jeudi 29 juin 2017

Le riz au lait à la noisette et à l'abricot : le sacré duo

Si je te dis abricot et noisettes, je suis certaine que ce n'est pas l'association à laquelle tu aurais vendu toute ton âme au diable sans lire les petits caractères, mais je t'assure que tu voudras y revenir sans réfléchir quand tu auras commencé à savourer sa toute puissance.

Je te préviens tout de suite, cette recette est hautement addictive et très simple à réaliser, et le coté original de l'association en fera un dessert parfait à proposer en fin de repas cet été!


La saison des abricots est assez courte, je te conseille donc d'en profiter rapidement.

Dans la recette tu verras que j'utilise du praliné noisettes, le mieux étant de le faire soi-même, ce qui en soi n'est pas ultra compliqué, mais il faut avoir un sacré robot (dont je ne dispose malheureusement pas), et je dois dire que j'ai enfin trouvé le praliné de mes rêves : celui de chez G detou à Paris, fabriqué à partir de noisettes du piémont.
Les noisettes du piémont c'est un peu comme les clémentine de Corse : c'est bien meilleur que les autres. C'est simple, c'est la noblesse de la noisette. Pas étonnant donc qu'on ait envie de se taper le pot entier à la petite cuillère. L'odeur est divine, on sent un léger grain qui croustille, c'est une vraie folie gustative, et comme c'est gras, ça fait saliver comme un bouledogue à babines longues.

Si vous connaissez quelqu'un à Paris, ou que vous êtes suffisamment près pour vous en procurer, je vous le conseille sans détour, d'autant que si vous aimez pâtisser, vous trouverez à peu près tout ce que vous cherchez et même un peu plus, malgré la taille assez menue de la boutique, du praliné, en passant par les colorants, les oléagineux un peu rares, les produits nobles de la pâtisserie comme le chocolat valhrona, du fondant, des épices ... de quoi faire tourner la tête des gourmets, un genre de bonheur des dames version gourmande.


Après cet épilogue de folie sur cette boutique (un incontournable selon moi quand on passe à Paris et que le sujet nous intéresse), je concluerais en vous disant que j'ai failli me rétamer comme une crêpe le jour où j'ai trouvé l'amour de praliné, et que j'ai envoyé le pot valser dans les airs, le tout à cause d'une rondelle de tomates, et sous le regard ébahi d'un passant et de sa petite fille qui a eu l'air de se demander quel genre de discipline artistique je pratiquais.
LA GRANDE CLASSE.

Mais j'ai sauvé le pot de praliné, donc plus de peur que de mal.

J'aurai donc chaudement mérité ce charmant dessert, pas vrai?
(et vous aussi pour m'avoir lue jusqu'ici).


Pour 4 grosses verrines ou 6 plus petites (j'utilise des verres ronds, mais des verrines permettront un repas moins copieux, parce que ça reste du riz et que ça blinde)

500 g de lait de riz-noisette-épeautre de chez Boneterre (j'ai pas d'action chez eux, c'est juste le meilleur lait végétal du monde, vous pouvez utiliser du lait de noisette pur, mais c'est plus cher il me semble)
50 g de riz rond à dessert
50 g de sucre
4-6 cuillère à café de praliné pur
300 g d'abricots
Une poignée de noisettes concassées

1 - Dans la casserole, disposez le lait puis le sucre, et remuez histoire de le dissoudre un peu.

2 - Ajoutez le riz, puis démarrez la cuisson à froid.
Lorsque le lait bout, baissez le feu très bas et couvrez, et en remuant régulièrement, poussez la cuisson jusqu'à 1 heure, pour que le riz soit bien tendre et cuit.

3 - Sans attendre, disposez le riz cuit dans les verrines, en prenant soin de déposer au coeur de chacune une cuillère de praliné de noisettes pur. C'est optionnel mais c'est bien meilleur.
Réservez au frais le temps que les verrines refroidissent.

4 - Détaillez les abricots à votre convenance (je les ai coupés en quarts) et disposez les sur le dessus du riz au lait.

5 - Si l'envie vous en dit, saupoudrez d'une pincée de noisettes concassées, éventuellement torréfiées pour en refaire sortir l'arôme.



