mardi 28 février 2017

Snickersette : la tarte caramel, chocolat et cacahuètes

Cette tarte contient à peu près 12500 fois trop de gourmandise pour une seule personne ou un groupe de personne réduit.
Elle fait référence à la célèbre barre snickers, qui est un symbole de pornfood mais aussi de trucs franchement pas très fait maison. Mais put*in que c'est bon hein?!


Du coup je me suis dit qu'après tout, ce qu'on aime dedans, c'est l'association de saveurs, et pas forcément les saloperies qu'on met avec, ni l'empire économique lobbiste qui la vend.
Alors j'ai pris le taureau par les cornes (ou le fouet par la main, c'est selon), et je suis partie avec l'idée de créer un dessert avec ce trio gagnant complètement dégoulinant.


De ce brainstorming éclair, est née, une tarte. Parce que tout est bon sous le format d'une tarte.
Parce que la pâte qui croque, c'est une dinguerie avec tout ce caramel et ce chocolat qui dégoulinent et fondent allègrement dans la bouche. Et si après ça tu n'es toujours pas décidé, tu peux tomber sur une cacahuète façon chouchou (chouuuuchouuuuu quiii veut des chouchouuuuus?).
Tu seras converti aussi vite qu'un mec qui aurait vu une soucoupe volante aux petits hommes verts.


Le pire dans tout ça, c'est que c'est assez rapide à faire, et que c'est un dessert de ceux qui feront jouir vos invités de plaisir (tous autour d'une table, façon orgie, juste sous vos yeux). Vous entendrez les mouches voler pendant la dégustation, et ça vous voyez, ça n'a pas de prix, le silence gourmand. Enfin si, juste une tarte quoi.
(mais pas n'importe quelle tarte, la snickerette quoi mon gars!)


Du coup sortez les tambours, les clochettes, les trompettes, et accueillons comme il se doit la recette génialissime de la snickerette, qui sera de toutes les fêtes (réussies)!

Pour une tarte au format carré de 20 cm de coté, ou l'équivalent d'un cercle de 18 cm de diamètre.
Pour un moule à tarte traditionnel, n'hésitez pas à doubler les quantités de garniture (uniquement, avec la pâte vous aurez assez), pour vous adapter à la profondeur du moule.


La pâte sablée (recette tirée du livre tarte gourmandissimes de Eric Kayser)
Cette recette vous donnera suffisament de pâte pour réaliser deux tartes, n'hésitez pas à congeler le reste pour un usage ultérieur ;-)

110 g de beurre
50 g de sucre glace
25 g de sucre en poudre
25 g de poudre d'amandes
1 oeuf
185 g de farine

1 - Sablez le beurre avec les deux sucre et la poudre d'amandes.

2 - Ajoutez l'oeuf, puis enfin la farine, sans trop mélanger pour ce dernier ingrédient, il faut simplement que ce soit amalgamé mais pas trop travaillé.

3 - Mettez au frais pour 2 heures environ (si vous êtes pressées, balancez ça un coup au réfrigérateur, vous verrez, ça marche aussi (sauf si vous l'oubliez et vous devrez attendre que ça décongèle quoi)).

4 - Foncez alors votre tarte, dans un cercle, un carré, ou même on moule à tarte si vous n'avez pas de cercle (ce qui est peut-être fort probable si vous n'êtes pas équipé pâtisserie).

5 - Cuisez à 160°c pendant une vingtaine de minutes en surveillant la coloration, avec des poids (haricots secs si vous n'avez pas de poids spécifiques à l'usage four, vous pouvez les réutiliser pour plusieurs cuissons), et surtout un papier sulfurisé.


Le caramel fondant

102 g de sucre
15 g de beurre demi sel
83 g de crème liquide
40 g de cacahuètes non salées (quoique, ça peut donner du punch à votre tarte!)


1 - Faites chauffer le sucre avec juste un peu d'eau pour l'humidifier. Faites bien colorer le caramel, sans excès pour ne pas développer son amertume mais suffisamment pour qu'il ne devienne pas trop clair en le décuisant.

2 - Décuisez avec la crème liquide que vous aurez pris soin de réchauffer avant pour éviter des projections trop importantes. N'hésitez pas d'ailleurs à prendre une casserole assez grande car sinon vous risquez le débordement à cette étape du processus (et je vous assure que frotter toute ses plaques de cuissons collées au caramel, ça peut vous tuer un homme).

3 - Cuisez jusqu'à 108°C, ni plus, ni moins. Cette température assure une consistance idéale pour le caramel, qui sera fondant et non coulant, et surtout pas trop dur!


4 - Coulez dans votre fond de tarte et étalez. Répartissez vos cacahuètes sur la surface du caramel.


La ganache

200 g de chocolat au lait
130 g de crème liquide
10 g de miel ou de trimoline (sucre incristallisable utilisé pour conserver le moelleux de la ganache une fois refroidie)

1 - Faites bouillir la crème avec le miel/trimoline.

2 - Versez sur le chocolat réduit en copeaux.

3 - Coulez sur le fond de tarte et le caramel et réfrigérez.

(sans déborder)


Les chouchous

20 g de sucre
7 g d'eau
50 g de cacahuètes
Facultatif mais plus simple : une pincée de beurre de cacao en poudre

1 - Faites chauffer ensemble le sucre et l'eau, jusqu'à obtenir un sirop.

2 - Hors du feu, ajoutez les cacahuètes. Le mélange va "masser" : votre sucre va blanchir et devenir tout dur et entourer les noix.
Remettez sur le feu et remuez de manière régulière pour enrober tous vos chouchous en devenir du caramel qui se forme petit à petit.

