samedi 30 août 2014

La crème solaire de princesse Raiponce est biologique, c'est fantastique !

Depuis mon article sur covermark et son fond de teint spécial, tu sais que j'ai un vitiligo (= dépigmentation totale de la peau, localisée chez moi sur la jambe gauche).
Depuis petite c'est donc un réflexe que j'ai, dès que je mets le nez dehors, boum, crème solaire, indice 50, et on n'en parle plus.

J'avais acheté l'année dernière un solaire Lovea Bio spécial visage, dont l'odeur rappelait un peu celle des bonbons à la pose mais qui finissait par tourner et me filer des hauts de coeur. L'efficacité était au rendez-vous, et je l'ai donc utilisée au début de la saison ensoleillée cette année, malgré sa difficulté à s'étaler, pour ma jambe, parce que je n'aime pas tellement jeter des produits et que je n'avais plus trop confiance pour le visage.

Cette année, j'ai beaucoup pensé à mon solaire je lui ai même envoyé deux ou trois lettres d'amour. J'en voulais du biologique. Et puis j'ai fouillé un peu partout : internet, supermarché, biocoop etc...
Faut dire que je ne partais que pour une semaine, et qu'ici, chez moi, je n'en ai sorti qu'une ou deux journées : j'aurais donc pu largement envisager de continuer mon histoire d'amour avec cette unique petite lovéa de l'an dernier, mais j'ai été optimiste sur le temps qu'il ferait en vacances. A tord. (demi haha)

J'ai beau donner beaucoup moins d'importance aux packagings maintenant, préférant souvent favoriser le contenu plutôt que le contenant, j'ai tout de même craqué sur la pompe de ce produit.
Parce que j'ai vu à peu près 12 fois Raiponce à sa sortie au cinéma (j'ai un illimité, j'en ai bien profité, et j'ai pleuré les 12 fois, la honte), et que j'ai adoré ce film, je n'ai pas pu passer à coté de cette version de la protection minérale raiponce.
J'ai vu le petit capuchon vert, j'ai cru à du greenwashing, mais non, ECOCERT ma gueule! Lovéa est visiblement la seule marque de grande surface qui semble porter un minimum d'intérêt au bio, parce que chez aucune autre marque je n'ai trouvé de confrère biologique ...
Raiponce, du bio, et une crème solaire : pile ce que je cherchais quoi!


Le prix a fini de me convaincre (13€ environ les 100ml, soit pas beaucoup plus cher que les autres solaires).


Au programme, il y a eu un bref coup d'oeil sur la composition : mais comme j'étais sur place (cad dans un super marché blindé de touristes, rouleau de PQ sous le bras) et que je ne connaissais pas les noms des composants, j'ai acheté un peu à l'aveugle, en me fiant à mon instinct de chasseuse de composants cracra. Je n'avais jamais entendu parler en mal de ceux là, c'est que c'est passipire!


Je viens tout juste de passer la gredine à la loupe grâce au site de la vérité sur les cosmétiques et OUF rien à signaler!
La composition est d'ailleurs plutôt bonne! Il y a des films UV minéraux, et même de l'huile d'argan (oui madame!), qui hydrate donc ta peau. C'est comme ça que ton solaire se transforme en soin.
Pour rappel, les solaires classiques ont des beaux désavantages : ils perturbent nos hormones, favorisent des cancers comme celui du sein, iraient même jusqu'à rendre nos os poreux, sans parler de leur nocivité pour l'environnement (en sachant que le produit se diffuse joyeusement dans les mers et océans du globe dans lesquels on se baigne, adios les petits poissons némo et les barrières de corail!).
Donc le bio pour les solaires, comme pour beaucoup d'autres produits, c'est une option, mais c'est pas plus mal.

Coté pratique, le flacon pompe est comme tous les flacons pompes que tu emmènes à la plage : il finit toujours un peu à la roots, avec l'étiquette qui se décolle sous l'effet de l'humidité/chaleur/grains de sables, mais le pshit est bien dosé et diffus (pas comme les nouvelles têtes aroma zone qui te pissent littéralement au visage).



L'application est agréable, avec une odeur similaire à celle des petits sacs de lavande que tu mets dans tes placards, même s'il n'y en a pas dans le produit (d'ailleurs il n'y a pas de parfum, donc ça doit venir de l'extrait de plante en fin de liste), et le fini sur la peau est très très doux. Je dirais presque un fini poudré, très loin de l'effet pot de colle qui te rend paranoïaque du moindre chouilla de sable sur ta serviette.

