer!


Uterkram Dentifrice Thé vert Menthe 3,99€ : Un petit nouveau pour remplacer mon dentifrice en poudre! A l'huile essentielle de menthe, je vous en reparle bientôt!


Et vous, y'a des choses dans votre Wishlist? Des cadeaux dans la boîte aux lettres? :-)

Des Bisous les filles, et bon week-end! 

vendredi 25 avril 2014

Poussière d'étoiles

Il est des jours dans lesquels il n'y a pas assez de paillettes et de constellations. Il est même tous les jours de l'année où il n'y en a pas assez, parce qu'il n'y en aura JAMAIS assez. La vie est faite pour briller de mille feux.

Et ces jours là sont ceux que je choisis pour déposer en dessous de mes mirettes des poussières d'étoile, comme si elles étaient tombées pendant un rêve en plein milieu de la nuit.
Ou bien, dans cette version plus lumineuse, comme si une petite flaque magique de paillettes déposée par  une limace enchantée ornait le dessus de mes pommettes!


Ce n'est peut-être pas l'idée du siècle, mais ça suffit à illuminer mes matins pressés, et aussi ceux lassés des dégradés et smokey sur les paupières qui donnent parfois un maquillage un peu trop chargé!


Paillettes multicolores et arc-en-ciels de lumières!




jeudi 24 avril 2014

En route vers le végétarisme!

J'avais toujours regardé d'un oeil étrange les végétariens. Et le temps passant, j'ai fini par m'intéresser au bio, au naturel, et donc, aux bienfaits de l'alimentation sur la santé et la beauté.
J'ai vite pu lire et comprendre que la viande est une question fort épineuse sur tous les domaines.
Pour la santé, c'est un aliment aux graisses pas très friendly avec ton coeur, avec une favorisation du mauvais cholestérol.
Pour la planète n'en parlons pas. Un steack de 400g c'est 6 mois de douche en eau, beaucoup de nourriture, et des émissions de gaz (oui, aussi ceux auxquels vous pensez), qui crèvent les plafonds de tous les records, même ceux des voitures. Oui, l'agriculture mondiale pollue plus que le traffic routier.


Et puis dernière raison mais pas des moindres : la souffrance animale.
Si on peut dénigrer les deux premières raisons, bien que les chiffres existent et étayent ces arguments, on peut difficilement, sans mauvaise foi, dire qu'une vache qui se fait joyeusement trancher en étant seulement à moitié assommée y prenne du plaisir. Non, la vérité c'est qu'elle meurt avec la peur au ventre, dans une ambiance glauquissime, en ayant certainement vu la vache de devant dans le circuit se faire dégommer froidement par un mec qui n'a visiblement plus ni âme ni conscience (bien que je comprenne qu'il faille bien qu'il y en ait, comme des contrôleurs dans le train, même si personne ne les aime).
Faut aussi penser aux poules à qui on coupe froidement le bec à vif pour éviter qu'elle ne se blessent entre elles parce qu'elles deviennent dingues, les poussins broyés parce qu'ils ne servent à rien dans la chaîne de la poule pondeuse (des petits mâles, ça pond pas souvent), et certainement des choses sympathiques mais qu'on préfère ne pas savoir.

Allez, j'te défie de les regarder dans les yeux et d'avoir envie de les broyer
(ceci dit, celui du milieu a un air sournois)

J'y ai souvent réfléchi, préférant pendant un long moment remettre à plus tard mes pensées négatives sur le fait de consommer de la viande.
Mais vient un moment quand tu en sais trop et que t'as un caractère d'insurgée comme moi, où ça devient difficile de voir les choses super malsaines se produire sans bouger un petit doigt.

J'ai donc commencé à lire des bonnes choses, des témoignages de personnes végétariennes, des informations sur les conséquences de l'industrie de la viande...

Avec tout ça, j'ai pu me forger MON opinion sur la question, à savoir que oui, j'aime la viande, mais que par principe pour ma santé, la nature, les vaches, et les petits poussins, je ne pouvais pas continuer.
Certaines personnes de mauvaise foi vous diront que ça ne sert à rien, parce que d'autres personnes continuent à en manger.

