lundi 28 novembre 2016

Le bourguignon sans boeuf dedans : le petit plat qui te met bien

J'avoue que ma maman est une très bonne cuisinière. Elle m'a toujours donné des trucs succulents à manger quand je vivais chez elle et elle m'a étalonné le palais au bon, je ne la remercierai jamais assez pour ça.
Même depuis mon passage au végétarisme, elle sait toujours me recevoir avec des bons petits plats dont elle choppe certaines idées dans des magazines à tendance healthy et végétales (vital food notamment). C'est donc d'elle que je tiens mon virus de la bouffe addiction, et mon envie de rester "in" malgré le caractère assez constant de la cuisine.

Seulement la cuisine, c'est aussi l'art de recréér, réinterpréter avec sa sensibilité. Et si ma sensibilité c'est de ne plus manger de viande, croyez moi ou non, je peux quand même manger du bourguignon, si je veux.



J'ai vu multiples recettes avec des champignons de paris pour remplacer la viande. C'est simple, mais je trouve que la mâche est affreuse.
J'ai eu envie d'essayer de me faire du seitan maison une fois de plus. La recette est celle de Marie Laforêt, mais j'ai vraiment un mal de chien a trouver un rendu similaire, je vais donc vous proposer soit de l'acheter déjà fait pour une certitude de réussir, soit de le faire vous-même si vous êtes moins nouilles que moi. Mais comme ce n'est pas ma recette, et qu'en plus je ne l'ai pas réussie, voilà, je vous laisse éventuellement avec celle que j'ai trouvée de mieux!


Ce plat est comme son homologue viandard, long à préparer, car il doit mijoter. Le mieux est de le faire la veille et de le faire mijoter de nouveau le lendemain, ce qui le rendra absolument DELICIEUX.
Je l'ai mangé le surlendemain et c'était encore meilleur. Vraiment.
Donc sachez-le, c'est un plat vieillit mieux que Jared Leto. Y'a donc du niveau.

Sinon, rien de bien compliqué, la seule difficulté pour qu'il soit végétalien à 100% de certitude est de trouver du vin certifié végane quoi. Parce que oui, le vin fait partie de ces aliments qu'on dévégétalise en ajoutant des trucs dégueulasses (blanc d'oeuf par exemple ou gélatine) donc méfiance avec ce que t picoles également!
Pour ma part j'ai acheté un Merlot, il paraît que ce sont des bons vins pour ces préparations mais je n'avais pas de certitude sur la nature végétale de ce dernier.


Pour un bourguignon pour 4 personnes

400 g de seitan (maison (à prévoir la veille donc) ou du commerce)
3 oignons jaunes
5 carottes terre
1 bouquet garni (thym, laurier et persil)
1 bouteille de vin rouge
50 g d'huile d'olive ou de margarine
Sel et poivre en grain


1 - Si vous choisissez de réaliser votre seitan vous-même, je vous conseille de vous reporter à la recette citée ici ou bien à celles présentes dans le livre de Marie Laforêt "vegan". Le rustique est à mon sens le plus adéquat. Sinon en magasin bio, on trouve souvent la marque "bertym" qui est vendu en morceaux qui se prêtent bien à être détaillés puis cuisinés.

2 - Dans une poêle, faites fondre votre margarine ou chauffer votre huile vivement, puis ajoutez vos oignons détaillés finement. Laissez revenir en remuant régulièrement jusqu'à ce que les oignons deviennent translucides.

3 - Quand les oignons sont prêts, ajoutez votre seitan détaillé en morceaux. Je vous conseille de les faire assez petits car c'est important que le liquide (ici le pinard donc) pénètre bien dans les morceaux à coeur. En toute logique, c'est plus simple sur des petits morceaux que sur des pavés!

5 - Lorsque les morceaux de seitan ont eu le temps de revenir un peu eux aussi, déglacez avec votre vin, puis ajoutez vos carottes coupées en rondelles (elles cuiront longtemps donc même si elles sont assez "larges" ça finira par cuire!).
Mettez à peu près 1/3 de la bouteille, et si vos ingrédients ne sont pas complètement immergés, ajoutez un peu d'eau pour compléter.
Laissez mijoter sous couvert pendant 45 minutes environ, à feu doux, en remuant de temps en temps.

6 - Laissez refroidir puis n'hésitez pas à lancer une deuxième session mijotage par la suite, de 45 minutes également, le soir par exemple, en ajoutant 1/3 de la bouteille encore une fois!

7 - Le jour même, faites encore mijoter, avec toujours le vin, et une bonne quarantaine de minutes à feu doux. Salez et poivrez, puis servez avec des pâtes par exemple ou une belle tranche de pain au levain pour saucer copieusement ...


Vous verrez, ça vous fera drôle de manger du bourguignon sans boeuf ;) !

Je précise à toutes fins utiles qu'ici le but n'est pas de retrouver authentiquement les sensations du plat avec viande auquel on fait référence mais de piocher dans une mémoire collective un fumet, une saveur, et de la réactualiser avec mes convictions.
Je sais que certains végéta*iens ne sont pas toujours d'accord avec l'idée de cuisiner du simili, encore moins pour se rapprocher de plats qui contiennent d'habitude de la viande, mais je pense au contraire que c'est un moyen d'enrichir ses repas avec des produits différents, mais aussi une façon d'attirer des personnes qui ne voudraient pas se passer de viande et y retrouveraient des marques pour les aider à faire une transition en douceur.


Avez-vous un avis sur la question?
Ce bourguignon tout végétal vous tente?

Mille bisous avec des miettes de pain collées aux commissures

Délia ♥


jeudi 24 novembre 2016

Cookies à la pralinoise et au pralin

J'annonce, c'est une de ces recettes où tu manges déjà les ingrédients avant de les avoir incorporés à la recette!

Je vais commencer par vous accuser. OUI VOUS TOUS LA!
Personne n'avait daigné me parler de la pralinoise, et voilà que je découvre ça pour palier à l'envie de praliné dans un gâteau d'anniversaire sans le tarif du praliné.
Tu me diras que je suis une grande aventurière, j'ai testé ça en crash test total, mais quelle ne fut pas ma surprise à l'ouverture de la tablette de découvrir un truc qui m'a fait penser au gianduja ?
C'est complètement dément, si tu n'as jamais goûté, tu devrais essayer. Quoique, je sais pas, ça doit avoir des effets comme la cocaïne sur tes nerfs, c'est peut-être pas une bonne idée de mettre le nez là dedans!


Le fait est que qu'est-ce que j'ai envie de faire quand je découvre un truc trop bon?

Le mettre dans des cookies, pardi !

Et quoi de mieux pour accompagner de la pralinoise et donner un peu de mâche qu'une flopée de pépites de pralin.

Je te mets au défi de ne pas fourrer ton nez dans la tablette avant d'avoir terminé la recette.


Pour une quinzaine de cookies

Temps de réalisation : 15 minutes
Temps de repos : 2 heures à une nuit
Temps de cuisson : 12 minutes
Difficulté : La seule à ma connaissance soit d'attendre que les cookies refroidissent!

255 g de farine
1/2 cuillère à café de bicarbonate
3/4 de cuillères à café de sel
125 g de beurre tempéré
90 g de sucre
140 g de sucre de canne non raffiné ou de rapadura
1 oeuf
90 g de pralinoise (à ajuster selon vos goûts, mais ça m'a paru bien comme quantité!)
45 g de pralin grain


1 - Travaillez votre beurre en le réchauffant un peu si besoin afin d'obtenir un beurre pommade, et fouettez avec les sucres jusqu'à ce que le mélange blanchisse et foisonne.