Mais (et oui, il y a un mais) ... Le filtre UV minéral te rend blanc comme un derrière de nouveau né! (donc tu vois, il a pas vu beaucoup la lumière lui)

(J'vous l'accorde, c'est pas flagrant sur la photo)
Déjà que je n'étais pas très bronzée, je ne vous cache pas que c'était moyennement glamour, à la limite de la fille qui s'était faite kidnapper et enfermer dans une cave pendant 2-3 mois puis qui avait réussi à s'enfuir.
Alors après, ça fait pas des traces blanches comme les solaires normaux, mais plutôt comme si vous aviez mis un fond de teint blanchâtre et trop clair pour votre carnation : au moins c'est uniforme et tu sais où t'es pas passé.

Je n'ai aucun coup de soleil à déclarer facile en même temps, vu le peu de soleil que j'ai vu et malgré son coté "j'te transforme en statue de plâtre", j'ai beaucoup aimé ce solaire.


Pour son prix en comparaison à d'autres marques, j'imagine qu'il doit y avoir des failles (par exemple, le produit n'est pas certifié cruelty free), mais pour débuter dans le bio solaire sans vouloir y investir trop mais en refusant de se tartiner aux filtres UV habituels ... C'est un bon compromis!

Et vous alors, votre solaire cette année, il ressemblait à quoi?

Kiss Kiss love 

Délia ♥




vendredi 29 août 2014

Comment consommer Bio en cosmétiques a été une petite porte vers la prise de conscience

Même pour moi il aurait été difficile d'imaginer combien commencer à consommer bio en cosmétiques m'a fait ouvrir les yeux sur tout un tas de sujets.
Je pense que j'aurais ri si on m'avait dit "dans deux ans, tu liras les étiquettes systématiquement, tu seras végétarienne et tu arrêteras d'acheter sans penser".
Mais comment j'en suis arrivée là? ;-)


Quand tu commences à t'intéresser au bio, tu ne peux généralement pas te dépatouiller sans fouiller un peu les compositions des produits.
Tu te documentes, tu lis la vérité sur les cosmétiques... et tout d'un coup, bizarrement tu n'as plus du tout envie d'acheter ce que les grandes surfaces te vendent. D'abord pour ta santé. Parce que les notions de cancérigène, de perturbateurs endocriniens, ça t'envoie pas du rêve.
Donc c'est décidé, t'achètes tout bio pour les produits de soin et tu deviens maniaque de la liste Inci, alors même qu'ya 3 jours tu savais à peine ce que c'était. 
Entre temps, tu as perdu toute confiance dans l'industrie cosmétique, et tu te demandes en ton fort intérieur comment on a pu te prendre pour un jambon pendant aussi longtemps sans que tu ne sois au courant.


C'est là que tu commences la paranoïa : et si c'était pareil pour la bouffe?
J'ai donc commencé à me renseigner également sur le bio et ses bienfaits sur la santé pour l'alimentation.
Rien n'est scientifiquement prouvé, et il est difficile de dire que le bio contient 0 substances nocives (les terres sont polluées et l'air/la pluie aussi), mais néanmoins, le fruit/légume est nettement moins contaminée puisqu'il n'est pas traité avec des pesticides chimiques.
Donc j'adhère aussi, même si certains disent que c'est cher et sans intérêt. Parce que justement, c'est important d'inciter les producteurs à faire les choses dans le bon sens, en arrêtant de polluer, en utilisant des espèces plus résistantes, et en protégeant de fait la faune et la flore (et en s'assurant de pouvoir continuer à cultiver les terres, qui sont complètement appauvries par les traitements chimiques...). Les ambiances des grandes surfaces bio m'ont de toute façon déjà conquise, et maintenant, je m'y sens comme un petit poisson dans l'eau entourée de produits qui me paraissent moins étrangers.


Mais après avoir pensé à ma santé, en bon humanoïde égoïste, ne serait-il pas chouette de penser aussi à ce qui m'entoure? 
C'est le pas d'après dans ma chevauchée vers la réduction de mon impact.
J'ai de ce fait décidé de devenir végétarienne. Pour l'environnement (moins d'eau et de nourriture consommée qui est habituellement utilisée pour nourrir le bétail) et pour ma santé. Parce que j'ai l'intime conviction que la viande aux antibio/ogm n'est pas nécessaire à mon fonctionnement vital, et que j'suis pas vraiment pour participer à nourrir l'industrie qui traite les animaux qu'on mange comme de la merde (y'a pas d'autres mots, quand on voit les atrocités qu'on leur fait subir...). Si mamie paulette me propose une cuisse de son poulet qui a couru dans la cours, qui a vécu 3 ans et qui a mangé ses restes, je serai moins catégorique. Parce qu'on lui aura pas coupé ni les griffes ni le bec!
                            (et elle aura peut-être eu un câlin de chat, poule-quoi pas?!)