« Il faut créer l’actionparce que l’action crée le mouvement, et que le mouvement entraîne des individus.  »

de Christian Le Guillochet


Moi, je pars du principe que justement, c'est la somme d'actions individuelles qui créé au final, une réaction collective.
J'ai bon espoir qu'avec de vrais arguments, une conversation posée avec mes proches, mes moins proches, j'arrive à faire germer la réflexion, peut-être le doute, sur des pratiques logiques depuis toujours.
Je ne veux rien imposer à personne, je veux rester ouverte sur le sujet.

Je ne peux d'ailleurs pas dire que je suis "végétarienne" car il m'arrive de temps à autres de manger de la viande. Mais seulement pour le repas dominical, ou bien au restaurant, quand je suis en famille..
Je me dis que c'est déjà un sacré pas de réduire ma consommation de viande, pour l'instant. Je ne dis pas que d'ici un an je n'aurai pas tout arrêté car je n'en vois maintenant plus l'intérêt (bien que j'en voie très bien les désintérêts), mais je ne souhaite pas encore imposer à ma famille des choix qui pour l'instant sont trop frais pour savoir s'ils feront encore partie de moi au futur.
Je suis "en transition". Un entre deux, dans lequel j'apprends à manger autrement, où je m'invente des petits plats, où je me sens bien avec mes beaux légumes frais.

Je dois encore essuyer quelques questions, génériquement sur le fait que je vais faire des carences.
Ôtons tout de suite ce doute de l'esprit de certains, la viande n'est exceptionnelle que sur l'apport en graisses saturées, qui vous tuent à petit feu. Pour le fer et les protéines, une multitude d'aliments du règne végétal peuvent tout aussi bien faire l'affaire! Entre les légumineuses, les choux, le soja, les oeufs (que je n'achète que bio, par souci de manger quelque chose de bon et qui provienne du derrière d'une poule qui a déjà gambadé, et qui mange autre chose que du soja ogm)... Tout est une question de variété, et on peut difficilement dire que les personnes qui se soucient le plus de cet équilibre et de mes besoins nutritionnels soient les mieux placées, car au jeu des carences, ils gagneraient certainement la main levée.

Je réfléchis déjà également à mon impact en mangeant des oeufs, car qui dit oeuf dit poule, qui dit poule dit qu'elle doit pondre, et si elle ne pond  plus ... Couic!
De même pour le lait, car n'oublions pas que la vache doit avoir eu un petit veau... Qui ira à la viande!
Petit veau qui donne la pressure utilisée pour le fromage (mais pas de son vivant bien entendu!)...
Une réflexion donc à faire grandir et mûrir!


J'espère qu'un jour, chacun prendra le temps de réfléchir à son impact, et sans tomber dans les extrêmes, tenter de réaliser des petites actions à son échelle, faire un effort. Bien sûr, il y aura toujours des connards qui vous diront que vous êtes idéaliste, voir utopiste, mais après tout, j'ai bien envie de penser qu'un jour ce monde sera plus beau, et que je n'y serai pas pour rien.


Et vous, vous agissez à votre niveau? Vous vous sentez concernés par des problèmes qui vous dépassent?

mardi 22 avril 2014

Tout ce que tu as toujours voulu savoir (et même plus) sur la brioche

Coucou!

Suite à la demande d'une lectrice, je me lance dans un tuto géant sur ... La brioche!

S'il y a bien UNE chose qui peut être très laborieuse comme la plus simple du monde, c'est la brioche. Et le facteur déterminant, c'est d'avoir ou non un robot.
Parce que pétrir à la main, c'est long (une dizaine de minutes), éprouvant, et ça donne souvent de moins bons résultats.
Alors qu'un robot, tu mets tout dedans, tu pars faire ta vie, et tu reviens c'est prêt!

J'ai deux recettes à te proposer : la première est une recette CAP, elle est donc moins coûteuse et moins risquée à réaliser. L'autre donne une sensation de très beurrée quand on la mange, et elle est moins facile à façonner. Je te conseille donc de commencer par la première!



