dimanche 31 janvier 2016

[Bonne adresse] Bruncher au Positive Juice Bar à Versailles !

J'en reviens tout juste, la panse remplie de bonnes choses et j'ai envie de, pour une fois, vous écrire l'article à chaud, parce que j'ai encore en bouche le bon goût de tout ce que je viens de manger!

Je passe ma vie à déplorer le manque de bons endroits où manger à Versailles. Ca a beau être une jolie ville, avec une forte identité culturelle, mais alors la bouffe visiblement, est la grande oubliée du lot.
Un paquet de "chaînes" de restaurant, très peu de produits frais, des kilos de crêperie (on se croirait en Bretagne, je vous assure, Breizh Power), et une poignée de restaurants chicos, où visiblement les végétariens ne sont pas franchement les cibles principales (quel dommage!).

Et puis un jour, sur facebook, Les fermes de Gally (tu sais, là où je te tanne avec mes cueillettes quand c'est la saison!) publient un guide du blog versailles in my pocket qui parle des bonnes adresses versaillaises pour manger bio/local/respectueux.
Amour total quand je découvre qu'il existe ce petit bar à jus, dans Versailles!
Paris regorge de petites adresses healthy et gourmandes, mais ici, néant total! Ce qui est bien dommage parce que moi Paris, ça me fait pas frétiller l'échine. C'est 1h30 de transports le dimanche, c'est le métro qui pue, les gens vénère, trop de gens d'ailleurs. Du coup je n'y mets les pieds que quand je suis obligée, forcée, contrainte. Surtout vu le prix des transports!



Le Positive Juice Bar est niché rue de Satory à Versailles, une petite rue piétonne pleine de restaurants (et de crêperies donc haha), de petits commerces comme un magasin de bières, pavé, bref, un endroit sympa où tu peux marcher sur la route, sans voitures pour te déranger. Le soir c'est très vivant, on y trouve d'ailleurs le baradoz, endroit visiblement très fréquenté le samedi ;)
Le lieu appartient à un charmant couple : Odette et Tristan. Ce sont eux qui te fabriquent ton jus, qui mettent de l'amour dans ton manger et t'expliquent patiemment le menu du brunch.
Leur philosophie m'a tout de suite plu! Sur leur site ils t'expliquent alors

"Nous sommes persuadés qu'une bonne alimentation est le premier pas pour honorer son corps, la terre et la vie."

Comme c'est grosso modo mon crédo, je n'ai pas résisté une seule seconde à aller pousser les portes de leur charmant cocon!
La déco est vraiment chaleureuse, avec un petit mur en brique, des plantes vertes, du bois, des jolies chaises de toutes les couleurs en métal et des jolis petits tableaux (y'a même une carotte contente héhé).
Si je ne suis pas une grande fanatique des restaurants, je me suis tout de suite sentie super bien là bas, d'autant qu'il fait super bon ; c'est un détail mais manger bien au chaud ça rajoute vraiment au coté cosy du brunch!


La formule brunch ne te laissera pas repartir le ventre creux.
Tu commences doucement avec une petite corbeille de petits pains assortis dont un au cacao qui reste mon favoris. Avec, on te sert un petit pot d'une pâte à tartiner maison à se rouler sur le sol et de la confiture de figues que même doudou a adorée alors qu'il ne court pas après. T'as même le droit à un petit peu de beurre dans un récipient vintage avec des petites fleurs!
On te sert une boisson chaude (au choix entre du thé, café, ou chocolat au lait/noir) et un jus (orange ou vert, de quoi te booster ton dimanche !) et on t'apporte rapidement de quoi caler le trou que tu as dans le ventre après une bonne nuit de sommeil.
Ce midi, c'était salade lentilles/quinoa avec du kale, potimarron rôti et de la feta. Le tout saupoudré de noix torréfiées et d'un assaisonnement digne de ce nom. Avec en option un oeuf au plat pour ceux qui veulent.


Le kale était vraiment tendre et le tout très fin et savoureux, je n'aurais jamais pensé à cette association mais c'est une idée à reprendre!
Avec on nous a servi une salade de cru mangue/pomme/oignon rouge relevée de citron et de coriandre fraîche. Super croquant et frais! Un délice pour ma part.


Si tu as encore de la place pour quelque chose, tu peux encore aborder le dessert : fromage blanc ou une sorte de purée de bananes avec des oléagineux (qu'importe son nom pourvu qu'on te la serve, parce que c'est juste trop bon). Les deux servis avec des fruits, un flapjack et un muesli maison vraiment très bon (que j'ai juste goûté, étant au bord de l'explosion).


A tout moment, on est invités à se resservir à la bonne franquette en pain, aller picorer du miel, ou prendre une tisane Yogi tea spéciale digestion (qui pourra s'avérer utile pour faire couler ces bons aliments!).

Doudou a fait une initiation à ce genre de food un peu plus green. Même s'il s'est accordé à dire que tout était très bien cuisiné, il a un peu grimacé avec sa mangue (je l'ai terminée pour lui avec plaisir ceci dit). Je réserverais donc ce brunch aux curieux culinaires ou aux initiés aux aliments "healthy" plutôt qu'à des omnivores férus de viande et de bacon grillé pour le petit déj (ou des gros difficiles comme mon doudou haha). Sans rien enlever à la qualité des plats, ce sont simplement des aliments surprenants pour des palais peu habitués à ces saveurs végétales mais pourtant délicieuses.


Le service est vraiment rapide, et très agréable. Tout le monde est aux petits soins, disponible et prêt à vous faire passer un chouette moment gourmand.
L'endroit étant assez petit, le bruit n'est pas assourdissant, même si les tables sont assez proches des voisins on peut s'entendre parler tout en profitant des jeux des enfants de la table d'à coté si on laisse une oreille traîner. Et la playlist qui y passe est vraiment cosy/détente.

Un endroit chouette, je retournerai bruncher "positive" quand la carte changera, et j'irai sans aucun doute savourer un bon jus en semaine, pourquoi pas pour y écrire un de mes articles, sachant que l'endroit dispose d'un free wifi accessible avec un code écrit en évidence sur un de leurs chouettes tableaux noirs!

Les prix sont très corrects : 24€ pour bruncher et il vous faudra compter environ 6€ pour un jus ou un smoothie, servis dans de jolis contenants et faits rien que pour vous à la minute!
Pour le dimanche brunch, il est conseillé de réserver, en plus votre table n'attendra que vous avec votre petit pot de super pâte à tartiner qui déchire!

Ma seule déception? Que ce soit un peu loin de chez moi pour y élire domicile tous les jours :D!

Merci en tout cas pour ce chouette moment passé aux deux propriétaires passionnés et dotés d'un certain talent pour affoler les papilles, et à leur acolyte. Et à bientôt pour de nouvelles aventures positives et juicy!

Si vous voulez en savoir plus, n'hésitez pas à consulter le site internet du positive juice bar, ou sa page facebook pour savoir ce qu'il s'y passe pour le repas du midi, ou même sur instagram!

Bonne fin de dimanche les gloutons! :-)




jeudi 28 janvier 2016

Carotte cake vegan avec sa copine la poire de terre !