Et ça marche avec tout : dès qu'on consomme on a un impact : fabrication, transport, pollution, recyclage.
Je suis donc passée au "moins mais mieux". En remplaçant les produits carnés, on fait de grosses économies qui nous permettent de faire des courses vraiment différentes. Je pense que je suis beaucoup plus sensible à mes besoins réels et à faire le moins de gâchis possible (et le moins de stock!).
C'est une expérience très positive, que j'espère continuer à vivre et développer. La réflexion ne s'arrête pas là, et j'espère renforcer mes convictions, avoir l'opportunité de les partager et pourquoi pas, donner des idées à certain(e)s! J'écris cet article encore une fois à partir de mon ressenti mais ne vise absolument pas ceux qui ne sont pas pour le bio/végétarisme, loin de moi cette idée, puisque moi aussi, j'ai été de ces deux camps, et je peux comprendre parfaitement les deux! (toujours difficile d'aborder ces sujets car beaucoup se sentent visés alors que ce n'est pas le cas).
Ce qui est une certitude absolue ... C'est que quand on met le nez dans ma marmite, difficile de ne pas y tomber totalement!

Et toi alors, tous ces sujets te touchent, t'indiffèrent? Dis moi tout!

Délia ♥


jeudi 28 août 2014

La vitabox "L'artiste" : Contenu haut en couleur et délices en perspective

Quand Alice m'a contactée de la part de Vitabio j'étais en vacances à la mer : en plus d'être la femme la plus heureuse du monde parce que ce jour là il faisait beau et que je m'étais baignée, j'ai eu droit à la proposition d'envoi de produits.
Quand le facteur matinal (8h43 qui dit mieux?) a sonné, j'ai sauté hors de mon lit et couru ouvrir : c'était mon paquet!
Un énorme carton? Ouah classe.
J'ai éclaté le scotch et belle surprise, je découvre .. Un deuxième carton qui fait office de box!


C'est que je m'attendais à recevoir des produits comme ça, mais là, l'idée de la box est vraiment très chouette!

Alors bien entendu, si j'ai été aussi enthousiaste, c'est aussi parce que Vitabio, c'est une marque Biologique (sans blague, petit génie!), fabriquée en France. J'suis pas tellement chauvine mais bon, autant faire avec ce qu'on a chez nous pas vrai?
Et puis il faut savoir que les produits sont soigneusement sélectionnés pour leurs qualités, et la marque tente de préserver au mieux la saveur des fruits (cad ils ne sont pas noyés dans la flotte ou le sucre comme c'est le cas bien souvent ...).
On retrouve donc des purées de fruits, des jus, des smoothies, infusions, et des barres de céréales et biscuits. 

Comme je sais que vous êtes des sacrées curieuses, je vais bien entendu vous montrer ce que contenait cette box, répondant au nom de l'artiste.
Déjà, à vous de chez Vitabio, sachez que j'ai trouvé le nom vraiment chouette (genre hey salut, je suis une artiste du manger!), et je trouve qu'elle donne un axe sur l'utilisation des produits. Je veux dire que c'était le matin, j'ai eu très envie de boire le smoothie comme ça, avec deux petits glaçons, mais j'ai préféré le garder pour en faire un truc vraiment chouette et un peu élaboré!

A l'ouverture, on trouve le feuillet explicatif de la box qui nous raconte que les cuisiniers (j'imagine que les pâtissiers sont compris dedans? :D) sont des artistes au même titre qu'un peintre, un chanteur, un acteur... Et qu'il tient à chacun d'être artiste, avec peu de produits, mais la bonne inspiration. Vitabio nous parle de décor à l'assiette, de couleurs, de fraîcheur .... Et moi ça me parle beaucoup. Comment diable auraient-ils pu savoir que le dessert à l'assiette me fascine? Ils ne le savent pas. Mais ça me donne la pêche (et l'abricot).


Le contenu

Les produits attendaient seulement mon émerveillement, bien rangés dans leurs copeaux de bois.


Une infusion de thé vert et de menthe, qui va finir dans une recette salée qui je l'espère sera un délice.

Un smoothie manque ananas Acérola, que j'ai d'ores et déjà utilisé et qui a bien fait son travail! J'ai pu terminer la bouteille en boisson, il est très onctueux, et on sent l'arôme de l'ananas en tête, ce qui n'est pas pour me déplaire puisque je déteste la mangue. L'acérola est bien connue pour sa richesse en vitamine C.

Un cocktail Myrtille pomme (avec seulement de la Myrtille et de la pomme dedans!). La Myrtille n'est pas un fruit que l'on retrouve souvent en jus, je suis pressée d'utilise ce produit même si je ne lui ai pas encore trouvé son futur usage.

Un délice de fruits bio Framboise : des framboises, du concentré de fruit, et un gélifiant (de l'algue bio!). Que du bon dedans, ce qui en fait un allié intéressant pour un entremets ... 

