dimanche 31 mai 2015

Rouleaux croustillants aux blettes, champignons et parmesan : Un délice de printemps

Le cuisine asiatique s'invite assez peu dans mon assiette.
Le vécu est à mon avis ce qui détermine le plus notre goût pour les aliments (logique) mais aussi notre attrait pour un certain type de cuisine.
J'ai clairement été bercée par des plats méditerranéens, avec une maman portugaise, j'ai eu le droit à l'huile d'olive plutôt qu'au beurre, aux légumes plutôt qu'aux féculents à gogo, à un penchant pour la cuisine maison plutôt que pour le tout prêt, mais bien peu aux plats plus exotiques.
Nous n'avons donc pas souvent goûté aux plats comme le poulet coco, ou même les sushis! J'en ai mangé pour la première fois de ma vie à mes 21 ans au chinois à volonté, autant vous dire que c'était une révolution !


Alors après évidemment vient le moment où tu choisis ton chemin, et où tu apprends à connaître de nouveaux ingrédients : c'est ce moment là où le choc des cultures se produit! L'habitude percute la nouveauté de plein fouet, et c'est là qu'un nouveau plat naît, avec le réconfort du connu et l'intérêt de la nouveauté.

J'ai croisé une recette de rouleaux de printemps il y a quelques temps, puis de rouleaux qui avaient été dorés à la poêle : cette deuxième option me donnait envie, je ne suis pas une fanatique de la texture de la feuille de riz!
Je l'ai d'ailleurs découvert il y a peu après l'achat de mon premier paquet! J'étais bien embêtée avec mon sachet à peine entamé.

Quant à la blette, je trouve que c'est un légume génial : un goût qui se rapproche de l'épinard (que j'adore), avec des côtes un peu plus consistantes qui deviennent délicieusement fondantes après cuisson. UN REGAL!

Ces rouleaux sont très nourrissants, rapides à préparer, avec des ingrédients qui ne coûtent pas très cher mais font merveille tous ensemble : une vraie belle équipe de champions!


Pour 2 gros rouleaux

- 2 feuilles de riz
- 4 petites feuilles de blette
- une dizaine de champignons de Paris bruns
- une poignée de graines de tournesol
- une poignée de parmesan
- un peu d'huile d'olive pour votre poêle
- sel et poivre

1 - Découpez vos blettes, dans leur totalité : feuille et cotes donneront un contraste très intéressant en bouche. Faites en de même avec vos champignons.
Faites chauffer une poêle avec un peu d'huile et cuisez à feu doux jusqu'à ce que les côtes soient fondantes. Si vous voulez accélérer la cuisson, n'hésitez pas à faire cuire vos blettes vapeur, parfois les côtes sont très dures et mettent du temps à s'attendrir.
Ajoutez alors les graines de tournesol et le parmesan.

2 - Réhydratez vos feuilles de riz comme indiqué sur votre emballage.
Déposez la moitié de votre poêlée (qui aura alors bien réduit!) et roulez en repliant d'abord les bord bas et haut, puis en roulant. Autant il faut être un pro pour plier des samoussas, autant pour les rouleaux, la feuille de riz colle tellement que vous pourrez à loisir faire ça comme un débutant tout en ayant un résultat satisfaisant!

3 - Faites revenir à la poêle dans un peu d'huile à feu vif jusqu'à ce que la feuille dore.

4 - Accompagnez d'une salade avec quelques graines et d'un vinaigrette citronnée!

Le parmesan fond alors dans le rouleau, qui lui même croustille sous la dent. Les champignons et les blettes fondent dans la bouche. 
Ce plat rapide fera le bonheur de tout le monde, la texture du champignon étant souvent utilisée pour sa capacité à rappeler la texture de la viande.


En vous souhaitant un bon appétit! :)

Délia ♥ qui s'essaye au menu chinois mais qui n'y arrive visiblement pas


mercredi 27 mai 2015

Dis, c'est quoi l'amour ? (avec majuscule A)

Si d'évidence dans les films le grand amour ressemble à un coup de foudre ou à un amour impossible qui a vécu moult péripéties avant de se concrétiser, dans la vraie vie, on sait que l'amour c'est pas souvent ça.

Je parle rarement du doudou sur le blog. Mais si tu nous voyais dans la vraie vie, lui et moi on est une représentation parfaite du proverbe "les opposés s'attirent".

Lui, grand carnivore, moi grande exploratrice végétale.
Lui Geek insatiable, moi cuisinière de toute heure avec une légère hyperactivité.
Lui fumeur, vivant avec une allergique à l'odeur du tabac froid.
Elle méthodique vivant avec cet homme qui jette ses affaires dans son placard et est ensuite incapable de distinguer les propres des sales (donc qui remplit les machines plus vite que son ombre).
Lui tête en l'air, il se souvient pourtant de détails que je trouve futiles, quand j'ai une mémoire d'éléphant pour les trucs importants, mais ne me souviens jamais des fins de films que j'ai pourtant vus y'a une semaine.
Lui Grand maître zen dans l'âme, moi stressée jusqu'à la moelle.

Non vraiment. Tout nous oppose.
Et pourtant, force est de constater que nous vivons maintenant ensemble, en harmonie, dans notre appartement douillet, et ce depuis maintenant 6 mois.

Et à force de pratique je me demande ce qui fait qu'on sait qu'on a trouvé l'amour, le vrai, avec certitude.
Est-ce que c'est cette personne capable de te faire passer par les mille couleurs de l'arc-en-ciel?
Celui qui a la meilleure odeur du monde?
Celui qui range mal la vaisselle dans le placard mais que ça te fait rire?
La personne qui possède tes premières pensées de la journée et les dernières?

Je ne sais pas.

Pour moi l'amour au quotidien, c'est vivre avec celui qui me rend chèvre parce qu'il est tellement détendu qu'il me fait parfois penser à l'élastique d'une vieille culotte, mais aussi celui qui me fait mourir de rire, qui est mon confident, mon meilleur ami, mon doudou d'amour.

Et pourtant, si l'on m'avait dit que ce garçon qui portait un tee-shirt décathlon mal taillé en vert kaki serait mon amoureux il y a trois ans et demi, j'aurais certainement halluciné et proposé au mec qui m'aurait dit ça d'aller se refaire une poêlée de champignons hallucinogènes.

Je crois que j'ai simplement trouvé le parfait équilibre dans ce bonhomme nonchalant, dont j'adule le sourire et l'odeur, et qui me fait fondre le coeur quand je lui arrache ses rires où il s'attrape les côtes, mais qui sait aussi me faire bisquer de mille et unes manières dont lui seul a le secret.

