dimanche 1 novembre 2015

Reconversion pâtisserie : je vous dis tout sur mon expérience !

Celles qui suivent le blog depuis sa naissance m'ont connue non pâtissière.

Avant d'aller chaque matin renifler l'odeur beurrée des croissants, j'avais passé une licence en ressources humaines, qui me conduisait plutôt à des bureaux bien chauffés, des tâches administratives et des horaires classiques.
Evidemment, si c'était à refaire, je ne changerais rien (j'ai adoré la fac et ça m'a beaucoup apporté pour ma personnalité), mais je connais pas mal de personnes qui dans ma classe de CAP reconversion, ont abandonné le métier sitôt le diplôme passé.
La pâtisserie est un métier fantastique, mais même s'il faut écouter ses envies, il faut aussi savoir à quoi s'attendre avant de s'embarquer dedans, en pensant faire des jolis gâteaux pépère.
Je vais donc tenter de vous résumer les choses à savoir, plus logiques, moins logiques, et dont on n'a pas forcément conscience en s'orientant vers ce métier.

Les chaussures de sécurité, tes nouveaux souliers.

Tout d'abord, et comme vous vous en doutez bien, le rythme est un facteur important à prendre en compte.
Les pâtissiers peuvent travailler dans différentes structures, mais le fait est qu'elles ouvrent toutes dès le matin (même les supermarchés), et qu'il faut évidemment pouvoir remplir les rayons avant 18 heures le soir!
Les horaires sont matinaux (parfois nocturnes), allant de 4 à 6 heures (généralement) pour se terminer quand le travail est fini.
Plus la structure sera grande et plus les horaires seront structurés eux aussi.
On fait généralement beaucoup d'heures dans les boulangeries de quartier, car il y a peu de personnel mais tout de même un bon débit de marchandises.
Les périodes de fêtes sont loin d'être une fête pour ceux qui officient pour que tout le monde puisse manger de bonnes bûches (nous on buche mais au sens très négatif du terme haha). Il arrive très souvent, si ce n'est toujours, de travailler le 24 dans la journée et le 31 décembre. La seule envie qu'on a c'est de s'exploser dans un canapé en rentrant, certainement pas d'aller réveillonner ou manger de la dinde (végétarienne évidemment).
Je ne vous cacherais pas qu'entre les horaires un peu décalés qui obligent à se coucher à des heures dignes des poules (ou des mamies), les périodes de fête pendant lesquelles ont loupe toute la famille, et le fait de globalement ne plus trop pouvoir sortir le week-end (évidemment, les gens consomment beaucoup de pâtisseries le week-end), c'est vraiment l'aspect le plus difficile du métier à mon sens.
J'ai mis beaucoup de temps à m'y faire, il m'est souvent arrivé de pleurer (la fatigue n'aidant pas), parce que je me sentais frustrée, un peu à coté de ma vie, avec les autres qui continuaient et moi qui ne suivais plus rien.
Avec le temps, on se fait à tout ça (du moins si on aime son travail).
J'organise mes sorties l'après-midi avec les copines qui travaillent dans les magasins par exemple, ou le samedi après-midi puisque je finis ma journée au milieu du samedi.
On trouve toujours à s'arranger quand on veut voir quelqu'un. Par contre, il faut oublier les grosses soirées entre potes qui s'éternisent, c'est tout bonnement plus possible techniquement, à moins qu'ils s'adaptent et fêtent avec vous jusqu'à 3 heures le dimanche soir.