Et enfin le petit "plus" qui m'a bien fait rire le Hipcoffee : pour faire des cafés comme un Hipster! ;D
Et ça, pas besoin de le préciser, ça peut s'utiliser partout puisque ce sont des pochoirs "à mousse de café" que je me vois bien utiliser sur absolument tous mes gâteaux sur lesquels il sera possible de le faire.
Il y a trois motifs : un cerf, un coeur et un moustache. So Hippster!


Je me permets de remercier très fort Alice (et la marque Vitabio évidemment :-) ) pour ce chouette envoi, je vous donne rendez-vous pour de nouvelles aventures culinaires très très vite! (bon entre temps il y a ma rentrée, donc si c'est pas très très vite c'est vite).

Je vous embrasse.

Délia ♥

mercredi 27 août 2014

L'acide salicylique, l'allié des peaux à imperfections : après un mois de cure, ça donne quoi?

Je n'ai vraiment pas ce qu'on pourrait appeler une jolie peau, sans pour autant avoir une peau complètement dégueulasse.
Je suis right in the middle : je continue donc d'envier celle qui ont un grain de peau très fin peu propice aux points noirs, et à me dire que j'ai échappé au pire tout de même en plaignant celles qui ont de l'acné.
Mais voilà, j'ai toujours mon idéal de peau en tête.

Pour aller dans ce sens, j'ai donc profité de mon dernier tour chez Aroma Zone pour glisser dans mon petit panier de l'acide salicylique. J'avais vu ça sur le site, et j'étais intriguée par la bête.
Accroche toi, parce qu'après son descriptif, toi aussi tu en voudras!


La théorie

L'acide salicylique est un actif cosmétique issu de l'écorce du saule noir : ici il est naturel donc mais il en existe aussi une forme créée chimiquement qui apparemment est moins bien tolérée par la peau.
Ce petit actif est un soldat guerrier contre les bactéries responsables de l'apparition des boutons d'acné, mais également un anti-inflammatoire, qui évite donc d'avoir un énorme bouton rouge et radicalement douloureux.
Il est actif sur le renouvellement cellulaire : lutte accrue contre toutes les marques de la peau, comme les cicatrices, les boutons, mais aussi les rides/ridules. Sans oublier de virer par son action progressive de peeling doux les récalcitrants points noirs.

Programme alléchant, puisque le résultat final est une peau plus nette, un teint frais et lumineux et un disparition progressive des boutons.

La pratique

Alors en pratique, je suis assez partagée. Partagée parce que je ne sais pas trop si ma diminution de boutons est due à cet acide salicylique ou à mon rythme de vie mignonnet de fille en vacances depuis 2 mois.
Ce qui est très net, c'est que c'est un produit qui y a participé, donc je me dois de le couvrir de lauriers un minimum, qu'il ne se sente pas lésé.
J'ai beaucoup moins de gros boutons, et je sais généralement à quoi les attribuer (le paquet de chips que je me suis enfilée, les mojitos que j'ai bu la veille, un petit coup de stress ...), et hormis ces bonds boutonnesques, je suis moins sujette aux gros boutons douloureux et remplis de l'immonde matière qu'est le pu.
Pour ce qui est de l'aspect général de ma peau, je suis partagée aussi. A vrai dire, le nerf de ma guerre, c'est surtout mon nez. J'ai toujours des points noirs dessus, j'ai beau passer ma vie à les virer en me triturant, rien n'y fait, pas même les masques/gommages/maraboutages. Et eux, ils sont toujours là.
Ce qui est encore plus bizarre, c'est que pendant cette cure, j'ai remarqué que de petites plaques de petites imperfections se sont créées sur mes joues, au niveau du creux si tu rentres tes lèvres en aspirant (jure moi que tu vois ce que je veux dire), alors que je n'avais jamais d'imperfections à cet endroit précis. On ne les voit pas mais on les sent.
Alors bon, je suis en train de me demander si je ne ferais pas mieux d'utiliser cet actif en ciblé sur les parties de mon visage concernées, plutôt que de le martyriser en global.
Regarde par toi même, j'ai rien de rouge/noir/trop voyant. Maintenant ça se joue à l'allure de mon grain de peau.


Enfin, pour ce qui est de l'utilisation, il est préconisé d'en ajouter dans des préparations maison. Moi je ne tambouille pas alors je mets 1-2 gouttes de ce précieux acide dans ma crème de jour tous les matins (mon aloe vera quoi) et basta.
Pas d'odeur particulière, un liquide translucide, on dirait presque de l'eau.
Le mien a une sorte de dépos blanc dedans, parce que je l'avais mis au frigo et qu'il faut pas, mais la personne que j'ai eu chez aroma zone m'a dit que c'était rien et que je ne risquais pas de finir défigurée, parce que cet actif est un conservateur (donc il se conserve lui-même quoi!).