On parle souvent des légumes oubliés, mais bon, faut pas se mentir, généralement ils sont pas si oubliés que ça et on les connaît, les rutabagas, les panais et consorts.
Mais alors quand à noël, ma maman m'a apporté des poires de terre, comment te dire que celui-ci pour le coup il était vraiment oublié de chez oublié. Le néant.
J'ai regardé la bête, c'était comme des petites carottes super jouflues et courtes sur pattes, un peu marron.
Des dires de ma maman ça se mange cru ou cuit, et très franchement après avoir goûté ça n'a pas un goût vraiment très prononcé cru (sucré quoi) et cuit ça se rapproche (mais faut vraiment chercher à le sentir) des artichauts cuits, mais vraiment léger.
En fait je crois que le plus drôle c'est de manger un truc inédit, un truc que tu ne connais pas.



Alors pour l'histoire, la poire de terre est aussi appelée Yacon, et même si initialement c'était plutôt cultivé dans des pays chauds, ça ne craint visiblement pas les températures fraîches des autres endroits et s'adapte un peu partout.
On en fait du sirop qui est très apprécié par les diabétiques parce que son sucre n'est pas assimilé par le corps.
J'ai visiblement hérité de mignonnes poires de terre parce que plus génériquement ce sont des tubercules fuselés pas vraiment jolis et qui ressemblent plus ou moins à des patates douces (donc en gros, à pas grand chose). Du coup je vous ai mis une photo comme ça vous aurez vaguement une image positive de ce tubercule avant d'en voir des pas belles.


J'avais des poires de terre donc et pas la moindre idée de comment les cuisiner ; naturellement il a fallu que ca se termine en gâteau (allez savoir pourquoi?).
Et quelle meilleure occasion quand on n'a pas d'oeufs à la maison que de tester une recette vegan, pas vrai?

Pou 6 gros muffins de carrot cake (même que si ça déborde pas de partout tu dois pouvoir en faire au minimum 8)

240 g de farine
1 carotte
4 petites poires de terre
100 g de compote de pomme
30 g de purée de cajou
1 gousse de vanille
1 cuillère à soupe de bicarbonate
1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre
1 pincée de cannelle 
60 g d'huile d'olive
150 g de rapadura blond
1 pincée de sel
30 g de noix



1 - Râpez finement vos carottes et poires de terre.

2 - Mélangez dans un récipient vos poudres, dans un autre mélangez la compote avec les carottes et poires de terre, la compote, la purée de cajou, l'huile d'olive et les graines de votre gousse.

3 - Mettez vos ingrédients humides dans vos ingrédients secs puis une fois le mélange effectué, ajoutez le vinaigre de cidre.

4 - Enfin, ajoutez vos noix, coulez dans des moules à muffins (avec des alvéoles si la vaisselle n'est pas votre passe-temps favoris), et faites cuire à 180°C pendant une trentaine de minutes. Tout dépend de la taille de vos alvéoles ; une pointe de couteau devra ressortir sèche.

Le glaçage

200 ml de crème liquide de soja Soy
2 cuillère à soupe d'huile de coco
3 cuillère à soupe de sucre glace
1 sachet de chantibio



1 - Mettez votre crème à tourner au batteur. Lorsque le mélange devient mousseux, ajouter le chantibio, le sucre glace et l'huile de coco fondue.

2 - Mettez au frais pour que la crème prenne un peu.

3 - Après repos, la crème est mousseuse et se tient mieux (sans pour autant être super solide non plus). Avec une cuillère, déposez une couche généreuse et saupoudrez de pépites de chocolat noir.

Maintenant la grande question c'est de savoir s'il existe d'autres légumes incongrus et inconnus au bataillon! J'ai grand hâte d'essayer aussi le citron caviar, mais vu son prix je suis un peu freinée!!
N'hésitez pas à me dire en commentaire si vous connaissez des trucs improbables !


Big bisous

Délia ♥ qui se demande bien si vous aussi vous trouverez les poires de terre très mignonnes.

mardi 26 janvier 2016

Velouté tout en volupté : Carotte, coco, butternut !

Parfois je croise du regard ces briquettes de soupes au supermarché.
La seule chose qui me vient à l'esprit, c'est que les légumes sont bien meilleurs frais. Du coup j'ose à peine imaginer depuis quand les "légumes" de ces soupes sont dans leur briquette, à attendre d'être les heureux élus d'un client que la flemme aura emportée.

Pourtant, la soupe, c'est bien LE plat de la flemme par excellence.
C'est bien simple, on peut effectivement s'enquiquiner à faire d'abord rôtir ou sauter ses légumes à la poêle, pour leur donner un petit goût. Mais on peut aussi tout simplement les balancer au bouillon (de légumes) et les laisser cuire, pendant qu'on regarde le dernier épisode de The arrow ou de New girl.
Aussi simple que ça. Après, plus qu'à mixer une minute ou deux (ou trois, allez, soyons fous) et on obtient une soupe pleine de bons légumes frais.
Les combinaisons sont infinies, les textures aussi : on peut donc laisser les légumes entiers, mettre des quignons de pain, du fromage, de la viande, du tofu, que sais-je encore.
On peut vouloir un velouté épais presque comme une purée, ou aimer les soupes presque liquides. Les soupes filtrées, ou celles pleines de morceaux.


Alors pourquoi aller acheter des briques de soupe, pleines d'épaississants, avec des emballages qui coûtent cher, sont polluants et tout, alors qu'on peut juste acheter ses légumes et faire ça nous mêmes?
J'ai comme qui dirait certainement pas été élevée dans l'amour du tout prêt, même si j'ai déjà vu quelques briques de soupes chez moi, mais je ne m'y résous pas ; j'aime pas les soupes en briques, ça me fait peur. #Soupobrikophobie

Du coup c'est assez souvent que je recycle les légumes qui traînent un peu trop en soupe, velouté ou bouillons avec des pâtes.
C'est bon, c'est rapide, et c'est parfait pour le soir, où je vous rappelle qu'il paraît qu'il est mieux de dormir le ventre léger (même si d'autre part t'as déjà du entendre dire qu'il vaut mieux ne pas se coucher le ventre vide, bon courage pour le juste prix milieu).

J'ai réalisé ce velouté pour Noël, public non végétarien, repas entièrement vegan, because moi végé et ma soeur intolérante au lactose. Ca a été le début du repas mais surtout le moment phare. C'est bien simple, j'ai bricolé ce velouté au pif, et il était vraiment divin.
Rarement j'ai obtenu une texture aussi douce, fluide et un goût aussi légèrement sucré et fondant.
C'était juste un velouté, mais c'était THE velouté.


Pour 4 personnes

1 petite courge butternut
3 belles carottes (les sable sont meilleures!)
1 brique de crème de coco Kiara (la plus onctueuse et grasse que je connaisse)
1 cuillère à café de curcuma moulu
1 bonne pincée de sel
1 cuillère à café de coriandre moulue


1 - Couper la courge butternut en deux, puis la vider et la peler en faisant attention de garder tous ses doigts pour la suite de la recette (quand même).
Laver soigneusement puis éplucher les carottes (ou simplement les gratter).

2 - Mettre dans une casserole avec de l'eau jusqu'au niveau des légumes et cuire une trentaine voire une quarantaine de minutes selon la dureté de vos carottes. Contrôlez régulièrement, pas besoin de surcuire.