3 - Lorsque tous les fruits secs sont bien caramélisés (n'essayez pas non plus d'atteindre la perfection, ce serait bête de tout faire brûler ;-) ), ajoutez votre beurre de cacao poudre, ça aidera à décoller les cacahuètes les unes des autres! Sinon vous vous en sortirez quand même, mais n'attendez en tout cas pas que le tout soit froid pour les séparer les unes des autres!


La décoration

Faites fondre un peu de chocolat et à l'aide d'un petit cornet ou d'une très petite douille, réalisez des traits sur le dessus de votre tarte.
Ajoutez alors vos cacahuètes caramélisées. C'est prêt!


N'hésitez pas à laisser le reste des chouchous dans un petit bol à l'usage de vos invités, sauf si vous en recouvrez toute la surface, à vous de voir ;-) !
Enfin, j'ai très envie de végétaliser cette recette, je reviendrai certainement vers vous avec la recette quand j'aurai pris le temps de la réaliser (et surtout de la poster!).

Avouez-moi tous vos travers gourmands, qui sait, peut-être que ça peut se homemadiser, ou mieux, se véganiser!

Je vous laisse, j'ai des essais de cake à concrétiser.

Bisous doux

Délia ♥


jeudi 23 février 2017

Hygge : Le syndrôme Gilles de la tourette version bonheur nordique

Je crois que je suis passée à coté de tout ce bouquin comme je suis passée à coté du délire healthy. Genre BIEN BIEN à coté.
A moins que ce ne soit parce qu'il n'y a pas de "dedans" dans ce livre qui est un condensé d'air de 287 pages, relié dans une jolie couverture.


A vrai dire, je ne vais pas vous le cacher, j'ai trouvé ce livre trivial, creux et ultra matérialiste.

J'aurais du me douter que comme la majeure partie des modes, ça glisserait sur moi comme un filet de morve du nez d'un enfant de deux ans. Vert, gluant et presque fascinant dans son domaine d'activité.

J'étais pleine de bonnes intentions en achetant le bouquin. La couverture te vend le mode de vie nordique comme un modèle de bien-être, chose que te confirme l'introduction.
J'ai tourné les pages et longuement cherché un point sur lequel m'accrocher, en espérant avoir une lueur divine sur les moeurs de nos frères du Nord (pas ceux de Calais, un peu plus haut).

Arrivée page 52 j'ai compris que je n'en tirerais rien.

Page 54 j'avais une irritation oculaire face au syndrome Shtroumpf. En fait, dans ce livre, c'est comme dans les shtroumpfs sauf que c'est Hygge ou Hyggeligt.
Si tu veux dire "allons nous promener dans les bois" tu diras en shtroumpf " allons shtroumpfer dans les bois" et en Hygge : "allons nous faire une hyggeligt promenade dans les bois".
Aussi irritant que la déesse intérieure d'Anatsasia dans cinquante nuances de grey (toi même tu sais (ou peut-être pas, mais si tu aimes les répétitions alors tu devrais le lire)).


Pour en parler plus en profondeur, ce livre est tout ce que je trouve contraire au bonheur.
Il montre le mode de vie des danois, certes.
Sauf que les danois vivent d'une manière bien particulière selon leur météo (capricieuse et pas très heureuse) et leur pays.
On te dit donc globalement dans les trois quarts du livre comment être heureux de manière socialement correcte... Au danemark.

Le reste du temps, on tente de te faire comprendre que si tu es malheureux, tu sentiras rapidement le Hygge en achetant 252 bougies, en les allumant toutes (au pire tu te fais cramer dans ta baraque et tu seras plus jamais malheureux, ça se tente), en faisant du thé, en ayant un rebord de fenêtre Hyygeligt avec des coussins et un plaid, et en mangeant des bonbons (là aussi tu auras des chiffres sur les kilos de bonbons ingérés par les Danois).
Que du très concret tout ça!


Ce que j'ai trouvé presque oppressif dans ce livre, c'est qu'il est dans l'injonction.
Et qu'il exclut presque systématiquement le bonheur seul. Il semblerait que simplement apprécier un rayon de soleil en marchant dans la rue après avoir fini sa journée de travail ne soit pas suffisamment Hygge, et que pour ça il faille retrouver des amis (4 étant apparemment le chiffre optimal, double date time), faire tous à manger ensemble (et la vaisselle aussi, parce que le hygge est très équitable), et se blottir sous un plaid en silence, après s'être éclaté la panse, à la lueur d'une cheminée avec une tempête dehors (parce que la tempête, c'est très Hygge, promis).

Là où je veux en venir, c'est qu'on dirait que ce livre est une vision unique et très étriquée du bonheur.
C'est presque culpabilisant si tu n'aimes pas les bougies, ni le thé en fait. Ni les gens.
C'est encore une fois une vision imposée, normée.
Ce n'est pas spirituel, ce n'est pas un condensé de bonnes idées.
C'est un mein kampf de "comment être une personne heureuse bien formatée".

Et pour moi, le bonheur, c'est tellement personnel et immatériel que je trouve ce livre insultant au concept d'être heureux.


Je m'en vais essayer de finir les dernières pages de ce bouquin diabolique qui me fait rire nerveusement chaque fois que je croise le mot (ou un dérivé) hygge (à peu près 17 fois par page).

Si vous voulez investir 14.95€, je vous conseille de vous acheter tout ce qui vous rendra heureux ... Sauf ce livre ;-)

Bisous heureux

Délia

mercredi 22 février 2017

Airbnb : Le bon plan pour voyager l'esprit léger

Je n'ai jamais voyagé en hôtel. Petite, mes parents louaient via particulier à particulier, histoire d'avoir toujours des prix inférieurs à des agences de location ou des hôtels (et puis aussi parce qu'ils réservaient toujours au dernier moment).
Je me suis donc habituée, très naturellement, à passer par des particuliers plutôt que des professionnels pour m'occuper de mes vacances.