Pendant les vacances, j'ai été mauvaise élève sur mes soins, j'ai sauté à peu près toutes les étapes au moins une fois dans la semaine, mais ma peau est super nette et lisse. Alors maintenant la grande question c'est de me demander si un des produits de ma routine ne me défoncerait pas la peau au quotidien.


La dure vie de la bloggueuse beauté hein!

Et vous alors, déjà tenté l'acide salicylique? Envieuse de connaître ses capacités? Ou alors très perplexe?

Délia ♥

mardi 26 août 2014

Makeup vitamiz des jours heureux [Tuto Inside!]

Parce que pour ce genre de makeups sortis d'absolument Nulle part, qui datent un peu niveau réalisation (t'as vu, y'avait du soleil à cette époque là!), et dont je ne me souviens plus tellement l'inspiration, si ce n'est que ces couleurs sentent les pétales de roses, et bien il mérite un nom imaginaire.

Pour une fois (et y'en aura une deuxième), j'ai réussi à vous faire un tuto image par image. Oui oui.
Même si par moments j'ai fait une photo toutes les 2-3 étapes parce que je m'emballais avec mon pinceau.


Step 1  Pour porter du jaune, j'uniformise toujours mon teint (truc que je ne fais pas toujours quand je porte d'autres couleurs moins capricieuses, tu peux me taper si tu veux), et pour ça, j'utilise la CC cream So bio Etic. Du même coup j'en profite pour me filer un coup de bronzer de chez So bio Etic également (z'inquiétez pas, je vous en parlerai en décembre, il fera peut-être canicule d'ici là). Je l'applique en 3 comme préconisé pour ce genre de produits, en insistant bien sur l'arrête des joues.
J'uniformise aussi l'aspect de mes sourcils avec un crayon marron que j'estompe en brossant mes sourcils.

Step 2  On pose une base. La mienne est toujours la Urban Decay (elle commence d'ailleurs à faire des boulloches MIAM).
On dépose du jaune bien pep's sur toute la paupière mobile en remontant un peu dans le creux.


Step 3  On utilise un violet/rose (ou orchid sous son appellation) sur presque toute la paupière mobile, et un violet soutenu plus foncé sur le ras de cil supérieur.
J'ai ensuite bien fondu les couleurs avec mon pinceau boule, et j'ai pris le parti de renforcer le coté violet foncé en humidifiant le fard et en traçant un trait plus précis mais assez épais au pinceau liner.
On n'oublie pas le ras de cil inférieur, auquel on applique les mêmes couleurs.
Pour renforcer un peu le jaune, j'en ai ajouté à la bordure du pli de la paupière et en coin externe.
Enfin, on illumine le regard avec une couleur neutre nacrée et lumineuse sous l'arcade.



Step 4  Pour avoir un regard de biche, on n'oublie pas de se passer un coup de mascara, ici une pure merveille de chez couleur caramel (dont je ne tarderai pas non plus à vous reparler (avalanche de parenthèses d'articles en prévision)).


Step 5  Last but not least, un petit coup de rouge à lèvres glossy ou de gloss redonnera de l'éclat à votre joli sourire! J'ai choisi une teinte qui tire sur le orchid, très vive, car avec un makeup comme ça des yeux, on a vite tendance à avoir les lèvres pâles. Donc sans en faire des caisses, il s'agit de redonner un peu de vie à notre mine :-)


Rien de bien compliqué dans ce maquillage (comme dans tous les autres d'ailleurs, je reçois pourtant des commentaires de personnes qui ne se disent pas douées et sont très admiratives, faut pas croire que j'ai un CAP esthétique :-P), le secret réside je pense dans un bon estompage des couleurs, pour un résultat de fondu sympathique. Je dis ça parce que j'ai commencé à faire de jolies choses seulement quand j'ai reçu mon kit de pinceaux écotools et que j'ai vraiment vu l'utilité du pinceau estompe ;-)!





J'espère en tous les cas que cette association de couleur vous donnera la pêche et vous fera oublier cette journée du mois de novembre pluvieuse.

Mille bisous

Délia ♥



lundi 25 août 2014

Cette semaine de vacances j'ai aimé ...

Une semaine ça passe si vite quand on est en vacances, au bord de la mer ...

1- Revoir la mer : chaque année la même excitation à l'approche de la mer. Je sens son odeur, j'entends ses vagues et là, je n'ai qu'une seule envie, courir me jeter sur le sable, quitte à en avoir jusque dans la culotte, et finir à l'eau après avoir lézardé un peu sous le chaud soleil !



2- Etre à 200 mètres de la plage. Parce que rentrer boire un coup à la location c'est tellement pratique!