En tout cas, je n'ai jamais cru au grand amour qu'on voit dans les films. Aimer quelqu'un me paraît bien plus complexe et intéressant qu'une série de câlins/bisous et d'amourâdes.
Je ne suis pas une fille romantique : je n'ai pas pour projet de me marier, je n'aime pas les phrases canard...
Mais j'aime comme tout le monde avoir cette personne, seule et unique qui partage mes grands moments, tristes et heureux, avec qui je suis nature, et avec qui les secondes défilent beaucoup trop vite.


Et pour toi, c'est quoi l'amour?

Bisous doux (mais sans la langue)

Délia ♥

lundi 25 mai 2015

Baume à lèvres à la menthe poivrée, pour des bisous doux et frais, comme Georges (mais vraiment très pratique)

Qui aime avoir les lèvres rêches? Ah? Personne?

Et bien pourtant il faut savoir que les lèvres douces naturellement sont tout de même un idéal, sachant que c'est une partie de notre corps qui ne produit aucun sébum et qui donc ne se protège pas ni des attaques extérieures, ni de la perte de l'eau que la peau contient à cet endroit là.
Si me maquiller devient secondaire depuis quelques mois, je continuer cependant à bichonner cette partie de mon visage de façon toute particulière, d'abord avec les baumes à lèvres que j'avais gagné dans la box cadeau de friendly beauty (et qui viennent d'arriver à péremption), puis grâce à ce nouvel arrivant.

Lorsque j'ai passé ma commande sur le site ecco-verde, j'aurais pu choisir beaucoup d'autres baumes, parce qu'il faut dire que le site regorge de dizaines de références inconnues en France et toutes plus alléchantes, avec des saveurs particulières et inédites, mais aucune autre ne comportait un hibou sur son packaging. Et oui, la dure loi des objets mignons!


Car si j'ai jeté mon dévolu sur ce dernier, c'est pour le petit hibou vraiment adorable situé sur le couvercle de la petite boîte métallique.
Je n'ai pas été déçue de ce choix un peu léger.


L'emballage du produit est très pratique. C'est un format pot, mais pour ma part, j'utilise seulement le produit le matin ou le soir, et l'applique à l'aide d'un pinceau que je nettoie régulièrement, question hygiène, c'est sûr que si vous voulez vous en mettre dans le métro ce n'est pas l'idéal après avoir posé ses mains sur les barres, mais est-ce que ce format est vraiment destiné à cet usage? ;)
Le couvercle est très bien vissé, aucune chance de voir le tout s'ouvrir dans un sac à main!
La texture du produit est assez ferme, je m'attendais à quelque chose de plus onctueux, en général la plupart des baumes sont fondants, mais ici, c'est une matière très dure et qui ne fond qu'après quelques passages de pinceau.
On ne prélève qu'une infime quantité, et pourtant, c'est amplement suffisant pour se tartiner les lèvres du haut et du bas. On peut alors profiter de la fraîcheur olfactive de la menthe poivrée, que je trouve personnellement très agréable avant d'aller au dodo !
Le lendemain au lever, les lèvres sont toute douces et lisses, un vrai bonheur. Question efficacité rien à redire, le petit fait donc très bien son travail pendant que de mon coté je me repose.

Enfin, la liste des ingrédients est très minimaliste, ce qui me plaît beaucoup : de l'huile de ricin, de noix de coco et d'amande douce, un peu de cire d'abeille, des extraits de fleur, de l'huile essentielle de menthe poivrée et un peu de vitamine E pour conserver. Confiance absolue, même si d'évidence le produit n'est pas vegan à cause de la présence d'un sous produit lié à l'exploitation des butineuses.
La marque, au nom imprononçable, Gwdihw, n'est pas certifiée biologique, mais n'utilise visiblement que des produits naturels dans ses compositions ce qui représente un gage certain de qualité à ne pas négliger, quand on voit que certaines marques biologiques utilisent des conservateurs comme l'alcool à gogo, et d'autres ingrédients chimiques dans des compositions longues comme un tome du seigneur des anneaux. 
D'autres odeurs sont disponibles (vanille et miel citron) et pour d'autres usages (ongles, mains, pieds, douleurs musculaires). Chaque produit cible une action particulière, et utilise les actifs associés. Le tout dans ce même packaging vraiment très pratique et mignon.
Etant très satisfaite du produit et n'ayant rien à redire sur les compositions, je n'ai rien à redire, même si je pense ne pas racheter ce produit pour en favoriser un qui ne fera pas intervenir de produit animal, les abeilles ayant déjà bien assez à faire pour essayer de ne pas disparaître.



Et vous alors, ce produit vous tente?
Le bio est-il pour vous une qualité obligatoire pour un produit ou le naturel vous suffit-il?

Bisous glacés.

Délia ♥

jeudi 21 mai 2015

Riz sauté multivitaminé : du soleil dans ton assiette !

Je continue mon épopée au niveau cuisine en étoffant mes placards de tout un tas d'ingrédients.
Et comme je ne leur connais pas toujours des usages bien précis, j'explore leurs capacités un peu au delà des limites dans lesquelles ils sont en général  cantonnais (la blague qui sent le riz) cantonnés.


Alors bon, quand j'ai acheté du beurre de cacahuètes, je savais qu'on pouvait l'étaler sur des tartines, mais je n'aime pas particulièrement le goût gras de la chose en tant que tel.
Le mien n'est pas bio ou quoi que ce soit, je l'ai acheté chez Mark & spencer. Je suis dingue des produits proposés dans l'enseigne food. Il y en a une à la défense, je serais capable de faire l'aller-retour juste pour passer des heures là bas. C'est simple, ils proposent une gamme originale et abordable de produits vraiment chouettes. Il vendent du rapadura, du sucre normal, de la farine avec agent levant (comme dans les recettes ricaines), des salades (sans gluten, végétariennes, enfin bon, de quoi ravir tout le monde!), du fruit et légume (mais sous vide, j'suis pas fan) dont des trucs introuvables, et même du HALLOUMI que je n'ai jusqu'ici trouvé ... nulle part. Sans te parler des fruits secs, snacks plutôt sains et mueslis, bref, un endroit assez fou pour tout ceux qui comme moi aiment la bouffe. Même si c'est pas bio, et pour certains produits, pas très "healthy", je m'en tape pas mal et je laisse mon excès de gourmandise sauter à la gorge de ces petits paquets contenant mille et une saveurs inconnues à mes papilles.
Et ce petit beurre de cacahuète, il est bien sympa, parce qu'il a des morceaux, c'est du "crunchy".
J'ai beau continuer ma quête des cacahuètes non grillées non salées décortiquées, je n'en trouve nulle part donc ça m'arrange bien que ce soit compris dedans!

