dimanche 28 février 2016

Bloguer régulièrement quand ton blog c'est pas ton métier, t'as vu


Parce que c'est maintenant assez répandu de rencontrer des bloggeuses freelance, indépendantes, dont le travail se confond plus ou moins avec leur blog (si ce n'est que leur blog soit leur métier pour certaines), on voit alors naître des superbes projets vraiment magnifiques. Des blogs ultra aboutis visuellement, avec des articles très fouillés, des compétences en gestion du web, des réseaux sociaux (on en parle de mon incapacité totale à faire ma promotion?).

Parfois quand tu vois ça tu grimaces légèrement et tu as des envies de tout lâcher et de dire zut à ton blog mille fois moins joli et dont le contenu est franchement et objectivement moins attrayant, sans vouloit faire la nana fataliste/qui a besoin qu'on la remonte.

MAIS ...

Comme Rome ne s'est pas construite en un jour (ça aurait été super rapide faut le dire quand même vu la tronche du truc!), j'ai gardé le train dans les rails et j'avance au gré des saisons, des inspirations et des envies.

Je suis madame tout le monde.
J'ai un travail, pâtissière. Je me lève le matin (tôt en plus, tu dors encore!), je travaille 5 jours sur 7, comme plein de gens.
Donc oui parfois je tiens une flemme tellement légendaire qu'on penserait que mon canapé est doté de glue tellement j'y suis collée dans l'incapacité de m'en détacher.

Niveau organisation voilà comment je m'en sors



Evidemment on est des humains. Certains jours si j'ai mal au crâne ou que je suis épuisée, je m'offre le luxe d'une sieste plutôt que de passer trois heures en cuisine et deux devant mon ordinateur (sans compter les photos). Mais sur une semaine je m'atèle toujours à faire du contenu pour au moins trois articles. C'est important si on veut rester dans le mouvement de ne pas s'arrêter, parce que c'est comme décider d'arrêter de pédaler dans une montée ; c'est tellement plus difficile de redémarrer ensuite qu'on se dit qu'on a été bien bête de ne pas persévérer (même si on avait les muscles prêts à péter).
Ecrire, photographier, et pour ma part inventer des recettes est devenu une sorte de mécanisme bien huilé ; j'y prends plaisir, ça m'auto inspire, et du coup, c'est devenu un cercle vertueux que je ne souhaite plus briser!



Justement pour contrer les jours de maladie/flemme/manque de temps (parce que ça arrive, j'vous parle de ma période de noël au travail ou ça ira? haha), il faut toujours avoir des articles "prêts". Quand je dis ça dans mon cas je parle de photos déjà prises, il ne me reste alors que le travail de "retouches" (luminosité, contraste et ajout d'une signature, pas grand chose mais il faut bien y passer!) et de rédaction.
Ca me permet de mieux moduler mes semaines selon mes disponibilités.
Du coup, pendant mes deux jours de repos, j'ai généralement une journée "blog" où je prends toutes mes photos et cuisine 2 à 3 recettes (parfois 4 sur deux jours quand je tiens la pêche) et shoote tout d'un coup.
Un autre critère à prendre en compte si comme moi vous n'avez pas de lightbox, c'est de prévoir la météo, parce que la grisaille est une plaie sans nom, quand on a trois plats de prêts mais pas un seul rayon de soleil aux alentours!



On oublie facebook, instagram, gmail.
C'est l'autarcie pendant la rédaction des articles. Une bonne playlist calme ou bien pêchue mais sans trop de chansons à chanter, les doigts prêts à clavioter, gimp d'ouvert, et on se lance!
Pas question de faire la cuisine en même temps, de boire un verre de rosé (déjà essayé, l'apéro c'est -1500% sur la productivité rédactionnelle, true story bro) ou de laisser Nova nous distraire avec son gros bidon flasque et rose (même si c'est ultra mignon et attractif, faut le dire).
On rédige, la tête dedans.
Un article me prend un temps assez variable selon ma fatigue ou mon inspiration (certains articles partent dans la poubelle des idées pas asses inspirantes parfois même), mais entre la case cuisine (entre 15 minutes et 3 heures...), les photographies (une demi heure environ par recette, sans parler de la préparation à tout ordonner), et la rédaction (variable selon l'inspiration de 15 minutes à 2 heures), ça devient vite envahissant si en plus on se permet de ne pas être vraiment dedans ;)



Même si initialement je n'étais pas pour me fixer des jours de publication, j'ai fini par le faire parce que c'était pour moi la façon la plus simple de suivre le fil et de ne jamais oublier de faire un article.
Je l'avoue, j'essaye de prévoir des sorties sur d'autres journées que celles de rédaction.
Si il arrive que je ne sois pas là pour écrire, je le fais avant, la veille au soir, et je plannifie l'article pour qu'il se publie tout seul, à l'heure où je l'aurais fait si j'avais été là!



Si comme moi tu as un travail à coté, il faut rester indulgente envers toi même sur ton degré de capacité à rédiger, à te motiver, et à produire donc, un contenu (parce que c'est un peu comme rédiger pour un journal quoi).
Je ne me culpabilise pas quand je loupe un jour de publication, parce qu'en soi, c'est pas un drame, que mes lectrices ne le remarqueront certainement jamais, en plus, parce qu'elles aussi elles ont une vie, et puis parce que zut.
Faut rester impérativement dans le plaisir et dans la passion, autrement ça devient une contrainte, un second travail, mais sans être payé, en plus. C'est pas du tout le but (enfin dans mon cas ne tout cas!).
Même si ça représente un investissement personnel important, ça reste un plaisir.



Si je m'arrange pour dégager 3 demi journées de rédaction/mise en forme d'articles par semaine, s'il faut que j'en mette moins à disposition ce sera fait.
La vie passe avant, tout comme ma disponibilité dans mon vrai travail (tu sais, celui qui me rapport pas beaucoup des euros!).
Evidemment, si comme moi ton blog parle de ta passion, tu ne vivras pas la contrainte pareil.
Demande à des tas de gens de cuisiner 4 trucs sur leurs jours de repos ils t'enverront chier. SI techniquement je pouvais en faire plus je crois que je ne dormirais plus la nuit.