3 - Retirer du feu, ajouter la brique de lait de coco, les épices, et mixer longuement jusqu'à ce que le velouté soit fluide. Au besoin ajuster la texture avec un peu d'eau.

4 - Servez aussitôt, avec des branches de coriandre fraîche si vous en avez ou quelques noisettes concassées.


En espérant que vous aussi vous ayez la phobie des briquettes de soupe.
VIVE LES LEGUMES FRAIIIIIS!

Délia ♥ Soupovore en hiver

dimanche 24 janvier 2016

La grande et belle histoire des retrouvailles des chaussettes pingouin


Il y a un an, de tragiques événements inconnus séparaient nos deux amants, pied gauche et pied droit, de ma paire de chaussettes préférée (je ne vous demande pas de juger mes goûts en matière de chaussettes, je les sais très discutables).
Une véritable tragédie lorsque, les yeux humides, je découvrais l'affreuse vérité : le couple avait été déchiré par la séparation. Depuis quand était-ce le cas? L'autre moitié reviendrait-elle un jour?
Comment allais-je survivre sans ma deuxième chaussette?
Allais-je devoir devenir unijmabiste pour remettre ma paire de chaussettes préférée?

Tant de questions sans réponse.

Je voyais bien chaque fois que j'ouvrais le sac des chaussettes célibataires que celle-ci en particulier avait un air triste. Je le sentais jusque dans la fibre de son orteil.
Mais si d'autres avaient de la chance, elle, restait seule, avec ses pingouins qui me regardaient d'un air interogateur et inquisiteur, au fil des lessives.

La peine s'atténue avec le temps mais je ne pouvais m'empêcher de penser à ces temps lointains, ces nombreux kilomètres partagés, ces heures passées dans mes chaussures de sécurité qui sentaient la transpiration...
On n'oublie rien on vit avec, je vous le dis!

Par espoir démesuré, par manque d'envie de m'avouer la vérité et définitivement tirer un trait sur des relations indiscutables de paire, je garde toutes mes chaussettes par paires. Elles partent ensemble à la poubelle, pour vivre leur dernier voyage jusqu'à l'incinérateur de la décharge.
Alors j'avais, dans le fond cartonné de mon sac, ma petite chaussette, qui me faisait de la peine.

Et aujourd'hui, 24 janvier 2016, alors que plus personne n'y croyait et que le deuil avait commencé de ces heures de bonheur, le miracle se produisit.
Au fond d'un sac destiné à être réutilisé, dans le fond du dessous de mon évier, j'ai retrouvé l'âme soeur.
Le mystère reste entier sur les événements qui auraient pu l'amener à finir dans ce sac (je soupçonne cependant un gros machin poilu qui habite chez moi (non pas doudou, Nova évidemment!)), mais le bonheur, lui est bien réel.

Vous auriez du les voir se retrouver et se fixer de leurs yeux de pingouins, c'était tellement émouvant!

Maintenant, elles deux, c'est pour à la vie, jusqu'à la mort, main dans la main, jusqu'au bout du tapis de l'incinérateur.

Comme quoi, la moralité de cette histoire, c'est que même si ça paraît impossible, même si l'espoir finit par s'évaporer comme une gamelle d'eau au soleil, il faut toujours rallumer la lueur qui brille au fond de la nuit.
Les belles histoires, qui se finissent bien, existent.

Parce qu'un jour, mes chaussettes pingouins se sont retrouvées.


Amour et espoir

Délia ♥ (qui portera ses chaussettes pingouin demain, en l'honneur de cette réunion)

Millefeuille vertical façon tatin

Confession intime : ce que je préfère dans le millefeuille, c'est le feuilletage.
C'est très souvent que dans mon ancien travail je me boullotais toutes les rognures du feuilletage réservé aux bandes de millefeuilles individuels.
Ce petit goût bien doré, le croustillant feuilleté, le sucré du caramel. FIOUUUU ... 
Mais par contre, le crémeux de la crème pâtissière vanille froide, bof bof. Je trouve ça un peu trop, un peu lourd. Finalement ça m'en gâcherait presque le plaisir!


La tarte tatin est un de ces desserts déconcertant de simplicité mais qui mérite toute l'attention du monde pour se réaliser à la perfection et réussir la cuisson parfaite de ses pommes, sans pour autant délaisser la bonne pâte à tarte qui va avec, et sans bien évidemment faire l'impasse sur une douce boule de glace crémeuse et un peu de chantilly.
Si d'ailleurs vous passez dans le coin, à coté de la pièce d'eau des suisses à Versailles au château, un restaurant sert une excellente tarte tatin maison, avec pile la bonne quantité de crème fouettée, juste à tomber par terre à la renverse. L'endroit fait un peu attrape touristes mais en pleine journée en semaine on peut amplement s'en délecter calmement!

La tatin on résume donc, c'est une pâte savoureuse, des pommes fondantes au bon goût caramel et une chantilly épaisse et moelleuse. Avec le petit plus du goût de la vanille!
C'est donc sur cette base non négligeable que j'ai construit mon millefeuille vertical!

Rien d'inédit sur la présentation, j'ai simplement repris des idées croisées sur pinterest et au travail.
Le pochage de la chantilly peut-être un peu laborieux si vous disposez d'une crème qui se tient mal, n'hésitez pas à mélanger un peu de crème épaisse ou de mascarpone dans votre chantilly si c'est le cas, ça n'en donnera qu'une pointe d'acidité très appréciable avec le sucre du dessert et qui donnera une touche très authentique à votre dessert, sachant que la tatin se sert normalement avec une crème épaisse non sucrée!


Pour un millefeuille pour 4 personnes

Un pâton de pâte feuilletée version inversée (maison ou du commerce en version pas inversée, mais ce sera moins bon!)
Deux pommes spéciales cuisson
50 g de sucre
De l'eau
1/4 de litre de crème pâtissière
200 ml de crème liquide 30% matière grasse
1/2 gousse de vanille


1 - Préparez votre feuilletage. Pour ça, découpez la moitié du pâton et étalez-le finement pour obtenir plus ou moins la taille de 2/3 d'une plaque à pâtisserie. Piquez bien votre pâte et sucrez le dessus avec du sucre semoule. Enfournez à 230 °C puis baissez à 180°C en prenant soin de déposer une grille dessus après que le feuilletage commence à développer, pour lui éviter de finir par faire 15 cms d'épaisseur..
Retournez la plaque à mi cuisson (5-6 minutes) et prolongez pendant le même temps.
Ensuite, retournez la plaque de feuilletage sur une grille, saupoudrez du sucre glace et remontez votre four à 230°C. Surveillez la coloration, mais cette étape est celle qui vous donnera le croustillant et le caramélisé tant espéré!
Sortez du four et laissez refroidir tranquillement.

2 - Réalisez votre crème pâtissière. Je vous invite à aller consulter la recette par ici! :) 

3 - Réalisez votre compotée. Epluchez vos pommes, et détaillez de très petits cubes, une brunoise de pommes.
Dans une casserole, mettez à cuire vos pommes, avec le sucre, la gousse utilisée pour la pâtissière et de l'eau jusqu'au niveau des pommes, à feu doux, couvertes.
Quand l'eau se sera évaporée, si vos pommes ne sont pas encore fondantes, ajoutez-en de nouveau un fond et couvrez de nouveau en ayant pris soin de bien remuer délicatement pour ne pas faire de la compote.