Vous savez tout à présent, de cette recette qui a un pied dans l'été et un pied dans l'automne.

J'espère que ça vous plaira, et je radote, mais si vous réalisez une recette, n'hésitez pas à m'envoyer un message avec une photo de votre oeuvre sur deliaciouscakes@gmail.com , ce sera presque aussi bon que le praliné de noisettes.


Je vous laisse, j'ai un pot de praliné à aller sniffer.

Bien cordialement,

Délia ♥ qui songe à s'inscrire en désintox de noisettes du piémont

mercredi 21 juin 2017

Canicule = thé glacé : l'équation du premier degré pour te sauver

La fille disparaît pendant un mois et revient avec un article par jour, vous trouvez ça bizarre, bienvenue au club!

Je voulais juste vous dire que voilà, on est vraiment en période de canicule, et donc chaque degré de plus au delà de 38°C veut dire un demi litre d'eau à boire en plus.
Alors surtout, quand on atteint les 4 litres d'eau à boire, ça peut pas faire de mal de varier les plaisirs, juste un peu. Comme on arrête presque de manger avec la perte d'appétit qui va avec (sauf les glaces, mais ça compte ou pas?), on peut blinder son frigo de trucs frais et rapides soit à boire soit à manger.

Dans cette catégorie, on peut donc se faire un taboulé géant qui fera trois jours (parce que faire chauffer trois fois de l'eau pour la semoule, t'es pas prêt, je t'assure, en plus ça fait trois fois de la vaisselle, impossible par ce temps), et tu peux aussi te faire un grand saladier de thé glacé.




Ici évidemment je vais te proposer un thé glacé bien particulier, mais en fait le thé glacé ça peut se faire avec n'importe quel thé, et ce qui est bien c'est qu'un thé glacé ça ne devient pas amer. Donc tu peux mettre ton pire thé vert et t'auras un truc AU TOP.
Tu peux décider de le boire sans sucrer pour une boisson plutôt HEALTHY, ou d'y ajouter du sucre ou mieux, du sirop d'agave, parce que ça se dilue mieux et que c'est pas aussi raffiné.
On peut aussi y ajouter des fruits frais, qu'on peut gober en fin de verre, ou juste pour décorer, mais ce serait bien dommage de les laisser au fond comme des malpropres.

En fait leur seul désavantage, aux thés glacés, c'est qu'il faut y penser la veille. Comme mettre sa sorbetière au frais. Mais c'est une autre histoire que je vous raconterai un autre jour. Parce que même écrire sur un clavier ça fait suer par ces chaleurs. Et je suis certaine que lire des caractères en plus ça doit faire transpirer les globes oculaires.

On va dire que c'est le genre de recettes ultra simples mais je me rends compte que même les choses les plus simples ont parfois besoin d'être écrites pour être partagées et j'avais envie de vous partager ça ce soir, parce qu'on est bien d'accord que plus complexe, on se lance pas par 35°C.


Pour 1 litre 5 de thé glacé

2 cuillères à soupe de votre thé du moment (mais en vrac et bio c'est mieux), ici j'ai utilisé le rooibos fraise et vanille "l'élixir des petits lutins" des jardins de gaïa
1 litre 5 d'eau froide
Facultatif  : 3 cuillères à soupe de sirop d'agave
                      une dizaine de fraises bio

Mettez votre thé dans l'eau, soit directement dans le saladier si vous avez une passoire fine pour le filtrer ensuite, soit sans un filtre à thé tissu ou métallique dès le début.
Laissez infuser quelques heures au frais (l'excès n'est pas vraiment possible!), retirez le thé, sucrez à votre convenance et ajoutez quelques fruits frais si vous voulez le servir en cocktail un soir, entre copains.

Pensez à bien vous hydrater, et pensez à ceux qui ont tendance à ne pas boire assez : enfants, personnes âgées et mêmes animaux ! Leur mouiller les babines peut leur donner envie de boire et on peut hydrater les croquettes (aux animaux, évidemment, pour mamie et les loulous il suffit de leurs forcer un peu la main sur la boisson ;) !).


Bisous, je retourne dégouliner dans un coin, pas trop loin du ventilateur et de mon frigo.