2 - Ajoutez votre oeuf et mélangez, même si ça a du mal à s'incorporer, c'est normal!

3 - Ajoutez la farine, le bicarbonate et le sel (si vous utilisez du beurre demi sel oubliez, sinon vous allez manger des cookies un peu beaucoup trop relevés).

4 - Enfin, sans trop avoir travaillé la pâte, ajoutez la garniture, remuez rapidement pour répartir uniquement, et mettez au frais. Cette étape est à mes yeux cruciale puisqu'elle donne aux cookies leur texture incroyablement gooey qui vous rendra, je vous l'assure, tarés. Au minimum laissez reposer 2 heures histoire que même à coeur ce soit bien froid, et au mieux une nuit entière (les cookies sont comme le reste : meilleurs quand on attend!).

5 - Préchauffez votre four à 170°C et pendant ce temps, faites des boules de cookies que vous poserez tel quel sur votre plaque, sans les aplatir, en les espaçant assez car vous comprendrez bien qu'ils vont s'étaler copieusement à la cuisson.
La taille dépend de vous, les miennes sont à peu près de la proportion de ma paume, mais vu qu'on n'a pas les mêmes (mais quelle Sherlock quoi), on va dire que ça ressemble au volume d'une boule de glace!

6 - Cuisez 12 minutes. Les bords commencent très légèrement à colorer (c'est le point de repère, si c'est pas le cas, prolongez légèrement, félicitations, soit vous avez un four qui chauffe moins que le mien, soi des paumes plus grandes!), et même si vous avez le sentiment que c'est cru comme les blagues de Bigard, sortez les du four, et aplatissez les avec une spatule. Mais pourquoi vous me direz? Et bien pour donner ce coté craquelé au cookie qui pour moi fait tout le charme d'un cookie.

7 - Laissez les refroidir, et s'il en reste un peu, alors vous pouvez les garder quelques jours dans une belle boîte métallique. Mais rassurez-vous, ils n'auront pas le temps de se perdre ni de rancir.


J'espère que vous arrivez à vous y retrouver dans la recette, j'avoue que j'ai pas été super concise dans tout ce bazar!

Je file en cuisine, mes dernières recettes de la période des fêtes sont en train de naître!
J'espère que vous avez la pêche, noël M-1, moi j'ai comme chaque année, envie de déposer mon cerveau dans une corbeille et passer la période au boulot sans même le réaliser parce que ça y'est, je suis officiellement dans noël jusqu'au string!


Je vous embrasse, à ce propos, j'espère que vous commencez à remplir votre hotte de cadeaux, je dis ça, je dis rien!  ;)


Délia ♥ La tête dans les gâteaux

lundi 21 novembre 2016

Les beaux cadeaux pour des fêtes un peu plus vertes et justes [petits créateurs et produits bio]

A Noël, c'est toujours la course au cadeau parfait.
Pas évident de se mettre dans la peau du gentil consommateur lambda quand on est dans un processus d'achats plus raisonné et qu'on ne souhaite pas faire tourner certains rouages de la machine qui ne nous conviennent pas, comme l'exploitation à l'autre bout du monde, les matériaux nocifs, la souffrance animale, et j'en passe.
La fièvre de la surconsommation a baissé depuis longtemps dans ma tête, ce qui fait que je ne fais que remplacer les vêtements qui s'usent ou que je ne mets plus, et que j'achète très peu de choses hors nourriture, mis à part de quoi me cultiver ou faire encore plus à manger.
Savourer un bon livre ou un restaurant me valent plus de plaisir que m'acheter trente objets inutiles qui finiront par s'entasser chez moi et s'additionner au bordel qui m’entoure quotidiennement.

Récemment j'ai également eu l'occasion de croiser un paquet de créateurs (et causer avec puisque je suis une grosse bavarde et que ce sont des gens open cqfd), notamment dans le capsule market qui siège rue Richaud à Versailles. On y rencontre des créateurs de tout bords pour des périodes limitées.
J'y ai fait de jolies découvertes que je trouvais sympa de partager avec vous. Il y aura donc pas mal de produits d'Ile-de-France dans cette sélection, et même si je n'affectionne pas particulièrement la région ni pour son climat, ni pour ceux qui y vivent, je trouve que c'est un endroit qui fourmille et qui mérite d'être mis en avant pour son nombre incroyables de personnes motivées!

Alors évidemment, quand on parle de créateurs, on parle de séries ultra limitées, de fabrication artisanale, donc on parle aussi de l'impossibilité d'avoir des prix défiant toute concurrence (ou disons plutôt toute logique) #onestpascheztati.
Pour moi j'ai encore du mal à passer le cap parce que je ne classe pas ces objets dans la case "besoin", mais pour offrir, c'est un plaisir d'imaginer un objet unique, pour une personne unique pour vous non?

Je vous ai donc répertorié les idées de cadeaux qui me trottinent dans la tête, avec comme fil conducteur l'envie de parler de petites marques, ou bien de marques et produits qui sont respectueux, ou tendent à donner l'envie de vivre plus en accord avec des principes fondamentaux comme le respect de l'environnement et du travail (donc de l'humain!!) ... Sans faire défaut au coté plaisir et généreux qui caractérise la période de noël ! :-)

Les bijoux


J'ai rencontré Géraldine rapidement à la capsule market, et sa marque, c'est "les jolis bonheurs!"
Elle fait des bijoux qu'elle m'a décrit comme fantaisie mais que je trouve un peu plus que ça tant ils ont des finitions délicates. Tout est fait en plaqué argent ou or, c'est très fin, et il y a des pierres semi précieuses sur chaque pièce (adeptes de lithothérapie, c'est par ici!). Evidemment, chaque bijou est unique même si les collections sont sur les thèmes de la saison au niveau des couleurs et des modèles.
J'ai personnellement craqué pour un joli sautoir avec une pierre de lune, et aussi un magnifique collier avec un cerf.
Les bagues sont également juste somptueuses et il me semble qu'elles sont ajustables.
De jolis cadeaux à retrouver bientôt dans sa boutique, mais pour patienter, vous pouvez aller lorgner un peu sur sa page instagram ou facebook ;)




Les bougies




J'enchaîne sur la sœur de Géraldine, Cécile, car elle était aussi présente ce jour là et visiblement, les jolis objets se font dans les mêmes gênes ;-) ! Elle est l'heureuse créatrice de la marque Bouquets d'étoiles.
La sœurette fait donc des bougies dans des petits bocaux staggionni et autres contenants de qualité qu'elle repeint avec amour, conçues avec des cires 100% naturelles (végétales et cire d'abeille, elle a tenu à en ajouter à la composition pour garantir une fonte plus lente) et des parfums non toxiques pour nous ni nos intérieurs.
De ce que je m'en souviens, la gamme est surtout florale, mais aussi des fragrances à thème, avec des mélanges d'huiles essentielles avec un but plus "thérapeutique".



On retrouve donc la tonifiante, la relaxante, l'apaisante, l’envoûtante et la positivante!

L'édition limitée de Noël sent l'orange, la cannelle et j'y ai trouvé l'odeur du pied du sapin, allez savoir pourquoi!


Les thés et tisanes

Cela fait plusieurs mois que je craque sur les tisanes et thés de Greenma, et je trouve que les bocaux en verre façon apothicaire en font des cadeaux parfaits.Les tisanes sont composées au mieux de végétaux français (80% de leurs mélanges sont made in exagone, c'est un beau score non?), biologiques. Les bocaux, eux, sont sans aucun plastique, totalement neutres, rechargeables de surcroît. J'ai cru voir passer un calendrier de l'avent qui m'a fait de l'oeil ;) ! Sinon vous pouvez offrir des coffret, spécifiquement pensés pour être réutilisables.