*************

Evidemment, j'aimerais mille fois mieux rester chez moi et ne faire que cuisiner et photographier, mais il va me falloir encore travailler si je voulais y parvenir un jour.
En attendant, avoir un blog ça incite à s'éveiller, travailler dur, produire des belles choses, en bref, progresser.
Du coup même si ce n'est qu'une activité parmi un paquet d'autres pour moi, c'est un beau projet personnel!

Je ne vous cache pas que je fais la belle là, mais je vous préviens, je m'enfuis 3 jours à Amsterdam, y'a moyen que le prochain article soit dans une semaine, mais comme vous avez soit des vacances, soit des enfants, soit votre vie, vous verrez, vous ne le sentirez pas passer vous non plus, et on se retrouvera autours d'un article à 3000 mots, comme toutes les autres fois ;) !!

Je vous embrasse, je me prépare psychologiquement à kiffer ma semaine au pays des tulipes.

Merci en tout cas pour votre présence, le blog pédale doucement mais surement. Vous êtes maintenant entre 300 et 500 par jour à pointer le bout de votre nez. Ridicule pour certaines mais pour moi c'est plein de sens et j'espère apporter à certaines quelques informations, recettes à glisser dans des cahiers gribouillés main et tachés de chocolat , ou un peu de distraction.
Vous me tirez vers le haut!

Délia ♥ Reconnaissante et fière de réussir à continuer l'aventure

jeudi 25 février 2016

Le Baba des îles, fourré au curd de citron vert, chantilly de coco-vanille et dés de mangue [crème solaire incluse]

Vous devez vous dire qu'en ce moment on part pas mal destination les îles sur le blog ces derniers temps, la faute peut-être au gris du ciel. Mais vous conviendrez que c'est certainement un endroit qui correspond toujours à une vision du réconfort?


Du coup, cette fois-ci, on embarque vers l'ailleurs, avec un baba qui fleure bon les tropiques.
Tous les fruits viennent de loin, ils ont tous vu le soleil dont toi tu manques cruellement.
Un gros baba tout rond, fait dans un moule à savarin, imbibé d'un sirop au rhum brun et aux agrumes. Comme il aime être accompagné, il est fourré d'un curd tout pétillant qui picote la langue, mais c'est la surprise, on ne voit rien quand il est tout rond et dodu!
Et pour adoucir l'amertume du rhum et l'acidité du citron, on accompagne généreusement de crème coco-vanille qui fond sous la langue et éclate complètement sous le palais. Symphonie d'exotisme et gourmandise absolue!


Contrairement à ses apparences un peu foodporn qui dégouline, c'est assez léger (j'ai réussi à en faire manger après une raclette, y'a qu'à voir!) et pas du tout écoeurant. D'autant que rien ne vous interdit de charger plus en fruit qu'en crème pour un look un peu plus healthy ;) !

Pour un gros baba pour au moins 6 gourmands :

La pâte à baba 

300 g de farine de type 45 (important pour donner la bonne consistance à la pâte!)
45 g de lait de riz (ou autre lait végétal ou non!)
10 g de levure fraîche
2 oeufs
25 g de cassonade
115 g de beurre demi sel pommade

1 - Mettez dans la cuve du batteur la farine, la levure et le lait. Pétrissez puis ajoutez en cours de route les oeufs, la cassonade et enfin le beurre pommade.
Pétrissez jusqu'à ce que la pâte soit bien élastique et se décolle des parois de la cuve.
Couvrez et laissez pousser à température ambiante, ou bien à 30°C dans votre four, avec un petit bol d'eau pour humidifier!

2 - Rompez la pâte, puis mettez au frais une demi heure afin de pouvoir façonner sans encombre.
Au bout de ce temps, mouler, soit dans une gouttière droite, soit un moule à savarin.
Laissez pousser de nouveau dans un endroit chaud, afin de faire doubler la pâte de volume.

3 - Cuisez à 160°C au four, avec une plaque sur le dessus du moule (avec du leste, ça pousse dur la pâte à baba!) pour qu'il soit bien plat! Au bout de 20 minutes, démouler et remettre au four 15 minutes de plus pour colorer et cuire à coeur.


Curd de citron vert et jaune
(l'un pour son arôme puissant et l'autre pour son acidité!)

75g de beurre
le jus de 3 citron verts et un jaune bergamote si vous trouvez (conservez précieusement les zestes pour le sirop!)
120 g de sucre
3 oeufs
1 cuillère à soupe de maïzena

1 - Mettre à fondre le beurre avec le jus des citrons. Battre ensemble les oeufs et le sucre, puis la maïzena.

2 - A ébullition, mettre 1/3 du jus dans les oeufs, battre vigoureusement et remettre dans le jus qui continue de chauffer.
Prolonger la cuisson sur feu doux jusqu'à ce que le curd épaississe. Retirer du feu et réserver.


Le sirop d'imbibage

80 g de rhum ambré
800 g d'eau
200 g de cassonade
les zestes des citrons du curd
2 gousses de vanille déjà usagées (sans les graines quoi! ou avec si vous avez pas sans hein)

1 - Faire bouillir le sucre avec l'eau.

2 - Ajouter le rhum et les zestes de citron en fin de cuisson. Laissez refroidir légèrement.


Crème chantilly coco

1/2 briquette de crème de coco kiara BIEN GRASSE QUOI
33 cl de crème à bon foisonnement 
2 cuillère à soupe de cassonade
1/2 gousse bien charnue de vanille

1 - Préparer à l'avance la briquette de crème et la conserver soit un court temps au congélateur, soit au réfrigérateur afin de séparer la partie solide de la partie liquide.
Ne garder que la partie solide, la moitié de la briquette, et mettez à foisonner avec la crème fleurette.
Ajoutez le sucre et laissez tourner jusqu'à obtenir une belle consistance aérée mais qui se tienne pour réaliser un beau pochage.


