mardi 7 mars 2017

Curry de ta vie

J'ai pensé que le nommer sobrement serait une bonne idée, mais je suis désolée, je n'ai pas pu.
J'ai encore son goût entre les babines et c'est sous le coup de l'émotion culinaire que je vous écris.

Y'en a dans la vie, ils essayent de trouver des remèdes contre le cancer, ou une solution pour réduire la fonte de la glace au pôle.
Moi je suis moins globale mais j'ai des causes à défendre aussi, comme trouver la recette des sauces de mon restaurant indien.
Parce que depuis que j'ai mangé là-bas je les soupçonne fortement d'additionner leurs plats de drogue dure. Pas une semaine ne passe sans que j'aille dévorer leur dahl de lentilles, en sniffant l'odeur de leur encens, le tout dans des gamelles métalliques qui sont aussi lustrées à la drogue, j'en suis sure.
La seule raison qui me donne envie de ne pas les dénoncer à la police, c'est qu'ils partiraient en prison direct et que du coup je ne pourrais pas survivre sans, vu que j'ai pas été en cure de désintox.


La nourriture indienne s'est donc hissée d'un coup, propulsée devrais-je dire, au top un inégalable de la nourriture que je pourrais manger à tous les repas.
Quelle chance en plus de se dire que l'on y trouve facilement des plat végétariens pas vrai?

Cette recette est donc de fait, végétarienne, car dans un souci de fidélité, j'ai utilisé du ghee (beurre clarifié traditionnellement utilisé dans la cuisine indienne, qu'on trouve en magasins bio).
Après, rien ne vous empêche de ne pas en utiliser et de le remplacer par de l'huile végétale, juste histoire d'avoir un corps gras.

Après avoir tant cherché ce qui donnait ce petit plus à la recette de mon restaurant ... J'ai fini par trouver la réponse.
Il faut prendre grand soin de préparer ses épices. Moi qui les avais toujours vues comme des produits finis à ajouter tel quel, le curry m'a appris que non.
Car tout le secret de cette recette, c'est de faire dorer ses épices. Pour les torrefier et libérer leurs arômes, presque caramélisés.
C'est divin.
Ca, et un roux coloré.
Et là, d'un coup, tu sentirais presque le parfum de l'encens, et le bruit métallique de la cuillère cuivrée, de ton restaurant indien préféré.

Me manque plus qu'à comprendre comment ils font pour avoir du riz aussi parfumé et j'aurai percé tous leurs secrets! ;-)


Pour 2 personnes

Une grosse pomme de terre cuite (qui traînait dans mon frigo, autant dire que parfois, le hasard te met des trucs dans les mains et tu composes)
Une demie grande boîte de pois chiches (ou une petite)
4-5 feuilles de blettes
2 cuillères à café de concentré de tomates
2 cuillères à café de ghee ou beurre clarifié (à trouver en magasins bio et dans certains rayons du monde de grandes surfaces traditionnelles)
1/2 cuillère à café de cumin
1/2 cuillère à café de coriandre moulue
1 cuillère à café bombée de pâte de curry (attention, certaines contiennent des crevettes)
2 cuillères à café de farine
1 boîte de lait de coco
1 cup d'eau (230 ml environ)
1/2 cuillère à café de sel
1 gousse de cardamone
De la coriandre fraîche


1 - Dans une casserole qui n'accroche pas (essayez pas, je l'ai fait pour vous, une casserole ikea à la poubelle haha), mettez vos ghee à fondre, puis ajoutez les épices et faites les revenir à feux vif. Le but est de développer les arômes puissants et toastés! Nul besoin que ça dure des heures.

2 - Ajoutez la farine, puis, laissez chauffer pour obtenir ce qu'on appelle un "roux". C'est la même chose que quand on fait une béchamelle, sauf que là, on laisse colorer légèrement en remuant pour éviter que ça ne brûle dans le fond de la casserole.