Délia ♥ Version liquide.

mardi 20 juin 2017

Le désaltérant : Le cocktail frais à savourer tout l'été

Y'a un marronnier qui revient pas mal ces jours-ci (et en même temps on comprend hein), IL FAIT CHAUD (Putain de chaud même), et on à l'impression légère de dégouliner comme un glaçon posé en plein milieu du soleil du désert.
L'envie de mojito revient presque en même temps que le soleil chez moi (coïncidence? je ne pense pas!) mais vous en conviendrez qu'on finit rapidement beurré comme jamais quand il fait ce temps là, et c'est loin d'être malin sachant que l'alcool déshydrate. On ressemble tous à des pruneaux, c'est pas le coup d'aller s'en rajouter une bonne couche non?
En plus, il m'arrive un drôle de truc : chaque fois que je bois du rhum, j'ai mal aux cuisses et ensuite j'éternue. Passé le premier verre je n'ai plus ni goût, ni odorat, du coup je n'en bois rarement qu'un deuxième, et je suis condamnée à me moucher toute la soirée. 

Et puis au fur et à mesure, je me suis rendue compte que ce que j'aime dans les mojitos, c'est la fraîcheur de la menthe, l'acidité du citron vert et la touche légèrement sucrée qu'il contient, sans trop exagérer. D'ailleurs vous pouvez retrouver la recette du mojito sur le blog, en version pour les nuls, sans doses, sans ml et rien d'autres que vos yeux!

Ce cocktail, c'est votre ami si 

1 - vous vous mettez à chanter "et on fait tourner les serviettes" au premier verre (Shame on you, la danse des canards est tellement plus chorégraphique)

2 - Vous êtes enceinte (9 mois de galère en plus de pas pouvoir boire de bière, COURAGE SOLDAT)

3 - Vous ne buvez pas d'alcool pour des raisons qui vous sont propres et respectables (en plus vous êtes des Sam fantastiques, ne changez rien)

4 - Vous avez chaud (bienvenue dans la normalité)

Je pense avoir couvert 90% des possibilités avec ces quelques points, donc vous voulez forcément ce cocktail (cqfd).


Dans ce cas, il vous faudra

Un grand verre ballon type Gin (qui n'est pas forcément aisé à trouver mais qui vous permet de faire des verres plus grands (heureusement que ce cocktail ne contient pas d'alcool donc, sinon on serait déjà en train de faire tourner les serviettes)).
250 ml d'eau pétillante de votre choix (j'ai une nette préférence pour la san pellegrino)
Les feuilles de 2 belles tiges de menthe (en gros une quinzaine de feuilles quoi)
6 fraises bien savoureuses
5 cl de sirop de sucre de canne
1/2 citron vert bio (et éventuellement un peu de jus de citron vert type pulco si le citron n'est pas très juteux)
un peu de bitter (on en trouve avec les mignonnettes chez carrefour au rayon liqueurs, c'est ce qu'on met dans un grand nombre de cocktails).
Une belle dose de glaçons
Une paille (parce que tout est meilleur avec une paille!)

1 - Détaillez votre citron vert en quatre morceaux et déposez le dans le fond de votre verre après avoir pressé chaque quartier. Ecrasez à l'aide d'un pilon pour faire ressortir l'arôme du zeste.

2 - Rincez votre menthe et frappez là contre votre paume, ça libèrera ses arômes! Déposez là sur son lit de citron vert.

3 - Coupez vos fraises en deux en ayant pris soin de retirer les pédoncules.

4 - Ajoutez des glaçons pour remplir les 2-3 du verre.

5 - Ajoutez l'eau pétillante et le sirop de sucre de canne, puis quelques gouttes de bitter.

C'est prêt! 


Cette boisson sera pour sûr l'amie de vos soirées caniculaires! 

Si vous avez un petit bout de balcon ou de jardin, la menthe est ce genre de choses qui pousse comme de la mauvaise herbe. Je ne peux que vous conseiller de la planter, ça vous permettra de ne jamais manquer, juste en cas de canicule surprise.

Je vous laisse, j'ai cocktail.

Bisous ! 

PS : j'espère que vous n'avez rien remarqué de mon absence, je suis en plein déménagement, j'ai un peu de mal à tout concilier, mais j'ai des tas de bonnes choses pour vous ici!

Délia ♥