Quand j'ai été en âge de voyager, j'ai commencé par partir au camping, mais me suis vite lassée du coté "volumineux" de ce départ en vacances, n'ayant que des petites voitures de ville pas vraiment adaptées à tout ce foutoir, ni même au stockage des trucs de valeur (#teamtwingo).
C'est donc à ce moment que j'ai commencé à passer par Particulier à particulier. Seulement j'ai vite trouvé que les prestations étaient assez limitées et souvent vieillottes. Nous avons eu pourtant de bons contacts avec nos hôtes (coucou Jacques!) mais les locations n'était pas vraiment exceptionnelle et souvent sommaire.


Et puis un jour, un copain m'en parle. C'était il y a longtemps, au moment des prémices de airbnb, quand personne ne connaissait encore. Je me souviens que j'avais trouvé ça bizarre et que ça me rendait méfiante.
Nous avons loué une première location à Rennes, chez Erika. Nous avons été conquis d'office.
Il faut dire que l'appartement avait fait l'objet d'une sélection drastique de notre part!

Pour moi, les avantages de Airbnb sont multiples, en voici une petite liste qui vous décidera peut-être à partir via ce site pour vos prochains séjours. Mais ce n'est que mon avis! (ce retour d'expérience est le résumé de 6 départs via le site, en France et à l'étranger, je pense que c'est donc suffisant pour juger du sérieux de la chose ;D)

1 - Réservation tardive

Avec doudou nous sommes des professionnels de "tiens, et si on partait demain?", ce qui serait assez difficile à faire avec des hôtels ou même d'autres sites.
Là, on réserve, parfois même sans validation de l'hôte nécessaire, et roule! Au mieux, nous avons toujours réservé 2 semaines avant notre départ, et les hôtes sont très réactifs. Autrement, la demande est annulée automatiquement passé un certain délai (24 heures il me semble), ce qui vous permet donc de rapidement vous tourner vers un autre logement.


Chez Charlotte, à Brossay, non loin de Saumur. On prend le petite-déj?

2 - Voyager partout dans le monde

Parce que particulier à particulier est assez restreint, avec airbnb on peut voyager à l'étranger sans souci. Des milliers de locations sont disponibles, prêtes à vous accueillir partout dans le monde!
La communication est simple, l'anglais vous permettra d'échanger les informations capitales et moins capitales avec vos invitants.
Nous n'avons jamais eu de souci, notamment à Amsterdam, avec nos hôtes qui parlaient pourtant le néérlandais.
Généralement, des petits fascicules sont laissés à disposition pour permettre de comprendre le fonctionnement des éléctroménagers ou de la vie sur place, avec des précisions sur des lieux à découvrir, ou même ... Comment nourrir le chat :D ! (oui, oui, certains hôtes laissent leurs chats aux voyageurs, vous pourrez admirer certains félins grâce aux  hashtag #airbnbcats)


La jolie Juul, qui n'avait droit qu'à 50g de croquettes par jour, ni plus, ni moins.


3- L'assurance de conformité

Que ce soit par le fait que Airbnb se déplace dans beaucoup des lieux mis en ligne, ou de par les avis laissés par les précédents invités ... On sait rapidement à quoi l'on se frotte.
Je pense que tout le principe réside sur ces commentaires d'ailleurs, car aussi bien les hôtes que ceux qui séjournent sont notés selon des critères précis, et il est assez simple en un coup d'oeil d'évaluer la crédibilité de la personne qu'on a en face : de 1 à 5 étoiles, ou même jusqu'au sésame suprême du golden host.
On sait exactement où on part, quelles sont les commodités, et on peut pousser plus loin (si l'on ne veut pas garder la surprise) en lisant les commentaires sous le descriptif.
Nous n'avons été déçus qu'une seule fois, avec un hôte qui était tout neuf sur le site. Prise de location dans un endroit crasseux, chaleur étouffante sous les toits, descriptif qui ne mentionnait pas certaines choses, autant dire que nous ne recommencerons pas à louer ce sur quoi nous n'aurons pas de certitudes!


C'était plus que conforme ça, on est d'accord?


4 - Assistance en cas de litige

Airbnb repose sur une base de confiance, en proposant un assurance aux hôtes mais aussi aux visiteurs! Si le bien n'est vraiment pas conforme, airbnb se porte garant du remboursement selon des conditions clairement établies ici . Cette transparence en cas de litige a un coté rassurant, je n'ai d'ailleurs pas entendu d'histoires hallucinantes à ce sujet, si c'est le cas faites-le moi savoir!

La facilité lors de la démarche

Parce que le site gère les transactions financières, une fois inscrit, vous n'avez rien d'autre à faire que d'envoyer un petit message pour expliquer à l'hôte pourquoi vous souhaitez venir en visite chez lui, et vous n'avez pas à gérer une seule seconde le coté financier.
Lors de l'inscription, il est nécessaire d'avoir un compte facebook, votre carte d'identité, et de vous prendre en photo à coté.
Ensuite vous rentrez vos informations bancaires et ce fait, vous n'aurez plus à y revenir.
Ca devient donc très facile de partir, et ça rend les relations entre hôte et invité beaucoup moins financières et plus cordiales, car on retire le coté "chèque" ou "espèces" que je trouvais un peu étrange via particulier à particulier.
On choisit, on clique, on fait les valises!


Les murs délavés de Highfivestraat, à Gand.