Coté très luxueux, on peut offrir les délicieux mélanges de la marque Chic des plantes!
Les coffrets sont absolument magnifiques et ont ce coté bijou qui les rend uniques.
C'est simple, les plantes sont traçables du producteur au sachet de thé (merci la dimension humaine!), et les infusions sont de grande qualité puisque les plantes ne subissent pas d'autre traitements (comme l'ionisation) que le séchage.Encore une fois, tout est made in bien de chez nous, ce qui assure un minimum de trajet entre la plante et notre tasse!




Les jolis tote bag

J'ai complètement craqué sur les tote bag tarés de atelier 1987, avec des histoires de licornes, entre autre.
Y'a pas à dire, c'est adorable, et ça permettra à la personne à qui vous l'offrirez d'avoir toujours dans son sac son petit baluchon pour ses courses!
Elle aura toujours le sourire en lisant le "Je te laisse, ma licorne est garée en double file!" ;)


Du reste,  je tiens à mettre en avant le joli travail d'une collègue bloggueuse et voisine de ville (le hasard j'vous dis!) qui fait entre autre des tote bags, mais plein d'autres objets tissu confectionnés de ses dix doigts : pochettes, étuis à lunettes, bavoirs, petites corbeilles, le tout dans des imprimés adorables.
Si vous n'avez pas envie de dévaliser sa boutique, vous n'êtes pas humains!



Le stage d'herboristerie

Trouvé un peu par hasard d'affiliations sur le net, j'ai découvert qu'il existait des stages pour connaître mieux les plantes et leurs usages dans ma région.
Moi qui m'étais toujours dit que ce qui était bon devait pousser dans des vrais coins de nature préservés, on peut découvrir grâce à ces stages de quoi se nourrir, se soigner et se faire plaisir avec des plantes.
A offrir à des passionnés des plantes, qui ont envie d'en savoir plus sur le patrimoine de la flore autours de laquelle ils vivent!

Le chemin de la nature, à retrouver sur leur site internet et à suivre sur facebook pour être informé des prochaines sorties


Les livres

En grande passionnée et collectionneuse émérite de livres, il  ne pouvait pas y avoir de liste de cadeaux sans livre!
Je vous en parlerai plus en détail, mais j'ai adoré le livre "nature DIY", parfait à offrir à ceux qui aiment les belles photos contemplatives de la beauté de la nature quelque soit la saison, en proposant pour chacune des DIY simples, des activités à pratiquer pour se reconnecter à soi, à la nature, aux saisons.
Chaque page permet de survoler un sujet, j'ai adoré celles sur la lecture de la météo dans les nuages!

Coté food, j'ai adoré le livre "un festin de nature" de Erin Gleeson, un vrai bijou qui donne envie d'adopter la vie dans une cabane au milieu de la forêt, les soirées entre amis et l'aquarelle, car le livre en est parsemé.
La mise en page est topissime, les recettes originales, et ça en fait un livre vraiment spécial, qui en ravira plus d'un!



La Beauté

Encore une petite créatrice, cette fois-ci de savons à froid, avec les petits moussants de Dusica. Ils sont donc plein de bonnes choses qui gardent toutes leurs propriétés, avec des ingrédients biologiques. Rien d'autre à ajouter à ça pas vrai? ;)
N'hésitez donc pas à aller zieuter les différents "parfums" sur sa boutique  j'ai eu une très nette préférence pour le "pain d'épices" que je trouve très évocateur de la pâtisserie :D.
Coté cosmétique de soin, je vous ai récemment parlé de la p'tite boutique bio, je pense qu'on peut y trouver un paquet de cadeaux, notamment avec les produits loren kadi et Beauty garden qui sont mes têtes de listes! N'hésitez pas à aller aussi zieuter les parfums et les coffrets tisane, de quoi vous fournir pour tout votre entourage.




Que pensez-vous de cette sélection?
Y'a t'il des marques et créateurs que vous découvrez et qui vous font envie?

Vous avez des chouettes idées de cadeau? N'hésitez pas à les partager en commentaire!! :-) 


Bisous écolos

Délia ♥

mardi 15 novembre 2016

Hachis aux navets boule d'or et aux pleurotes


On parle souvent de légumes anciens, ça me donne toujours la sensation qu'ils ont un truc respectable, d'avoir été là avant les autres, d'avoir vu le monde évoluer.
Mais en vérité, les quelques espèces de légumes anciens qu'on trouve dans le commerce sont pourtant bel et bien celles que l'on a bien voulu nous laisser à la vente, donc pas si anciennes que ça. Car oui, un maraîcher professionnel n'a pas le droit de vendre, d'échanger ou de produire certaines variétés anciennes.
Le pourquoi est vague, le comment est à base d'interdictions et de répression, mais la conséquence est bel et bien un appauvrissement progressif de la diversité de nos assiettes, au fil du temps. On consomme donc ce qui est autorisé au catalogue officiel des espèces et variétés, on en déduira certainement que leurs qualités se comptent plus en termes de productivité et de résistance qu'au niveau du goût ou de la richesse du produit. Beaucoup de petits producteurs déplorent ce classement, allant pour certains jusqu'à le juger dangereux pour la préservation de la biodiversité.

En tant que particulier, la loi n'est pas bien claire, et certaines associations comme Kokopelli partagent des graines qui ne figurent pas dans ledit registre.
En faisant quelques recherches, j'ai pu constater que d'ailleurs, ça ne plaît pas à tout le monde, puisqu'ils ont déjà écopé plusieurs procès plus ou moins importants, qu'ils ont parfois perdus, parfois gagnés.
En tout cas, il tentent de continuer à faire vivre les graines anciennes, alors ça m'a plu, d'autant qu'ils oeuvrent dans des zones défavorisées à l'étranger pour fournir des graines aux petits producteurs dans la dèche.

Tout ça pour dire qu'il est des variétés qui sont difficiles à trouver, soit parce qu'elles n'ont aucune rentabilité pour être cultivées pour la vente, soit parce qu'elles sont tombées en désuétude, soit parce que ça n'est plus à la mode, ou bien, parce qu'elles ne sont pas autorisées.
Force est de constater que ces dernières années, il y a eu un retour en force des légumes oubliés, qui ne sont plus si oubliés que ça à présent.

Tout ça pour dire BIS qu'on ne connaît certainement pas grand chose des fruits et légumes qui pourraient peupler nos jardins!


J'avoue que ça faisait un moment que je suivais de loin l'actualité de la box à planter, n'ayant pas vraiment d'endroit où planter.
Du coup quand Léa, sa créatrice, a commencé à me proposer d'écrire une recette pour le livret de la box, j'ai trouvé ça vraiment cool, car on retrouve dans la box un paquet de variétés peu communes, ou qu'on n'a jamais goûté! C'est sans mentionner que les graines sont uniquement BIOLOGIQUES. Le livret est très bien fait et permet à n'importe qui de se renseigner utilement et concrètement sur les variétés, un vrai bonheur pour les jardiniers du dimanche comme moi!
Je vous reparlerai de la box et de son concept au printemps, car j'ai loupé le coche des plantations, trop trouillarde pour planter en hiver. 
J'avais le choix entre plusieurs aromates et légumes mais j'ai opté pour celui qui serait le plus simples à accommoder parce que je le connaissais un peu ... De vue!

Le navet boule d'or fait partie de ces légumes d'hiver un peu vieillots comme le navet violet, le panais ou les topinambours!
Quoi de plus chouette que d'en faire un plat d'actualité, bien de saison, avec de jolies couleurs?