Pour une grande quantité de brioche, c'est à dire beaucoup trop si tu ne comptes pas ramener chez toi un régiment...
- 500 g de farine
- 10 g de sel
- 60 g de sucre
- 20 g de levure de boulanger
- 220 g d'oeuf entier
- 60 g d'eau
- 200 g de beurre

Recette alternative :
- 500 g de farine
- 10 g de sel
- 75 g de sucre
- 20 g de levure de boulanger
- 6 oeufs entiers
- 250 g de beurre

Attention, accroche toi parce que cette recette va faire environ 3 lignes, tu auras donc le loisir de la connaître par coeur.
Tu mets dans ton robot au fond de ta cuve ta levure. Tu la recouvres avec ta farine. C'est important, parce que cette fragile levure ne doit pas être au contact direct ni du sel ni du sucre. Ensuite sur ta farine, ajoute sucre, sel, oeuf entier et eau. Laisse tourner jusqu'à ce que ta pâte se décroche des bords de la cuve.
C'est à ce moment que tu ajoutes ton beurre, et que tu remets à tourner, jusqu'à ce que la pâte se détache à nouveau des bords de la cuve.
Parfois, et en fonction du robot, et de la forme du crochet, la pâte ne se détache pas des bords. Laisse la alors simplement tourner suffisamment longtemps pour laisser les molécules de gluten de la farine se libérer et donner tout le moelleux de ta brioche. C'est bon lorsque tu peux toucher ta pâte sans que ton doigt ne reste collé!
Impératif, il ne faut surtout jamais laisser la pâte chauffer, et donc lorsqu'elle commence à tiédir, TANT pis si elle colle, on récupère le tout et on laisse la pâte tranquille!



Après cette étape, selon le temps que tu as, deux options s'offrent à toi : soit tu laisses la brioche pousser à température ambiante, afin quelle prenne du volume, avant que tu ne la rompes et ne lui rende sa forme initiale, soit tu la mets directement au frais recouverte de cellophane!  (ce que je fais toujours)

Après quelques heures au frigo, la pâte est ferme. Farine bien ton plan de travail ET GO GO GO!

On compte 50 g de brioche par personne.

Etape 1 : Le boulage

Tout bon pâtissier sait bouler ses brioches.
C'est ce geste qui leur donne de la force et leur permet de bien pousser par la suite.
Pour bouler, forme un creux avec ta main, farine la, et réalise des mouvements circulaires avec la pâte, sur ton plan de travail. Tu devrais alors sentir la pâte "se durcir" dans ta main. Si tu as bien fait, tu devrais avoir ce résultat sous ta boule.


SI tu n'y arrives pas bien, ne t'acharnes pas, sinon tu risques de chauffer la brioche et la rendre très très très difficile à façonner.


Etape 2:  Le façonnage.

Tu as mille options pour faire de jolies brioches!
Tresse, couronne, brioche à tête, simple boudin...

Mais je ne vais pas te laisser sans explication avec ton bout de pâte!

La tresse à 4 branches : c'est la plus tenace. Je pensais avoir une vidéo .. Mais non! Faites deux longs boudins (environ 45 cm) identiques de préférences. Ensuite, accolez-les et marquez le milieu.
posez le brin du haut en diagonale sur celui du bas. Attrapez les brins du dessous et croisez les sur ceux du haut.
Ensuite faites la même chose avec ceux que vous n'avez pas touchés.
Et ainsi de suite. On reprend toujours les deux branches qu'on n'a pas utilisées pour les croiser sur les autres, un peu comme un scoubidou!

La tresse à trois branches : comme pour les cheveux, il te faudra trois boudins, que tu souderas à la base et que tu croiseras comme quand tu te faisais des tresses :)

La petite brioche à tête : prend une de tes boules, et avec la tranche de ta main, écrase là aux deux tiers pour faire comme si tu voulais lui couper la tête!
Ensuite, pose ta pâte dans un moule beurré, et rentre lui la tête avec un doigt, en enfonçant bien jusqu'au fond, pour que la tête ne se fasse pas la malle par la suite.




La couronne : Prends une grosse boule, fais un trou au milieu, et élargis le au fur et à mesure! Ca a l'air simple, mais c'est laborieux.



Après ça, dore tes brioches (un oeuf battu!) et laisse tes brioches pousser environ une heure, une heure trente. Elles doivent avoir pris du volume, mais ne doivent pas avoir craqué sur le dessus!

Ensuite dore les une deuxième fois, au four, 180° C, qu'on descend dès qu'on enfourne à 170.

Une vingtaine de minutes et.... C'est l'heure du goûter!