3- Les schémas incompréhensibles des maîtres nageurs. Merci les gars mais en fait, on a le droit de se baigner nulle part non? ;D (et en réalité ça donne comme si t'étais une brebis qui te fais siffler quand tu sors d'entre les deux drapeaux bleus)


4- Le pain aux noix de la pâtisserie Berdoulet de Mimizan plage (il en existe une à mimizan bourg). Un prix imbattable (faut dire que les prix de boulangerie Ile de France son absolument désincitatifs) et un bon goût de noix! A noter : j'étais logée juste à coté du Bellis, une pâtisserie réputée : leur viennoiserie est un peu grasse, même si leur pastis Landais est apparemment très bon et très primé.


5- L'apéro aux rosés fruités : définitivement très sympa et léger! Je pense même que l'été prochain, j'ajouterai en flotaison des pluies de fruits rouges, qui auront bien le temps de se gorger de vin rosé! 


6- Le gentil monsieur de la location. Merci pour ton accueil, ton apéritif (un peu chargé quand même!) et tes photos de nous prises en flag' vraiment trop mignonnes laissées à notre attention en guise de souvenir avec un mot chamallow!

7- Réussir ma pièce montée. Ma victoire de l'été! J'ai tellement imaginé le résultat, les pires catastrophes, et psychoté sur ce que je serai capable/incapable de faire que je m'attendais vraiment au pire. Et finalement, tout le monde a été content du résultat, moi incluse. Je vous rédigerai un petit article bientôt pour vous donner quelques tips, que mes erreurs vous servent aussi de leçon ;-) (même si je doute que tout le monde se lance dans la réalisation de pièces montées)



8- Mon tee shirt de hipster avec un cerf. J'ai bavé dessus toute la semaine dessus et sur les multiples autres de la collection : résultat, j'ai emporté celui-ci dans mon panier et j'ai le projet de m'acheter d'autres tee-shirts vierges et de la peinture pour tenter moi même l'aventure pendant cette dernière semaine de vacances.
Par contre j'pensais vous faire des belles photos de lui mais je n'ai pas la moindre idée d'où il peut être à l'heure actuelle.

On dit au revoir à la mer, et à l'année prochaine!

Je retiendrai par contre l'horrible temps pas du tout estival (la plage en maillot de bain, c'est si has been tu comprends !) qu'on s'est payé une bonne partie de la semaine. J'avais malencontreusement zappé mes tongs, je crois que c'était une sorte d'avertissement sur le temps et je n'ai pas eu besoin d'en acheter sur place (bon par contre mes ballerines vont finir à la benne, parce que leur état est critique haha)

Navrée pour ce billet très humeur, mais j'en avais besoin pour atterrir!
On se retrouve demain pour rentrer dans le vif du sujet ;-)!


Délia ♥

jeudi 21 août 2014

Le Rocky Road : la gourmandise à l'état pur

J'admets que jamais je n'aurais tenté cette recette si je n'avais pas eu un sachet de Fruitmallows (le nom m'éclate tellement que j'mamuse à le crier à des moments random de la journée sur une voix de pokémon? JE VAIS BIEN MERCI) rapportés par ma maman et ma soeur d'un périple à Lyon. Je ne savais pas du tout quoi en faire, et la seule recette en contenant dans mes bouquins étaient des adaptations de cette fameuse recette du Rocky Road.


Avec un nom comme ça, je me suis dit, qu'il avait forcément une histoire ce dessert, et son origine se trouve apparemment en Australie, là où des marchands peu scupuleux revendaient des produits un peu passés qui avait voyagé d'Europe mélangés à d'autres, dont du chocolat et des noix dans une préparation. Elle prit le nom de la route que les mineurs devaient prendre : Rocky Road.
Selon les pays la recette et ses ingrédients majeurs sont plus ou moins nombreux (allant jusqu'à de la gelée et de la sauce aux fraises en australie (des fous je vous dis)) à 3 ingrédients (chocolat lait, marshmallows et fruits secs) pour les Etats unis.


Les versions de ce dessert se retrouvent généralement sous forme de cupcakes ou de glaces (ce doit être génériquement une tuerie), et je pense le refaire sous forme de cookies, mais aujourd'hui, je vous propose la version brownie, qui n'est autre que le dessert le plus gourmand qui m'ait été donné de goûter jusqu'à présent.
Si je l'avais imaginé BEAUCOUP trop sucré (vous verrez les photos, c'est très parlant), il s'avère que le dessert est en fait très doux, équilibré, et qu'il est vraiment délicieux. Les mini marhsmallows fondent à la cuisson, et créent des petites suprises en bouche, comme des endroits caramélisés tendres, qui contrastent avec le croquant des noisettes et le moelleux du brownie passionnément chocolat...