Ce mélange est parti d'une grosse flemme. J'aime manger savoureux mais parfois après 7 heures dans le laboratoire de pâtisserie du boulot, j'ai vu trop de gamelles, trop d'ingrédients, et j'aimerais qu'on me nourrisse par intraveineuse pendant que je roupille en bavant sur mon canapé.
Voilà comme est né ce plat. (comme toutes les naissances c'est pas glamour)

Je te propose donc de partager mon astuce, si comme moi, ton rêve n'est pas encore réalisé d'avoir un cuisinier à domicile.


Pour une personne fatiguée

○ 10 minutes de courage
○ une portion de riz (60-65 g environ)
○ Un morceau de fenouil de la taille d'un quart d'oignon
○ un quart de petite cuillère d'épices à colombo
○ Une quinzaine de cosses de petits pois frais
○ une cuillère à café de beurre de cacahuète
○ Le jus d'une demie orange 
○ Quelques graines de courge à parsemer

1 - Prépare ton riz. pour ce faire, mets le à cuire avec ton morceau de fenouil. J'ai souvent vu ma maman cuire le riz avec un oignon et c'est ce qui m'a donné cette idée.
J'ai timé la cuisson à 10 minutes. C'est important car il repasse sur le feu, alors mieux vaut éviter le riz-purée mousseline.

2 - Dans une poêle, faites fondre une belle cuillère de beurre de cacahuètes et un peu d'huile végétale liquide, et quand elle est bien chaude, verser le riz, saupoudrez de votre épice pour colombo, et faites revenir en remuant très régulièrement. Ainsi, le riz prendra toute sa saveur, le beurre sera incorporé, et il y aura un petit coté "grillé" très agréable.

3 - Lorsque tout est bien mélangé, ajoute alors tes petits pois quelques minutes, et le jus de ton orange, et sers aussitôt!

○○○○○○○○○○○○



Facile à utiliser comme accompagnement, délicieux en plat unique, bref, ce petit mélange, aux allures simples mais joliment coloré, saura ravir par ses arômes variés mais subtils!


En espérant que cette recette vous ai plu, et que mes photos aux tentatives plus "conceptuelles" aussi, j'essaye de nouvelles choses, vous êtes mes premières victimes haha!

Mille bisous colorés!



mardi 19 mai 2015

Faire de sa passion son métier [ un choix difficile ]

La pâtisserie (et le domaine culinaire) est d'évidence une passion dévorante (et à dévorer) qui me suit au quotidien.
Je ne peux pas vivre sans : chaque jour j'assemble, j'imagine, je savoure, je ressens, je mélange, je regarde, je touche, je sens, j'admire.
Chaque jour sans, c'est un jour sans ce soleil qui éclaire mes journées, sans gourmandise.
Un impondérable, mon oxygène à moi.


Devenir pâtissière est alors devenu une évidence : si je fais de ma passion mon métier, il me sera facile d'être comblée au quotidien.
En théorie.

Parce que dans la pratique, le métier de pâtissier demande bien des sacrifices. Je ne dis pas ici qu'il ne convient à personne hein, attention, mais c'est un métier difficile.
Physiquement déjà, tu es debout, tu portes des trucs lourds, tu te baisses, tu mélanges. Donc les jours où t'es malade, ou fatigué, c'est une épreuve un peu comme si l'épreuve des piquets de koh lanta c'était du gâteau (trop pâtissier comme expression quoi!).
Ensuite, moralement, c'est là que c'est le moins évident. Quand tu bosses en boutique, tu peux commencer à des horaires assez variés, situés entre 4 heures, jusqu'à 7 heures (du matin, ça va sans dire). Donc tu te lèves fatalement tôt.
Et si tu bosses en restauration, avec les coupures et les horaires tard le soir, tu n'es disponible qu'à des heures où soit les gens bossent, soit les gens dorment.
Là où je veux en venir, c'est que tu vis presque comme si tu bossais de nuit : en décalé.
Et comme la pâtisserie profite des moments où les gens festoient pour bien vendre, on bosse le week-end, dimanche compris. Sans évidemment mentionner les fêtes de fin d'année, synonyme de famille et de repas, quand toi, tu sais juste que c'est le pire moment de l'année, et que tu sais d'avance que tu ne pourras pas voir une bûche ni une galette jusqu'à l'année prochaine sans avoir envie de vomir/tuer quelqu'un/inventer un mensonge pour faire arrêter la consommation de galettes.
Alors imagine bien que voir des gens qui sont tes amis, croiser ton chéri, dormir avec, organiser des sorties. Tout prend des airs d'inaccessible.
J'ai perdu beaucoup de monde cette année. Ma vie me change. Et certains ne sont pas prêts à me garder avec.
Et c'est dur. Dur de se lever tôt, de partir la nuit. Dur d'imaginer mon futur avec mon amoureux à se croiser et s'aimer de loin. Dur d'imaginer comment je ferai face dans les années à venir à tout ça.

Si dur que parfois, je me demande si pour préserver ma passion, je ne devrais pas arrêter d'en faire mon métier.

C'est maintenant que tout se joue.

Nous en saurons plus moi comme vous d'ici quelques mois, si le marché du travail me gobe ou s'il me rejette, mais ce qui est certain, c'est que dans beaucoup de cas, une passion est envahissante, et peut vite devenir un frein à tout le reste, alors il faut rapidement faire un choix : passion ou vie personnelle?

Et ce choix n'est pas toujours si évident qu'il pourrait en avoir l'air.


Qu'en pensez-vous?

Mille bisous !

Délia ♥


dimanche 17 mai 2015

Mariage Amande-rhubarbe-fraise : Coloré, acidulé et gourmand

Il y a de ces préparations compliquées et/ou longues comme les entremets mousseux que je n'aime pas vraiment, et puis il y a ces gâteaux et biscuits qui ne sont que simplicité et saveur. Par nostalgie parfois, par plaisir pour d'autres, par respect du produit, seulement et uniquement de bonnes raisons d'en apprécier la valeur sure.


La crème d'amande n'est pas souvent sortie de sa tarte Bourdaloue, mais c'est pourtant quelque chose que j'adore manger, peu importe la saisons. Ce qui fait d'elle un atout c'est qu'elle peut aussi bien s'accompagner de frais que de sec. L'hiver étant moins propice au fruits, ceux conservés au sirop lui vont bien, la confiture est aussi une alliée, sans parler des pommes, d'un ajout de cacao.
Mais rien ne l'empêche les beaux jours arrivés de ne devenir que coulisses d'une tarte splendide aux fraises, à la framboise, aux pêches?
Sans parler de la possibilité d'une crème aux noisettes, qui l'affuble d'un tout autre goût ; vous l'aurez donc compris, un délice à décliner!