Imagine l'odeur dans la maison... Ah je le sais, tu veux de la brioche toi aussi! ;-)

lundi 21 avril 2014

Clipper, les petits thés bios !

Coucou!

Aujourd'hui c'est férié, et comme bon jour férié qui se respecte, il se doit de faire gris et humide. J'ai la sensation qu'en plus d'avoir absolument tout de fermé, POUF, le soleil ferme aussi boutique. 

C'est donc une bonne occasion pour te parler de thé. Parce que le thé, c'est du réconfort, c'est un petite dose de chaleur, que tu prends dans les mains et que tu sirotes tranquillement en parcourant les blogs et en traînassant sur facebook tel une petite loque en repos.

Après avoir longtemps tourné au éléphant qui se trouvait dans mes placards, un ami m'a ensuite emmenée aux ventes usine de Damman, où je me suis créé un stock sans fin jusqu'au restant de mes jours (et où j'ai acheté une superbe théière en forme de tortue dont je ne suis pas peu fière).

Mais bien entendu, ma passion pour le bio ne pouvait pas s'arrêter seulement aux cosmétiques, et quand on sait que le thé de culture non bio est cultivé avec des kilos de pesticides, ça refroidit un peu sur le coté bienfaiteur de la chose. Je vous avais déjà parlé des thés pukka, ayurvediques, biologiques et équitables (tout bon!), mais je suis tombée récemment sur une marque plus accessible, Clipper.


Je la trouve au rayon Biologique d'Auchan, autant dire que grand nombre d'entre vous auront l'opportunité de faire sa connaissance au détour d'une course.
Au milieu des autres, le packaging m'a attiré tout de suite : couleurs vives, formes amusantes, petit texte sympathique.
Hop AU PANIER.


Une eau frémissante plus tard et quelques minutes d'infusion, me voilà en plein voyage spatio temporel! Une vraie madeleine de proust! Ma mamie avait pour habitude de me faire infuser des bonnes écorces de citrons portugais non traités avec du sucre dans une casserole, ça sentait toujours admirablement bon et c'était toujours un plaisir d'en boire une grande tasse!


Pour tout vous dire, ce thé vert aromatisé est très agréable : aucune amertume de la part du thé vert, et un goût prononcé de citron! Par nostalgie j'y mets un peu de sucre, mais celles qui n'aiment pas ça n'auront aucune obligation d'en mettre.


Du coup, j'ai succombé, j'ai acheté celui à la réglisse et à la menthe ... Pour remplacer le pukka dont il ne me reste plus qu'un sachet!

Et vous, une marque fétiche et sympathique de thé?

Bisous chocolatés, j'espère que vous avez reçu un petit cadeau de la part des cloches!

lundi 14 avril 2014

Moi, mes cheveux, et le bio, un an après

C'est maintenant une histoire d'amour hors du temps et de l'espace qui se joue entre moi et les produits cosmétiques bio!
Je suis maintenant convaincue à 500% qu'ils ont un effet bénéfique bien plus grand que les produits de la cosmétique conventionnelle, ma peau et mes cheveux en sont les témoins les plus convaincants (si convaincants que ma maman passe plus de commande aroma zone que moi maintenant, et qu'elle est enfin parvenue à rendre de la vigueur à ses cheveux maltraités par des années de soins aggressifs et de couleurs chimiques).

Je me souviens avoir commencé à prendre soin de mes cheveux avec le bio il y a environ un an. C'est l'heure du bilan.

Mes soins sont assez restreints, à vrai dire je ne suis pas très patiente, j'ai une masse de cheveux assez phénoménale, alors les bichonner prend rapidement des tournures de sport national. Surtout depuis qu'ils m'arrivent en dessous des épaules, où je pense sérieusement à leur donner un coup de tondeuse et tout raser.

(le lapin c'est pour tondre les cheveux, normal)


Mes cheveux n'avaient jamais joué les relous. Ils ont toujours été rebelles, je n'ai jamais tenté de les contenir dans leur folie, mais je dois bien avouer que depuis que j'utilise le bio, ils sont doux, bien épais, brillants, et ils font de belles ondulations!
L'énorme avantage à ne se laver les cheveux qu'avec des produits doux (adieu laureth sulfate!) et sans silicones, c'est que plus jamais mes cheveux n'ont connu l'expérience douloureuse de régraisser au bout de 2 jours, ni même d'être lourds et sans pêche.
Tous les jours, j'arbore maintenant avec fierté mes belles bouclettes, pleine de vie et de joie!
Et le mieux, c'est que même en ne me lavant plus les cheveux qu'au bout de 4 jours (inconcevable aupravant, sauf si j'étais en vacances et recluse chez moi) et bien le bad hair day n'existe plus... Seule ma mèche de devant graissouille mais faiblement, ce qui fait qu'à partir du moment où je la coince derrière mon oreille, on n'y voit plus rien.

