mercredi 8 avril 2015

Le chocolat cru : la pépite qui fait chavirer mon coeur de gourmande

Le chocolat, c'est le truc qui fait rêver bien du monde.
Le réconfort dans une tablette. L'ami dans qui noyer son malheur.

Et souvent je me demande comment le premier mec a réussi à s'intéresser au cacao pour en faire du chocolat.
Quand tu sais que le chocolat vient de la cabosse et baigne dans un mucilage blanc infâme. Quand tu penses que le cacao doit être chauffé pour développer ses arômes, être broyé, puis mélangé à d'autres composants pour être finalement délicieux ... Le premier qui a croqué dedans n'a pas du se régaler!


Les fèves de cacao sont cultivées et vénérées depuis des siècles, que dis-je des millénaires. Les mayas pensaient qu'elles avaient un rapport avec les dieux, leur attribuant des vertues de fécondité et de santé, en l'invitant aux nuits de noces et aux cérémonies de jeunes enfants pour les purifier!
Ils consommaient le cacao broyé, comme une boisson, mais pas le chocolat chaud de maintenant. C'était un truc super amer, mousseux, certainement le style qu'on aurait dégagé illico à la poubelle en se disant qu'on allait tomber malades si on avalait ça.
Ensuite, les aztèques ont continué à prendre le cacao comme plante sacrée et pro fertilité humaine, allant jusqu'à en faire une taxe.


Il aura fallu attendre la colonisation en 1494 pour que le cacao soit goûté par des européens et soit jugé dégueulasse en l'état pour qu'il soit édulcoré avec du miel et du sucre de canne, histoire d'être comestible et agréable, selon nos goûts occidentaux. S'invitant illico aux tables des plus grands, il a été démocratisé en France par Anne d'Autriche, une femme de goût, avant de devenir petit à petit accessible à un plus large public.

Et puis entre deux, on a commencé à extraire le gras du cacao, le beurre de cacao. Et on a continué à ajouter des ingrédients pour atténuer l'amertume de la fève de cacao.
Et puis l'industrialisation est arrivée, les goûts occidentaux ont continué à planter leur marque de fabrique et c'est ainsi que nous avons cheminé jusqu'au chocolat que nous connaissons aujourd'hui.

Le chocolat, est par définition, "un aliment plus ou moins sucré produit à partir de fève de cacao".
Ouai, donc comme tu peux le constater, c'est assez vague, ce qui laisse beaucoup de marge et de choix, entre des chocolats super cheap avec presque pas de cacao dedans et de la couverture collection à 90% de cacao. 
Le chocolat noir, au lait ou même blanc sont en fait de la pâte ou du beurre de cacao, avec ajout de matières grasses végétales (souvent hydrogénées...), du lait en poudre, du sucre, et souvent de la vanille, mais sous sa forme synthétique. Autant dire que ce délice n'a plus rien à voir avec le cocktail des incas!

Depuis plusieurs mois, voir même une bonne année, le chocolat cru a surfé sur la vague du régime RAW (crudivore en french, mais c'est tellement plus parlant en anglais!), et a fait beaucoup de bruit.
Jusque là, j'avais été très peu attirée. Le chocolat et moi n'étant pas vraiment amis, ce n'est pas la nouvelle qui m'a fait sauter au plafond.
Et finalement, la curiosité m'a poussée à goûter à la fève du plaisir version crue.


Je me suis procurée dans mon naturalia une barre de la marque lovechok, une marque qui vend du chocolat crudivore! En bonne droguée de l'orange, j'ai choisi la saveur goji/orange. Il est végétalien, sans gluten, et plein de bonnes choses!
La petite barre contient du cacao à hauteur de 81%, du nectar de coco séché, un sucre naturel avec un indice glycémique très bas, mais aussi du sel de mer, de la goji, de la vanille bourbon ... Autant te dire qu'on se fout pas de toi!
Le produit est fait à Amsterdam, avec amour.
L'emballage individuel est adorable, en carton, et l'opercule plastique est compostable. Bref, un sans faute!
Le chocolat est très croquant, et peu sucré. C'est un délice à son point le plus culminant. Il enrobe tout le palais, déploie ses arômes parfait et délicats, mais néanmoins robustes.
La goji et des céréales croustillantes ajoutent des notes sucrées naturelles et très loin de l'écoeurement d'un chocolat traditionnel.
La saveur reste en bouche un moment, s'estompant petit à petit ... Jusqu'à ne plus résister et venir croquer un autre morceau.