#Toosexyforyou

Il ne faut pas oublier que le métier de pâtissier est physiquement exigent. Si tu es une petite nature, que tu n'aimes pas porter des trucs, que tu tiens à ta manucure, que tu es fragile, réfléchis bien à ton choix. Je ne suis pas une baraque, je suis toute fine, j'adore me maquiller, je possède 75 vernis ...
Mais je sais aussi mettre mes mains dans les égouts qui sentent la mort pour retirer les trucs coincés, je sacrifie mes doigts avec des produits qui me les déglinguent, je me coupe, me brûle et me blesse régulièrement, j'ai don un look très aléatoire au niveau des avant-bras.
J'ai mis presque un an à me muscler et à oublier qu'on passe entre 7 et 10 heures debout, sans trop prendre le temps de faire des pauses, en portant des choses lourdes, en faisant des gestes répétitifs.
Si tu as des contre indications, demande l'avis de ton médecin. Et n'hésite pas à te mettre au sport pour muscler ton corps et anticiper la claque qu'il va se prendre.
Dans cet ordre d'idée, c'est donc très important d'avoir une hygiène de vie correcte pour tenir le coup. S'il m'arrive de sacrifier par ci par là des heures de sommeil poru profiter de mon chéri ou d'amis, je prends soin de ne jamais descendre en dessous des 5h30 de sommeil (ça paraît peu, pour certains il en faudra beaucoup plus, pour moi c'est vivable), de manger correctement, équilibré.
On a tendance à manger beaucoup de sucre (enfin si on est gourmands comme moi), chose que je ne fais presque que sur mon lieu de travail parce que le reste du temps ça m'écoeure.
Même si maintenant c'est rare que j'aie mal quelque part, il faut penser à investir dans quelques petits trucs vraiment top pour la santé et le confort.
L'huile Weleda à l'arnica a fait merveille sur moi, c'est aussi une bonne façon de demander de façon légitime des massages à son cher et tendre ;)!

Pensez donc que vous serez en veste manches trois quarts, que l'hiver il fait souvent froid dans les labos (sans parler des endroits qui sont entièrement réfrigérés à 5-7°C (quand le moteur est pas déglingué et qu'il se met pas à faire 3°C et des glaçons sur la grille de ventilation)) : Damart sera ton ami, les pulls que tu peux mettre en dessous aussi.
Investir dans un collant en laine, un legging en polaire, de bonnes chaussettes, et surtout, ne pas lésiner sur le prix des chaussures de sécurité, car on passe plus de temps dedans que dans ses chaussures de ville et qu'on est constamment debout. Ne pas hésiter non plus à se faire prescrire des semelles orthopédiques, car un petit défaut de marche peut coûter cher à votre dos!

#Nocrossfit

Coté relationnel, être une fille en pâtisserie, encore plus en reconversion, c'est avoir beaucoup à prouver.
Il ne faut pas avoir peur de s'imposer, de montrer qu'on est là, qu'on a envie, qu'on est tout aussi capable qu'un homme, car le sexisme est quand même assez répandu, même s'il est plus spontanné qu'ancré, vu qu'il y a peu de filles dans la profession.
Si vous détestez vous entourrer de monsieurs, et que vous craignez les blagues de cul comme la peste, vous risquez de vous sentir mal à l'aise.
Les relations sont très directes, j'ai trouvé ça agréable (sachant que j'ai tendance également à m'entourer de garçons dans la vie courante), même si de prime à bord ça surprend. On tombe aussi occasionnellement sur des brutes épaisses dans ce genre de boulots, il faut avoir les nerfs solides pour tâter le terrain en fermant sa gueule et ensuite taper du zizi sur la table pour dire merde quand ça va trop loin. Comme partout il y a des choses pas "normales" mais le fait que tout soit un peu brut de décoffrage mène parfois à des situations un peu extrêmes et vraiment pas tolérables auxquelles il faut savoir mettre un stop.
Vous l'aurez donc compris, se faire respecter fait partie des qualifications à posséder!

Financièrement, il existe encore des moyens de se reconvertir sans lâcher un rond (CIF par exemple) mais les écoles sont assez malignes et ont compris que l'attrait récent pour la pâtisserie (et plus largement la cuisine) allait remplir leurs fouilles.
J'ai lâché environ 8000€ dans ma formation, entre le coût de la formation plus les choses à coté (tenue, matériel de base). J'avais la chance de vivre chez ma maman mais il faut donc aussi envisager d'avoir de quoi vivre  sans revenu pendant cette même année car la rémunération en tant que stagiaire ou contrat pro est ridicule.
Je ne parle que du CAP, car pour ma deuxième année (mention complémentaire), c'était en apprentissage et non en stage et j'étais rémunérée grassement donc je n'ai rien payé de ma poche "économies" puisque je gagnais de l'argent.