Montage

1 - Imbibez le baba dans son jus. Si vous pouvez trouver un grand plat ou un récipient de la taille de votre baba dans lequel il serait possible de faire baigner, c'est le must. Autrement, versez, récupérez le sirop, et recommencez jusqu'à presque épuisement du sirop. Si vous préférez vous pouvez en faire plus que prévu pour vous faciliter la tâche, mais sur le principe, j'aime pas trop gâcher alors je me complique la vie quoi.

2 - Une fois imbibé, transférez le baba dans le plat où vous comptez le présenter.
Coupez une gouttière profonde dans tout votre baba sur le dessus.
Pochez votre curd à l'intérieur.

3 - Avec une poche à douille munie d'une douille saint honoré, réalisez des flammes sur toute votre gouttière pas jolie à lemon curd. Pour finir, versez le reste de la crème au milieu, joliment poché ou juste jeté à la cuillère, et garnissez de dés de mangue bien acidulée.


Pour le coté romantique, j'ai ajouté quelques fleurs en décoration, mais je prends toujours soin de les déposer sur des éléments non comestibles comme mes rondelles de citron, parce que je ne sais jamais quelles fleurs sont comestibles ou pas, je ne souhaite tuer personne.

J'espère que vous aimez ces saveurs, sinon vous risquez d'avoir un trop plein de coco et de citron vert là.


Je vous embrasse, j'ai un hiver à terminer, avec dignité.

Délia ♥ qui pense déjà à son prochain gâteau, saveur lassitude de grisaille.

mardi 23 février 2016

Zootopia : l'ode au vivre ensemble déguisée en lapin.

Zootopia n'est autre que le dernier film d'animation de Disney, et donc, n'était autre que le dernier film que je me devais de voir en tant que férue de films d'animation (pas besoin de préciser férue de Disney, nous sommes BEAUCOUP dans ce cas).
Je n'ai rien regretté.
Je pourrais même dire que ce film entrerait haut la main dans la dvdthèque de mes enfants imaginaires.
Il prône des valeurs qui me sont chères, des valeurs essentielles. Sans parler du fait que les héros sont des animaux!


Le film commence d'une manière atroce : des animaux enfants. Atroce de mignon. Doudou s'en est même tapé un fou rire, le seul de la salle, tout va bien les gars, c'est juste mon copain qui supporte pas la vue d'un lapereau version disney! #lahonteunpeu
Judy Hopps, petite lapine et ses copains d'école sont en train de faire une pièce de théâtre, expliquant comment les animaux sont passés de sauvage à évolués : ils ont arrêté de se dévorer  sauvagement entre prédateurs et proie (par contre rien ne nous dit ce que mangent les animaux "prédateurs" en remplacement!)
Premier message? J'y ai clairement vu un parallèle à appliquer à l'homme et sa soif de sang. C'est personnel à mon combat et mes valeurs de végétarienne, mais pourquoi pas? Nous serions donc encore à l'époque de la préhistoire humaine, à dévorer ceux avec qui nous pourrions vivre en harmonie?
Bien évidemment, Judy rêve depuis qu'elle a croqué sa première carotte de devenir policière. Mais aucun lapin n'est jamais devenu policier : tout le monde, ses parents compris, l'incitent à suivre "ce pour quoi elle est faite" ; cultiver des carottes! Ben tiens.
Malgré tout, Judy persévère et finit par réussir à intégrer, finissant première de sa promotion à force d'acharnement, la police de zootopia, la ville où la cohabitation entre proies et prédateurs à initialement commencée.
Douche froide en prenant son poste car malgré sa ténacité et sa capacité à gagner son insigne, on lui attribue la distribution de Pvs alors que de mystérieuses disparitions de proies inquiètent la ville et mériteraient un cerveau de plus ...


La suite, c'est le film, je ne vous en dirai pas de détails, parce que ce serait vous gâcher son déroulement. Et pour une fois je n'ai pas trouvé ça aussi évident que ça aurait pu. Peut-être parce que quand je regarde un film, je ne cherche pas à deviner la suite et que j'aime me laisser surprendre par son déroulement.

C'est tourné comme une enquête policière, sur fond de critique de la société, de la stigmatisation. On peut, si l'on ouvre grand ses oreilles, entendre une acerbe critique de l'abus de pouvoir, un pamphlet à l'égard du racisme, et de toutes les formes de discrimination. On entend le murmure d'une leçon de courage, de détermination : quand on veut, on peut.
Et le timide murmure d'un regain d'espoir : l'utopie n'est qu'à un pas, mais on peut aussi la détruire par de la simple manipulation, en un pas également.
Critique aussi donc de la politique, de tout le lavage de cerveau qu'on peut subir en tant que citoyen de par les médias, dans l'ignorance, dans le but de nous monter les uns contre les autres. De créer de la peur, pour mieux régner, pour mieux diviser, pour mieux mettre son derrière au chaud sur un tas de billets.
Morale? Ne pas croire ce qu'on nous dit et nous montre, mais bien utiliser notre sens critique et le bon sens pour ne pas tomber dans la peur de l'autre et le mépris banalisé.


Et bien évidemment un héro qui a deux oreilles et un grand coeur,.

Comme tout Disney j'ai pleuré, c'est donc un vrai bon disney. Qui touche le coeur. Pendant un instant dans le film j'ai même été réellement triste, parce que le parallèle avec la réalité m'a paru accablant et déprimant, parce que malheureusement, je savais qu'à la fin du film, il n'y aurait pas de solution pour nous. Parce qu'on ne vit pas dans Zootopia.
On ressort quand même heureux, le coeur léger et plein de bons sentiments, et la tête pleine de réflexions, après la performance de Gazelle, doublée par shakira.


Méga coup de coeur pour ce petit bijou. Visuellement magnifique, drôle, intelligent, tout public et qui prône la tolérance sous toutes ses formes.
Une belle fable des temps modernes, de laquelle on devrait tous tirer la leçon pas encore apprise du vivre ensemble.

Ca vous dit qu'on envoie des places gratuites à Marine?