5 - Des prix vraiment attractifs

Quand on compare le prix d'une chambre d'hôtel, et celui d'un appartement complet ou d'une chambre d'hôtes, ça n'a rien à voir.
On dispose parfois d'un logement entier, ce qui permet de faire la cuisine à "domicile" et donc de ne pas dépenser trop d'argent dans les restaurants.
Nous n'avons jamais payé plus de 95€ par nuit, et nous avons très souvent eu la sensation de vivre dans le luxe.
Je ne cache pas que nous choisissons toujours des prestattions supérieures à notre appartement : plus grand, bien situé, bien décoré, avec baignoire ...
Je trouve vraiment que les prix sont très abordables, à Rennes nous n'aviosn payé que 50€ par nuit pour un appartement génial avec toutes les commodités.
IMBATTABLE!



Les sommets de Gand, entrelacés de câbles de tramway.


6 - Des prestations de folie

Nous poussons souvent des petits cris de joie en prenant nos locations. Les photos ne sont pas toujours fidèles aux volumes, et comme ce n'est pas précisé sur le descriptif, nous trouvons souvent les lieux immenses!
Nous constatons toujours que les appartements sont plus jolis en vrai qu'en photo, et parfois, ce sont les hôtes qui sont extraordinaires.
Nous avons commencé notre aventure airbnb avec Erika, qui était tout simplement adorable et nous a accompagné en Bretagne via sms pendant tout notre séjour.
Récemment, nous avons eu un coup de coeur pour Charlotte et son beau domaine horticole. Une femme très douce, cultivée et passionnante avec qui nous avons partagé quelques heures de conversations. Sans doute n'aurions nous pas autant aimé notre passage dans son domaine si elle n'avait pas été si présente et agréable!


Bons baisers de Bruges, Version carte postale.

7 - Le sentiment d'être comme à la maison

Parce que souvent, l'hôtel offre un confort sommaire (mon dernier souvenir en Ibis budget sans brosse à chiottes m'a laissé pantoise), on est dans du sur mesure quand on part via airbnb.
La plupart des locations mettent à disposition le linge de lit et de douche, la cuisine est toute équipée, on dispose du wifi, d'un sèche cheveu, et parfois même de produits de première nécessité comme la papier toilettes, le gel douche et le liquide vaisselle.
Ca simplifie tout. Pas de surcoût lié à ces menues dépenses qu'on est souvent obligés de faire dans d'autres circonstances, tout est déjà prêt, comme si on rentrait chez soi!
On prend rapidement ses marques, nous prenons beaucoup de plaisir à nous approprier les lieux, et tout y est fait pour que ce soit le cas.
Dans notre dernière location, il y avait même des plaids partout dans le salon ... De quoi se reposer au chaud, lovés sur le canapé, après des belles journées de visites! (sans parler de la superbe baignoire dans laquelle on a bien barboté, la douche à l'italienne au quotidien, c'est bien, mais un bain de temps en temps ...)


Un peu d'amour pour toi, au coin d'une ruelle de Bruges.

Je précise à toutes fins utiles que je n'ai pas fait ce billet dans le cadre d'un sponsor (je pense que mon blog n'intéresserait franchement pas airbnb :p) mais qu'il s'agit d'un retour d'expérience, car j'ai remarqué qu'assez peu de gens utilisent ce moyen de location pourtant si avantageux.

Et vous, vous partez souvent via airbnb?
N'hésitez pas à partager vos expériences!

Bisous doux

Délia ♥ mais ou ira t'on la prochaine fois?


mercredi 15 février 2017

Nouilles de riz et bouillon du dragon aux champignons et blettes

(spoiler : je n'ai pas mis de dragon dans ce plat)

Un peu de salé ça vous va?

Non parce qu'à force vous allez chopper des caries rien qu'à venir fouiner par ici, je ne voudrais pas vous faire perdre de l'argent durement gagné pour vous faire passer sous le bistouri de vos gentils docteurs qui retapent la devanture!


Je pense sincèrement avoir plus ou moins l'expérience d'un bulot corse (?) en nourriture asiatique, je pense donc que ce plat est plutôt l'idée que je me fais de la bouffe asiatique que de la vraie bouffe saveur Asie.
Mais j'ai quand même le sentiment d'avoir mis ensemble des trucs qui ont une saveur qui y fera penser. Entre la sauce soja, les shiitakes, le gingembre, et les nouilles de riz, on devrait pouvoir quitter le pays du pinard et du camembert au moins l'espace de quelques bouchées.

Du coup je vous propose d'embarquer, dans un pays situé entre mon imagination, votre palais, et l'Asie.
Promis, c'est pas du low cost !


Pour 2 personnes 
Difficulté : Facile
Temps de préparation : 30 minutes environ

90 g de nouilles de riz
Un petit bouquet de côtes de blettes
150 g de shiitakes
1/2 cube de bouillon (le mien est un khalo aux champignons, mais un légumes fera l'affaire)
1 cuillère à soupe d'huile neutre végétale
2 cuillères à soupe de sauce soja
1 cm de gingembre pressé pour l'arôme


1 - Faites cuire les nouilles de riz, selon le temps indiqué sur le sachet et égouttez-les.

2 - Faites chauffer 1/2 litre d'eau avec le bouillon, puis ajoutez vos blettes détaillées. La base croquante doit être assez petite tandis qu'on déchirera simplement les feuilles qui cuiront plus rapidement.
Pressez votre gingembre pour n'en extraire que le jus ; vous pouvez le faire dans les pressoirs à ail, ça fonctionne bien et ça évite de retrouver des morceaux dans votre préparation (croquez dans du gingembre, vous comprendrez votre douleur).

3 - Faites revenir vos shiitakes dans une poêle avec l'huile. Laissez les dorer un peu et déglacez avec la sauce soja.

4 - Ajoutez alors tous les ingrédients au bouillon et laissez cuire quelques minutes, juste pour permettre aux arômes de se mélanger.

5 - Servez chaud dans un bol, avec des baguettes, juste pour faire vraiment comme si c'était en Asie (mais prévoyez quand même des couverts si vous savez pas manger avec, ce serait bête de rester sur le quai pour le voyage au pays du soleil levant).