Faisant ma cueillette le dimanche, la rhubarbe est en pleine période, je gambade au milieu des énormes feuilles pour trouver la jolie branche rose qui saura faire frétiller mes papilles!
Un demi kilo plus tard, me voilà chez moi, sans grande idée de ce que j'en ferai.
Et une envie de fraises. Parce que j'en vois partout même si ce n'est pas encore la pleine saison. Mais elles viennent de France, et elles sentent si bon!! Je n'ai pas résisté, j'ai été faible mais ces jolies gariguettes odorantes m'ont enivrée.

Et c'est tout guillerette que j'ai décidé de créer ce mariage simple mais ravissant, comme une évidence de saveurs, l'alliance simple et gourmande des fruits du printemps et du réconfort de l'amande.


En bouche, c'est aussi une évidence. Un équilibre entre la rhubarbe acide, la pâte sucrée croustillante, le fondant de la crème d'amandes, le sucré des fraises et la crème chantilly qui fond sous la langue.
Si initialement je ne l'avais pas prévue au programme, n'étant que le résultat d'un manque de fraises, je ne regrette pas son entrée sur les devants de la scène ; elle apporte sa douceur et fait saliver, ce qui permet de profiter pleinement des arômes discrets qui peuplent le dessert.


Voici donc la recette !

Pâte sucrée (extraite du livre "atelier tartes" de Catherine Kluger chez marabout)

200 g de farine
○ 80 g de sucre glace
○ 25 g de poudre d'amandes
○ 1 pincée de sel (seulement si votre beurre est doux, autrement c'est inutile)
○ 120 g de beurre froid en dés

Mélangez farine, poudre d'amandes, sucre glace et sel avec le beurre, puis sabler, en essayant de ne pas trop chauffer la pâte. Ajoutez ensuite votre oeuf et mélangez le moins possible.
Enveloppez dans un film au contact et placez soit au réfrigérateur pour deux heures, soit au congélateur en surveillant régulièrement et en ayant pris soin d'aplatir votre pâte.
Je vous conseille de respecter ce temps de repos, car même en ayant l'habitude, j'ai réalisé la tarte un jour où il faisait chaud chez moi et j'ai du remettre ma pâte 2 fois au frais avant de réussir!


La crème d'amandes (recette CAP, très facile, très bonne, une valeur sure!)

○ 75 g de beurre ramolli
○ 75 g de sucre
○ 75 g d'amandes en poudre
○ 60 g d'oeuf
○ 15 g de farine
○ 7.5 g de rhum
○ En option : extrait d'amande amère ou extrait de vanille liquide

Soit vous êtes prévoyant et sortez votre beurre bien avant de commencer, soit vous êtes comme moi et du coup, vous le passez au micro ondes. je mets environ 10/15 secondes ; en général, le milieu fond, les bords sont un peu durs, mais si on fait la moyenne, on obtient un beurre pommade (consistance d'une pommade, pas liquide, ni solide, entre les deux, bien lisse!).
Il faut ensuite battre ce beurre avec le sucre afin que le mélange soit bien blanc et homogène, puis ajouter les oeufs. Afin que votre crème ne tranche pas, je vous conseille de tempérer aussi ces derniers!
Faites tourner encore quelques instants pour faire prendre du volume à bonne vitesse, puis ajoutez votre farine et votre rhum avec éventuellement les arômes.


La compote de rhubarbe

○ 450 g de rhubarbe
○ 45 g de sucre

Pelez votre rhubarbe à l'aide d'un couteau afin d'en retirer la peau filandreuse.
Détaillez les tiges en petits tronçons, puis, dans une casserole, mettez un fond d'eau, la rhubarbe et le sucre sur feu moyen. Cette étape prend un certain temps avant d'obtenir une belle compote homogène. Afin de ne pas détremper toute la tarte, il est important de laisser s'évaporer longtemps l'eau.


La Chantilly

○ 100 g de crème liquide (la marque elle & vire commercialise des briquettes noires et rouges avec un taux de 35% de MG, c'est vraiment la meilleure que j'ai pu trouver jusqu'à présent, elle monte vite et est très aérée tout en restant dense et a un bon goût, léger et frais)
○ 20 g de sucre en poudre
○ quelques gouttes d'extrait de vanille

La seule chose vraiment importante si vous avez un robot est de conserver votre crème au frais depuis un moment, ou de la passer au congélateur avant de la monter. Pour les autres, sachez que c'est un peu plus long, et le résultat n'est pas toujours aussi aéré. Autrement, vous pouvez utiliser un siphon mais vous n'aurez pas la même présentation!


Montage

1 - Foncez votre pâte sucrée dans un carré ou un cercle pour 6 personnes. Ajoutez ensuite de la crème d'amandes (je l'ai fait à la cuillère mais si mon maître d'apprentissage me voyait il me tuerait certainement sans crier gare, vous pouvez aussi utiliser une poche, assurant un résultat plus homogène) jusqu'aux 2/3, car l'appareil gonfle beaucoup au four.

2 - Cuisez votre fond à 180°C jusqu'à ce que la crème soit tout juste cuite, puis ajoutez sur le dessus la moitié de votre compote de rhubarbe et remettez à cuire. Le tout sera prêt lorsque les cotés seront dorés (n'oubliez pas de retirer le cercle/cadre à mi cuisson, pour celles qui en utiliseront) et lorsque le dessous de la tarte le sera également. Cela peut varier, mais chez moi ça a pris environ 40 minutes.

3 - A la sortie du four, ajoutez le reste de rhubarbe sur celle passée au four qui a caramélisé.

4 - Lorsque le tout a bien refroidi, prenez une poche avec une petite douille saint honoré et dressez des lignes. J'ai d'abord pris une fraise comme gabarit, mais ai préféré les ajouter après, elles auraient été toute souillées de crème!

5 - J'ai utilisé une barquette de 350 g de guariguettes, mais n'hésitez pas à en prendre plus si les fraises sont très grosses, car parfois, on en a très peu pour ce poids là et vous ne pourriez pas recouvrir votre tarte.
En alternant une rangée sur deux, ou deux rangées, selon votre humeur du jour. Vous pouvez aussi mettre de la chantilly partout, poser les fraises dessus, ou proposer la crème à part, en plus. Comme bon vous semble!