Bisous sur les joues

Délia ♥ Qui se demande quel animal elle aurait voulu être

dimanche 21 février 2016

Le velouté orange du dimanche, sous les sunlights des tropiques [butternut, coco, orange]

La soupe et le dimanche vont super bien ensemble. Le soir on est un peu déprimés par l'idée de recommencer à travailler le lendemain, fatigués rien qu'à l'idée d'une semaine entière à se coltiner. Du coup ça prend tout son sens de se lover dans un bol de soupe bien chaude aux saveurs réconfortantes.

J'ai développé un amour sans nom pour les veloutés, et surtout ceux aux couleurs chaudes. C'est pas que j'aime pas le vert, mais je ne sais pas, je trouve que ça remet tout de suite la pêche de boire un velouté orange.
Le petit goût sucré de celui-ci ne manquera pas de renforcer sa capacité à vous faire oublier que demain c'est lundi.


Quand tu le bois, c'est un peu le voyage sous les cocotier avec de l'orange, de la noix de coco. Un voyage immobile, le dimanche soir, sous un plaid.
Tu fermes les yeux tu entendrais presque les vagues, tu sentirais presque le soleil, et tu toucherais presque du doigt le sable chaud d'une plage déserte à l'eau turquoise.

Bon, déception quand le bol se termine, tu es toujours chez toi, sous un plaid, avec un bol vide et un peu de vaisselle à faire, mais ça vaut bien le coup non? ;)


Pour deux personnes

1/2 courge butternut
2 carottes 
1/2 brique de crème de coco
Le jus d'une demi orange et son zeste finement râpé 
Coriandre, cumin, curcuma
Sel poivre


1 - Epluchez la courge butternut et coupez-la en morceaux assez gros.
Lavez bien vos carottes ; par souci d'économie et de volonté de faire le moins de déchets possible, je laisse la peau de mes carottes! :) Coupez en fine rondelles pour faciliter la cuisson.
Mettez les à cuire avec de l'eau jusqu'à niveau des légumes.

2 - Lorsque les légumes attendrissent (si vos carottes sont très dures, n'hésitez pas à les mettre un peu avant la courge!), sortir du feu, et mixer avec le lait de coco. Si la texture n'est pas assez fluide, ajoutez un peu d'eau!
Enfin, zestez votre orange, pressez la dans votre velouté, et ajoutez les épices selon votre goût. Ici c'était environ 1/2 cuillère à café de cumin et coriandre et 1 cuillère à café de curcuma!

3 - Ajoutez quelques copeaux de noix de coco et dégustez!


Maintenant que vous avez un téléporteur pour sous les cocotiers, il ne vous reste, je crois, plus qu'à passer en cuisine!

Bisous les copinous et bon dimanche!

Délia ♥ qui a trouvé un coquillage sous son plaid

jeudi 18 février 2016

La tarte de cannibale à la bolognaise toute végétale [je t'ai bien eu, turlututu]

Si vraiment il y a UN plat que je filerais sans soucis à gober à mes invités (dit comme ça avoue que toi aussi t'as super hâte d'être considéré comme un invité hein?), ce sont les plats à base de "viande hachée" revus à la mode de chez nous, les mangeurs de gazon.

Si certains similis me laissent pantoise, le tofu rosso est vraiment un allié de taille pour simuler la viande hachée assaisonnée à la tomate. Une base de pas mal de plats donc, que la majeure partie des gens aiment (mais ils n'ont peu-être jamais entendu parler des scandales sur la viande hachée dans laquelle on fourre tout ce qui ne passe pas ailleurs, mangez plutôt des entrecôtes quoi (ou pas de viande, aussi)).
On fait donc l'équation de mathématiques :

Plat aimé par la plupart des omnivores + Plat fidèle dans sa version végétale
=
Repas apprécié - prise de tête sur les questions de "tu bouffes des graines"
=
Repas in the pocket et réduction drastique des préjugés sur la nourriture des végétariens et petite victoire personnelle


Cette tarte est vraiment un pur délice, pour ceux qui ont déjà goûté le tofu rosso c'est juste le truc le plus pratique du MONDE (mis à part le gars qui a inventé les lits, ça devait pas être super commode le sol). C'est déjà tout assaisonné, et c'est juste tout pile, tout poile, délicieux.
Ca s'accommode particulièrement bien en farce, dans des légumes d'été.

Cette tarte est rapide à préparer, mais il vous faudra néanmoins bien précuire et la pâte et l'appareil, histoire de ne pas vous retrouver avec quelque chose de détrempé et tout mou.
Pour des raisons de praticité, j'ai utilisé un rouleau de pâte feuilletée vegan trouvée dans mon magasin bio, mais rien ne vous empêche, au contraire, d'utiliser votre propre pâte, soit feuilletée, soit brisée. A vous de choisir selon le temps dont vous disposez et de vos compétences en patience de cuisine!


Pour une tarte :

100 g de champignons de paris (pour plus de flemme j'ai utilisé les mini champignons de chez picard, certainement cryogénisés depuis trois ans)
100 g de purée de tomate
1 bloc de tofu rosso de la marque taifun
1 bel oignon (bon, s'il est moche aussi, mais il faut qu'il soit grand)
1 belle carotte (pareil que pour l'oignon)
2 cuillères à soupe d'huile d'olive (avec du soleil dedans, et de première pression à froid)
1 rouleau de pâte feuilletée ou brisée selon vos goûts


1 - Mettez dans votre poêle votre belle carotte et votre bel oignon : le premier détaillé en minuscules cubes (ou en rondelles si vous aimez quand ça croque encore, comme moi) et l'oignon en fines lamelles. Faites les chanter dans une huile bien chaude et prélassez-vous de leur odeur réconfortante.

2 - Emiettez votre tofu et lorsque l'oignon aura cuit et sera presque translucide, ajoutez le dans la poêle ; continuez le concert.
Enfin, ajoutez les champignons : laissez-leur le temps de dégorger et de se mettre en scène puis terminez votre tableau avec la sauce tomate.
A petits bouillons, laissez réduire doucement, sous un couvercle.