Et puis c'est tout.

Si éventuellement vous le souhaitez, vous pouvez ajouter quelques dés de tofu nature marinés dans de la sauce soja, histoire d'en faire un plat plus protéiné.
Il est également possible d'ajouter de l'algue kombu à votre bouillon pour lui donner plus de cachet. Je n'en avais pas quand j'ai réalisé cette recette mais ce sera délicieux!

Je vous embrasse.

Délia ♥ qui espère un jour en maîtriser un peu plus de la cuisine asiatique

jeudi 9 février 2017

Pourquoi devenir végétarien?



1 - Parce que t'aimes pas la viande

Ca peut paraître couillon dit comme ça, mais après tout, si tu n'aimes pas la viande, pourquoi essayer de te forcer hein?
Après tout on n'a jamais forcé personne à manger des choux de Bruxelles (bon, si, ok ta maman une ou deux fois peut-être, mais c'est tout!), pourquoi ce serait le cas avec cet aliment en particulier?

2 - Parce que t'as pas les ronds

La viande est la plus grosse dépense des ménages pour l'alimentation, même si sa part, elle, est en baisse constante, il n'en demeure pas moins que c'est ce qui est le plus cher dans le panier moyen français (20% du total).
La tendance est de plus en plus forte, mais malgré tous leurs efforts pour compresser ce budget (augmentation de la consommation de volailles et de viandes transformées, dont des plats préparés, et baisse de celle de la viande rouge), la plupart des ménages réduisent leur consommation globale de viande.
Si certains le voient comme une privation et un signe de pauvreté, est-ce que ce ne serait pas le bon moment d'alléger son porte-monnaie en diversifiant le contenu des assiettes? ;-)


3 - Parce que ta religion

On sait que les pratiquants musulmans ou juifs ont des impératifs alimentaires sur les modes de mise à mort de par leur religion, mais certaines religions comme le bouddhisme semblent impliquer, pour certains, la non consommation de viande. J'ai été me renseigner à ce sujet et il semblerait qu'aucune obligation n'existe concernant ce point mais que beaucoup de pratiquants du bouddhisme y ont recours car sont contre la violence, y compris celle faite aux animaux, et voient la consommation de chair comme contraire à l'empathie et au respect du vivant.
J'ai d'ailleurs appris que les moines n'ont pas le droit de produire eux-mêmes leur nourriture car ils risqueraient de blesser des êtres vivants dans ce processus.
L'inde par exemple est végétarienne à 35% (lacto végétarienne, car les indiens ne considèrent pas ceux qui mangent des oeufs comme végétariens car ils tuent de potentiels êtres vivants), et ça découle directement des différentes religions pratiquées sur place comme l'hindouisme et le bouddhisme, toujours dans cette veine de non violence et de "respect impérieux de tout ce qui vit".

4 - Parce que tu ne peux pas en acheter de la bonne

Tu peux très bien manger de la viande mais refuser de manger de la merde (c'est pas incompatible).
Par manque d'accès à de la viande dont ils jugent la qualité suffisante, ou même parce que c'est trop cher pour eux d'accéder à la qualité dans laquelle ils souhaiteraient mettre leurs euros, certains préfèrent s'abstenir et n'en consommer que très rarement.

5 - Parce que c'est so 1950

C'est vrai, tu voudrais pas passer à coté de la tendance de la décennie non? ;)
Malgré le coté très "en vogue" du végétarisme, c'est une vraie lame de fond qui soulève la stratosphère gourmande!
De nombreux chefs, conscients des problèmes écologiques et éthiques que la viande met en exergue (ça, et la tendance à ne disposer que de viande de qualité discutable et en baisse), ont pris le virage, se faisant ainsi précurseurs sur ce terrain encore vierge dans la gastronomie française.
Alain Ducasse et Joël Robuchon par exemple, n'ont pas attendu  bien longtemps avant de saisir la barque.
La consécration a été le Bocuse d'or, qui pour fêter ses 30 ans d'existence, faisait la part belle au végétal avec une assiette sans produit animaux.
Après ... Si tu veux être has been, c'est ton problème, mais on t'aura prévenu ! ;-)


6 - Parce que la viande provoque de la souffrance animale

Bien loin de l'image d'une petite vache qui a vécu dans son champs et qui meurt tranquillou, l'industrie de la viande est une industrie à l'éthique désastreuse.
Je précise qu'il existe certainement de petites exploitations qui ne pratiquent pas un élevage aussi intensif (bien que j'aie vraiment, vraiment, du mal avec le concept de viande heureuse, mais c'est pas le thème aujourd'hui ma bonne dame!), mais ne nous leurrons pas s'il vous plaît. Dans nos grandes villes, au supermarché, la viande achetée provient d'exploitations gigantesques où l'animal n'est rien d'autre qu'un bien à durée de vie limitée qui est là pour assurer une rentabilité maximale.
Entre les mauvais traitements, les espaces de vie restreints, l'enfermement, l'absence de vie sociale, l'existence des animaux d'élevage n'est pas une thalasso ou un weekend au club med.
Et si ça ne suffisait pas de vivre chichement, les animaux finissent leur existence dans des abattoirs, dont je ne vous dépendrai pas l'ambiance (la mort quoi, si vous voulez en voir plus vous trouverez ce qu'il vous faudra pour ne plus jamais voir un steak de la même manière sur le site de la l214, c'est pas mon fond de commerce mais certains en ont besoin).
Je tiens à préciser que bio ou non, les animaux subissent les mêmes traitements corporels et n'ont pas de législation plus favorable concernant le bien-être. Et en plus ils finissent dans les mêmes abattoirs que les autres animaux. Des lieux qui n'ont plus rien de bio et qui sont juste des chaînes de mise à mort où, à peine assommés, les animaux sentent l'odeur de la mort, l'entendent, jusqu'à la vivre eux-mêmes.
On dirait que je grossis le trait mais les conditions imposées par la loi sont ridicules (et pas franchement simples à trouver, il est plus aisé de se renseigner sur les possibilités de prêts et d'aides financières de la part de l'état et de l'UE que sur la condition d'élevage... #moneytime). Dans une volonté de ne pas vous noyer de chiffres et de ne pas devoir différencier bio de non bio, je vous dirais simplement qu'au maximum, un mâle d'engraissement aura 5m² pour 350 kg d'imposé.
Ils ont accès à l'extérieur mais là encore, entre le fait qu'ils soient habitués au confinements, et le fait que c'est dérogeable selon les périodes (hiver et engraissement),... C'est pas la folie quoi.
On est d'accord, ce ne sont que des minimums, mais on se doute bien que les moyens limités des éleveurs et les questions de rentabilités ne doivent pas favoriser des espaces plus importants... Ni une détention plus agréable.