○○○○○○○○○○○○○○○○○


Voilà, j'ai conscience que ça a l'air super long vu comme ça, mais ce sont des préparations très simples et rapides, sans trop de cuissons, et cette tarte est vraiment très très bonne!

En espérant que ce mélange vous plaise!

Bisous dimancheux

Délia ♥


mardi 12 mai 2015

Le mythe de la cuisine détruit : non, je ne suis pas Alain Ducasse (+ petit précis du matériel de base)

Je suis assez surprise de lire assez souvent autours de moi (vie privée ou blog), que mes petits plats en affament plus d'un(e) mais qu'ils n'osent pas se lancer.
Ca positionne ma cuisine à un rang supérieur, comme si j'étais dotée d'une force surhumaine qui me donne le don de savoir arranger des aliments dans une assiette de façon plus savoureuse qu'une autre personne. Et ça me gêne!

Plus encore, j'ai déjà vu des gens me dire de but en blanc "moi, j'sais pas cuisiner".
Mais t'entends quoi par cuisiner? Et puis "tu sais pas", ça veut dire quoi? Que t'as jamais essayé, ou bien que t'as essayé une fois et que c'était pas comme au restaurant donc tu as décidé que voilà, c'est un fait, tu sais pas cuisiner?
Je me pose énormément de questions face à toutes ces personnes chez qui la cuisine fait figure d'art au dessus de leurs moyens.

Déjà parce que tout le monde peut cuisiner (susuuuu RATATOUIIILLLE REMMMMI JE T'AIIIME!!). True story bro. Faire une carbonara, une bolognaise, avec des vraies tomates dedans, un peu de viande hachée (ouai bon, l'exemple sur un blog végéta*ien il pue du slip, mais au moins c'est parlant!). Même toi qui me dis que tu sais pas cuisiner, tu sais le faire. Parce que même si tu connais pas la proportion d'assaisonnement, y'a toujours quelqu'un qui peut t'aiguiller, et au pire, t'as une langue pour goûter! (cqfd)

Pour la pâtisserie, je peux comprendre que ça impressionne, même si c'est comme tout, après un ou deux loupés on s'en sort ensuite toujours plus ou moins avec une cabriole agile ou deux.

Mais la cuisine. La cuisine c'est l'instinct, c'est le goût, c'est les yeux, c'est sensation.

Je suis comme toi, un quelqu'un qui aime bien manger. Et du coup comme j'aime bien manger ce que j'aime, je me suis dit un jour "tiens, et si j'essayais ça?". Et c'est parti comme ça.
Au fur et à mesure, tu apprends des combinaisons qui fonctionnent bien, tu deviens meilleur sur tes cuissons sauf les patates douces et tu peux explorer toujours plus loin en repoussant les limites de tes acquis.

Mais vraiment, je pense souvent à tout ces gens à qui je donne visiblement l'impression que ce que je cuisine est difficile : je ne suis pas du tout un chef étoilé.
Je compose, j'additionne, je transforme un peu. Rien de plus. Mes plats son ridiculement simples et faciles à reproduire!

Pour te prouver que même toi tu peux le faire, je t'ai même fait une liste complète du peu de matériel dont tu as besoin pour commencer à cuisiner de bons petits plats, sans te ruiner mais en te régalant.


1 - Une planche à découper (ou deux, ou trois, y'a jamais trop de planches à découper)


C'est mon ustencile le plus utile dans toute ma cuisine. Je m'en sers à chaque fois que je cuisine (deux fois par jour quoi).
L'utiliser éviter d'abîmer ses couteaux trop rapidement, en les frottant à des matières trop dures, et évite aussi de bousiller des plans de travail pas toujours très résistants.
On peut aussi faire des photos dessus : c'est ce qui me sert dans 50% des cas. Malin comme Maped.

2 - Une série de couteaux QUI COUPENT


Parce que chez moi, j'ai les couteaux de table ikea qui coupent rien du tout, dentelés, ceux pour manger. Et puis j'ai mes couteaux pour cuisiner, qui coupent vraiment beaucoup (même les doigts, note à toi même).
Opinel vend un kit comprenant 4 couteaux (un économe, une lame lisse, une dentelée et une spéciale fruits et légumes(?)). A mon sens, celui pour les fruits ne sert à rien quand tu as les deux autres mais il coupe tout de même rudement bien. Mon économe a certainement fait une chute remarquable dans la poubelle avec ses épluchures un beau jour, je ne l'ai plus jamais retrouvé et l'ai troqué contre un plus "moderne" tout dentelé. Je n'aime pas vraiment ce système mais ça fait l'affaire.
Je te conseille aussi d'avoir un couteau plus grand (et ouai bébé, la taille ça compte parfois), pour éviter de te couper un doigt en essayant d'ouvrir une courge en deux ou simplement de couper un chou rouge en deux (#3615vécu)

3 - Un fouet, des ustensiles en bois et une maryse


Ce sont là trois objets indispensables du cuisinier en herbe!
Le fouet servira dans bon nombre de situations : quiches, crèmes, gâteaux simples.
Pour les cuillères en bois, je les favorise dans ce matériau car elles ne rayent pas les plats et me plaisent plus que du plastique. Elles ont également l'avantage de ne pas fondre ou noircir comme du plastique, et permettent de contrôler la cuisson "à la nappe". Elles serviront à touiller absolument toutes vos sauces avec amour.
Une maryse sera l'amie de vos plats presque propres pour l'étape vaisselle. Sans parler du fait que vous pouvez oublier le gaspillage (bon, et le léchage des plats aussi, dans ce cas là je coupe la poire en deux, je donne la maryse au doudou affamé)!
Choisissez en une souple, car si elle est trop rigide, elle ne raclera rien du tout.
Vous pouvez aussi opter pour une corne, on utilise ces ustensiles en pâtisserie, je ne me vois plus vivre sans tellement c'est pratique!! Encore une fois, veillez à ce qu'elle ne soit ni trop souple, ni trop rigide!

4 - Les casseroles et poêles


Evidemment, à moins d'être crudivore, difficile de s'en passer (me parle pas du micro ondes, on va se fâcher haha).
J'aurais aimé me pencher sur la question de poêles écologiques et sans matières bizarres dedans, mais à la place de ça, j'ai de la poêle Ikea la plus basique du monde à 10€ et 20€ il me semble (petit et grand modèle). Quant aux casseroles, c'est un lot inox de chez Ikea également, avec 5 tailles, affreusement pratiques pour aller de la petite pour chauffer l'eau de mes tisanes à la géante pour cuire les platrées de pâtes du doudou!
Si vous aimez manger des légumes (et vous aimerez ça en cuisinant un peu), investissez dans un cuit vapeur. J'ai acheté chez Ikea (je devrais demander une commission, je vous assure) un faitout sur lequel on peut empiler un cuit vapeur. Le tout coûte aux alentours de 30€ il me semble, un peu moins, et se range très facilement. En inox, sans revêtement, sa durée de vie me permettra de le rentabiliser largement!!