3 - Pendant ce temps, foncez votre moule à tarte et cuisez à 200°C avec des poids jusqu'à ce que la pâte commence à colorer.

4 - Lorsque votre mélange dans la poêle ne contient presque plus de jus, ajoutez sel et poivre, versez alors dans votre fond déjà précuit et prolonger la cuisson jusqu'à coloration des bords de la pâte (et pas noircissement comme moi hein).

5- C'est prêt!



N'hésitez pas à déguster avec un beau brin de salade et quelques graines parsemées, juste pour montrer qui c'est qui commande à la maison ! :-D
C'est pas la tarte la plus glamour du monde, mais elle est bien bonne.

Bon appétit en tout cas!


Bisous, je retourne attendre le retour des tomates autrement qu'en purées (non parce qu'on est d'accord, les trucs orange et durs comme des pommes, qui viennent du bout du monde qu'ils vendent en ce moment, c'est pas des tomates hein?)

Délia ♥




mardi 16 février 2016

Herboriste en Herbe : apprendre à se soigner avec les plantes !

Avant qu'on invente le doliprane, il faut bien se rendre à l'évidence, on se soignait autrement.

Depuis des millénaires, tous les humains de la planète ont compris que si on avait été créés avec autant de nature autours de nous, on devait bien pouvoir trouver une solution à nos maux dans un buisson, ou bien dans de la bave de crapaud.

Alors si les égyptiens, les grecs, et bien d'autres peuples guérissaient tous les bobos avec des plantes et des minéraux, on a un peu perdu cette tendance. Maintenant, au lieu d'avoir une plante qui a 50 usages différents, on a 50 médicaments qui ont un seul usage. Super malin.
D'autant que la plupart du temps, une plante n'a pas les effets secondaires négatifs quand elle est bien utilisée (bien faire attention aux contre indications), tandis qu'un médicament aura toujours une liste d'effets secondaires longue comme un jour sans pain, qui frappent ... Au hasard!. De quoi se poser la question de savoir pourquoi on essaye encore de se soigner avec un truc qui nous fera mal ailleurs.

Nous sommes de grandes et belles machines. C'est fascinant de comprendre comment on fonctionne, j'étais une grande passionnée de "la vie" le dessin animé qui te parlait avec des vaisseaux spatiaux et des bonhommes barbus.
C'était presque de la fiction, mais pourtant, nous possédons ce fichu système immunitaire. Certains plus rôdé que d'autres. 
Mais quand bien même, la médecine par les plantes peut t'aider au quotidien à renforcer ton système à toi, à combattre les microbes qui passent et peuvent te pourrir la vie, ou tout simplement, se heurter à la barrière immunitaire et se taire.


Alors bon ça a l'air simple dit comme ça de se soigner avec les plantes, mais les plantes sont aussi à prendre avec précaution, car elles sont puissantes.
En plus de ça les plantes sont issues de la même mère nature, elles sont donc plus forte ensemble, en synergie. De quoi en perdre son latin.


Pour m'orienter un peu dans mes choix j'ai lu l'ouvrage les secrets des plantes qui soignent aux éditions Marabout.
J'ai d'abord été très attirée par les illustrations à l'aquarelle.
Et finalement, j'ai trouvé ce livre vraiment bien fait. On n'est pas forcé de le lire en entier, on peut simplement aller se renseigner sur une plante en particulier, ou sur un effet recherché.
Il est surtout important de bien saisir que pour bien fonctionner, le traitement se situera plus dans le préventif avec des plantes dites adaptogènes (qui servent de terrain facilitant) qu'avec du purement curatif. Avec les plantes, on suit l'adage "mieux vaut prévenir que guérir"! Une philosophie qui repose sur des cures de tisanes notamment. Je suis assez partisane de ce mode opératoire, mais le livre propose également les bases de la gemmothérapie et explique un bon paquet de synergies d'huiles essentielles.
Il traite principalement de quatre sujets : le poids, les antioxydants, les maux de l'hiver et le stress.
Mais sans être accro à Dukan, on peut tout simplement avoir envie de purifier son organisme et se référer aux plantes qui aident à éliminer toxines et excès!
Pour ce qui est des rhumes, il y a de quoi apprendre à atténuer tous les symptomes chiants des rhumes d'hiver contre lesquels on ne peut généralement pas faire grand chose avec les médicaments, même si on nous en prescrit toujours.



On retrouve des plantes star, qui sont un peu bonnes à tout faire, les premières de la classe!
En tisane, l'argousier, le cassis, le romarin, et le thé vert, sont ce genre de plantes qu'il vaut mieux avoir dans ses tiroirs. 
Pour les huiles essentielles, on retrouve principalement la lavande fine, bonne à tout faire avec son copain le tea tree.

Pour se procurer toutes ces merveilles, on peut aller au magasin bio, tout simplement, mais parfois difficile de s'y retrouver dans le rayon d'herbes sèches. On a vite fait de repartir avec le parfait kit du mec qui a la gastro quand on espérait se faire une cure de boost hivernal.


Il vaut mieux se tourner vers des spécialistes, on ne devient pas botaniste en deux jours!
J'ai été contactée récemment par l'herboristerie Moderne, pile au moment où je venais d'acheter ce livre. On trouve énormément de plantes sur leur site, mais aussi des tisanes et thés, et des compléments alimentaires, qui font aussi partie des cures qu'on peut faire pour renforcer son système et l'aider dans un sens précis. Ou juste se faire plaisir, au choix.
Pour ma part, j'ai choisi de faire une cure de plantes pour aider mon corps à passer l'hiver et récupérer un peu de la fatigue accumulée en fin d'année au travail.
J'ai choisi sur conseil de l'herboriste, le mélange tonus et vitalité, qui regroupe une synergie de plantes qui permettent de mettre un coup de fouet au corps, de façon globale.
On retrouve du Maté, de la citronnelle, du citron, du cynorhodon et du gingembre, qui à mes yeux sont les seules plantes que l'on repère au goût. La sarriette, le romarin sont très discrets.
Ce cocktail de 9 plantes utilise subtilement les combinaisons pour renforcer les défenses immunitaires, les stimuler, favoriser le tonus physique... Mais pas que! On consomme également des vitamines, et le Kola, stimulant intellectuel, viendra aussi donner l'ordre à ton cerveau de bien se réveiller.
Comme expliqué dans la fiche descriptive, outre ses propriétés, cette tisane qui a un petit coté médicinal a un goût agréable, puisqu'il a été travaillé grâce à certaines plantes comme le citronnelle, histoire de ne pas souffrir ses tasses d'infusion ;)!
L'intérêt des mélanges déjà prêts est évident : pas besoin d'acheter 5 plantes différentes, et le dosage est déjà réalisé, au mieux, afin de favoriser les complémentarités et sans risque de surconsommer certaines plantes.