Le chocolat cru est une gourmandise de choix, mais pas que, c'est aussi un allié santé de taille!
Son CV, c'est des protéines, des fibres, une belle dose de minéraux (dont le fer et le magnésium, zinc cuivre et vitamines B); bref un vrai champion. 
Il contient des substances super antioxydantes, très bonnes pour la santé de tes minuscules cellules dedans toi!
Outre le coté super aliment et santé du chocolat cru, sachez que c'est aussi un remontant vraiment intéressant, puisqu'il contient des substances qui permettent entre autre, de contrôler le plaisir et la sensation d'euphorie et de bien-être, même longtemps après sa consommation. Ces substances ont même un rôle de brûle graisse, de quoi arrêter de culpabiliser en grignotant sa barre en deux minutes pour celles qui surveillent leur ligne.
Car si le chocolat a mauvaise réputation, dans celui-ci, il y a très peu de sucre, et on se retrouve finalement avec un aliment de choix, d'excellente qualité et anti dépresseur naturel.


Pourquoi s'en priver?


Vous pouvez trouver du cacao cru sur internet, sur le site greenweez, sur nu3, mais aussi d'une autre marque plus fun mais qui utilise par contre la poudre de lait dans ses tablettes, chocrawlate. Je ne les ai pas encore goûtées mais dès que j'aurais tapé dans mes chocolats de pâques, je passerai commande, les tablettes sont superbes et les saveurs me font saliver de plaisir ... !
Autrement, j'envisage de le fabriquer, après tout, quoi de plus personnalisable? ;)

J'espère que le sujet vous aura intéressées et si vous n'avez pas goûté, ne vous laissez pas impressionner par son prix, ce chocolat cru les vaut AMPLEMENT.

Avez vous déjà succombé? Êtes-vous tentées par le chocolat cru?

Mille bisous, et navrée pour cette redondance par rapport à Pâques, si vous saviez comme c'est différent, vous comprendriez pourquoi j'ose en parler maintenant, là, alors qu'on a tous envie de cacher notre chocolat dans un placard par overdose ;) !

Délia ♥

6 commentaires :

  1. Je ne connaissais pas mais je suis tentée oui !

    RépondreSupprimer
  2. On en a déjà fabriqué avec ma grande, c'était pas mal du tout. Et sinon, moi je trouve que ça change quand même pas mal le gout, le fait que ce soit pas torréfié. Mais c'est bon ! Juste différent. Ce qui change aussi beaucoup les choses c'est que la quasi totalité des chocolats dit "natures" du commerce sont en fait aromatisés à la vanille, du coup un chocolat "normal" ça surprend (oue je me la pète mais en fait non, le parrain de Sann est l'ancien chef pâtissier du Taillevent et il me fait souvent des cours de théorie sur le chocolat haha) Bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a du bol ta grande ;D!
      C'est sûr, c'est comme boire du café non torréfié , ça donne vraiment mais alors VRAIMENT pas la même chose!
      Ouip, c'est bizarre d'ailleurs, mais quand on voit comment le chocolat est devenu ce qu'il est aujourd'hui, ça a presque un coté historique qu'ils aient gardé la vanille en aromatisation!
      La classe, tu me vends du rêve!
      Des bisous !

      Supprimer
  3. Ben t'es à Paris toi nan ? Il voyage beaucoup et on le voit peu depuis quelques années, mais la prochaine fois qu'il vient on en profite pour que tu viennes nous rencontrer aussi qu'est ce que t'en dis ? :D Il est trop cool en plus je le kiff.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'suis à Versailles mais disons que Paris du coup, c'est la porte (le train!) d'à coté.
      J'sais pas si j'oserai, si ça se trouve tu vas trouver que j'suis une p'tite glandue de 24 piges insupportable, alors en plus me présenter à quelqu'un que je respecte rien que par son boulot ... Ta proposition est si spontanée, comment refuser en même temps? :)

      Supprimer
  4. Mmmh je dois tester, le seul chocolat cru que j'ai testé était un que j'avais fait, mais je dois tester ces fameuses barres !

    RépondreSupprimer

Exprime toi ici mon petit, c'est free!