***************

Je ne vois pas quoi vous dire de mieux que de croire un peu en vous et d'investir dans ces quelques ustensiles.
Si, pratique. Souvent.
Rate des trucs, créée l'improbable, amuse-toi.

La cuisine, c'est la piscine à boule d'ikea .

La seule différence, c'est celle qu'on fait quand on prend le temps d'essayer.

Navrée par avance à toutes celles qui cuisinent déjà comme des pros dans mes lectrices, mais je me sentais investie d'une mission capitale, celle de faire comprendre à celles qui bavent devant leurs écrans qu'il vaudrait mieux quand même qu'elles bavent devant leurs assiettes :-D!

Vous trouvez que j'ai oublié un basique indispensable? N'hésitez pas!

Mille bisous

Et je vous veux aux fourneaux! (sinon je fais grève)

Délia ♥





dimanche 10 mai 2015

Douceur gustative : patate douce rôtie, riz à la cannelle et chou rave croquant!

Dire que pendant tant d'années j'ai ignoré la patate douce!
Ce délicieux tubercule, dont la forme, la taille, la couleur peuvent énormément différer.
Je m'étais toujours demandée comment la cuisiner.
Et puis un beau jour j'ai eu envie d'essayer en "frites". Avec de l'huile d'olive et des épices chaudes. Un pur régal.
Et depuis c'est l'amour fou. Même si ça met du temps à cuire au four. Même si parfois j'en fais cramer une partie. Parce que comment vous dire, le fondant de cette patate quand elle sort du four, avec sa saveur sucrée et son goût discret, c'est tout simplement l'anapurna gustatif.


Du coup ça donne envie de la mettre avec des goûts chauds, et quoi de plus chaleureux que du sucré et de la cannelle?

Quant au chou rave, ce petit de la famille des crucifères est une bien drôle de bestiole! Il est assez rigolo avec son bulbe et ses feuilles folles qui traînent partout.
Il est très riche en vitamines C et également en anti oxydants, ayant comme ses confrères de la famille des choux des propriétés anti cancer mais difficiles à prouver, même s'il n'en reste pas moins qu'on a tout intérêt quoi qu'il arrive à manger du chou :-D
Pour consommer ce petit dadet, il faut lui retirer ses feuilles et le peler afin de lui retirer sa peau un peu fibreuse et épaisse.
Ensuite on trouve alors une chair blanche homogène, très douce en goût et très croquante.
En version cuite je ne peux pas vous en dire plus!


Je vous propose donc ma recette pour cette assiette pleine de chaleur, comme ce dimanche ensoleillé!


1/2 patate douce (ou 1 entière (ou une petite, mais bon, c'est plus rare d'en trouver ça fait toujours la taille d'une pastèque), et il t'en restera pour le repas suivant, y'a jamais trop de patate douce, je t'assure)
1 cuillère à soupe d'huile d'olive
1/2 càc de coriandre moulue
1/2 càc de cumin
une pincée de romarin
35 g de riz basmati bio (tellement meilleur en bouche!)
1 belle cuillère à soupe de sirop d'agave
2 càc de purée d'amande (la mienne est complète)
50 g de tempeh
Une pincée de cannelle
une petite poignée d'amandes
quelques raisin secs
1/4 de chou rave

1 - Pelez votre patate douce (certains laissent la peau, si vous souhaitez le faire brossez bien votre patates sous l'eau froide sans la laisser tremper!) et découpez-là. Plus vos morceaux seront fins et plus le temps de cuisson sera réduit, mais c'est aussi un risque de ne pas retrouver le coté ultra fondant et agréable!
Dans un plat allant au four (pour moi un plat à tartes), arrosez d'huile et d'épices et retournez bien les tronçons dans ce mélange afin que chaque morceau soit bien huilé et assaisonné (n'oubliez pas un peu de sel et de poivre!)
Cuisez à 200°C pendant une demie heure environ, mais tout dépendra de la taille de vos morceaux. Pour savoir si la patate est cuite, plantez un couteau dedans, s'il s'enfonce comme dans du beurre, c'est que c'est l'heure de se régaler :-)

2 - Cuisez vitre riz. Il sera prêt en dix minutes, il est important de ne pas trop le cuire, il se mettrait à coller et deviendrait assez désagréable à manger, contrairement au riz rond que j'adore collant!

2 - Découper votre tempeh dans le sens de l'épaisseur. J'utilise celui de la marque soy, et après avoir été coupé en deux, je le trouve à épaisseur parfaite. Faites le revenir dans le sirop d'agave. Lorsqu'il est doré, ajoutez le riz, les amandes, la purée d'amandes, la cannelle et les raisins. Laissez revenir à feu très doux.

3 - Découpez votre chou rave en prenant soin de retirer toute la partie fibreuse.
J'ai choisi d'en faire des petits bâtonnets mais de petits cubes fonctionnent aussi très bien, l'important étant de conserver le coté croquant.

4 - Dressez votre assiette!

5 - Prenez comme moi vos photos et ... finissez par manger froid (vis ma vie de bloggeuse en carton!).


Et vous alors, vous aimez la patate douce?
Vous connaissez le chou rave?

Bonne fin de soirée!

Bisous terreux du dimanche cueillette



Délia ♥



vendredi 8 mai 2015

Assiette regain d'automne : Lentilles dorées, shiitakes, noix et persil

Ce temps à demi entre le grand soleil et le temps tout moisi de novembre me fait tourner chèvre.
Du coup on retrouve la bipolarité du ciel dans mon assiette! Un coup c'est l'italie (oui l'Italie c'est mono saison comme thème pour moi, les tomates, le basilic, toussa) un coup c'est hivernal.
J'ai mangé mes derniers shiitakes récemment, je pensais qu'il y avait une saison, mais apparemment, c'est comme le champignon de Paris, ça pousse sur des copeaux de bois et non pas dans la nature à proprement parler, du coup, des infos que j'ai pu glaner, en gros, y'a pas trop de saison. C'est pas super naturel mais au moins, ça fait pas vraiment du mal à dame nature!
Du coup, je pensais vous proposer un plat hors saison, alors qu'en fait, je suis sauvée, je suis dans le thème.