7 - Parce que la viande créé des inégalités

Chaque graine qui est consommée par un animal est une graine qui n'est pas consommée par un humain. Loin de moi l'idée de penser qu'un animal mérite moins de manger qu'un humain, mais le fait est qu'on provoque volontairement des naissances d'animaux pour nourrir nos appétit pantagruéliques de chair.
On considère actuellement que si tout le monde devenait végétarien (on est d'accord, ça n'arrivera jamais et il y aurait certainement plein de choses à réfléchir en conséquence), on pourrait nourrir 15 milliards de personnes avec les terres cultivables actuelles, sachant qu'on est seulement 7 milliards. Quand on sait qu'une personne sur 9 souffre de la faim dans le monde soit 795 millions, on se dit que ce serait rapidement résorbable non?
La logique paraît simpliste, mais les chiffres sont parlants.
Le fait est qu'il faut de grandes étendues pour produire de la viande, entre 6 et 17 fois plus que pour produire du soja. Je n'ai pas trouvé de chiffres pour toutes les céréales et légumineuses, mais on est bien d'accord que déjà, de base, on nourrit beaucoup plus de monde avec 1kg de riz qu'avec 1kg de viande.
On oublie également que l'eau devient, ou est en passe de devenir une denrée excessivement rare, mais qu'on en utilise un max pour 1- faire pousser des végétaux de 2- qu'on donne aux animaux de 3 - qui ne représenteront jamais toute cette quantité d'eau qu'on a utilisée.
Ce qu'il faut retenir, c'est que pour pouvoir manger de la viande à foison dans nos pays, on prive certains habitants de la terre de nourriture en quantité suffisante.


8 - Parce que la viande est un désastre écologique

En lien très fin avec le point précédent, la viande est responsable d'une grande partie de la déforestation, 80% en Amazonie pour te donner une idée.
La cause? On rase, pour planter des végétaux qui serviront à nourrir le bétail par la suite.
Si tu as déjà entendu parler du soja et de l'argument "c'est bien beau d'être végétarien mais le soja, c'est la déforestation incarnée", sache que le soja destiné directement à la consommation humaine représente environ 6% de la production dans le monde.
Quand on sait que 70% du soja Mondial est OGM, il est surtout d'office destiné à l'alimentation animale, puisqu'entre les législations et le fait que les sous produits au soja soient surtout vendus sous label bio, en tout cas ici, le coté OGM n'est pas très vendeur.

L'autre talon d'Achille de l'industrie animale, ce sont les gaz qu'elle dégage. Sans rire, on parle aussi des émissions de méthane dues aux flatulences de nos amis les ruminants, mais pas que. On comprend aussi la production, le stockage et le transport des aliments destinés à nourrir les animaux, mais aussi le transport des animaux, et enfin, leurs histoires gastriques.
A elle seule, la production de viande à l'échelle mondiale représente selon les différents chiffres trouvés entre 14 et 24 % de l'émission des gaz à effet de serre.
Si c'est pas genre un truc de ouf ma parole!

Evidemment, on n'oublie pas de parler de la pollution des sols, de l'appauvrissement des terres,
pollution globale quoi. L'épandage des matières organiques pose aussi des problèmes, et fait l'objet d'un bon paquet de réglementations.

Un bilan un peu mitigé tu ne trouves pas?



9 - Parce que la viande n'est pas forcément bonne pour la santé

Avant de continuer, je vais préciser que c'est son excès qui est mauvais, mais je vais tout de suite l'annoncer : on en consomme généralement à l'excès.
Les recommandations du pnns (plan national de nutrition et de santé) sont complètement déconnectées de toute notion de santé puisque trop liés à l'industrie agricole française pour être sincères (y'a qu'à voir les recommandations pour les produits laitiers).
Par contre, ce qui est certain, c'est que la viande transformée est mauvaise. L'oms le balançait comme une bombe déguisée en ballon au milieu d'un jardin d'enfants l'an dernier : les viandes transformées telles que les saucissons, jambons et compagnie sont cancérogènes de manière certaine, tandis que l'on constate une corrélation forte entre la quantité de viande (surtout la viande rouge) consommée et le taux de cancer colorectaux.
N'oublions pas également que la viande rouge consommée à l'excès augmenterait le risque de maladies cardiovasculaires.
En somme, je ne vous dis pas que personne n'a failli crever de l'excès d'autre chose (de tofu, ou de houmous), mais pour sûr, compte tenu de l'omniprésence de la viande dans la cuisine, pas toujours évident de savoir où se situe la limite entre le raisonnable et des quantités jugées dangereuses. Surtout quand ceux qui sont censés nous conseiller sur ça sont grassement influencés par les lobbys les plus puissants du pays.