4 - Montez votre crème en chantilly avec une cuillère à soupe de sucre en poudre et 1/2 gousse de vanille grattée.

4 - Découpez dans votre feuilletage quatre bandes identiques selon la façon dont votre feuilletage aura réduit de manière à obtenir une grande bande rectangulaire n'excédant pas les 7 cm de haut (sinon vous allez bien galérer).
Fouettez votre crème pâtissière froide afin de la rendre lisse, puis ajoutez 50 g de crème chantilly, délicatement.
Prenez votre première bande, pochez la moitié de la crème vanille. Déposez par dessus un deuxième morceau de feuilletage, avec vos pommes vanillées.
Enfin, déposez le reste de votre crème vanille et terminez par votre dernier morceau de feuilletage.
Retournez alors votre millefeuille pour le coucher sur le coté (#naptime) et déposez, à la douille saint honoré, le filet de chantilly qui saura révéler tout son potentiel gourmand!
Pour décorer, utilisez votre gousse et quelques morceaux de pommes, ou bien quelques noix de pécan concassées.



Si vous êtes de gros gourmands, vous pouvez très bien réaliser un caramel coulant et l'incorporer à l'étage des pommes mais ça rendre la dessert un peu moins équilibré au niveau du sucre!

Engourmandez-vous bien en ce dimanche!

Bisous vanillés

Délia ♥ qui pense déjà à son prochain dessert façon "tatin"

mardi 19 janvier 2016

Faire son ménage version green : Dame nature a tout prévu, lâche ton Mr propre!

Si il y a bien un produit dont on sait qu'il est nocif depuis qu'on a l'âge de marcher, c'est le produit d'entretien.
Qui n'avait pas chez lui "le placard interdit" qui sentait fort le chimique et qui contenait tous les trucs succeptibles de te tuer si tu en avalais ou t'en mettais dans les yeux?
Aussi bien en tant qu'adulte qu'enfant d'ailleurs, sauf que dans un cas on a le réflexe d'éviter d'ne avaler quoi!

Mais alors si depuis toujours on sait que c'est bien nocif, c'est pas pour autant qu'on a eu envie d'aller chercher ailleurs.

L'eau de javel par exemple est un produit qui se retrouve chez un peu tout le monde.
Outre son odeur infâme et sa capacité à me brûler les yeux, sans parler du fait que ça blanchisse les vêtements, ce produit est extrêmement nocif car le chlore perdure et peut s'associer à d'autres molécules, créant ainsi des trucs hybrides, les organochlorés, qui seront toujours là dans un coin, pour étaler toute leur négativité (et il excellent en la matière).
Je vous le demande donc : n'avez-vous jamais vu personne utiliser de la javel dans de l'eau chaude, pour nettoyer son sol? SI. Et ça dégage des vapeurs super toxiques quand c'est associé à la chaleur. En plus.

Il faut savoir que les produits que nous utilisons ne sont pas seulement dangereux dès qu'il y a contact ; ainsi, les particules volatiles nous permettent de profiter des effets nocifs sur notre santé tout au long de la journée.
Cancérogènes, perturbateurs endocriniens, ou tout simplement irritants (mais bon à la longue ça peut vite devenir nocif), vous aurez bien compris que rien ne justifie leur usage systématique dans nos maisons ...

Enfin, ces produits sont super dangereux pour notre jolie planète. Here is the deal : la plupart des produits ne se soucient même pas du traitement des eaux usées. Du coup on en retrouve un peu partout, en passant de l'écume de la mer jusqu'aux poissons qui profitent des pertubateurs endocriniens.
Pour faire simple et en deux mots : NI SOLUBLES, NI DEGRADABLES! 

Au lieu de ça, la nature nous a mis à disposition des produits naturels à 100%, puissants, bactéricides, fongicides, anti calcaire ... et ECOLOGIQUES!!
Lisez une seule étiquette de produit, vous y trouverez des pictogrammes qui piquent les yeux, entre l'irritant, le nocif, le mauvais pour l'environnement ...

Alors j'ai décidé depuis maintenant près de 6 mois de passer de plus en plus à des produits naturels pour récurer. Et il y a plus ou moins besoin de ... 3 produits pour toute la maison, oui oui.

Il faut savoir qu'un bon nettoyage se fait en plusieurs temps : Retrait des salissures visibles, retrait des bactéries et autres trucs pas glop et rinçage. Pas question de simplement retirer ce qui gêne à l'oeil nu, parce que ce qui est invisible est vraiment le plus gênant!


Le vinaigre d'alcool

Avec son prix dérisoire, pas moyen de s'en priver pour sa maison.
Il est le truc le plus puissant que je connaisse en version safe pour retirer le calcaire. Diffusé dilué avec un peu d'eau sur ma douche, le calcaire s'en va illico, limite pas besoin de frotter (bon faut dire que je le fais chaque semaine aussi).
Il est évidemment un bon antimicrobien ce qui fait qu'on peut l'utiliser pour toutes les surfaces à assainir, contact alimentaire compris puisque le vinaigre EST un aliment. Je frotte joyeusement mon frigo avec, pur.
C'est également un bon adoucissant pour les vêtements, à mettre tel quel dans le tambour de la machine avant de la démarrer. Et avec ça pas besoin de calgon, parce que ça prend bien évidemment soin de votre machine qui finira certainement par crever de tout ce calcaire qu'elle se mange quotidiennement.
Ce produit est aussi un bon anti tâches et accrochez-vous, il sert également à retirer les odeurs tenaces (warning, glamour) genre du vomi sur une couette, un pantalon tâché de pipi, des aisselles de tee shirt incrustées de transpiration ... Ce genre de trucs qui fait que tu te tâtes à jeter l'objet en question. Ca marche pas forcément du premier coup, mais ça marche!

Le citron


C'est juste un petit fruit, et pourtant il peut tellement retourner ta maison de propreté que tu devrais juste avoir du citron chez toi pour briquer.
On a pour habitude de mettre le citron sur ses fruits pour éviter leur oxydation naturelle. Et bien on peut aussi mettre du jus de citron sur des tâches difficiles et bien incrustées, ça fait apparemment miracle!
Le citron fait briller de mille feu les objets en acier ou verre qui auraient perdu de leur éclat (pas besoin de tablettes enrichies en citron donc, juste du citron) et est donc ton copain pour frotter les miroirs. Tu pourras enfin te voir et non pas admirer les petites tâches qui peuplent ton reflet.
Le citron bien évidemment est l'allié du récurage des toilettes, il détruit bactéries et virus et même les champignons, de quoi être plutôt tranquille. Sans parler du fait que le citron est anti calcaire. Pour les surfaces difficiles on peut même ajouter du sel ou du bircabonate pour faire une sorte de pâte et frotter comme un sourd.
Enfin, si jamais vous avez des insectes chez vous, le citron les fera fuir.
J'aurais presque des regrets de l'utiliser pour mes vinaigrettes moi ...

