mardi 8 mars 2016

Comfort Bowl : Pois chiches et courges rôtis aux épices chaudes sur leur matelas de verdure quinoé

Parce que c'est bien beau de cuisiner des plats tous les jours, mais certaines fois, la flemme est aussi un puissant moteur de créativité. Si, si, je vous assure!
J'ai toujours trouvé les personnes fainéantes très intelligentes. A vrai dire, ce sont ces personnes là, poussées par le manque d'envie de faire des efforts, qui trouvent les idées les plus ingénieuses pour s'épargner la moindre tâche superficielle et potentiellement épuisante.
Alors évidemment, la flemme n'est pas franchement un facteur de charme à mes yeux, mais je dois bien avouer que même moi, j'ai l'option d'installée, et qu'après une journée devant mes fourneaux, le soir, je suis prise d'une profonde envie de commander japonais ou une grosse pizza pas du tout maison (OUI MOI AUSSI JE MANGE DES PIZZAS, désolée de briser le mythe trop healthy que j'ai instauré ici, je mange aussi parfois des gâteaux industriels tout secs et pleins d'huile de palme quand j'ai rien d'autre chez moi, et du pain de mie harry's que doudou achète, et même que je mange du ketchup aussi, et que parfois j'aime boire une bière, voilà, je crois qu'on a tout dit).


Mais à toute situation désespérée il y a une solution, et la solution, c'est d'avoir un four.
Tu balances tout là dedans, et ça ressort tout fondant, tout rôti, tout délicieux.
Cette recette prend quelque chose comme dix minutes à peine, entre le temps d'ouvrir la boîte de pois-chiches, de couper la courge sans retirer la peau, et de badigeonner d'assaisonnement.
Après t'as quarante minutes pour boire un coup d'apéro de la flemme en regardant un épisode (ou deux, selon le format) de ta série du moment, et ensuite, plus qu'à déguster.

Cette idée de pois-chiches me vient d'un truc vu à la télé quand à noël, prise par le désarroi de la solitude, je l'avais allumée sur mason TV ou une connerie comme ça. Et c'était évidemment sur une émission culinaire (ah bon?) que j'avais fixé. La recette du moment c'était le pois-chiche frit, le truc à 50 000 calories mais qui m'avait vendu du rêve.
Bien évidemment j'ai détourné, parce que j'aime pas faire de bains de fritures à la maison, ça pue et je sais jamais quoi faire de l'huile après. Parce que ça se jette pas dans les toilettes ou l'évier, faut l'apporter au ramassage spécial de la mairie, que oui! Donc pas de friture, voilà (même si un jour pour des donuts, faudra bien m'y résoudre ...).

Bon, tout ça pour te filer la recette, si t'as tout lu t'as une médaille de pois-chiches hein!


Pour un bol

Niveau : Débutant flemmard de l'extrême
Temps de préparation : 10 minutes
Temps de cuisson : 40-50 minutes

Ingrédients :

1/4 de courge butternut (bon, la taille peut vite faire varier ce paramètre, à vous de juger au visu hein)
1/2 boîte de pois chiches
50 g de quinoa
4 cuillère à soupe d'huile d'olive
1 cuillère à café rase de curcuma
1/4 cuillère à café de paprika
Une belle pincée de muscade moulue
1/4 cuillère à café de coriandre moulue
1 gousse d'ail

100 g de pousses fraîches d'épinards
Une lichette d'huile d'olive
1/2 cuillère à café de moutarde
Le jus d'un demi citron jaune
1 petite échalotte

1 - Rincez votre courge butternut, ou au besoin grattez la pour retirer la terre. Détaillez la en tronçons sans retirer la peau (c'est super relou et ce soir on a dit que t'as la flemme, donc tu laisses la peau!).

2 - Ouvre ta boîte de pois-chiches (super important, avec ça marche vraiment moins bien!), fais bouillir de l'eau et mets ton quinoa à cuire dix minutes, voire 12.

3 - Dans un plat qui va dans le four (pas ton tupperware surtout donc), mélange tout ton assaisonnement après avoir frotté la gousse d'ail et balance la courge butternut dedans. Enrobe bien la petite courge en la roulant joyeusement dedans et en la retournant dans tous les sens avec tes mains pleines de doigts.

4 - Allume ton four à 180°C et quand c'est bien chaud, enfourne ton petit plat qui va dans le four pour une quarantaine de minutes. Au bout d'une vingtaine de minutes, enfourne tes pois chiches en prenant soin de bien les huiler aussi. Si tu préfères tu peux garder un peu d'huile aux épices pour bien les mélanger dedans.
On les met après parce que sinon ça finit par refaire des pois chiches durs comme s'ils étaient crus et c'est dégueulasse, d'autant que tu peux certainement perdre tes chicaux.
Et le dentiste en urgence quand t'as la flemme, c'est pas l'idée du siècle.

5 - Pendant que ça termine de cuire et que tu loupes la fin de ton épisode de série du moment, rince tes jeunes pousses dépinards (que ça rend costaud tout plein dis donc!) avec une vinaigrette toute rapide en mélangeant l'huile, le citron et la mouarde. Pour mettre un peu de piquant dans ta vie, mélange avec de l'échalote ciselée.

6 - Lorsque la courge est tendre, retire du feu, balance sur les jeunes pousses mélangées à la vinaigrette avec le quinoa et enfourne toi sous ton plaid avec la fin de ton verre d'apéro (ou un autre verre d'apéro, mais bon, la flemme quand même).

7 - Savoure ton excès de flemme. Fort.
Entre le fondant de la courge, le croustillant des pois chiches, et la fraîcheur des feuilles vertes, il y a de quoi se faire du bien.


Finalement, la flemme, ça a du bon non?

Bisous flemme (sans la langue du coup)

Délia ♥ 

4 commentaires :

  1. C'est une assiette qui me plait beaucoup !

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup le joli titre un peu ronflant de ta recette! et te lire m'arrache toujours quelques sourires! sinon, of course, ça a l'air délicieux!!

    RépondreSupprimer

Exprime toi ici mon petit, c'est free!