dimanche 9 août 2015

Bien manger à la plage : conseils pour débusquer l'embrouille

On va pas se mentir :  le goût, c'est comme un chien renifleur, ça s'entraîne.
Le mien s'affûte de plus en plus, et je deviens de fait, assez difficile quand on commence à parler bouffe. Le végétarisme n'aidant pas, il devient alors très rare que mes expériences (désastreuses?) dans des restaurants se soldent par de la satisfaction. J'en viens presque à trouver que c'est une corvée de manger dehors. Ce qui à mon sens n'est pas normal.


Si tu es toi aussi un palais gourmand et gourmet, voici les indices qui peuvent te mettre la puce à l'oreille. Je m'efforce de les suivre, mais parfois (et surtout en bord de mer), pas facile de trouver un vrai bon restaurant qui cumule de vrais plats cuisinés ET une alternative végétarienne ...

►Une carte dix fois trop longue n'est pas un gage de qualité mais plus souvent une preuve que les plats de sont pas faits maison, car il est rapidement impossible pour les cuisiniers de préparer des plats avec des produits frais si la carte fait dix pieds de long. Un choix restreint permet donc un soin plus grand apporté à chaque préparation et garantit, bien souvent, de bonnes expériences culinaires!

►La carte est cohérente. On retrouve certes des produits différents, mais on n'aura pas des crêpes, des burgers et des pizzas sur la même carte (sauf rares cas, je le concède). On peut être bon partout, mais surtout dans ces coins là, mieux vaut chercher des endroits "spécialisés".

►Les devantures super kitsch. Tu sais, ces devantures avec les plats en photo (immondes), style les moules frites dans la marmite sur fond de couleurs Jamaïque. A t'en faire exploser un rétine, et enterrer le bon goût jusqu'en Chine en commençant à creuser en France.

►Des plats pas de saison. Les bons produits sont de saison. Le contraire sur une carte doit te faire tiquer, surtout en bord de mer où les petits producteurs locaux ne sont jamais bien loin (la preuve, ils viennent jusque sur les marchés).

►Les desserts un peu trop basiques. Ile flotante, coeur coulant chocolat avec sa crème anglaise ou crème brûlée sont le trio infernal (avec un copain appelé prétentieusement café gourmand qui est en général composé d'un macaron décongelé, un brownie avec une chantilly en bombe et une mousse au chocolat). Ils viennent généralement tout droit de chez Métro, et pas du savoir faire du cuisiner. Je ne dis pas que métro fait de mauvais produits, parfois même ils font mieux que des mauvais cuisiniers ; mais ce n'est à mon avis pas ce que l'on recherche quand on vient pour manger quelque chose de bon et de spécial.
Tout comme un café gourmand maison peut être constitué de ces composantes et être fait maison. Mais je parle bien évidemment ici de généralités qui s'observent souvent pour avoir des desserts à bas prix en étant restaurateur.

►Pour les glaciers, cours vite et loin quand tu vois les glaces en monticules avec des goûts chelous et plein de déco dessus. Les glaces sont dites artisanales mais ça ne veut RIEN dire. Dans l'artisanat, ils incluent les mix tout prêts, où le gars a juste à ajouter de l'eau ou du lait. Génial comme glace artisanale hein? Le plus important chez un glacier, c'est de voir la diversité des goûts, mais aussi cibler ceux qui ont des devantures un poil trop tape à l'oeil : c'est bien connu, c'est pas toujours celui qui en dit le plus qui le fait le mieux hein ;) ! C'est à celui qui aura la plus grosse. On choisit donc de préférence les glaciers modestes, qui proposent moins de saveurs en général, mais qui font de bonnes choses! Si vous passez par La rochelle, passez par chez Ernest mais surtout Tonton Maboule aux minimes! Des parfums à s'en damner, innovants, classiques, savoureux, et qu'on sent plein de bonnes matières premières.


Tu peux alors te fier à certaines choses pour rassurer ton instinct sans être un aventurier.

►Les prix d'excellence de trip advisor. Ils sont venus, ils ont vu, et on commenté. Ces prix d'excellence permettent d'orienter un peu. Je n'ai pas encore été déçue par un restaurant portant ce renseignement!


►Le sigle "fait maison", qui permet de repérer les plats préparés entièrement par les soins du restaurateur. C'est une mention qui date du 15 juillet 2014 et est contrôlée par La direction Générale de la Concurence, de la consommation et de la répression des fraudes. J'en conviens ce nom est vraiment super long et a été une misère à retenir pour mes épreuves de pâtisserie, les contrôles peuvent être aléatoires mais c'est en plus d'un gage de qualité pour le consommateur une obligation pour les restaurateurs préparant eux-mêmes leurs plats.