J'ai été déçue par les miens quand je les ai cuisinés, choisissez-les de préférence jeunes, fermes, d'une belle couleur et surtout, n'hésitez pas à les cuire avec un peu de bicarbonate pour leur enlever leur amertume. #Astucedemamie


Pour un gratin pour 4 personnes

6 navets boule d'or
300 g de pleurotes
70 g de protéines de soja texturées "petites"
1/2 cube de bouillon de légumes bio
1 oignon
Un bouquet de Persil
Sel et poivre, et muscade si vous aimez
Polenta, ou "chapelure" (du pain sec écrabouillé quoi :D) ou levure maltée

Note : Si vous aimez les plats un peu sucrés, n'hésitez pas à ajouter un peu de carotte pour obtenir un résultat plus doux qu'avec seulement du navet boule d'or! 

1 - Faites cuire vos navets, soit à la vapeur, soit dans de l'eau avec un ajout de bicarbonate, qui retirera l'amertume possible des navets.
Piquez pour contrôler la cuisson.
Selon que vous en mettiez ou non, mettez vos carottes à cuire en même temps.

2 - Pendant ce temps, réhydratez vos protéines de soja dans de l'eau que vous aurez mis à bouillir et dans laquelle vous délayerez votre bouillon de légumes.

3 - Dans une poêle, avec un peu d'huile végétale pour la cuisson (l'olive étant ma préférée, mais ça, c'est mon petit coté méditérannéen!), mettez l'oignon à cuire, jusqu'à ce qu'il devienne translucide.
Pour préparer les champignons, on les débarrasse rapidement de leurs imperfections au couteau, et on les mets à la poêle après les avoir effilochés.
D'abord sur feu vif, on laisse les champignons cuire, j'ai lu qu'il faut saler dès le début pour que l'eau reste à l'intérieur!
On laisse sur veuf vif pendant 5 minutes environ, puis on sale et poivre définitivement après avoir laissé les protéines de soja texturées égouttées s'imprégner des parfums des pleurotes.

4 - Dans un plat à gratin, on dispose alors le mélange pleurotes/soja texturé, puis les navets réduits en purée grossière à l'écrase purée ou à la fourchette.
Saupoudrez de chapelure et mettez au four à 190°C pendant une dizaine de minutes, juste le temps de faire dorer !


Il me semble qu'il s'agit d'un plat convivial et facile à partager! Les champignons sont une bonne alternative de par le texture et leur goût, pour faire oublier à des omnivores de passage chez un végéta*ien, qu'aucun morceau de viande n'est venu se perdre par ici!

Alors, on le tente ce hachis?

Est-ce que vous avez des légumes anciens inconnus dans vos placards et jardins?
Que pensez-vous de ces histoires de répertoire?

Je vous embrasse, bande de gourmands
Et allez vous salir un peu les mains avant de manger!

Délia ♥ 

lundi 14 novembre 2016

[Exclusivité Mondiale] La p'tite boutique bio : La petite dernière qui vient de sortir !

Je suis presque certaine que vous ne la connaissez pas encore, et c'est avec grand plaisir que je vais vous parler de la p'tite boutique bio, ouverte à Limoges il y a quelques semaines.
Dans l'idée de toucher encore plus de monde, sa créatrice, Sandra, a décidé de créer une section pour pouvoir commander en ligne sur son site, car elle imagine bien que tout le monde ne vit pas à Limoges!


J'ai eu envie de vous faire connaître plus en détail son projet, et la manière dont il était né.
Zoom sur Sandra, la maman de la p'tite boutique Bio.
Comme beaucoup d'entre nous, elle s'est prise de passion pour la cosmétique bio et les produits avec des compositions douces pour l'environnement, notre santé et notre bien-être et à 24 ans, elle a décidé d'en faire son métier et d'ouvrir la p'tite boutique bio, pour proposer à la vente des produis bio, mais en poussant l'idée un peu plus loin qu'un simple label et des étalages.

Voici donc les questions que j'ai eu envie de lui poser :

Sandra, pour commencer, qu'est-ce qui t'as donné envie de créer et de te lancer dans le projet de la p'tite boutique bio?

En fait, ça fait environ huit ans que je n'utilise que des cosmétiques bio et naturels, en voyant leur véritable efficacité, j'ai voulu répandre le virus autours de moi et petit à petit je me suis trouvé une vraie passion pour les cosmétiques. Je me suis donc renseignée sur leur fonctionnement, les différents types de peau, de cheveux, les types de soins, sur la structure chimique des cheveux et de la peau ...
J'en suis arrivé à avoir des connaissances assez étendues à la fois sur les cosmétiques, les ingrédients et les différents procédés de fabrication, mais aussi les marques qui existent, que ce soit en biologique ou en conventionnel, en portant intérêt à la question de la souffrance animale.
Il y a trois ans, je me suis dit qu'un jour, j'aimerais ouvrir une boutique pour faire profiter de mon expérience et de mes connaissances.
En janvier, je me suis rendue compte que le fait de travailler pour quelqu'un n'était pas pour moi et du coup je me suis dit "lance toi dans l'aventure". C'était parti!

Du coup, créer la p'tite boutique bio, c'était ton moyen à toi de militer?

Oui voilà, exactement! C'est une façon d'agir pour le développement de produits éthiques et éco responsables. J'ai également voulu rendre leurs lettres de noblesse aux cosmétiques bio, qui sont souvent décriés en ce qui concerne leur efficacité, leur odeur, leur packaging, leur texture, leur prix ...
J'aime également le contact humain, donc la boutique m'est apparue comme logique!

Est-ce que d'après toi, le bio prendra de l'ampleur jusqu'à devenir la norme dans les années à venir?

Je ne pense pas que ça le devienne, car il y a beaucoup trop d'adeptes du conventionnel et beaucoup de très grosses marques luxueuses ont la main sur le marché cosmétique.
En revanche, je pense (en tout cas j'espère), que le bio et le naturel vont se généraliser, c'est d'ailleurs déjà en train de se passer.
Ca va devenir un argument commercial fort, on va donc se retrouver avec un foisonnement de marques proposant du "bio" et l'appellation bio risque de perdre de son sens. C'est aussi pour ça que ma boutique a un sens, car je choisis mes fournisseurs avec rigueur, et pas seulement parce qu'ils sont soit disant bio!

(Regaaaaarde, du loren kadiiii) !

Quel avenir réserves-tu à la p'tite boutique bio? As-tu des projets annexes qui te tiennent à coeur et que tu aimerais lancer grâce à la boutique?

J'aimerais que la boutique s'agrandisse afin de pouvoir proposer d'avantage de produits pour toucher encore plus de monde.
Embaucher est également un projet, car il me tient à coeur de créer de l'emploi.
Je n'ai pas pour idée d'en faire une franchise, mais pourquoi pas déposer une marque et ouvrir plusieurs magasins en France, tout en conservant l'idée du régional, par exemple, une boutique en Charente Maritime aura des produits de producteurs de Charente Maritime ... etc
Je souhaiterais également développer ma propre marque de cosmétiques bio et naturels avec un laboratoire régional (note de délia : ceci est une info exclusive!).
Enfin, j'aimerais créer une association interprofessionnelle sur la cosmétique bio et les produits de bien être afin de réunir tous les producteurs locaux du secteur, idée qui se déclinerait dans les régions d'implantation des boutiques!


Vous aurez donc compris de ces quelques questions que Sandra est une vraie passionnée non seulement par le bio, mais aussi par la question écologique, sans oublier de penser aux animaux avec une partie des produits étant vegan!
L'idée est de réussir à promouvoir les produits locaux et respectueux, tout en conseillant au mieux ses clients, qu'elle bichonne (elle offre même une petite tisane, oui, oui).