Les champignons coûtent assez cher en général (champignons de paris mis à part), mais du fait de leur poids très faible et de leur saveur, il en faut très peu pour parfumer un plat et c'est un luxe que je m'octroie quand c'est la période.

Le shiitake est un champignon très intéressant sur le plan nutritionnel. En Chine, c'était ce que l'on donnait aux anorexiques dans le but de les nourrir sans avoir besoin d'ingérer de grandes quantités de nourriture. Pour te dire.
Ils possèdent de la vitamine B et des oligo éléments, et bien sûr des fibres!

Mais ce qui est encore mieux, c'est qu'il est vraiment un champignon très doux et à la fois très savoureux. Il ne s'impose pas mais apporte ses touches originales.
Sa texture n'est pas caoutchouteuse, comme pour certains champignons qui deviennent vite des chewing gum si on les cuit mal. Il est fondant!

Les lentilles dorées sont aussi celles que je préfère. Les vertes ont plus de goût, les orange sont trop petites et éclatent à la cuisson, et quant aux lentilles beluga, elles attendent toujours d'être cuites!

Le mix de tout ces ingrédients donne un repas parfaitement nourrissant, aux saveurs douces et boisées, à mi chemin entre une promenade en forêt et un dîner au coin du feu!


Pour une assiette

quelques shiitakes (5-6)
une portion de lentilles dorées (60 g)
Une poignée de noix
2/3 branches de persil frais (ou à défaut du congelé!)
Une cuillère à soupe de sirop d'agave ou à défaut un miel doux en goût

Cuisez vos lentilles. Il faudra à peu près 25 minutes, largement le temps de passer aux étapes suivantes sans se bousculer.
Je ne lave pas mes shiitakes, je les essuie avec un torchon humide. J'ai lu que c'était pas top de les noyer!
Je les détaille ensuite en tranches, pied compris (rien ne se perd, tout se récupère!).
Dans une poêle bien chaude avec un peu d'huile d'olive, je fais revenir les champignons puis baisse le feu et couvre afin de faire réduire les champignons sans risquer de les brûler (j'ai remarqué qu'ils sont facilement cramés).
Lorsque les champignons sont bien cuits (tendres), ajoutez votre sirop d'agave, votre persil, un peu de sel et de poivre, et les noix. Faites dorer, mais restez devant, ça va très vite!


Disposez vos lentilles dans l'assiette, puis ajoutez la poêlée de shiitakes.
Vous n'avez plus qu'à décorer d'un petit bouquet de persil et dégustez chaud.

Il n'y a rien de plus simple alors que l'association évidente des champignons et des lentilles, le goût frais du persil, la saveur sucrée du sirop d'agave, et la puissance discrète des noix qui croquent sous la dent.


Bon appétit à tous les fins gourmets, les gourmands, et les curieux!

Erratum : j'ai pris mes photos avec du champignon de Paris brun, mais initialement, ce plat était à base de shiitakes, veuillez ne pas en tenir rigueur, parce que ça marche quand même, mais c'est moins bon! :)

Et vous vos lentilles, vous les aimez comment?


Délia ♥


mercredi 6 mai 2015

Lipgloss lavera : discret mais sait faire la différence

Oui, on dirait que je note un élève, mais c'est pas un peu ça de donner son avis sur des produits? Je suis un peu comme la maîtresse qui met des croix là où ça coince et des tirets là où c'est acquis, avec mon stylo encre rouge acide.
Y'a des cancres, ceux qui sont dans moyenne, ceux qui ont l'air sages mais qui sont en fait des petits démons.
Et puis y'a le premier de la classe. Celui qui est discret, qui ne fanfaronne pas, qui fait ce qu'on lui demande, qui ne se vante pas mais qui brille dans toutes les disciplines comme la lune au milieu de la nuit.

Et ben tu vois, le gloss Lavera, c'est un peu ça sa vie. Briller.


Jusqu'ici je peux le dire haut et fort, je n'ai jamais été déçue par Lavera. Cette marque commercialise des produits certifié Natrue, une grande partie Vegan, donc avec une certaine éthique.
Les produits vont droit au but, utilisent des actifs naturels, les packagings sont simples et pratiques. Bref, vous l'aurez compris, cette marque n'aurait pas pu être plus parfaite, d'autant plus que ses prix sont très abordables et permettent à chacun d'accéder à des produits biologiques efficaces.
Qualité, éthique et prix, que demander de plus?

Je précise que je n'ai absolument aucun amour particulier pour le gloss, au contraire. Ca colle, les cheveux se jettent dessus et tu te retrouves avec de un la moitié de ton capillaire dans la bouche, mais aussi ensuite, les cheveux dégueulasses, et en plus tu peux pas faire de bisous sous peine de rester collée à ton chéri.
Même si on est d'accord, sauf si tu l'appliques à la truelle, ça fait plutôt joli.

Revenons à notre brillant élève.


Son allure est un peu massive, mais il reste très élégant et sobre. Transparence pour admirer sa jolie couleur, bouchon solide noir.
J'ai choisi le produit dans la teinte "delicious peach", un rose avec des sous tons un peu orangés qui n'est autre que parfait avec l'été qui arrive parce qu'il est très frais et va avec tout.


L'embout est très pratique, avec sa forme un peu allongée, on peut facilement appliquer le produit sans déborder de partout (parce que j'suis super bonne en coloriage sur papier mais alors pour les lèvres c'est carrément un autre tomme).
A la première application, j'ai tout de suite beaucoup aimé ce petit gloss. En fait, son gros point fort c'est qu'il est très modulable. On peut très bien décider d'ajouter seulement un petit coté brillant à ses lèvres et les teinter légèrement, ou on peut prendre le parti de complètement charger et le produit devient presque opaque.
Deuxième très bon point, le produit n'a pas d'odeur forte, comme beaucoup de gloss. Ca sent le maquillage mais sans plus, loin d'une odeur chimique et prenante.
La tenue quant à elle est identique aux autres produits du type, c'est à dire qu'il ne faut pas espérer le garder très longtemps si vous vivez normalement, encore moins si vous mangez/buvez/parlez/sauvez le monde (moi je fais ça tous les jours, pas toi?).
La sensation sur les lèvres n'est pas désagréable. Bon, bien évidemment, ce n'est pas un rouge à lèvres fini mat, truc que je porte parfois en oubliant que je l'ai mis, mais ça ne colle pas comme de la glue!!
J'ai par contre remarqué qu'en se retirant, ça laisse une drôle de sensation, comme si il restait quelque chose, mais c'est imperceptible à l'oeil nu. C'est souvent le cas des produits qui contiennent de la cire d'abeille pour moi.
Niveau composition, je ne suis pas allée fouiller dans les tréfonds, mais il y a tout un tas d'huiles et de beurres végétaux, de quoi bien nourrir tes lèvres et te les rendre toutes belles, même quand tu n'auras plus un gramme de gloss dessus :)!