Bien entendu, ce serait une erreur de ne pas vous dire avec quoi je suis parvenue à ce miracle de la vie.
Premièrement, j'ai utilisé le shampoing coslys à la menthe, dont je vous avait déjà parlé sur le blog. Un shampoing doux mais sans plus! Sa composition n'est pas ce qu'on peut trouver de meilleur, mais il fonctionne bien, et il sent très bon.
Je l'ai utilisé pendant 6 mois, puis j'ai fait une commande shampoing chez Mondebio, composée de trois shampoings : une miniature logona anti pellicules, et deux shampoings lavera (dont un au citron que vous ne voyez pas ici).



Si je ne devais vous en conseiller qu'un seul, c'est le logona. Déjà, ils sent la carotte râpée, et moi j'adore cette odeur fraîche. Ensuite, il est particulièrement efficace et doux, avec lui j'ai même réussi à tenir 5 jours sans shampoing (truc de malade pour une nana qui croyait avoir des cheveux régraissant vite O.O). Enfin, pour ce qui est du caractère anti pelliculaire, j'ai tendance à en avoir un peu quand je suis au bord du gouffre de la fatigue, et dès que je l'utilise, c'est comme si ça n'avait été qu'un mauvais rêve.
Ce shampoing is THE BEST CHAMPION EVER.

Pour donner de la force, de la brillance et éventuellement réparer mes cheveux (n'oublions pas que pour les besoins de mon travail de pâtissière, mes cheveux passent 9 heures par jour attachés, très serrés), j'utilise toujours de l'huile de noix de coco sur les pointes. C'est très économique, car j'ai toujours le même pot au bout d'un an. Je l'utilise quand j'ai le temps, en bain d'huile avant mon shampoing. C'est un réel plaisir olfactif, mais c'est aussi l'huile qui pénètre le mieux la fibre capillaire (de ce que j'ai pu en lire!) et qui est donc une championne dans l'art de sublimer le cheveu. Autre avantage, son odeur paradisiaque qui, même si c'est l'hiver et qu'il pleut, t'emmène dans un pays exotique et ensoleillé. Et oui, c'est aussi une cure mentale!


Pour celles qui se demandent encore si la transition vaut le coup, je répondrai mille fois oui.
C'est certain, le coût des shampoings bio est plus élevé, mais la raison principale c''est que les produits pleins de sodium lauryl sulfate sont très peu coûteux à produire, puisque cette matière première (représentant une grande partie du produit final) est CHEAP. Celles utilisées par les produits bio sont moins économiques mais beaucoup plus saines et naturelles. C'est encore une fois une question de choix, mais pour ma part, je n'achète que peu de bouteilles, je ne sais pas comment je me débrouille mais je n'ai utilisé que 40 euros de shampoing et avant shampoing en une année.




Et vous pouvez donc aussi admirer mes reflets, 100% henné, 100% naturels et 100% trop cools! :-D

Alors si toi aussi tu en as assez de tes cheveux gras et lourds, sans vie intérieure, pose toi la bonne question : est-ce que j'utilise les bons soins?

Alors toi, déjà adepte ? Ca te tente ce brix à brac??



jeudi 10 avril 2014

Liner bio VS liner sephora, l'ultime bataille

OUuuuh le liner, ce sujet épineux. Je n'y avais jamais touché, plutôt par flemme que par maladresse dans le trait, mais je suis vite tombée amoureuse du regard Wide open que ça peut te donner, même quand tu jurerais avoir la tête coincée au fond de ton derrière (ça m'arrive le dimanche, après une semaine de 40 heures et après m'être levée à 3 heures, no worry, j'le vis bien).