J'ai eu l'occasion de tester aussi bien les produits qu'elle vend dans la boutique que son service de conseil (qu'elle offre à titre gratuit, je précise!). Ca m'a permis de découvrir des produits vers lesquels je ne me serais pas tournée habituellement et qui ont vraiment été efficaces dans mon cas.
Elle a été très à l'écoute des différents points que j'avais évoqué avec elle.
Sa vision a été plus globale que la mienne l'aurait été, car elle a repris une routine soin de zéro, elle a donc pu créer un véritable équilibre entre les produits et ça a je dois dire plutôt bien réussi à ma peau.
Nouveau boulot avait été égal à peau en décrépitude, à présent j'ai la peau bien nourrie, chose qui lui manquait auparavant.


J'ai eu l'occasion de recevoir un petit colis de la part de Sandra, mais dans un but d'exhaustivité et de laisser cet article d'un format qui ne se rapprocherait pas de la longueur de la mort, j'ai préféré partir de l'idée que je vous ferai un article pour vous parler de cette routine.
Mais ce que je peux déjà vous dire, c'est que j'ai adoré presque tous les produits, et que Sandra a réussi à cibler mes besoins en posant les bonnes questions.

Chaque jour, vous pourrez découvrir un produit vendu dans sa boutique avec une description du produit et de son utilisation sur sa page facebook.
N'hésitez pas à aller jeter un coup d'oeil à son site qui comporte une partie boutique en ligne, je pense qu'il est important de valoriser l'intérêt d'une sélection de produits "vraiment bio", et qu'il est toujours agréable de pouvoir faire confiance à des boutiques!

Elle y propose des marques régionales comme nature & limousin dont j'ai pu tester les savons saponifiés à froid qui sont trop cools, mais aussi Loren Kadi, zao makeup, lavera, et plein d'autres encore, d'autant qu'elle n'a pas fini de compléter sa gamme. ;)


J'espère que ce tour d'horizon vous aura plu, je vous parlerai de ces produits début janvier, en attendant, la période de noël débarque sur le blog, doucement mais surement.
Parlant de noël, pourquoi pas un petit coffret avec quelques produits repérés sur la boutique de Sandra? ;)
N'hésitez en aucun cas à la contacter, elle se fera un plaisir de vous répondre, quelque soit votre requête (bon, peut-être pas si vous lui demandez pourquoi Trump a été élu ou si vous cherchez votre chaussette perdue entre le panier de linge et la machine, mais pour tout ce qui est en son pouvoir quoi ;) !)!

Un grand merci à Sandra pour sa gentillesse, ses conseils et les produits géniaux qu'elle m'a envoyé pour test. Je lui souhaite une grande réussite dans son projet!


Pour vous aussi c'est important de pouvoir faire confiance? 
Est-ce que consommer régional en cosmétiques vous paraît compliqué, mais que vous seriez prêtes à le faire si d'autres boutiques regroupaient les produits, comme celle de Sandra? :) 


Je vous embrasse.

Délia ♥





jeudi 10 novembre 2016

Figues rôties au sirop d'agave et à la noisette

De ces aliments que j'ai appris à aimer avec le temps, il y en a des tas.
A commencer par le vin, en passant par le quinoa pour finir avec les figues.
Je trouvais ça rebutant de manger la peau, les grains qui croquent sous la dent sont désagréables, ça colle aux doigts ... Que doit-on ajouter de plus pour ne pas les aimer hein?

Et pourtant, j'ai fini par adorer les figues.
Leur chair bien sucrée, douce et moelleuse, leur goût un peu vert, sucré. Leur texture molle avec une peau parfois ferme, et leur radieuse couleur rouge, contraste parfait avec leur coque violette.


Je n'en avais jamais goûté des figues rôties, jusqu'à ce que le chef Bartocetti en mette dans les assiettes au Shangri la. Je n'en ai même pas pris une cuillère tellement j'étais AU BORD de l'implosion, mais j'avais été piquée au vif par ces fruits rabougris tout cuits et que mes compères avaient avalé d'un trait en poussant des soupirs de satisfaction.

Cette recette est d'une simplicité absolue, vous pouvez décider que vous en avez envie là, tout de suite, filer à la cuisine et tailler des figues, et vous régaler quelques dix minutes plus tard.
L'alliance de la noisette et de la figue donne une saveur toute particulière à ces fruits, sans compliquer, sans déguiser, sans travestir.
Comme deux amis qui étaient faits pour se rencontrer.


Pour un dessert, un plaisir fugace et intense

3 figues de préférence bio, parce qu'on va gober la peau
2 cuillères à soupe de sirop d'agave
1 cuillère à soupe de poudre d'amandes
une poignée de noisettes concassées

1 - Rince sous l'eau tes jolies figues.

2 - Coupe-les en quatre sans aller jusqu'au bout, histoire de faire comme une jolie fleur.
Au centre, fais couler un peu de sirop d'agave, dispose de la poudre de noisette, et finis avec des noisettes concassées.

3 - Une fois tout ce petit monde bien attaché, ouvre la porte du four, chauffé à 200°C et cuis une dizaine de minutes, jusqu'à ce que les figues caramélisent dans leur sirop.

4 - Déguste sans plus attendre, enfin si, que ça refroidisse un tout petit peu! Le sucre des figues aura caramélisé avec l'agave et la poudre d'amandes, tu ne sauras plus où donner de la langue!


J'ai conscience de proposer des recettes souvent compliquées, mais celle-ci est d'une simplicité qui n'a d'égal que son délice.

Alors n'attendez plus et sautez sur les dernière figues des étals! En plus ce dessert est sans sucre raffiné, sans gluten et sans produits animaux, un petit plaisir qui ne fera de mal à rien ni personne ;)


Parce que parfois, les meilleures choses dans la vie sont les plus simples ;)!!

Un bisou doux

Délia ♥


dimanche 6 novembre 2016

La sieste, ce petit bout de nuit qui a tout bon !

Nul n'est censé ignorer dans ce bas monde que je suis maintenant une fière et presque vraiment pâtissière (ça me paraît de moins en moins surréaliste de l'annoncer cependant, ça doit être un cap !).
Mais avec le métier de pâtissière, et donc les horaires de nuit, viennent aussi les heures de retard de sommeil. Aussi nombreuses que les heures de retard de la SNCF cumulées sur cinq ans.

Je commence le travail tôt (cinq heures du matin) et me lève donc à 4 heures du matin. Certains vont certainement ouvrir grand la bouche, du genre "MAIIIS COMMEEEENT TU FAAAAIS?". En réalité, tu ne réfléchis pas, tu mets ton réveil, et comme si il était réglé sur 7 heures, tu te lèves, de toute manière, tu n'as pas le choix.
La résultante de tout ça, c'est que je dors en moyenne entre 4h30 et 6 heures au maximum par nuit. C'est bien inférieur à ce qui est recommandé, et j'ai donc rapidement pris l'habitude quand le besoin s'en fait sentir de m'octroyer une sieste.

J'y était fermement opposée il y a quelques années, je n'en comprenais pas l'intérêt, mais c'est devenu un incontournable pour retrouver un peu d'énergie l'après-midi, pour profiter au mieux de mon temps libre sans le poids du manque de sommeil (nausées, maux de tête, énergie à zéro, perte de mémoire voire vertiges, au top quoi).
Les risques peuvent être légers quand on dort moins de 7 heures allant d'une légère perte de mémoire, une diminution de notre capacité à nous concentrer ou une augmentation de l'appétit, à des conséquences plus graves.
En dessous de 5 heures de sommeil, on s'expose à des risques accrus d'AVC, de diabète de type 2, de cancers (pas tous, mais bon), que des choses tout à fait réjouissantes quoi !

