dimanche 29 mars 2015

Elastic heart

Comme beaucoup d'enfants de ma génération et de ma région, mes parents ont divorcé.
Et comme dans la plupart des divorces, rien ne s'est passé facilement.
Je revois la vie de mes yeux d'adolescente presque boutonneuse, mal dans sa peau à l'école, trop intello, un peu martyrisée par les autres élèves, un peu seule.
Et je me revois seule aussi dans ma vie familiale.
Les adultes pensent souvent à tord que le divorce, c'est leur déchirement. Leur histoire qui s'effrite, leur livre dont les pages se cornent.
La vérité, c'est que la guerre ne tue pas que des soldats. Et que roulée en boule, j'ai pleuré pendant des heures, à raconter à mon nounours rose usé à la corde tout le malheur, toutes les disputes, les cris et la peine que j'avais.
On sait au fond de son coeur que malgré les promesses maladroites de ceux qui nous ont élevés, non, rien ne sera plus jamais pareil.


Et jamais je n'aurais pensé que le coeur grand comme une maison de mon papa, qui abritait tout l'amour qu'il aurait pu trouver pour moi sur terre, disparaîtrait au loin, jusqu'à devenir un vague souvenir.

Et cette chanson de sia, même si elle ne parle pas de ce cas précis, m'a fait penser à la relation que j'ai entretenue pendant des années avec ce père absent, qui m'aime à sa façon, de loin, de trop loin.

Jamais il ne lira ces lignes.
Jamais il ne saura combien sa présence absente m'a meurtrie pendant toutes ces années, pendant qu'il pansait sa blessure à lui. 
Il ne sait pas comme j'ai pu le détester d'abandonner même celles qui n'avaient jamais voulu se retrouver sans lui.
Combien je lui en ai voulu de s'éloigner, comme l'animal blessé, si agressif mais ayant tant besoin de l'aide que j'aurais pu lui apporter.
Sa fierté si agaçante qui nous a éloignés et tenus à l'écart.
Il ne saura jamais non plus que je ne comprends pas sa fierté qui brille dans ses yeux pour nous, ses demi aveux sur le fait qu'il pense chaque jour à nous, sans pour autant jamais venir aux nouvelles.
Il ne saura jamais non plus que pendant des années j'ai espéré que la situation change.
Il ne saura jamais que je redoute le jour où il m'annoncera une mauvaise nouvelle, parce que je sais déjà que je regretterai ces années perdues et après lesquelles nous n'avons jamais couru l'un comme l'autre.

Mais ce qu'il sait certainement au fond de lui sans que je n'aie besoin de parler, c'est que je me suis relevée de cet échec d'amour paternel, que j'avance en courant vers l'avenir, avec toute la force qu'il a toujours su me donner, et l'amour pour moi qu'il a su m'insuffler quand meurtrie par la vie que j'apprenais à combattre, je pleurais dans ses bras de grand papa qui m'aimait comme la prunelle de ses yeux.

Même si tu n'es pas le papa d'une vie, tu seras toujours mon papa.




6 commentaires :

  1. Très touchant.
    Mes parents sont divorcés également, c'est une épreuve très difficile à vivre. Mais on termine par vivre avec, même si on ressent un petit vide quotidien.
    Bel article !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup.
      Tout ça commence à être un vague souvenir, j'avais 12 ans, et je trouve presque ça "normal" à présent. J'envie beaucoup ceux qui ont une vraie famille, mais ce modèle tend légèrement à plus devenir un idéal qu'une norme.
      Encore merci! J'allais presque le remettre dans le panier des brouillons quand j'ai vu qu'il était en Une.
      Des bisous à toi

      Supprimer
  2. Je suis pas du tout douée pour commenter les articles humeur alors je te fais plein de bisous <3<3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mon ptit bouchon :)
      Le bobo est refermé depuis longtemps mais j'avais envie de l'écrire!

      Supprimer
  3. Coucou !
    Ton article est très émouvant, on ressent la douleur que tu peux avoir .. Et puis à vrai dire c'était pareil pour moi donc je comprends totalement. Du moins, mes parents étaient toujours là sans l'être vraiment... Autant être un fantôme haha !
    Tout comme toi, j'envie les autres. Je ne suis pas jalouse mais il m'arrive d'en pleurer des soirs, lors des grosses déprimes lol ! On le sait, on ne pourra jamais combler ce manque au fond de nous ... Ou peut-être le jour où nous aurons des enfants ...
    A nous maintenant de ne pas faire comme nos parents ... du moins, à ne faire de mal à personne dans la famille !
    Bisou ma belle, courage <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut ma jolie!
      On a tous vécu des sentiments un peu tristous dans nos vies, je vois bien de quels soirs tu parles, même si maintenant c'est révolu!
      Pour ma part je ne veux pas du tout en avoir, mais c'est effectivement une erreur à ne pas commettre :)!
      Des bisous à toi aussi!! ♥

      Supprimer

Exprime toi ici mon petit, c'est free!