Le bicarbonate de soude



Encore un produit que vous pouvez plus ou moins utiliser pour tout et qui ne coûte rien.
Je l'utilise en mélange avec mon vinaigre car ils ont des propriétés similaires : tueur de champignons (fongicide) et anticalcaire, mais on peut également l'utiliser pour ses propriétés abrasives douces pour frotter et faire briller les inox, les fers à repasser encrassés ...
Sa propriété que j'aime utiliser, c'est qu'il empêche les mauvaises odeurs. On peut donc en tapisser le fond de la poubelle pépère pour absorber les odeurs. Au moment du nettoyage j'en ajoute avec du vinaigre et ça nettoie tout ça illico pronto!

On peut bien évidemment ajouter des huiles essentielles pour parfaire sa quête du nettoyage écolo avec des alliés comme le tea tree qui va tout défoncer les machins microscopiques, le citron ou la lavande.

Si vous ne savez pas, le bicarbonate au contact du vinaigre forme une mousse et monte comme du lait qui bout, ce qui fait un petit volcan : faites donc attention à votre contenant ! (mais vous pouvez pas mal jouer avec ça éventuellement parce que c'est rigolo)

Je n'ai pas encore fini ma quête de l'absolutisme du naturel chez moi, j'ai encore un dégraissant acheté dans un magasin bio pour mes plaques chauffantes et de la lessive, mais je compte bien petit à petit fabriquer ma propre lessive et trouver un dégraissant digne de ce nom!

Avec tout ça, plus aucune raison de continuer à acheter des produits hors de prix, dangereux pour vous et votre famille, et surtout, pour l'environnement! Une bouteille de vinaigre, un peu de bicarbonate et quelques citrons qui sont de toute façon des essentiels d'une bonne cuisine ...
Vous en aurez pour même pas 5€ pour tout frotter chez vous. Encore une bonne raison de ne pas laisser passer le coup de propre version Dame Nature ;) !

N'oublions jamais qu'avant, les maisons étaient propres et il n'y avait pas de rayon produits de nettoyage de deux kilomètres, ne nous aurait-on pas inventé des besoins par hasard?

Je vous laisse, je vais briquer ma douche!

Big bisous

Délia ♥ et son vinaigre trop puissant

dimanche 17 janvier 2016

Filante forestière et son bouquet de verdure [vegan]

Mes plus plates excuses pour ce titre pompeux j'ai eu envie de faire comme si j'allais présenter ma carte dans un dîner presque parfait. Avec un titre comme ça tu aurais pu imaginer une fondue savoyarde de dingue avec des champignons en guise de morceaux de pain (hé, avoue ce serait un peu stylé comme truc pas vrai?).

Mais bon comme je n'ai pas du tout la main en ce qui concerne le mélange fromager et que j'ai pas franchement envie de lâcher un testicule que je n'ai pas en fromage chez le fromager, ce ne sera malheureusement pas une fondue. Disoulée!


Néanmoins, ce petit plat assez rapide est vraiment très très savoureux.
Sans vouloir en faire une promotion démesurée, c'est en plus de ça très rapide à préparer et avec une jolie mise en scène ça fait plat élaboré.
Si on veut vraiment se la péter grave, on peut éventuellement faire un confit d'oignons avec, mais perso, moi, j'ai un peu la flemme. Ou même une persillade si on veut pas pouvoir approcher un humain sans le tuer pendant deux jours (j'vous jure que l'autre jour j'ai mangé une pizza persillée, j'avais l'impression de l'avoir encore dans la bouche deux jours après, big story quoi).

Pour les besoins de la présentation j'ai réalisé une petit étoile avec une portion agréable pour un minimoy, je vous propose ici la quantité pour une assiette à taille humaine, libre à vous de faire une jolie présentation ou de faire ça plus "grossièrement", juste pour le plaisir du ventre :-)


Ingrédients 

1 portion de polenta à cuisson rapide
1 petite gousse d'ail
quelques têtes de persil (ou une bonne cuillère à café bombée de persil surgelé)
100 g de champignons (ici pleurotes et trompettes de la mort!)
2 cuillères à soupe d'huile d'olive
Une pincée de sel
une pincée de poivre
Une poignée de mâche
Vinaigrette

1 - Commencez par cuire cotre polenta. Comptez une dose de polenta pour 4 doses d'eau. POur bien me repérer j'utilise d'abord mon verre pour "mesurer" ma dose de polenta (on dirait une camée de la polenta qui parle de ses doses quotidiennes, tout va biiiien) et mesure patiemment 4 doses d'eau.
Mettez l'eau à bouillir et ajoutez la polenta, l'ail et le persil sans oublier de saler et poivrer généreusement, sinon la polenta c'est juste insipide. Remuez jusqu'à ce que la polenta forme une pâte un peu compacte mais pas trop (l'eau continuera à s'évaporer de toute façon!) et étalez sur une assiette protégée par une feuille de papier cuisson en essayant d'avoir une épaisseur régulière et moyenne.
Mettez au frais!

2 - Dans votre poêle, mettez à chauffer votre huile d'olive sur feu vif. J'ai réalisé des "fils" de pleurotes et les ai mis directement à chauffer. Baissez ensuite le feu et déposez un couvercle. Quand la cuisson est presque terminée, ajoutez un peu de persil, sel et poivre et pourquoi pas quelques baies roses si le coeur vous en dit. Réservez.

3 - Dans votre poêle (la même si vous avez la flemme de faire la vaisselle * 1000), remettez de l'huile (une bonne dose) d'olive et à feu vif, faites cuire votre polenta, que vous aurez taillé au couteau ou à l'emporte pièce selon votre envie.
Laissez bien dorer chaque coté, c'est ce qui donnera tout le croustillant à votre polenta!

4 - Servez en déposant sur votre polenta vos petits champignons de la forêt, sans oublier le nuage de verdure et sa vinaigrette!


N'hésitez pas en tout cas à vous amuser avec la polenta, sa capacité à se faire frire la rend très intéressante malgré son manque de goût, qui laisse une grande liberté pour l'assaisonner!

Je retourne à ma tisane du dimanche et à mon unique chanson du moment "le café des délices" chanté par Patrick Bruel. Ouai ouai.

Si vous voyez filer cette étoile, n'hésitez pas à faire un voeux ;) !

Bisous forestiers

Délia ♥ qui file à la vitesse de la lumière

jeudi 14 janvier 2016

Cookies passionnément chocolat avec une pointe de pâte à tartiner ...

On a déjà parlé cookies plusieurs fois sur ce blog.
Je dois honteusement avouer que j'ai toujours cherché à imiter les cookies industriels façon Mcdo pour leur texture cuite et crue à la fois, un truc à la fois tellement écoeurant et si addictif.
Le sujet est très étudiable, et le cookie est presque une science exacte.
Selon le fait que votre beurre soit fondu, qu'il soit ferme, qu'il y ai de la levure ou non, du sucre de canne ou du sucre blanc, que vous mettiez au frigo avant cuisson. Bref, vous l'aurez compris, la science du cookie parfait n'est pas à prendre à la légère.
Après tu peux continuer à faire des cookies médiocres, mais clairement, pour moi, les meilleurs cookies sont ceux avec un peu de rapadura/muscovado dedans et du sucre roux, avec très peu de sucre blanc.
Un peu d'arôme vanille pour réhausser le goût sucré.
Et surtout, surtout, la cuisson assez rapide et réfrigéré avant.