Alors la sieste s'impose un peu comme un impondérable! Seulement, il faut la pratiquer de la bonne manière au risque qu'elle ne nous apparaisse pas comme bénéfique!


Tout d'abord, il faut réussir à avoir un sommeil de qualité la nuit, donc éviter de stresser en parlant travail avant de se coucher, manger léger le soir, et éviter uniquement les repas junk food à répétition qui finissent par se cramponner à l'organisme (bien dormir c'est aussi bien manger!).
C'est important!
Pour ceux qui dorment mal, on peut aussi utiliser les huiles essentielles (des synergies sont vendues en pharmacie, on peut aussi trouver des brumes d'oreiller chez nature & découverte), les livres car ils favorisent une certaine fatigue visuelle, boycotter les écrans dans l'heure précédant le sommeil, respirer profondément avec le ventre pour relâcher la pression par le diaphragme. On n'oublie pas d'aérer régulièrement sa chambre, pour renouveler l'air mais aussi la garder fraîche, idéalement pas plus de 18°C.
Changer les draps souvent aide à se sentir bien et éviter d'accumuler les restes de peau, de sueur, acariens, et la poussière. Quel cocktail hein? ;)
Instaurer une routine est aussi une bonne manière de se préparer au sommeil!
Evidemment si comme moi le moment de vous écrouler dans votre lit est celui auquel vous pensez déjà en vous levant, vous n'aurez besoin de rien de tout ça!

Tout ça pour dire qu'il existe différents types de siestes.


Pour mieux comprendre, il faut savoir que le sommeil se divise en 5 parties :

* Le sommeil lent et très léger : C'est comme quand on était petit et qu'on s'endormait sur le canapé quand des invités étaient encore là. On entend encore les conversations, les bruits, mais on n'a plus vraiment le contrôle et on ne peut plus répondre!

* Le sommeil lent léger : On continue à entendre les conversations, mais on n'y comprend plus grand chose, ça devient confus, même si on peut encore se réveiller très facilement.

* Le sommeil lent profond : On n'entend plus rien du tout et on commence à avoir les muscles qui se relâchent. C'est parfois à ce moment qu'on se réveille en ayant la sensation de tomber dans le vide et de sursauter!

* Le sommeil lent très profond : La température du corps baisse, notre rythme cardiaque aussi. Le cerveau se met au repos, on fabrique des anticorps et des hormones de croissance et on récupère sur le plan physique.

* Le sommeil paradoxal : Le corps est complètement relâché mais notre cerveau est paradoxalement très actif et proche du réveil. On récupère nerveusement, on mémorise ce qu'on a vu dans la journée en rangeant les informations dans les bonnes cases et ... On rêve!

Ce total représente un seul et unique cycle, qui dure entre 1h30 et 2 heures. Chacun se contentera d'un nombre de cycles différent selon sa constitution, son activité et ses besoins.
Il faut savoir également que plus le nombre de cycle se succédera, plus le sommeil paradoxal sera important, avec une plus grande capacité de mémorisation, et de récupération nerveuse. C'est donc un facteur à ne pas négliger en tant qu'étudiant ou pendant des périodes de stress éprouvantes.


Si vous peinez à vous endormir le soir et que vous ne manquez pas non plus cruellement de sommeil, fort à parier que vous n'avez besoin que d'un shot d'énergie dans l'après-midi.
Une vingtaine de minutes constituent ce qu'on appelle une micro sieste.
Pour comprendre son bienfait, il faut savoir que le corps reste dans une phase d'endormissement léger (phases 1 et 2), et on ne prend pas le risque de se sentir vaseux, ou pâteux, ou endormi après.
Après avoir somnolé sa vingtaine de minutes, on se sent tonique, frais, et on est plein de créativité!
Dans certaines entreprises, on encourage vivement ce type de siestes qui fait augmenter la productivité!

Pour des personnes qui manquent de sommeil pour de vrai et qui voient leur sieste comme un besoin de rattraper une déficience de sommeil nocturne, on peut se lancer dans ce qu'on appelle la sieste ROYALE. L'idée est de faire un cycle complet de sommeil, on passe donc par la phase de sommeil profond, avec le risque de se réveiller dans le brouillard et ne plus en sortir jusqu'au soir ... Où on risque alors d'avoir du mal à fermer l'oeil.
C'est donc à réserver uniquement en cas de grosse fatigue, car le jeu n'en vaut pas toujours la chandelle.


Si comme moi vous ne supportez pas souvent les longues siestes, j'ai trouvé une parade.
Je me mets un réveil au bout de 30 minutes de sommeil et donc d'une sieste flash (en comptant dix minutes d'endormissement, ça me paraît légitime), et si je me sens encore fatiguée ensuite, je décale mon réveil pour une vingtaine de minutes de plus.
Ca m'évite de sombrer dans du sommeil profond et je ne ressens pas les mêmes désavantages qu'avec une sieste vraiment continue qui me met dans des états vraiment désagréables par moments, avec le sentiment d'une gueule de bois.

Alors évidemment, si la sieste est bénéfique, nous n'avons pas tous l'opportunité de la faire, mais sachez qu'il n'y a rien de mal à s'en offrir une de temps en temps si l'on en a envie ou besoin, c'est pas pour rien que grand-père le fait! ;)

En tout cas, maintenant que j'en manque souvent, je vois l'importance du sommeil, et je ne peux que vous conseiller si vous en avez plus l'opportunité que moi, de donner une grande valeur à ce moment!
Si vous aussi vous avez un chat dodu et doux comme de la soie qui a une passion pour les plaids, vous pouvez l'inviter avec vous! Nova a fini par adopter la sieste plus que moi : quand je ne la fais pas elle m'apporte le plaid en incitation haha!

Prenez soin de vous,

Douce nuit les petits!

Et vous, vous faites la sieste?
Vous vous en servez comme raccord pour des nuits trop légères ou bien vous vous en délectez par plaisir?

Délia ♥ qui fait religieusement sa sieste tous les après-midi! 

Source cahier PSE CAP aux éditions foucher
Cours de CAP 


vendredi 4 novembre 2016

Faut-il se laisser tenter par les tea time de luxe? Avis et comparatif à l'appui!

Je m'étais toujours dit que les endroits "comme ça" n'étaient pas pour moi.
Trop guindés, trop riches, j'avais peur de m'y sentir mal à l'aise avec mes manières pas très classes. La finesse c'est pas tellement un truc de famille quoi. D'autant que je ne roule pas non plus sur l'or.
Et puis un jour on me propose, je dis oui, et me voilà au Shangri la, avec quelqu'un qui me pousse ma chaise pour que je pose mon derrière à l'aise.

Grosse claque.
Visuelle, gustative, sentimentale.