3 - Ajoutez alors le lait de coco et l'eau, comme on déglacerait en cuisine française avec du pinard ou de la crème liquide, et ajoutez le reste des ingrédients (détaillez les feuilles de blettes en petits tronçons pour la partie blanche, et grossièrement déchiré pour les feuilles), sauf la coriandre.
Cuisez pendant une dizaine de minutes, à couvert, pour bien imprégner tous les arômes et ramollir les blettes, à feu moyen.
Après ce temps et si vos blettes sont tendres, retirez le couvercle et laissez épaissir ; il doit rester du liquide, mais la sauce doit devenir plus épaisse et consistante.
Si d'aventure votre verdure fait de la résistance, n'hésitez pas à ajouter un peu d'eau et prolonger la cuisson en couvrant de nouveau.

4 - Servez le curry, avec de la coriandre fraîche, éventuellement des nans, et du riz.

5 - KIFFEZ BIEN.


Astuces : pour éviter de perdre votre concentré de tomate, soit vous prévoyez d'en utiliser dans les jours suivants et recouvre la surface d'huile, qui protègera du rancissement, soit vous congelez ça en portions. Pour ma part, j'ai fait des petites cuillères, que j'ai congelé sur une feuille de papier sulfurisé et que j'ai rangé dans une petite boîte.
Comme ça, on ne risque pas d'en envoyer la moitié à la poubelle ;-)



Alors ce curry, il vous dit?

A ceux qui se demandent, l'indien pour lequel je vendrais ma peau, c'est le Golden Benghal, avenue des états généraux, dans la rue de la gare des chantiers, à Versailles. 
Ne vous arrêtez pas à sa déco un peu rustique, pénétrez dans cet endroit qui cache bien son jeu : s'arrêter à ça serait comme ne pas lire un livre à cause de sa couverture!


Mille bisous

Délia ♥ reine du curry


19 commentaires :

  1. Les bons currys sont définitivement addictifs, je les adore aussi tellement !
    Le tiens me semble excellent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A tord j'ai pensé pendant longtemps que les currys n'étaient que des trucs mélangés avec du curry, ce mélange d'épices que je ne tiens pas trop dans mon coeur.
      Quelle erreur !! Des années à éviter ça alors que c'est tellement la vie!

      Supprimer
  2. Hummm, il a l'air trop bon ton curry! Je vais l'essayer!
    Sinon, tu peux essayer de le faire sans base de roux. Il n'y a pas besoin de la farine pour que les currys au lait de coco epaississent bien.
    (Et si un jour tu as le temps, essaye un curry de potimarron -en rajoutant un peu de gingembre frais rape- c'est trop bon :-) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai essayé, et effectivement, ça fonctionne très bien ! :D

      Supprimer
  3. Ah, le dhal curry, j'adore! Au Sri Lanka, j'en mangeais 3 fois par jour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je pars dans ce genre de pays, je rentre avec un supplément, mais pas pour les bagages, pour la graisse que j'aurai collé sur moi, partout :p

      Supprimer
  4. J'ai un curry prévu au menu cette semaine, je vais tacher d'utiliser les résultats de tes recherches ;)

    RépondreSupprimer
  5. ca a l'air trop bon ! petite question, la pate de curry s'ajoute avec les épices au tout début avant de faire "rotir" le tout ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais en fin de rotissage ;) Sinon ça a tendance à brûler :)

      Supprimer
  6. Merci bien de partager avec nous cet article .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais de rien, j'espère que ça servira à d'autres qui sont aussi dans la quête du curry parfait!

      Supprimer
  7. Le curry c'est vraiment la vie aha :) Merci pour cette merveilleuse recette :)

    Bisous, Lisa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais de rien Lisa! Et je plussoie complètement ta première affirmation ! :D

      Supprimer
  8. Voila, je l'ai fait! Il etait super bon! Franc succes du cote de mon mari aussi! Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouette!! :)
      Faudrait être difficile pour ne pas y succomber ceci dit ... ;)

      Supprimer

Exprime toi ici mon petit, c'est free!