Maintenant tu sais tout, je t'ai vendu mon savoir cookie en trois phrases, j'ai l'impression que c'était pas grand chose quand je regarde ça comme ça, mais j'en ai mangé des biscuits insatisfaisants!

Cette recette est tirée du livre de Linda Lomelino sur son job de food stylist autodidacte (ça fait rêver hum) (que je vais bientôt demander en mariage, préparez-vous à me ramasser à la petite cuillère quand elle aura décliné haha) dont le talent n'est plus à prouver.
C'est bien simple, j'ai un peu modifié sa recette parce qu'il me manquait des ingrédients, mais ce sont bel et bien les meilleurs cookies de ma vie (et de celle de doudou aussi (et même Nova a tenté d'y goûter)).
Le genre de cookies qui ont de la mâche, un goût de folie, une texture à tomber, un peu cru dedans mais avec une minuscule croûte dehors et cet aspect tellement cookie que rien qu'à les voir tu veux tous les manger.


Bien sûr j'aurais pu garder jalousement ma recette mais le bonheur se décuple une fois partagé il paraît, et je ne doute pas du vôtre quand vous verrez des yeux briller devant ces cookies complètement fous.

Pour une quinzaine de grands cookies à tomber à la renverse


100 g de chocolat noir
150 g de farine
2 cuillère à soupe de cacao
1 cuillère à café de levure chimique biologique
1 pincée de sel
100 g de beurre
90 g de sucre
70 g de muscovado
2 cuillère à soupe de pâte à tartiner (de préférence sans huile de palme pour les orang-outang!)
1 oeuf


1 - Mélanger ensemble le beurre tempéré avec le sucre.

2 - Ajouter l'oeuf. Le mélange risque de ne pas bien se mélanger mais tout va bien, c'est normal!

3 - Ajouter le reste des ingrédients (sauf le chocolat). Il est important de ne pas trop pétrir!

4 - Cassez (ou pas) vos carrés de chocolat et incorporez-les à la pâte. J'ai choisi de les laisser entiers et de mettre un ou deux gros carrés par cookie.

5 - REFRIGEREZ. C'est pas une option!


6 - Une heure et demi environ après, faites des boulettes avec votre pâte. Mettez-les tel quel sur votre plaque au four à 160°C, et cuisez 12 à 15 minutes.
AU sortir du four les cookies sont mous. Profitez en pour les écrabouiller avec une spatule et leur donner leur aspect fripé stylé.

7 - Si vous réussissez à en garder, vous pouvez conserver ces cookies dans une jarre ou une boîte en métal facilement jusqu'à 3 jours ! (dans ce cas expliquez-moi comment vous faites, on a tout mangé en une journée)


Régalez-vous bien ;) !!

Délia ♥ qui a mangé tout le socolaaat!

mardi 12 janvier 2016

Ecrasée de pommes de terre à l'huile d'olive et faux gras

Qu'on se le dise, quand je parle de mon végétarisme, la plupart des gens pensent que je mange de la salade, des féculents et des légumes.
Alors effectivement, si on grossit le trait, c'est ce que je mange puisque de plus en plus je tends vers un végétalisme latent, pas forcément par choix mais bien par goût.
Je les comprends ceci dit : s'ils s'imaginent que je mange ces aliments comme tout omnivore le ferait, ça ne donne pas super envie.
J'ai fini par me rendre compte que réellement, il n'existe pas de plat végétarien appétissant dans la gastronomie française, si ce n'est de la ratatouille ou la fondue savoyarde.
Niveau appétissant on peut retirer la ratatouille, vu que ça ressemble vaguement à une bouillie pré vomie, même si c'est tellement délicieux que je regrette que les tomates ne poussent pas l'hiver (depuis le temps elles pourraient s'être adaptées si elles faisaient un effort hein!)

Certains chefs de la gastronomie commencent à s'y mettre, mais ça reste assez marginal. Donc de fait nous restons dans l'ombre avec notre prétendue salade verte, nos falafels et notre tofu.

Cette année j'ai réalisé un repas de noël pour toute ma famille (on dirait qu'il y avait une tablée de 52, on était 6 :p), avec obligation de sans gluten, sans lactose et bien évidemment, végétarien.
La contrainte m'amuse plus qu'elle ne me restreint en cuisine. J'avais surtout peur que ce ne soit pas assez gourmand mais personne n'a eu l'air de se plaindre!
Le repas était assez léger mais gourmand, avec un velouté butternut-carotte-coco en entrée, une écrasée de pomme de terres à l'huile d'olive et des pleurotes à l'ail et au persil, et en dessert, une bûche "normale" (la doudou, que je vous ai présenté sur le blog récemment) et un dessert sans gluten sans lactose à la mangue et noix de coco pour ma petite soeur.

C'est un plat très facile à réaliser, mais quand on a pas trop le sens des quantités, on peut rapidement se retrouver à manger des patates ... pendant trois jours!

Alors pour varier les plaisirs une fois le repas de fête passé et me retrouvant avec un saladier entier d'écrasée de pomme de terre, j'ai vite fait le rapprochement avec mon faux gras apporté par la petite soeur.

Le faux gras a cette propriété de fondre délicatement quand il est soumis à la chaleur, ce qui le rend particulièrement délicieux quand il est au contact de la patate chaude.
Ce plat est vraiment bête, pour le rendre encore plus fou, je vous conseillerais bien d'y ajouter des petites carottes glacées, ce serait tout simplement de la folie furieuse.


Pour une assiette

3 pomme de terre spéciales "purée" et tout
1 pincée de sel
1 pincée de poivre
1 pincée de muscade
3 cuillère à soupe d'huile d'olive
Un petit bloc de faux gras

1 - Faites cuire vos pommes de terre soit dans l'eau, soit à la vapeur. Dans la deuxième des options, n'hésitez pas à les éplucher avant, ce sera dix fois plus simple!

2 - Epluchez vos pommes de terre (ou admirez le fait qu'elles le soient déjà si vous l'avez fait pour l'étape 1-) et déposez les en gros morceaux dans un saladier, avec les épices et l'huile d'olive.

3 - Ecrasez avec une fourchette afin d'obtenir un mélange dans lequel il restera des morceaux!
Si vous trouvez la consistance trop sèche, ajoutez encore de l'huile d'olive!

4 - Démoulez votre faux gras dans une assiette, et à l'aide d'un emporte pièce, détaillez un rond après avoir pris soin de découpe une tranche épaisse de cette petite merveille.

5 - Tassez l'écrasée dans un cercle, puis déposez sur le dessus le disque de faux gras.


Dégustez sans plus attendre, avec un mélange de verdure et une sauce vinaigrette des plus simples ou aromatisée aux zestes d'agrumes ...

Et le plus chouette dans tout ça, c'est que le faux gras ne se mange pas que pour noël, du coup, vous pourrez à loisir vous refaire ce petit plat quand ça vous chantera! ;)

Je vous laisse, je dois finir mes patates (je rigole hein).