Pour un petit plat carré (pour 4-5 personnes)

113 g de chocolat au lait (personnellement et n'en ayant pas j'ai fait 50/50 noir/blanc)
63 g de beurre
1 oeuf
63 g de cassonade (ou à défaut du sucre blanc)
63 g de farine (version sans gluten 1/3 pois chiche, maizena, riz)
une belle poignée de noisettes et amandes (logiquement ce sont des noix de cajou)
une belle poignée de guimauves miniatures

Commencez par mélanger ensemble oeuf et cassonade jusqu'à ce que le mélange soit mousseux. Ajoutez ensuite le chocolat au lait fondu avec le beurre (mais pas brulant sinon vous risquez de cuire votre oeuf et de faire une omelette), puis ajoutez la farine.
Lorsque vous avez votre "appareil" à brownie, incorporez délicatement vos noisettes concassées et vos petites guimauves.
Enfournez à 180°C pour une vingtaine de minutes. Ce gâteau sera encore meilleur s'il reste un peu "cru" à coeur!

Afin de donner à ce dessert son statut de bombe calorique, réalisez un caramel. Mettez 30 ml de sucre avec 15 ml d'eau à colorer et ajoutez ensuite 3 cuillères à soupe de crème liquide en fin de cuisson. Nappez vos parts de rocky road de ce succulent mélange après les avoir parsemés de minimallows et de noisettes concassées.


J'ai trouvé la recette ici mais l'ai réadaptée selon ce que j'avais sous la main, et surtout selon mon régime sans gluten du moment. Pour les intolérants je pense ne rien vous apprendre en vous disant qu'avec les marshmallows il faut être méfiants car ils peuvent contenir du blé! Ceux-là n'en contenaient pas mais avaient un goût très chimique (vive l'amérique ;D)


Sur cette parenthèse intolérante, j'espère que les photos vous auront régalées.


Je vous embrasse!


Délia ♥

mercredi 20 août 2014

L'inde au bout des ongles

Tu vas finir par te demander si je ne suis pas partie en Inde, ou si je n'ai pas une fascination pour ce pays.
Ni l'un ni l'autre, c'est comme être temporairement pris d'une passion fraises et ne manger que ça à tous mes repas, j'en suis revenue (mais c'était quand même super bon, faut pas se mentir!).

J'ai ce vernis Hema qui me fascine tellement.
Faut dire aussi qu'en plus de fixer à fond sur l'Inde, je fixe aussi pas mal sur le violet en ce moment (faut pas chercher, j'ai découvert que le violet était parfait pour lutter contre un teint blafard), et j'en mets à TOUTES les sauces : les yeux, les lèvres, le vernis. J'suis juste triste de ne pas avoir les cheveux violets. D'ailleurs à force de voir des filles avec des cheveux de petits poneys moi aussi j'ai envie, mais avec ma bruneur et mes sourcils noirs j'ai pas confiance dans le résultat.

BWEF.


Donc j'ai ce vernis Hema. Si beau. Comment te le décrire sans lui retirer de son faste?
Violet, bien profond mais un violet qui tire sur les teintes chaudes, avec des milliers de micro paillettes dorées et violettes, dans le même ton. Comment te dire? Le love parfait. Il est tantôt un simple violet, et dès qu'il capte la lumière, boule à facettes. On dirait un petit scarabée!
Même son nom est chouette : Purple Sparkle.
Et ce qui est encore plus chouette, c'est que malgré son aspect "paillettes", il est d'une grande simplicité à retirer!


Quant au mexico de Mavala, je suis fan de lui depuis un moment déjà. Même si c'est un peu compliqué entre lui et moi car la couleur étant très foncée et mes ongles souvent courts et/ou de longueurs diverses et variées, difficile de le porter, car il a beau avoir l'air violet avec des reflets orchid dans le facon, sur les ongles, c'est un beau violet, profond, presque neutre.
Si en plus tu ajoutes un top par dessus, sa noirceur a tendance à l'emporter et lui donne un air charbonneux.

C'est donc avec plaisir que j'ai marié ces deux amours, en le scellant d'un doré dont je ne saurai vous donner le nom acheté dans un boui boui infâme de produits chinois. il doit être l'inverse du 5 free, et doit contenir de quoi me donner le cancer, ainsi qu'à toutes les générations issues de mon sang. Et il met à peu près 10 heures à sécher.
Par contre, big positive point, il est tellement pâteux qu'il est parfaitement opaque pour stamper ;-).


Pour ce qui est du trait, impossible de faire plus fin, quand je vois ce que pshiiit fait je me dis que 'jdois avoir un pinceau énorme, s'pas possible autrement (et encore vous voyez pas la main droite sur les photos, je vous ai épargnées!)

Allez, Indian party les filles! Sortez le curry des placards!