Enfin coté pratique, je vous conseille d'avoir permis et moyen de locomotion car les transports ne sont pas monnaie courante à ces heures là, et pour l'avoir déjà fait, les correspondance à 4h40 pendant 20 minutes, c'est franchement pas l'idéal.

Tarte chocolat Marron et mont blanc de l'ancienne boutique où je bossais 
#cétrobo

Après tout ça, je pense avoir fait le tour de la question. Il est évident que j'ai préféré montrer les aspects négatifs que je n'avais pas (et que ceux qui ont abandonné d'ailleurs) autant mesurés avant de commencer l'aventure, mais je ne changerais rien du tout si je devais recommencer.
Pas ma première année un peu difficile pour moi, pas ma deuxième année avec un maître d'apprentissage près de la retraite complètement passionné.
C'est un métier difficile mais beau, qui apporte une grande satisfaction, car on produit chaque jour quelque chose. On se sert de ses dix doigts, pour des personnes créatives c'est un délice.
On peut régaler son entourage avec des choses dont ils ne rêvaient même pas, plus on fait plus on a envie et puis ...



Et ce gars là il avait raison, parce que même en rentrant, sur les rotules, le front gras de 7 heures devant le four, et les avant bras brûlés, et ben t'as la banane.
Et tu sais que même si le réveil demain matin piqueras, tu iras content, retrouver ton fouet, ta poche à douille et tes tartes.

Et ça tu vois, ça valait bien 8000€ et quelques larmes!

Alors si éventuellement vous vous posez des questions auxquelles je n'aurais pas répondu malgré mon pavé, posez les moi ici ou en privé, je me ferai grand plaisir de vous répondre. J'aurais aimé avoir quelqu'un à qui demander toutes ces choses.

Le plus dur c'est de se lancer, après, c'est du gâteau ;) (la blague de pâtissier, tu peux pas test)!


Bisous sucrés

Délia ♥ pâtissière jusqu'à la moelle

18 commentaires :

  1. Eh ben, on s'imagine que c'est dur comme métier, mais pas à quel point ça l'est !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun le vit aussi à sa façon, avec sa propre sensibilité et son vécu. J'imagine que ça aurait été moins rude si j'avais fait un métier plus physique avant? ;)
      QUi sait? :D

      Supprimer
  2. Hello !
    En découvrant ton blog l'année passée, je m'étais bien doutée que tu étais en reconversion. J'en sais un peu plus maintenant. Lol. Dans la vie faire le métier qu'on aime c'est vraiment une belle chose, et j'admire les personnes comme toi qui sont capable de se remettre en cause et de repartir de zéro. C'est courageux, audacieux, et surtout si tu exerces ta passion je trouve ça beau. Pour moi le meilleur métier du monde c'est chocolatier. Bonne continuation Délia !

    Bise,
    Sami

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Samia!

      Je pensais tellement le crier sur tous les toits que tout le monde entier serait au courant :p!
      On me dit souvent que c'est admirable de tout recommencer, mais je crois que secrètement, j'admire plus encore les personnes qui subissent un travail alors qu'elles ont une passion dévorante! :) Difficile à refréner et source de frustration !
      Merci en tout cas!
      Pour ma part j'ai travaillé le chocolat, j'ai trouvé ça horrriible effectivement c'est un métier bien à part, une branche à creuser bien profond dans la pâtisserie, un travail de précision et de finesse, dont je suis tout bonnement incapable :)

      Merci pour tout,

      Délia

      Supprimer
  3. Quel courage! C'est beau, la passion! Bravo!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Même si de mon point de vue il faut juste de la détermination! Je laisse le courage à ceux qui sont dans les actes héroïques :D !