Délia ♥

dimanche 10 janvier 2016

Lait chaud chocolaté citronné [vegan]

J'espère que vous n'êtes pas encore noyés sous l'esprit de noël /hiver parce que j'avais prévu de vous publier cet article avant les fêtes mais comme vous aurez constaté que j'ai été très productive pour cette période je n'ai pas pu tout vous publier!

Je pense ne pas me tromper en disant qu'on se les caille de plus en plus ces derniers jours et qu'il va peut-être y avoir un hiver surprise (oui, maintenant que tous les arbres ont bien bourgeonné, c'est plus rigolo, ça va sans dire), avec de la neige, du froid pour légitimer mon bonnet, et de quoi porter des moonboots, et avoir l'impression étrange de la nuit sous la neige, avec tous les bruits presque mangés par le manteau blanc!


Au cas où cette situation se présente, ne paniquez pas, j'ai tour prévu pour que vous puissiez rester au chaud chez vous avec une bonne boisson fumante et réconfortante.
Un peu différente des boissons habituelles, moins sucrée, avec une pointe d'acidité et un goût subtil de citron.
J'ai eu une sorte de souvenir façon madeleine de proust de ma mamie qui me zestait un citron, faisait bouillir de l'eau avec et me le servait en tisane avec un peu de sucre en poudre dans ses tasses marron que je n'ai aucun mal à m'imaginer tenir dans la main après toutes ces années.
Jamais on ne peut retrouver ça avec un sachet de tisane séchée. Le goût du zeste frais est tellement particulier et agréable que vous ne pourrez plus boire quoi que ce soit d'autre au citron si vous y êtes habitués!

La particularité, c'est qu'en plus d'avoir un bon petit goût citronné, cette boisson visuellement très lactée est faite avec du lait de riz, une alternative bien plus digeste et légère que le lait de vache. Parfait pour se faire un petit plaisir plus léger après avoir un tout petit peu abusé pendant les fêtes de trucs lourds et gras!

Afin de profiter d'un vrai instant de détente pour son corps aussi, je vous conseille de choisir des citrons non traités, ou mieux bio, car les citrons sont souvent traités après récolte avec pas mal de fongicides et autres trucs pas forcément super à ingérer, dans le but de mieux les conserver et leur faire parcourir les kilomètres qui les séparent de nous, consommateurs.
Ce serait dommage de se faire plaisir en se faisant du mal ;) !



Pour un verre

Une briquette de 125 ml de lait de riz
le zeste d'un demi citron non traité / bio
Deux carrés de chocolat blanc à pâtisser
Optionnel : Une cuillère à soupe de crème de soja pour épaissir


1 -  Veillez à ce que vos zestes ne contiennent pas la partie blanche qui rendrait votre lait chocolaté soit fort amer.

2 - Mettez votre lait à chauffer, avec vos zestes et le chocolat blanc. Remuez très régulièrement pour bien diluer le chocolat parfois un peu compliqué car le lait de riz n'est pas aussi gras que le lait de vache).

3 - Si vous avez un goût prononcé pour le sucré, n'hésitez pas à ajouter une cuillère à café de sirop d'agave ou de miel, pour en faire une boisson réconfort ET médecine douce (en cas de petit rhume ;)).
Et si vraiment vous êtes malades, au bout du rouleau, ajoutez une bonne cuillère ou la bouteille de rhum et faites-en une sorte de grog délicieux!


Dégustez sans rien autours pour vous distraire des fumets citronnés et de la chaleur de votre tasse (bon, on accepte le chat, il ronronne et il est mignon (et chaud)).

J'espère que cette recette vous aura plu, malgré sa simplicité presque écolière. Parfois j'ai presque honte de proposer des trucs aussi évidents, mais la facilité ne perd jamais de sa saveur!

Belle fin de dimanche.

Délia ♥ qui va surement épouser son canapé pour son confort robuste

jeudi 7 janvier 2016

La vie secrète des écureuils : les photos qui vous dévoileront tout! [scoop!]

C'est assez rare ici que je vous parle de mes coups de coeur.
Et pourtant je suis bien ce genre de personnes à coups de coeur.

Coup de coeur pour un artiste, pour un bouquin, pour une boite de thé chez nature et découverte, voici mon quotidien de droguée du coup de coeur (qui peut vite devenir une obsession comme ce lot de tisanes de chez nature et découvertes).
Je prie pour garder ma propension à l'émerveillement aussi longtemps que possible, c'est vraiment une des choses qui rend joyeuse au quotidien.


J'étais en train de me balader sur flickr innocemment (ouaiii j'ai créé un compte à cause de ma charmante copine du cri de la carotte du coup j'explore les milliards de photos à la recherche de coups de coeurs), et je me fais une recherche sur les écureuils.
Leur petite tête taquines et leurs oreilles pointues me fascinent et je n'ai eu la chance d'en voir que quelques uns en forêt, très haut dans la cime des arbres.
Agiles, rapides ... Et timides!


Et là je tombe sur la page de la vie secrète des écureuils par une certaine Nancy Rose.


Parfois j'admets que je trouve les photos d'animaux déguisés affreuses, parce qu'à mon avis les pauvres bêtes ne doivent pas vraiment y prendre beaucoup de plaisir, bien loin de là.
Mais là je n'ai pu que fondre de cette page.
Nancy Rose donc, fabrique de ses dix doigts de petits décors pour créer des mises en scène.
Elle dépose ensuite ces mises en scène dehors, en vue, et laisse quelques douceurs pour écureuils (des cacahuètes sont visiblement l'appât parfait ;) ) et c'est là que la magie opère ...


On se retrouve avec des photos vraiment incongrues et tellement rigolotes quand on sait que ça a été pris au bon moment, au bon endroit, puisque ces petites têtes ne sont pas du tout apprivoisées et ne passent que pour manger.

Je ne peux que baisser mon chapeau pour la patience dont cette dame a du faire preuve avant que les écureuils n'acceptent qu'elle soit dans les parages sans se carapater, mais aussi pour sa créativité et sa capacité à saisir l'instant.


J'espère que vous aussi vous avez aimé voir des écureuils étendre leur linge ... !

Vous pouvez suivre Nancy Rose sur Facebook ou sur Flickr (meilleure qualité et plus grande variété d'images! :) )

Mille bisous moustachus

Délia ♥


mardi 5 janvier 2016

Flammekueche végétale, au poil

La flammekueche a été, il y a longtemps, une addiction pour moi. Ma maman m'en achetait et je me tapais ça pour le repas, toute seule, bien loin de l'idée apéritive qu'on se fait de la chose.
Et comme toutes mes passions (le violet, par exemple), elle a fini par s'en aller après écœurement.

Alors évidemment, ça laisse des traces un amour sans bornes comme ça.
Et récemment, j'ai repensé à la flammekueche. Sauf que tu vois maintenant que je suis végétarienne, les lardons, bof bof.
Si il y a bien une chose qui est facile à retrouver en végétarien, c'est le coté fumé. Le tofu fumé est parfait pour ça. Même si j'aurais tendance à dire que pour se rapprocher au mieux du vrai, il faudrait le faire imprégner dans de l'eau salée parce que ce coté là n'est pas du tout présent.

M'est venue alors l'idée toute simple et naturelle de refaire cette flammekueche, mais en enlevant aussi la crème épaisse pour la remplacer par quelque chose de plus végétal.