10 - Parce qu'on peut très bien se passer de viande

Même si par nature nous sommes omnivores (n'en déplaise à Gary yourofsky), nous avons la capacité de vivre en très bonne santé et en pratiquant des régimes végétariens et même végétaliens : c'est même confirmé par des études très sérieuses!
En effet, nous pouvons trouver absolument tous les nutriments utiles au fonctionnement de notre corps en arrêtant de consommer de la viande (pour le reste des produits animaux, il ne restera que la vitamine B12 à avaler en compléments). Après tout, la viande, c'est quoi? Un petit tas de cellules en putréfaction, contenant vaguement du fer, des protéines et pivoilàa hein. D'autant que la cuisson supprime une grande partie du fer de la viande et que de fait, la viande rouge est une des viandes les plus chères et pas des plus consommées.
De surcroît, on retrouve du fer dans de nombreux aliments du règne végétal, pas de quoi mettre le feu au lac parce qu'on arrête de se faire griller des entrecôtes.
Tous les omnivores ne sont pas en pleine forme et dépourvus de carences, il ne faut pas oublier que la plupart de ceux qui se posent ces questions ne sont pas nécessairement en excellente santé car omnivore ne veut pas dire équilibré. Alors pourquoi s'en inquiéter plus sans?
Parce que quelque part, on s'est fait bercer par le plan de nutrition toute notre vie et qu'on sort du cadre de la normalité !
D'ailleurs, ce dernier vient de revenir sur ses recommandations concernant la consommation de viande, comme quoi, y'a que les imbéciles (ou ceux qui craignent moins le lobby de la viande? ou craignent l'opinion publique? je ne sais plus ...) qui ne changent pas d'avis!



Bon, et si tu n'es toujours pas convaincus qu'il y  a un bien fondé dans le végétarisme après ça, moi je ne sais plus quoi te dire!
;-)

Si cet article n'a pas pour unique vocation de convaincre, j'espère qu'il aidera éventuellement à comprendre des proches qui auraient décidé de devenir végétariens et dont les motivations t'échapperaient.
Secrètement j'espère que ça aura aussi apporté un outil de réflexion à mûrir pour d'autres, et éventuellement l'envie de faire un petit pas et de réduire votre consommation actuelle : pour vous, pour la planète, pour les animaux, et pour les autres humains!

Je vous laisse, je vais sauvez le monde aujourd'hui (encore).

Bisou végétarien (avec une tige de persil coincée entre les dents de devant)

Délia ♥ meatless since 2014 :-)

Sources : Soyatech
Simargi.com
www.who.int
www.viande.info
wikipedia
www.insee.fr
www.boudhisme-universite.org

dimanche 5 février 2017

Passionnément : l'entremets de saint-valentin framboise et passion

Je vous parle de Saint-Valentin parce que c'est une super occasion en or massif de vous parler de mon moule en forme de coeur (que je vous montrais déjà dans un précédent article).
Mais en vrai, je ne la fête jamais sachant que le 16 février, on s'est embrassés pour la première fois avec mon cher et tendre doudou (à croire qu'il restait un peu de poussière de saint-valentin dans l'air hein!).

Alors ouiii c'est une fête commerciale, et en plus on n'a pas besoin de ça pour se montrer qu'on s'aime, ce avec quoi je suis ENTIEREMENT d'accord.
Mais disons que c'est comme noël : un peu une occasion en plus de se faire plaisir, de s'offrir des trucs si on en a envie et les moyens, et de mettre en avant et sur un petit piédestal, l'amour.
Rien que ça.

Je ne sais pas pour vous, mais moi, cette année je fête mes cinq annuités avec doudou. C'est un quart de mon âge.
Quand on s'est connus, j'étais encore en Ressources humaines et je mangeais parfois chez Quick.
Maintenant on a notre appartement, Nova, et encore beaucoup d'amour à revendre (et il faudrait me torturer pour me faire manger un burger de chez quick).
Ca se cache dans sa main qui prend la mienne quand je croise des scouts (j'en ai une peur bleue, c'est irrationnel, me demandez pas pourquoi (et je vis à Versailles, siège social de la société scout de tout l'univers)), il fait tout bien la vaisselle même quand c'est mon tour parce que je suis fatiguée, il met le carton sur le pare-brise en allant fumer sa clope pour pas que je gratte le givre en partant bosser. et il me fait couler une bonne tisane quand il sent que je suis collée dans le canapé à la glue et que j'ai besoin de réconfort.
Il conduit tout le temps parce que ça me saoule de le faire, et en plus je lui fais des réflexions quand il freine brusquement (je suis la pire), et même qu'il s'occupe de toujours savoir quel épisode de quelle série vient de sortir. Et aussi d'allumer la télé et la régler parce que je sais même pas comment ça fonctionne vraiment.
Il rigole même encore à mes blagues pouraves, et tous les jours il me sourit fort en me disant que j'suis la plus belle et qu'il m'aime.
Et mon coeur il fond comme de la neige au soleil.

Alors bien sûr, il a des défauts.
Il ne sait toujours pas où se rangent les poêles dans le placard, il ne penserait pas à lancer une machine (sauf si il n'a plus de slips, là c'est alerte rouge et tu le vois s'affairer avec la lessive et tout), il n'a genre aucune mémoire, il déteste la paperasse (ce genre de gars qui n'a pas de carte vitale et qui s'en tape, c'est lui), et il garde ses fringues qui ont des trous (même les caleçons dans lesquels on pourrait passer un bras (je vous laisse vous charger d'imaginer le reste et mes crises de fou rires)).
Il fume, ça lui fait une haleine de chacal du désert, et il est associable dans 95% des endroits où on va.