J'aime les palaces, ça y'est!
Envolés les préjugés sur les riches et les endroits de riches. (d'ailleurs des riches y'en a pas tant que ça, on dirait surtout des touristes)

Je vous le dis donc, il FAUT absolument se faire ce petit plaisir une fois.
Déjà, le service y est impeccable, rien à redire. On vous bichonne, rien à voir avec un restaurant traditionnel. Que vous soyez en Nike air ou que vous portiez le dernier vison à la mode, vous serez reçu de la même manière. Ils ne peuvent de toute manière pas savoir si vous agissez par désinvolture avec 6 millions sur votre compte ou si vous êtes vraiment ici de manière exceptionnelle. Ils se garderont donc bien de vous traiter inférieurement.
En plus, dites vous que les personnes qui sont au service sont certainement plus comme vous et moi (de moyens modestes disons) que comme les autres clients. De fait, vous êtes donc une deuxième fois un client comme un autre!
Le cadre a lui seul ne ressemble à rien de ce que vous pouvez connaître. Le luxe ça se voit, c'est opulent, c'est clinquant, mais dieu que c'est beau! Ces bâtiments sont magnifiques et emprunts de beaucoup d'histoire. Sans parler évidemment des décorations qui s'y ajoutent rendant les lieux presque surréalistes.
Enfin, sachez que même si les prix sont quand même à la hauteur de la prestation, ce n'est pas complètement inaccessible et ça peut faire office de cadeau qu'on se fait, une fois par trimestre par exemple. C'est le prix d'un bon restaurant, sauf que la prestation est hautement impressionnante pour quelqu'un qui ne goûte pas le luxe souvent.
En soi, je n'ai rien de mieux à vous dire que d'essayer, rien qu'une fois, de vous lancer, même si vous parlez trop fort, si vous ne savez pas quelle fourchette sert à quoi, et si vous avez peur d'avoir simplement l'air ridicule au milieu des moulures et des plafonds de 15 mètres.

Pour vous donner une idée, j'ai répertorié les trois tea time que j'ai fait jusqu'ici, et ai listé les points qui me semblaient importants pour les départager.

* Le shangri la
10 avenue d'Iéna

Pour commencer, la salle est celle qui m'a le plus impressionnée! Des fleurs fraîches partout, une belle verrière au plafond et des balcons avec d'autres tables.
Le service était vraiment impeccable, mais je pense que nous avons été légèrement favorisées de par la présence de Bérénice (tu sais, celle qui pâtisse vegan et qui monte VG pâtisserie!). Pas une fois nous n'avons attendu. Nos sacs ont été immédiatement déposés sur des tabourets (valant plus cher que mon sac, mais ça, ils peuvent pas le savoir), nous n'avons jamais eu à demander quoi que ce soit passant de la carafe d'eau à notre deuxième choix de boisson chaude.
Le choix de thé à la carte m'a beaucoup plu et était très vaste (même si je ne m'en souviens pas). Vous pourrez choisir entre toutes les sortes de thés, mais aussi du café ou chocolat chaud.
La totalité du tea time est Vegan et c'était réellement une prouesse car à aucun moment on ne sent faiblir la technique. C'était un sans fautes. C'est évidemment un gros point fort pour moi. La finesse manque beaucoup dans le monde vegan au niveau de la pâtisserie, et ce n'est pas un pari facile. Relevé haut la main par le chef Bartocetti!




Les saveurs des desserts étaient variées et très bien accordées j'ai évidemment eu un coup de coeur pour l'associations ananas/coriandre d'un des desserts.
La formule est Bien trop complète, vous aurez 4 wrap salés divins, 3 entremets mini, 2 scones et plein de petites mignardises sèches.
On a également eu droit à des extras succulents (oui si tu veux tout savoir nous sommes parties en roulant jusqu'au métro).
On te proposera d'emporter le reste de tes victuailles chez toi, histoire de ne pas repartir avec les dents du fond qui baignent et garder un souvenir agréable de cette orgie incroyable.
Enfin, les toilettes (Michelin des toilettes, coucou flo! haha) sont somptueuses. Des moulures, propreté IMPECCABLE, c'est simple, on pourrait faire le tea time par terre, devant la cuvette.
La poubelle est toujours vide, tu as de quoi te parfumer éventuellement, saveur shangri la.
J'y ai même pris quelques photos, c'est digne d'un monument. Big moment!

Le tea time for two est à 40€, 45€ si l'on est seul.

* Plaza Athénée
25 avenue Montaigne

La salle dédiée au tea time m'a fait penser à un long couloir. Evidemment, un très beau et très haut de plafond couloir, avec du mobilier vraiment somptueux.
Dès l'entrée, nous avons été accueillies avec une harpiste qui jouait L'air du vent (pocahontas, version #laclasse). C'était très agréable, et doux en même temps.




Le service était soigné et discret. La table était un peu petite pour trois, mais je pense qu'elle n'était pas conçue pour nous accueillir, le staff nous l'a trouvée un peu au dernier moment car il est impossible de réserver (sauf pour les clients fidèles (et c'est pas la carte fidélité Carrefour hein)).
Il n'y avait pas de partie salée, donc l'option végétarienne n'a pas eu à être discutée.
L'assortiment était varié, avec des entremets format mini, mais aussi des inclassables comme le délice caramel/chocolat et riz soufflé que je dénominerais plutôt comme un chocolat.
C'était DIVIN.
Il y avait notamment la classique tartelette citron meringuée qui était à en mourir de finesse.
La carte des thés était un peu plus restreinte, mais on y trouve largement son bonheur, d'autant que la plupart sont aromatisés.
La quantité quant à elle est amplement suffisante pour un quatre heures!
Les toilettes étaient propres mais sans plus, j'ai même trouvé un ticket de métro par terre, ça m'a fait drôle dans ce cadre!

Tea time pour une personne 48€

* Le Meurice
228 rue de rivoli

Qui ne connaît pas le national Cédric Grolet et son citron? Il est un peu partout avec son charmant minois, et décline sa création à tous les parfums, ou plutôt devrais-je dire, tous les fruits!
J'ai donc naturellement eu envie de voir ce que donnait le tea time!
La salle est grande et carrée, les tables ne sont pas très espacées, nous avons donc dégusté notre thé juste à coté de deux monsieurs pas très engageants et très bizarres. Nous étions contents qu'ils ne parlent pas français mais ce détail de proximité m'a un peu gênée!
J'ai trouvé la déco et surtout la tenture au plafond un peu kitsch. Sur le reste, j'ai adoré la table en marbre illuminée et la vaisselle avec des oiseaux et dorures.
Même si j'ai prévenu au dernier moment, ils disposaient d'options végétariennes pour la partie salée, et quelle option! Un vrai régal!




Pour le service, nous n'avons pas vraiment été choyés (à moins que je m'habitue?), mais nous avons eu à faire à une nouvelle recrue (que j'ai entendu se faire rouspéter dessus parce qu'il ne m'avait pas proposé de repose sac, le pauvre (s'ils savaient le prix du sac, j'avais peur d'abîmer le marbre et le tapis), et sommes arrivés alors qu'un client visiblement connu de tous était là. Résultat l'attention n'était plus très centrée sur nous autres lambdas, moi qui voulais montrer à doudou ce qu'était un service impeccable, j'avoue avoir été un peu déçue, mais dans une moindre mesure hein, c'était tout à fait acceptable.
La carte était riche de choix, et beaucoup de thés me donnaient envie, je me suis contentée d'un thé noir parfumé très savoureux. Comme dans les deux autres palaces, le thé est infusé à la perfection quand il nous arrive, pas de mauvaise surprise amère!
Doudou a opté pour un chocolat chaud, une onctuosité rêvée : c'est simple on aurait dit de la ganache qu'on diluait avec du lait.
Le tea time se compose de 4 sandwichs, 3 pâtisseries, et deux scones. En bonus nous avons eu droit à une petite madeleine qu'un pâtissier est venu nous porter, encore tiède à table. Il faisait le tour de la salle avec ses moules à la main, ça a donné un coté très humain à ce lieu, j'ai beaucoup aimé ce petit instant (d'autant que la madeleine défonçait complètement tout, pourtant c'était "juste" une madeleine).
J'ai ADORE la tartelette café, avec une pointe de sel . Je ne vous l'ai jamais dit mais le sel et moi en pâtisserie c'est la folie. J'en fous partout, et je l'aime un peu plus qu'en tant qu'exhausteur de goût.
Même amour pour le cookie caramel/chouchou a la texture gooey comme j'aime tant et à la touche salée en bouche.
J'ai calé ensuite, et ai demandé à emporter, ne voulant pas me gaver au lieu d'en profiter au chaud chez moi.
Les toilettes sont propres mais ressemblent à des toilettes dans le sens où on sent l'enchaînement de cabines (contrairement à la configuration des lieux du shangri la qui donne le sentiment d'être dans une suite :D). Le gros plus pour ceux qui osent, ce sont les cabinets à la japonaise qui te refont une beauté au derrière. Je n'ai pas osé, de peur de ne pas comprendre comment ça marche ou de hurler (de peur ou de rire?) en l'utilisant, mais c'est un luxe certain!