Il faut savoir que la crème végétale est très efficace en plats, si bien que je trouve très agréable de ne plus du tout utiliser de crème animale, sauf pour les chantilly. En salé, si l'on veut retrouver l'acidité de la crème épaisse, il suffit tout simplement d'ajouter une pointe de citron ou de vinaigre blanc, ce qui aura pour effet de rendre la crème acide mais aussi de la faire coaguler et donc épaissir. C'est une astuce intéressante pour rendre une crème de soja plus épaisse pour en faire une "sauce" froide!
Plus génériquement, tout ce qui est acide fait coaguler les protéines, tout comme l'alcool!

J'ai donc joué de ces différents leurres pour créer ma flammekueche vegan et me régaler, comme au bon vieux temps! Alors c'est vrai que le goût n'est pas exactement le même. Mais vraiment, on s'en fout pas vrai?
On retrouve le bon croquant de la pâte fine, l'onctuosité de la crème épaisse, le goût fumé des "lardons", et la saveur douce des oignons à peine cuits.

Fort à parier que si vous posez ça sur une table pour l'apéritif en version mini, il ne vous en restera pas des masses à finir pour le repas suivant hein!

Pour une flammekueche (pour une personnes qui en fait son repas)


La pâte

85 g de farine
1 cl d'huile d'olive
1 pincée de sel
4 cl d'eau tiède.

Mélanger tous les ingrédients en mettant l'eau en dernier pour ajuster la texture de la pâte. Idéalement, elle est malléable, non collante, mais ne se brise pas quand on la travaille!

La flammekueche

Un quart de bloc de tofu fumé de la marque taifun (ou un autre, mais c'est le plus cool)
Une demi briquette de crème de soja épaisse (celle de chez carrefour bio par exemple)
le jus d'1/4 de citron
poivre, sel
1/2 gros oignon

1 - Mettez dans un bol votre crème de soja avec le jus de citron, et remuez.

2 - Détaillez votre oignon en fines lamelles. C'est important d'insister sur le "fine" car la flammekueche ne cuit pas très longtemps et les oignons crus ne sont pas très digestes : à vous de voir si vous êtes plutôt du coté "flatulences" de la force!

3 - Etalez votre pâte finement pour obtenir la taille en un peu plus grand d'une mini pizza ovale vendue dans le commerce (cimer le repère, j'espère qu'un jour dans ta vie tu as mangé ça sinon voilà, ta recette est foutue haha).
Déposez votre crème sur le fond de la pâte en laissant un bord comme vous le feriez pour votre pizza du commerce pour une pizza.
Coupez vos allumettes de tofu fumé, très petit, même plus fin que sur la photo en fait, et disposez les sur le fond de pâte.
Jetez dessus avec force artistique vos oignons finement détaillés et remettez un peu de crème (allongée avec un peu d'eau s'il le faut) pour éviter que ce beau monde ne brûle au four.

4 - Enfournez à four très chaud (220°C) pendant une dizaine de minutes. Surveillez la coloration de l'oignon, mais aussi et surtout la coloration de la pâte en dessous, car il ne faut pas qu'elle soit crue : c'est ici qu'on notera alors l'importance de l'avoir étalée très très finement!


6 - (on a mangé le 5, on avait trop faim) Servez tiède, avec une bonne binouze (non c'est pas classe?) ou un jus de pomme, de toute manière c'est la flammekueche qui nous intéresse ici.

Régalez-vous, c'est tellement facile à faire que tout ce qu'il vous manquera, ce n'est pas du courage, mais bien un des ingrédients de la recette :-D

A la tienne Etienne!

Délia ♥ qui va peut-être bien s'en refaire une, de flammekueche vegan.

dimanche 3 janvier 2016

Le réconfortant : chocolat chaud au praliné [vegan]

Depuis petite je n'ai jamais aimé le chocolat chaud, pour la simple et bonne raison que l'idée de mettre du lait de vache sous sa forme liquide dans ma bouche me file des haut le coeur.
Rien à faire : même voir mon père boire du lait fraise me filait la nausée.

Du coup j'ai longtemps délaissé cette boisson que tout le monde adore pour sa gourmandise et son coté réconfortant.

Et puis récemment je me suis dit ... Mais attend, le lait végétal, ça doit pouvoir faire un super bon chocolat chaud!!
Vous vous direz que j'ai mis un certain temps à comprendre cette information vraiment stupide, mais ça  a révolutionné mes envies de chocolat chaud.

Je trouve ça encore trop sucré et un peu écoeurant, je pense que j'ai du mal surtout avec le sucré en liquide, mais c'est vraiment délicieux en petite dose, et ceux qui aiment ça n'en seront pas déçus et n'auront rien à envier au lait qui sort des pis d'une vache!


Si je ne suis pas encore végétalienne, je commence beaucoup à réfléchir au lait de vache, que je ne trouve pas tellement essentiel à notre santé, et qui m'apparaît de plus en plus comme un produit à la limite du nocif, car nous n'avons finalement besoin que du lait de notre maman, tout comme les veaux qui arrêtent de têter une fois leur croissance terminée ! L'idée de têter un autre animal (puisque si l'on grossit, c'est ce qu'on fait non?) m'apparaît comme farfelue, et je n'ai plus envie de participer outre mesure à l'industrie laitière, dont je ne vous ferai pas un tableau mais qui n'est pas des plus reluisantes, comme tout ce qui porte le nom "industrie".
Si le sujet vous intéresse, outre le coté affectif et les mamans séparées de leurs veaux, ma maman avait lu un édifiant ouvrage intitulé "le lait, cette vacherie", qui illustre bien la réalité du lait, consommé après l'âge de la croissance et en quantités excessives, comme nous le conseille joyeusement le Plan National de Nutrition Santé (ou intitulé aussi, Plan National pour le Rendement Maximum des Lobbys Français).


La recette ici conseillée est pour un grand verre ou un mug normal, mais vous pouvez à loisir la multiplier pour en faire pour tout le monde!

125 ml de lait végétal de riz (ou d'amandes, pour son bon goût), correspondant à une briquette
1 cuillère à soupe de cacao poudre
30 g de chocolat noir
1 cuillère bombée à café de praliné noisette/amande
1 cuillère à café de sirop d'agave
Quelques gouttes d'extrait de vanille liquide

1 - Faites fondre votre chocolat avec le lait végétal, puis ajoutez ensuite le cacao poudre.

2 - Remuez bien, laissez bouillir pour laisser une partie du lait évaporer et le mélange prendre un peu de consistance, puis retirez du feu et ajoutez votre sirop d'agave.

3 - Servez chaud, avec des petits chocolats ou des cookies, ou encore un bon cake, et un grand verre d'eau fraîche, pour se rincer le gosier entre deux douceurs.


Pour les plus gourmands, vous pouvez monter une chantilly de coco et l'ajouter au mélange, en saupoudrant de cacao en poudre et de billes croustillantes de chocolat par exemple!

En espérant que cette recette express vous plaise, d'autres mélanges arrivent sur le blog.

Je vous souhaite par ailleurs une très douce année 2016, placée sous le signe de la gourmandise (toujours!), avec beaucoup d'amour, de jolies surprises, des projets et plein d'espoir!

Mille bisous chocolatés

Délia ♥