Tout ça pour dire que je crois que le plus important, c'est de trouver un fier équilibre entre les qualités qu'on adule et les défauts qu'on tolère.
Parce que s'aimer ce n'est pas toujours se comprendre ou être pareils. C'est juste être bien ensemble, faire des compromis quand il y en a besoin, s'écouter, se respecter, et se serrer fort dans les bras quand les mots sont épuisés ou n'en disent plus assez pour exprimer ce qu'on ressent.

(et là c'est le moment où tu te dis que la meuf elle est pas accro qu'au sucre et aux chats hein).


Tout ça pour vous dire que ce gâteau pour moi représente la passion. Parce que l'amour peut être passionné, aussi.
Du coup, quoi de mieux que la saveur exotique et la framboise, douce et pétillante? Comme un grain de malice!

Cette recette est végétarienne, puisqu'elle ne contient pas de gélatine mais de l'agar agar, et elle est simple à réaliser car elle contient deux produits que vous pouvez vous procurer chez Picard.
En effet, il est assez difficile de trouver des purées de fruit, alors j'opte souvent pour des coulis de fruits, et je m'arrange pour modifier la quantité de sucre contenue dans la recette. Ca simplifie l'achat et ça ne change rien au résultat.
Pour la pectine Nh, vous en trouverez dans des enseignes comme Zodio (si vous n'en avez pas près de chez vous, je vous plains, sincèrement, c'est comme le paradis mais sans la gratuité), mais aussi dans les pharmacies qui en vendent parfois, ou sinon vous pouvez essayer de demander à votre pâtissier préféré, pas forcément dit qu'il en ait mais je ne pense pas qu'il rechignera à vous en vendre 10 g !
C'est un gélifiant d'origine végétale qui donne une texture encore différente de l'agar et de la gélatine. Entre le gélatineux et le plus solide, ça fait penser à une sorte de compotée.

Si vous voulez impressionner votre moitié, c'est le moment de lui sortir le grand jeu ! ;-)

Et d'ailleurs en parlant de jeu ... Avec la complicité de la boutique des chefs, je vous propose de gagner ce moule! Si toutefois vous voulez l'acheter vous pouvez le trouver sur la boutique.
Pour participer au concours et tenter de remporter le coeur qui fera battre votre estomac, rendez-vous sur ma page facebook ! :-)


Entremets passionnément, à partager avec ceux qu'on aime (même si c'est pas doudou hein).
(les proportions sont calculées pour ce moule, il vous faudra multiplier la recette (surtout celle de la mousse, le reste étant à mon avis suffisant) pour garnir un cercle plus traditionnel qui aura une contenance plus importante)

L'insert framboise

100 g de coulis de framboise
2.5 g de pectine NH
10 g de sucre

1 - Mélangez ensemble le sucre et la pectine. C'est important pour ne pas avoir de grains de pectine dans votre mélange.

2 - Faites chauffer votre coulis avec le mélange pectine et sucre puis coulez dans le votre cercle ou bien dans l'emporte pièce prévu à cet effet dans le kit du moule coeur. Mettez au congélateur pour 2 heures minimum.

Le biscuit vanille

1 oeuf
75 g de farine
70 g de sucre
35 g de beurre
5 g de lait
2 g de levure
Quelques gouttes d'arôme vanille
Une pointe de couteau de colorant en poudre rose, ou bien quelques gouttes de  son homologue liquide

1 - Mélangez les oeufs et le sucre avec le beurre pommade.

2 - Ajoutez votre farine mélangée à la levure, puis détendez avec le lait, et ajoutez l'arôme vanille et le colorant rose. Il est tout à fait facultatif mais c'est la saint valentin pas vrai?
Eventuellement, si c'est l'été quand vous ferez cette recette, vous pouvez parsemer le biscuit de framboises!

3 - Coulez dans un cercle de taille supérieur à votre emporte pièce coeur (ou bien dans un cercle tout court si vous n'avez pas ce moule!) et cuisez à 170°c pendant 14 minutes.

La mousse passion-mangue

20 cl de crème liquide à 30% minimum
200 g de purée mangue- passion (de chez picard pour ma part)
2/3 de cuillère à café d'agar agar

1 - Montez la crème liquide en chantilly mousseuse mais pas non plus trop ferme.

2 - Mettez 50 g de purée à cuire avec l'agar agar en fouettant vigoureusement au départ (vous pouvez éventuellement ajouter quelques grammes de sucre pour éviter les grains, comme pour la pectine), puis mélangez au reste de la purée lorsque le mélange a bouilli.

3 - Laissez légèrement tiédir (mais pas trop non plus, l'agar prend à une température supérieure à la gélatine, vous risqueriez d'avoir des surprises !) et mélangez avec la crème montée, délicatement.

4 - Coulez une partie de la mousse dans le fond du moule, puis déposez votre insert (que vous aurez pris soin de démouler avant de commencer votre mélange pour la mousse). ajoutez le reste de la mousse, puis posez le biscuits par dessus.
Mettez au congélateur pour quelques heures voire toute une nuit.

Le glaçage framboise

125 g d'eau
35 g de sucre
7,5 g de pectine NH
7.5 g de citron
33 g de coulis de framboise

Faites bouillir le sucre et l'eau avec la pectine, puis ajoutez le citron et le coulis.
Réservez jusqu'à ce que le mélange atteigne 35°C et glacez votre entremets encore congelé à l'aide d'une grille et d'une réceptacle situé en dessous.
Vous pouvez éventuellement repasser plusieurs fois en récupérant le glaçage en trop, mais évitez de faire comme moi et de vous retrouver avec une couche trop épaisse.


Vous n'avez plus qu'à servir! Avec une coupette de champagne et des bougies ... Ou à vos copines, devant un bon film et un vase de cosmo ou de mojito ! ;-)

Sur ce, je retourne imaginer des desserts. Mon premier grand amour, c'est quand même la pâtisserie! (désolée doudou!)

Bisous doux

Délia ♥