Le prix du tea time est de 48€ par personne, pas de forfait pour deux.

Bilan 

Si je devais résumer ce long pavé, c'est que si vous n'avez jamais osé vous rendre dans un palace par peur de vous sentir tout sauf à votre place, surtout foncez-y.
Si je devais départager les trois tea time, ma préférence va au Shangri la pour son service impeccable et la carte 100% végane qui mérite des lauriers.
Enfin, pour le prix, je dirais que les trois tea time valent le coup, on ne ressort pas le ventre creux et on peut y rester tant qu'on veut. Personne n'aura l'indélicatesse de venir vous virer, on n'est pas dans un restaurant miteux de bord de mer ;).

J'espère en tout cas que si vous êtes toujours là, vous avez trouvé cet article intéressant, et que vous revérez votre vision de ces lieux à demi magiques.
Je précise pour l'info que je n'ai pas gagné au loto, et que j'ai mis des sous de coté pour me rendre dans ces endroits et goûter à ces instants particuliers (sauf un où j'étais une très heureuse invitée!).
N'y voyez donc pas un article sponso sur une consommation complètement déconnectée de la réalité. J'ai eu conscience de lâcher presque une journée de salaire, mais je compte remettre ça et visiter les autres palaces parisiens, à commencer par le Gorge v et le Ritz! Ca fait goûter à de la pâtisserie haut de gamme, c'est une expérience très enrichissante ... Pour le palais!

Si vous avez visité certains endroits non mentionnés ici, n'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé :)

Bisou porté sur un plateau en argent

Délia ♥ qui n'aimerait pas s'habituer à tout ça tellement s'en émerveiller est bon

mercredi 2 novembre 2016

Brioche roulée cannelle chocolat et spéculoos

On continue donc l'embarquement dans la série "total foodporn", le genre de truc qui peut te faire devenir diabétique rien qu'à le regarder!


Le récent cake au chocolat était une mise en bouche de l'orientation des prochaines recettes sucrées du blog : chocolatées et un peu (trop) gourmandes.
J'ai attendu longuement que la période plus fraîche revienne pour ressortir de mes placards numériques toutes les photos et les recettes que j'avais concoctées durant l'année, mais qui n'étaient pas super appropriées au moment où elles étaient entrées dans la boîte.
Je ne sais pas pour vous mais moi, le chocolat, c'est surtout quand il fait froid!


Pour la brioche j'ai utilisé la recette que je vous avais déjà publiée ici, il s'agit simplement d'en changer la forme et de la garnir pour en faire une belle brioche roulée, sucrée et douce comme Nova (mais sans les poils).


La pâte de spéculoos est ce genre de produits qui se trouve dans la plupart des supermarchés et que je n'avais jamais acheté, jusqu'à atterrir à Amsterdam et me dire devant un pot (certainement plus mis en avant car plus ancré dans leur consommation que nous et notre traditionnel nutémerde) "Mais c'est génial ce truc!".
Depuis, je l'ai majoritairement étalé sur du pain chaud ou mangé à la petite cuillère. Le goût est ULTRA fidèle aux biscuits, et c'est végétalien. Bon, et bourré d'huile de palme aussi, mais certifiée durable, donc quelque part on a du mal à leur en vouloir autant que Nutella qui rase des forêts pour planter du palmiste.
Parenthèse réduite à néant, je précise qu'on peut très bien réaliser cette recette dans un moule d'une autre forme qu'une couronne, mais comme c'est rigolo, je n'ai pas résisté.
La sauce chocolat est également une option, mais comme vous le savez, rien n'est complet par ici sans sa sauce qui dégouline outrageusement, je pense donc que c'est une composante à ne pas négliger.


Pour une couronne de 7 ou 8 roulés (selon la taille que vous leur donnerez évidemment)

Difficulté : Médium (les pâtes levées sont cependant moins spontannées et il faut trouver ses marques)
Coût : €€ (à cause de la pâte de spéculos)
Temps de préparation : 30 Minutes
Temps de repos : 2 Heures


La pâte à brioche

400 g de farine
15 g de levure fraîche
270 g de lait végétal
60 g de sucre
1/2 cuillère à café de sel
85 g d'huile d'olive

La garniture

4 cuillères à soupe de pâte de spéculos
50 g de pépites de chocolat
quelques spéculos en miettes
quelques pincées de cannelle

Le coulis chocolat

120 g de chocolat
80 g de lait végétal (environ)



La pâte à brioche

1 * Mettez le sucre et le sel au fond de votre cuve, puis pesez la farine.

2 * On peut s'en passer, mais on peut également délayer la levure fraîche dans le lait végétal tiédi (pas plus de 35°C)

3 * Mélangez tous les ingrédients ensemble. Si vous réalisez le mélange au batteur, la pâte doit prendre de l'élasticité et se décoller des bords de la cuve.
A la main, le mélange doit prendre en force, vous devez sentir que la pâte résiste et se décolle de votre plan de travail et de vos doigts. Ca peut prendre un certain temps, ça vous fera les biscoteaux!
Il peut être nécessaire d'ajouter de la farine car la pesée peut varier très légèrement selon des critères qui m'échappent encore (la brioche a ses raisons que la raison ignore). Si vous voyez qu'au bout de plus de dix minutes de pétrissage le mélange colle, n'hésitez pas à y aller progressivement jusqu'à décollement.

4 * Boulez votre brioche puis laissez-la pousser pendant une heure environ, afin qu'elle double de volume. Si il fait frais chez vous (je veux dire, pour une brioche!), n'hésitez pas à la mettre au four à basse température (maximum 35°C), ça accélérera le mouvement.

5 * Une fois la brioche montée, dégazez là en chassant le gaz contenu dedans, et étalez là en rectangle en lui laissant une bonne épaisseur d'un centimètre et demi environ.
Etalez la pâte de spéculoos, disposez les pépites et le spéculoos en miettes, et découpez des bandes dans la largeur d'environ 7-8 cm de hauteur. Roulez pour obtenir des rouleaux et disposez dans le plat de votre choix.
Laissez lever de nouveau pendant une petite heure.

6 - Enfournez à 180°C pendant une vingtaine de minutes après avoir doré au lait végétal.

7 * A la sortie du four, laissez refroidir, démoulez, et après avoir fait fondre le chocolat avec le lait végétal, faites couler délicatement la sauce.


J'espère que cette recette vous plaira, elle est vraiment simple à réaliser une fois l'étape brioche passée, n'hésitez surtout pas à vous lancer!
Evidemment, la garniture peut très bien s'adapter à vos envies, et rien ne vous empêche de garnir avec une pâte à tartiner maison ou un peu de margarine, de sucre et ... De cannelle!




Je vous laisse, j'ai du chocolat à faire dégouliner

Délia ♥