►Enfin, n'hésitez pas si vous avez l'internet, à aller regarder les avis (rapidement) d'un restaurant. Même si certains restaurants font parfois l'objet d'un fusillage par quelques personnes, on remarque rapidement en lisant 2/3 commentaires si les avis sont justes ou infondés. Je fuis personnellement les services affreux, les plats qui font la tête, des détails sur une hygiène déplorable ...

Parce que se faire entuber, vu le prix qu'on paye sur la côté, ça fait un troisième trou! Question anecdote, j'ai payé avant-hier soir un supplément pour une salade "repas" au lieu d'entrée. Dans mon saladier j'ai eu droit à un kilo de salade (sans déconner, je pense une demie salade) noyée sous trois litrons de sauce (mais pas remuée, donc j'ai tout eu dans le fond, un délice), avec 4 tranches de courgette au four, 4 tranches d'aubergine grillée et deux tartines au chèvre avec 3 amandes effilées. Le nom pompeux de cette salade de crève la dalle? "Salade de légumes grillés et ses toast en croûte d'amande" WTF? Pour 16€20, j'ai été franchement déçue. C'était bon, mais faut pas non plus prendre les gens pour des cons, je suis presque certaine qu'ils m'ont servi la même salade que si je l'avais prise en version entrée, seulement je n'ai rien pour le prouver. Et je n'ai pas envie de leur donner 10€ pour la version entrée en y retournant!

Alors méfiez-vous. Parce que si beaucoup de restaurateurs sont des passionnés, la côte est surtout emplie d'opportunistes qui cherchent à faire du billet sur votre dos. Si vous avez de bonnes adresses (végé friendly du coup) à me conseiller à Canet en Roussillon, je vous en serais TRES reconnaissante! Parce que je rame (haha, mer, ramer, tout ça ... non?)!

Bisous doux


Délia (pas contente et affamée !)






8 commentaires :

  1. Merci pour ces conseils avisés :)
    (PS : n'aurais-je pas reconnu une magnifique glace Ernest dans cet article ? )

    RépondreSupprimer
  2. Je vois bien ce que tu veux dire... Nous, on a été complètement oufs et on a tenté de trouver un repas vegan sur la côte bretonne. Fail monumental évidemment, principalement car les trucs sont à moitié industriels : non seulement on peut pas "ne pas mettre le beurre, il y est depuis longtemps", mais en plus, souvent en cuisine ils ont pas la moindre idée de la composition de ce qu'ils servent. Gloups !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien le souci de ce genre de "restaurants" : la plupart du temps ils ne font rien eux-mêmes. Difficile d'expliquer au client qu'il faudrait qu'ils regardent sur l'étiquette pour savoir ce qu'ilsleur file à manger ... :/
      Je me demandais justement comment tu faisais au restaurant!

      Supprimer
    2. Ben à Paris c'est plutôt fastoche, après, dans les autres endroits ça peut devenir vite compliqué. En particulier dans les coins où la gastronomie locale est entièrement basée sur les produits animaux. Après, en fonction de la bonne volonté du restaurateur, pour peu que les trucs soient faits sur place, c'est assez simple : les pizzas sans fromage, les assiettes de légumes... Bon après on demande quand même bien avant, parce qu'on tombe fréquemment sur des aberrations culinaires incroyables, genre le lait dans la pâte à pizza, ou la crème fraîche dans le houmous (mais pourquoi ?!).

      Supprimer
    3. J'avoue que quand je mange à Paris je vais systématiquement dans des restaurants Végé/vegan, donc j'ai pas le souci, mais autrement j'ose jamais demander!
      Y'a beaucoup de coins comme ça en France mine de rien ...
      Haha, bah attends, le bon gras animal partout, c'est pourtant tellement logique? ;)

      Supprimer
  3. Le plus difficile au final n'est pas de débusquer les mauvaises adresses surgelées, mais d'en trouver des bonnes ! Car en bord de mer rares sont les restaurants frais... c'est triste.
    En général je cherche toujours des bonnes adresses via des blogs ou des sites comme tripadvisor.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, et c'est assez malheureux à dire, si on veut manger surgelé on achète un plat préparé chez picard ... -_-
      J'essaye aussi, mais j'ai trouvé très peu d'avis sur les restaurants et il y en avait tellement de toute façon ... Le bord de mer je crois que je suis vaccinée! ;)

      Supprimer

Exprime toi ici mon petit, c'est free!