Sur tout le site de l'herboristerie Moderne, on vous proposera des descriptifs sur les plantes, leurs actions et leur utilisation, ce qui vous aidera grandement dans votre utilisation si comme moi vous êtes loin d'être de grandes professionnelles!
Si vous ne cherchez qu'une action en particulier un encart vous permet de choisir l'immunité, le sommeil, la concentration ou ce qu'il vous faudra et vous dirigera vers les produits appropriés.
Dans la barre latérale droite vous trouverez les enrichissants conseils de l'herboriste, qui sont en fait des conseils plus généraux qu'une simple prise de compléments et vous permettront d'oeuvrer à une meilleure connaissance de votre corps et de ses (dis)fonctionnements ... Et donc des "traitements" adaptés!

J'ai également stocké du bouillon blanc, du thym et de l'eucalyptus, juste au cas où je me trouve le nez bouché et toute enrhumée! Ces plantes sont des championnes pour décongestionner et fluidifier, apaiser les voies respiratoires ... Elles parfument mon placard en attendant (ou pas) d'être utilisées en grand renfort.

On peut soigner tous les maux du quotidien grâce aux plantes, aussi bien en ingestion qu'en externe, car je rappelle qu'on peut très bien réaliser des massages aux huiles essentielles sur des parties du corps (plexus solaire notamment, arnica sur les zones courbaturées ...). Il n'est pas toujours nécessaire de courir vers des médicaments, même s'il faut savoir donner la main à la médecine évidemment,  si le rhume dure trop longtemps ou si les symptômes sont inquiétants. On en revient toujours à la même question, à savoir qu'il est important d'apprendre à se connaître!

L'herboristerie en ligne dispose également d'un éventail d'huiles essentielles et végétales, et d'hydrolats. Je vous conseille d'y faire un tour, vous trouverez tout ce que vous pouvez bien vouloir en tant que petit herboriste junior ou adepte de beauté au naturel.

Bien évidemment, on n'oublie pas, outre les plantes en tisane, de continuer à consommer largement des produits frais et de saison, pour prendre tout un tas de vitamines par ce biais là aussi.
Si avec tout ça on tombe malade alors, c'est la faute à pas de chance ;) !


Vous aussi vous pensez qu'on peut utiliser largement les plantes comme alliées?

Bisous, j'retourne utiliser mon Tonus et Vitalité!

Délia ♥ alias mamie tisane




dimanche 14 février 2016

Les fleurs et leur signification : GUIDE ULTIME pour pas se prendre son bouquet dans le museau ♥

Les fleurs sont un super cadeau passe partout je vous l'accorde. MAIS, c'est aussi un joli cadeau à offrir à sa bien aimée le jour de la saint valentin. C'est beau comme l'amour, c'est de l'instant T, c'est de l'éphémère.


Aujourd'hui je m'adresse aussi et surtout aux hommes qui risquent de se voir interprétés, mais aussi à vous, femmes peut-être trompées. Histoire que vous ne lui sautiez pas au cou pour un bouquet qui dit "Tu es cocue, voilà (mais avec des fleurs quand même)".

Je vous donne donc la signification des fleurs les plus courantes, histoire que vous puissiez vous en sortir et sonder votre boy au mieux (et éventuellement lui proposer la porte (de sortie))!

J'ai choisi bien évidemment les fleurs qu'on est le plus susceptibles de trouver en cette période, pour faciliter un peu ton job (et celui du garçon/de la femme donc).


On peut (par mauvais goût ou résignation?) t'offrir un pot de jacinthe pour déclarer sa flamme.
Alors si c'est une jacinthe sauvage, ça veut dire que voilà on est constant en amour. Donc remercie ton boy qui sera parti en forêt te faire un joli bouquet. Sinon ça veut dire que le boy veut jouer. Tu es sa petite souris et lui, c'est le chat. Hinhin.

S'il t'offre des oeillets, tu peux te dire qu'il tente de brouiller les pistes, surtout si c'est un bouquet multicolore. Ca peut juste être un bash en bonne et due forme, l'amour d'une maman si c'est rose, ou juste un brin de dédain si c'est jaune.
Have fun quoi.

S'il t'offre une orchidée rouge, attends toi à passer la nuit sous l'ardent brasier de son corps enflamé, globalement.
Autrement ton Dom Juan a juste envie de te montrer qu'il t'aime (et qu'il t'aime même s'il sait que l'orchidée sera crevée d'ici deux semaines).

Avec des pivoines il te prouve sa modestie. Soit.


Avec les tulipes, tu es plutôt tranquille, avec le jaunes il t'aime désespérément (peut-être ton voisin, ton amis d'enfance en mode friendzone forever?, ton frère (? pardon)). Avec du rouge il te dit qu'il te voit dans sa vie pour toujours.


MAIS LES ROSES ma pauvre, tu vas en perdre ton latin, ton grec et ton japonais en même temps.
Si les roses sont jaunes, FUIS, le gars te trompe avec la gardienne, ta maman et le chien du voisin mais n'ose rien avouer.
Si elles sont Rose, alors le gars t'aime pour toujours et tu dois l'épouser. (enfin si tu veux hein)
Si elles sont rouges et par douze, soit le fleuriste aime foutre la merde, soit il te demande secrètement en mariage. Fuis quand même on sait jamais, c'est jamais bien net.
Et si ce sont des roses de Noël, le gars te dit clairement qu'il faut que tu l'aides, mais bon vu que t'es pas une experte tu le laisseras un peu dans sa mouise sans peut-être le vouloir.