Des bisous de la plage. (ou j'espère qu'il fera beau à l'instant où j'écris ce post)

Délia ♥

lundi 18 août 2014

Le mojito facile (sans ml, sans chiffres, mais avec du citron vert et du rhum)

Je pense avoir pris les choses dans un ordre presque illogique en publiant d'abord la recette des tartelettes mojito avant de publier la recette du mojito version boisson.

Si pendant des années j'ai consommé des litrons de mojito au bar, j'ai fini par me rendre compte que faire de bons mojitos à la maison, ça tient à peu de choses, et que le tarif est tout de suite moins effarant. Avec le prix d'un mojito dans un bar, tu peux acheter une bouteille de rhum. Avec une bouteille de rhum, tu fais beaucoup de mojitos. Tu vois, j'avais dit pas de chiffres.

Alors si toi aussi tu aimes l'alliance subtile et rafraîchissante du citron vert, du sucre de canne et du rhum couplé à celui d'une menthe bien fraîche ...

Déjà, tu as deux options : soit tu trouves des citrons verts juteux (ce qui visiblement est impossible puisqu'ils doivent être cueillis avant maturité, faut dire que comment on sait qu'un citron vert est mûr?), soit tu achètes du pulco citron vert. Personnellement je fais souvent les deux, parce que le citron vert c'est joli, mais qu'il faut quand même le goût acide du jus pour un mojito réussi.
Tricher n'a jamais tué personne pas vrai?


Il te faut de la belle menthe fraîche. Si tu bois souvent du mojito et que tu as un coin d'herbe, tu peux planter sans souci un pot de menthe, il se fera un plaisir sans aucun entretien de devenir un BUISSON de menthe, qui repoussera l'année prochaine après les dernières gelées.


Enfin, pour le rhum, chacun a son école, pour ma part, j'aime le old nick, que je trouve parfumé mais pas trop cher (l'alcool te fait déjà perdre un rein avant d'avoir consommé). A vous de trouver vos valeurs dans une marque le meilleur étant encore le rhum artisanal, mais là, pas certaine que ma "recette" soit encore juste au niveau des doses.

Je ne vais pas vous donner des centilitres. Je vais vous donner ma recette magique pour réussir un mojito sans dosette, sans rien d'autre que vos facultés visuelles et ce dans n'importe quel verre.
Faut juste avoir un minimum le compas dans l'oeil!


Première étape, coupe ton citron en quartiers : un demi citron par verre! Presse chaque petit morceau pour en extraire le jus.
Frappe ensuite une belle branche de menthe contre ta main pour en libérer les arômes (ou si t'es une vraie barbare des temps moderne détruis les feuilles en deux), et selon la taille des feuilles, détache les des branches ou pas.
Verse environ 2 cuillères à café de sucre de canne.
Par dessus ces ingrédients, verse du pulco jusqu'à recouvrir les premiers quartiers de ton verre.
Prends ton rhum et verses-en jusqu'à recouvrir totalement les derniers quartiers.


Ajoute ensuite les glaçons (idéalement de la glace pilée, mais c'est super chiant à piler la glace, alors les glaçons c'est déjà bien), puis complète avec de l'eau pétillante, et une bonne lichette de sucre de canne liquide.

Et là en théorie, si t'as le même oeil que moi, t'as un mojito parfait.
Comme celui dans tes rêves.

Bon à savoir tout de même : j'utilise des verres en hauteur et non pas des verres façon whiskie, sinon vous allez pas mettre beaucoup de rhum avec ma super technique des moines shaolin des montagnes alcooliques.
Le mieux étant encore les verres faits pour ça.



Alors bon, j'suis d'accord, ces explications ont l'air hasardeuses, mais j'ai plusieurs fois montré ça et ça a toujours eu du succès!

Si par malchance vous tombez en rade de sirop de sucre de canne, prenez du sucre, que vous ferez chauffer avec un peu d'eau. Quand le sucre sera dissout et que vous arriverez à ébullition vous aurez un sirop!

Voilà mes chatons! J'espère que vous allez vous lancer vous aussi dans la réalisation de bons mojitos!

Si jamais vous voulez varier les plaisirs, sachez qu'ajouter des fraises écrasées (des bonnes, qui ont du goût!) donne un goût juste magique à ce cocktail.

Big kisses from the beach (pour les non anglophones, j'vous traite pas de bitch, j'vous fais des bisous de la plage!).

With drunked Love

Délia ♥

Ps: les doses étant hasardeuses, et tenant à la vie de mes lectrices, je vous conseille de ne boire qu'un seul de ces cocktails si vous prenez le volant (pas du tout c'est encore mieux), car ils font vite tourner la tête et ne respectent pas les "doses de bar". De plus, la version virgin de ce mojito est très agréable et rafraîchissante, n'hésitez pas à la proposer à vos convives qui attendent un heureux évènement, c'est plus agréable qu'un verre se pepsi! ;-)