      Supprimer
  4. Je vois beaucoup de points communs les artisans fleuristes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement je pense que beaucoup de métier d'artisans sont dans la même veine. Beaucoup de personnes dénigrent les CAP car étant des "non études" mais je pense à titre personnel qu'une personne qui travaille de ses mains possède une vraie richesse (même si ce sont des métiers pas toujours faciles!)

      Supprimer
  5. J'avoue que pour ma part c'est une reconversion en cours vers la cuisine... mais même si j'avais tout ça en tête, ça remet bien les choses en place. Merci vraiment pour cet article

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas toujours facile de vraiment imaginer l'impact de tout ça sur nous! Si la passion l'emporte, c'est que tu auras fait le bon choix! :) En attendant, encaisse, tiens bon, et profite de ton entourage et de leurs encouragements pour garder la flamme grande allumée :)
      Un mauvais passage à ingurgiter.
      Je suis de tout coeur avec toi !

      Supprimer
  6. Toujours intéréssant de découvrir un peu l'envers du décor. J'imagine effectivement que pour pas mal de métiers de l'artisanat il doit y avoir des points communs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis dit que tout le monde n'avait pas forcément conscience de tout ces points :)
      Oui, beaucoup de ces métiers doivent avoir de nombreux points communs (horaires décalés, charge physique, collègues un peu spéciaux ...) ;)

      Supprimer
  7. Hello :-)
    Je vois aussi bcp de points communs avec mon métier qui est cuisinière . Si je n'étais pas passionné je pense que je n'aurais pas continuer . Je me retrouve dans ton article , les blagues vaseuse , les horaires difficiles , les brûlures coupures et compagnie . Mais ce sont des métiers avec l'envie de faire plaisirs aux clients qui passera la porte :-) . Bonne continuation et du courage
    **Marlène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les cuisiniers et les pâtissiers sont des voisins proches :D!
      Tout à fait! Je pense que voir briller des yeux et faire saliver des papilles, ça vaut tout l'or du monde! :)
      Je te souhaite aussi de t'épanouir au mieux dans ton métier!
      Bisous Marlène!

      Supprimer
  8. Salut salut!!
    Passionnant cet article comme toujours! J'ai particulièrement aimé la deuxième photo; ta toque me fait penser au chapeau de luigi dans Mario Bros lol.
    Sinon, je pense que le yoga serait l'idéal pour toi car ça permet de décoincer les noeuds et c'est l'idéal pour le dos, les positions répétées. Ca te permet de corriger tes mauvaises postures et du coup, de moins en souffrir par la suite. De plus, comme je te l'avais déjà dit ça permet vraiment de se relaxer, de se connaitre. De réapprendre à se connaitre et de se découvrir sur bien de nombreux points.
    Pour les courbatures, l'HE de gaulthérie est vraiment géniale au même titre que le calendula.
    Sinon, j'adore la citation de confucius même si je j'en suis pas là mais j'y crois j'y crois!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Ma lectrice venue de loin :) !!
      Merci! Haha, je me demandais si tout le monde était aveugle et avait loupé mon sex appeal ;) !
      J'ai appris à me tenir correctement, mais je pense que quoi qu'il en soit je ferai un tour assez rapidement chez l'ostéo.
      J'ai longuement pensé au yoga mais je n'ai vraimentpas les moyens malheureusement :)
      Sans oublier bien évidemment de boire beaucoup, la récupération musculaire en dépend :D!
      J'ai confiance, tu finiras par y arriver! Y'a pas de raison! :)

      Supprimer
    2. C'est gentil, merci!
      Sinon, j'ai oublié de te demander: tu as trouvé du boulot finalement?

      Supprimer
  9. Hello, merci pour ton article très instructif ! Ayant quelques problèmes de dos et souhaitant comme toi me reconvertir, je serais fortement intéressée par les différents exercices de muscu que tu as pu faire !!

    RépondreSupprimer

Exprime toi ici mon petit, c'est free!