Après tout ça, j'ai pu trouver d'intéressantes révélations. D'autres plantes que finalement, on n'offre pas mais qui sont gages de beaucoup de sagesse et d'amour, bien plus donc que le traditionnel bouquet de roses dont on a vu plus haut qu'il avait tendance à ne pas signifier que du grand bien.

Si on t'offre un Camélia c'est que t'es super parfaite. Juste parfaite.

Des fresias c'est qu'on n'ose pas te dire que t'es gracieuse et que t'as la classe. C'est dommage hein?

On a aussi le noisetier du pardon. A offrir quand on a joué au con.

Le millerpetuis qui signifie toute ton animosité, mais genre façon "je t'offre un truc pour te dire que je peux pas te prifrer même à 1200 kilomètres dans le noir"

Et si on t'offre une fougère, c'est pas qu'on est un pauvre sans le sou, c'est juste qu'on tente désespérément de te dire sans les mots qu'on t'admire de tout son être.

Le best reste le bouquet de renoncules (mais je doute qu'un garçon même bien intentionné soit prêt à hypothéquer un testicule pour payer 35€ de renoncules) qui te dit que tu es divine et pleine de charmes.


Et enfin, la meilleure pour la fin, c'est pour la laitue ; Ca veut juste dire n'abandonnez jamais. Comme quoi c'est peut-être plus sympa que des roses jaunes, et en plus tu peux la manger.

Si on t'offre un pot de basilic c'est aussi une façon classe de dire "je vous hais". Mais c'est bon en salade (à coupler à la laitue aussi donc, histoire de faire la paire (bouquet signé le marché)).

Après ceci dit, la solution la plus logique ça resterait de mettre un carte avec, pour mieux s'exprimer, parce que ça devient franchement compliqué de recevoir des fleurs là.

Mais un grand merci à mon cher et tendre qui a délicatement pensé à m'acheter une belle rose rouge, seule (OUF PAS DOUZE (un jour je vous parlerai du fait que je suis pas trop une fille qui veut se marier sauf si c'est un mariage pirate avec plein de mojitos et tout)).
Sachant qu'il n'a pas la moindre idée de la signification des plantes, il aurait pu m'acheter un bouquet de roses jaune que ça aurait été pareil (mais j'aurais quand même mené l'enquête).


Je vous souhaite en tout cas de vous faire offrir une belle laitue pleine de fougères. Parce que vous le valez bien.


Mille bisous

Et pour les photos j'avais juste grande envie de vous montrer mes jolies photos de fleurs, je crois bien qu'elles ont détrôné Nova niveau Gigas de place dans ma carte mémoire!


Happy Valentine Day

Délia ♥

mercredi 10 février 2016

L'amour se déguste toujours à plusieurs [chou cacao façon forêt noire]

Pour savoir ce que j'ai réalisé, vous allez avoir besoin de comprendre ma vision (tout à fait personnelle) de l'amour.
C'est beau, c'est doux, c'est acidulé, c'est surprenant, c'est contrasté et c'est parfois un peu piquant. Mais c'est toujours délicieux.


L'amour pour moi c'est la même chose, que ce soit envers un ami, une connaissance, un chat, un homme, une femme.
Je suis de celles qui aiment à penser que l'amour n'est pas UN sentiment mais des milliers, et que chacun peut interpréter ce sentiment comme il l'entend. 
Je suis donc vraiment heureuse pour les hétérosexuels, les homosexuels, les bisexuels, les polyamoureux et tout ceux qui utilisent leur coeur.
Parce que tant qu'on aime, et qu'on se sent aimé, on peut déplacer des montagnes, avancer au lieu de reculer, et ça mérite que tout le monde y ait droit sans être jugé par les autres.
Qu'importe le genre, qu'importe l'âge, qu'importe tout le reste.


On a beau regretter certains amours, souffrir parfois, on continue, tête bêche à tous chercher les formes d'amour, partout dans notre quotidien. Dans un sourire, une larme, un fou rire ou même une dispute.

Alors même si le 14 février ne célèbre que l'amour au sens "couple" du terme, j'a décidé avec mon dessert, de créer un concentré de ce qu'est l'amour dans son ensemble.
Le cacao, si doux et si fort en même temps. La vanille, douce et tendre.
La folie du chocolat qui roule sous la langue et nous embrase.
Le croquant du grué de cacao.
Et tout au coeur, la griotte, pétillante, acide, pleine de vitalité, de force. Et qui donne à tout ça un joli contraste.
Sans oublier les petite cerises amarena, fortes, et si sucrées ; on aime les grignoter jusqu'à en être écoeurés, repus, heureux.

Le goût est comme un doux souvenir, parfois c'est amer, parfois c'est trop, parfois ça a un goût de reviens-y.

Je vous souhaite en tout cas en cette période de célébration d'ouvrir les yeux sur tous les amours qui vous entourent et les accepter bras ouverts.
De votre maman à votre chat en passant par vos amis, mais aussi évidemment votre moitié, il est temps de constater que personne n'est jamais seul et isolé.
Joyeuse fête donc, à tout le monde, et à toutes les formes d'amour qui existent sur terre!

Pour 5 choux à partager avec qui on veut!


Pâte à choux cacao 

125 g de lait ou d'eau
50 g de beurre
2 g de sel
2 g de miel
63 g de farine
8 g de cacao
125 g d'oeufs 

1 - Mettre à chauffer le lait, le beurre coupé en morceaux et le sucre/sel. Préparer la pesée de farine et de cacao.

2 - A ébullition, ajouter d'un seul coup la farine et le cacao et remuer sur le feu, jusqu'à ce que la pâte forme une boule solidaire et que le fond de la casserole soit recouvert d'une fine pellicule.

3 - Au batteur ou bien à la main, ajouter les oeufs petit à petit, jusqu'à obtenir une consistance qui vous permettra, en relevant votre ustensile, de faire un bec qui se brisera.