Le prix de cette petite merveille est très correct, 6€99 sur le site ecco verde. C'est d'ailleurs un chouette site, qui livre assez rapidement (moins d'une semaine, sachant qu'ils sont situés en Hongrie, apparemment de ce qu'ups m'a dit) et qui propose des références introuvables en France et à des prix défiant la concurrence. Pour ne rien gâcher, les frais de ports sont gratuits dès 39€90. Si on fait seulement des grosses commandes une fois par trimestre, c'est largement rentable!

Pour résumer en quelques mots, c'est un outils bien pratique, parfait pour donner la (delicious) peach.

Vous aimez ça le gloss vous?
Et celui ci, il vous tente ou bien vous passez votre tour?

Mille bisous!


Délia ♥

lundi 4 mai 2015

Tortillons d'épeautre à l'italienne et son pesto de fanes de radis

Jamais depuis que j'habite mon appartement avec mon copain, je n'ai acheté de radis. Faut dire que j'ai toujours le même souci : les radis se vendent par botte (quel petit génie), et mon copain n'aime rien, radis compris parce que ça croque/c'est un légume/ c'est rose/ c'est végétal/ c'est pas bon (rayez zéro mention inutile), du coup, me farcir une botte de radis avant qu'ils ne deviennent mous du trognon, c'est monodiète apéritive et ça me fait pleurer parce que ça pique les radis.
Et puis un beau dimanche ensoleillé, nous somme repartis à la conquête de l'ouest de l'espace de la cueillette de Gally. Je vous en avais déjà parlé, raconté tout mon amour pour une des fermes du réseau chapeau de paille, mais même l'hiver passé, je n'ai pas changé d'avis.
Bon bien sûr, y'a des trucs là bas qui m'agacent, comme les parents qui laissent les gamins déterrer 250 tulipes en les explosant toutes pour n'en acheter aucune, mais ça, je fais abstraction (au pire si j'en tue un (parent évidemment, les enfants sont victime de leur éducation), y'a déjà les bêches pour enterrer le corps :3 je suis affreuse).
La dernière fois je pensais ne pouvoir cueillir que des tulipes, mais j'ai eu la chance de pouvoir repartir avec quelques radis et un poireau.
J'ai bien dit quelques radis, parce que bon, autant la botte c'est pas la folie, autant là, y'avait trois pauvres radis qui se battaient en duel, j'ai réussi à en attraper une vingtaine j'étais la plus fière du monde.





Rentrée à la maison j'ai vite dévoré mes petits radis, mais pour une fois dans ma vie, je me suis dit que jeter les fanes était vraiment dommageable.
Alors je les ai mises au frigo, et j'ai repensé à une recette de pesto de roquette lue dans un petit livre offert par ma maman à mon anniversaire.
Ce livre, le voici, il ne paye pas de mine, mais il contient tout un tas de recettes, avec des variantes, des produits de saison, le tout trié justement par saison. Un vrai petit bijou! (bon je vous dis ça mais je commence à avoir des doutes vu que je ne retrouve pas la recette qui était sur un onglet suggestion et qui n'est pas dans le glossaire)


Et puis comme pesto ça va avec pâtes, hop, solution vite trouvée : les tortillons d'épeautre.
Si les pâtes au blé complet ont un goût que je trouve beaucoup trop fort et que ça prend le pas sur tout le reste, le tortillon d'épeautre c'est le must have des pâtes autres que de blé blanc.
7 minutes dans l'eau, et boum, un délice.


Pour réaliser une assiette, vous aurez besoin :

une portion adaptée à votre appétit de tortillon d'épeautre (je les achète chez naturéo)
les fanes d'une petite botte de radis 
une petite gousse d'ail
3 cuillère à soupe d'huile d'olive
une petite cuillère de parmesan
Sel et poivre
Quelques tomates confites
Des paillettes de parmesan de bonne qualité

Simplement cuire vos pâtes comme à votre habitude.
Pendant la cuisson, mixez ensemble tous les ingrédients du pesto afin d'obtenir ... un pesto!
Vous n'avez ensuite qu'à égoutter vos tortillons tout bouillants, à poser dessus du pesto de récup, ajouter vos tomates confites, et la quantité qu'il vous plaira de parmesan. J'ai ajouté quelques graines de tournesol également!


Alors je vous préviens direct, c'est vraiment piquant comme pesto, c'est pas le truc pour les fillettes quoi!
Je pense qu'un mix avec du basilic aurait été tout bonnement parfait, n'hésitez pas à essayer et à me donner votre avis!


Voilà tout! Je vous laisse, je m'en vais continuer mon périple italien en me concoctant des lasagnes aux épinards, j'invite demain et c'est tellement un délice à partager que voilà, j'ai pas résisté.

Bonne soirée à vous!

Délia ♥

vendredi 1 mai 2015

La goutte d'eau au milieu de l'océan

Finalement, cette même goutte d'eau qui peut aussi faire déborder le vase.

Suivant l'union ou la solitude de cette goutte et selon son contenant, il s'agira d'une action perçue comme inutile ou d'un acte solidaire avec un vrai impact.

Et c'est en discutant avec quelqu'un de fataliste sur un statut facebook d'une amie que j'ai compris.

Tout est question de perception.
Oui à mon échelle à moi, c'est un acte solitaire de refuser de manger de la viande, de manger bio, d'éviter la surconsommation, de boycotter certaines marques.

Mais ce qui fait toute la beauté de ces actions à mes yeux, c'est d'imaginer les milliers de gouttes d'eau dans l'océan du monde entier que nous sommes. D'imaginer aux états-unis, en chine, en Inde, au coeur de l'australie, et dans tous les pays du monde, se créer une communauté de personnes qui partagent mon envie de rendre le monde moins cruel envers la nature, envers tout ceux qui y vivent!

Imaginer que chaque personne à son échelle a un impact, ne pas devenir fataliste et se dire que notre action est isolée et perd de son intensité. Que tous ensemble, que chacun, qu'on peut. Que la seule condition c'est de vouloir.
Que si là, tout de suite, on a la sensation de n'être rien du tout, que nos actions sont du vent, en vérité, nous sommes tous potentiellement la goutte qui fera déborder le vase.


Gardons la pêche et n'oublions pas que chaque acte a ses conséquence.

Keep hope, Keep fighting!

Délia ♥