Mais alors que des jours heureux se profilaient entre mon liner sephora et moi, j'ai eu ma prise de conscience biologique. Celle qui fait que maintenant, plus aucun cosmétique autre que biologique ne trouve grâce à mes yeux. La petite voix qui te dit "Ouii cette couleur est bien jolie ma foi, mais j'te dis pas les dérivés de pétrole là dedans, ça doit pas être terrible pour tes mirettes mistinguette". Oui, ma voix intérieure me parle comme ça.

Mais alors en commençant à chercher sur les étals biologiques, je me suis demandée comment de un j'avais pu trouver aussi rapidement un liner parfait juste au hasard, et de deux, comment le marché du liner bio pouvait être aussi atroce.

Problème number one pour moi : le pinceau. J'air regardé chez benecos, une marque dont j'adoooore le masacara, juste discret comme il faut, mais qui te fait le regard qui pétille. Petit souci, c'est une sorte de pinceau plastique, qui te fait des traits épais comme une voix de chemin de fer. C'est bien si tu veux te la faire Amy winehouse, moins si tu veux te la jouer discretos.

Mais je cause, je cause, mais je vais vous comparer ces deux là.


1- Le packaging

Y'a pas à dire, chez Sephora, c'est de la grande distribution un peu bâclée, on te vend ton liner sur un étalage t'as pas de petit carton d'emballage, globalement le noir c'est plutôt moche, et en plus, les écritures argentées ont tendance à partir en sucette.
Coté couleur caramel, un emballage soigné, carton, comme je les aime, avec des écritures, des petites fleurs, sobre mais efficace.
Bon point pour le bio!


2- Le pinceau

Chez Sephora, y'a du savoir-faire. Le pinceau est fin sans exagération, et c'est bien pratique pour tracer des traits moyens. Si tu veux du trait très fin (dis le à l'oral, c'est rigolo haha), il faut utiliser un petit coton tige pour retirer l'excédent.
Pour couleur Caramel, c'est une grosse victoire. Le pinceau est super fin, tu peux tracer un ras de cil qui se remarque à peine mais ouvre ton regard de biche.
Un méga point pour le super pinceau.



3- La couvrance

Sephora t'envoie du pâté, c'est super couvrant, on trempe une fois et on pourrait se faire l'intégralité de la paupière avec.
Gros point négatif, le liner couleur caramel ne peux pas s'utiliser de la même façon ... Le produit n'a pas la teneur du chimique, du coup, si on veut tracer tout son trait, on se retrouve avec une couleur presque marron, et on voit le trait du pinceau au milieu, comme une raie bien moche sur ta paupière.
Et un point pour sephora!

Tu peux toi même constater la différence entre les deux, c'est pas franchement flagrant!



4- Le confort

Chez sephora, brique sur ta douce paupière, lifting en marche. Quand je le mets, j'ai parfois la sensation que c'est tendu de chez tendu.
RAS coté couleur caramel, le produit ne se sent pas sur les yeux, aucun oeil rouge ou larmoyant en fin de journée.
Gros point pour Couleur Caramel

5- La tenue

Autant vous dire que c'est là que pêche le produit biologique.
Sans base à paupière, le sephora tient tranquillement la journée, là où le couleur caramel s'estompe et signe son arrêt de décès dans les heures qui suivent son application. Si base il y a, aucun problème à signaler, ça tient, et bien.
Un point donc pour sephora!

6- La composition et l'engagement

Je ne vais pas vous en apprendre beaucoup, mais le liner sephora perd beaucoup de points dans cette catégorie. Je n'ai pas réussi à me procurer le détail (faut dire que j'ai pas non plus cherché) mais à moins qu'il ne contienne lui aussi de l'hydrolat de rose bio, et de l'aloe vera, il est battu à plat de couture par Couleur Caramel.
Et comme le produit est certifié bio, on est certain de sa pêche ;-)
En plus, le produit n'est pas testé sur les animaux, ce qui nous vaut un joli petit lapin sur l'emballage.

7- Le prix

10.95€ pour sephora
15.70€ pour couleur caramel

Sur le global, tu peux te faire ton propre avis, mais je suis raide dingue du packaging du produit couleur caramel, du fait qu'il ne me pique pas les yeux (évite les noeuds!) en fin de journée, et aussi de son pinceau tout fin, même si quand on veut un trait épais c'est un peu plus galère!


Et toi chaton, tu veux du Couleur Caramel dans ta vie?