4 - Pocher sur une plaque avec une douille unie des choux d'environ 5 cm de diamètre, dorer avec le reste d'oeuf ou un peu d'huile végétale, et parsemez de grué de cacao.
Enfournez à 200°C porte fermée, puis, lorsque de petites bulles se formeront à la surface, entrouvrez la porte du four à l'aide d'une cuillère en bois. Attendez alors que la pâte soit bien sèche et dure, une trentaine voire quarantaine de minutes.


Le crémeux chocolat

50 g de couverture noire
15 g de jaunes (1 jaune)
13 g de sucre
80 g de lait

1 - Fouettez le jaune avec le sucre. Du même temps mettez à bouillir votre lait.
Si vous utilisez du chocolat en carrés, réduisez le en petits morceaux pour faciliter sa fonte lors de l'étape suivante.

2 - A ébullition, versez 1/3 du lait dans vos jaunes blanchis, puis, versez de nouveau dans la casserole. Réalisez alors une anglaise ; quand le mélange atteint 83°C retirer du feu et versez sur le  chocolat. Laissez le temps à ce dernier de fondre et remuez jusqu'à obtenir un mélange lisse et homogène.
Réservez au frais.


La chantilly

20 cl de crème liquide bien grasse
1 cuillère à soupe de sucre
1/2 gousse de vanille

1 - Mettre tous les ingrédents dans un même récipient et battre jusqu'à obtenir une mousse aérée.

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Montage

Une vingtaine de griottes (congelées de l'été ou à la liqueur, parce que l'amour ça fait perdre la tête)
Quelques cerises amarena pour décorer
De jolis coeurs en sucre, pour dire je t'aime

1 - Découpez les têtes de vos choux. Si vous avez un emporte pièce coeur faites vous plaisir!

2 - Garnir le fond de crémeux chocolat (généreux hein!) et déposez dessus quelques griottes dénoyautées.

3 - Remplissez le chou de crème et pochez joliment le dessus du chou à la douille de votre choix. Ici une douille saint honoré, pas des plus simples à maîtriser en débutant, je vous conseille une grosse douille cannelée si vous préférez la sécurité!
Décorez alors avec des paillettes alimentaires si comme moi vous avez, des amarena et les coeurs en pâte à chou cacao.

4 - Partagez avec la/les personne(s) de votre choix et vivez ensemble l'amour de la gourmandise.


En espérant que ce dessert simple vous inspire à vous aussi un quelconque amour.
On peut aussi choisir la gourmandise comme amant, et manger tous les choux. Toute seule, juste parce que c'est bon!

En tout cas je vous souhaite de passer une belle journée, dimanche, le 14, et tous les autres jours de l'année!

Bisous pleins d'amour

Délia ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥ (qui fait une guirlande de coeurs à accrocher dans ton salon)

lundi 8 février 2016

Les dix commandements pour l'éviction du pétage de boulons

1 - Avoir un chat

Parce que ça ronronne, c'est doux, c'est moelleux, c'est rond (ah? Seulement Nova?) , c'est mignon ... Et même que ça joue avec tes nerfs rien que pour rigoler.
Tellement Evil que toi vénère, à coté, c'est rien.


2 - Se retrouver seule souvent

Parce que l'enfer c'est les autres. Si un gars l'a dit y'a aussi longtemps et qu'on continue de le citer, c'est qu'il doit y avoir une part de vérité.
On a dit sans téléphone, sans le chéri, sans les copines, sans rien.
Sauf le chat.


3 - Se péter le bide

La bouffe c'est la vie. Laisser couler une jolie pâtisserie, un carré de chocolat bien noir, un plat de spaghettis si on a envie, ça rend tout de suite content. Et surtout si t'as tendance à prendre, tu penses pas à ça, tu y penseras quand tu rentreras plus dans ton jean, c'est pas le moment là.


4 - Prendre le temps de s'attarder sur les choses positives

Comme le fait que les pauvres nanas qui te mettaient cher au collège sont soit chômeuses soit ont des boulots de merde qu'elles ont pas choisi, parce qu'à l'époque, elles étaient trop occupées à t'emmerder pour être bonnes à l'école. Et toc.


5 - Ecouter de la musique qui fait planer

Comme Norah Jones, juste par exemple. Avec le chat. Parce que lui aussi a si bon goût en terme de musique.
Ou sinon qui fait trop danser chez toi (avec le chat donc).


6 - Avoir des fleurs

Toujours, fraîches, jolies. C'est mieux qu'un psy, ça coûte environ 50% de moins qu'une séance par semaine, et tu peux (contrairement à la psy), les jeter à la poubelle (ou les composter contrairement à la psy), quand elles sont moins fraîches.


7 - Regarder des films qui font pisser de rire ou t'arrachent des "gniii" "rooooh" "gooooooonnngnongon"

Love actually, Ps I love you, la série New Girl, ou l'intégrale des kaamelott. Juste choisis un truc.
Surtout New girl en fait, parce que Jess aussi, elle sait bien comment se retrouver dans des situations un peu farfelues, comme quand tu joues au twister et que t'as pas le gogogadgétobras.


8 - Claquer du biff

Et peut-être le regretter ensuite. On verra bien! (on peut aussi claquer son PEL dans des fleurs)



9 - Faire un gâteau

Parce que quand t'es occupée à retourner ta cuisine t'oublies un instant que t'es au bord du gouffre de l'agacement (jusqu'à devoir faire la vaisselle, mais là généralement t'as juste le temps de tomber dans le gouffre).


10 - Tuer quelqu'un

J'vous assure, ça peut certainement vous virer toute votre animosité.
Se débarrasser d'un corps ça occupe pas mal l'esprit il paraît.


Après tout ça si vous n'avez pas réussi à régler votre problème, (et si vous avez réussi à ne pas finir en taule), je ne peux plus rien pour vous.

En attendant, j'vais continuer à avaler des crêpes avec le chat sur les genoux, ça ouvrira bien grand mes chakras!

Bisous les gars, j'crois que je vais m'inscrire au Yoga :-*

Délia ♥