vendredi 11 août 2017

17%

"Aujourd'hui, papa et maman s'agitent. Je sens qu'on va partir en vacances. Et moi j'aime bien les vacances : on part à la plage, on joue dans la mer, on court dans le sable, on s'allonge au soleil et on respire l'air marin.
L'an dernier, j'ai même eu le droit de lécher un peu de la glace à la vanille de papa ; c'était bon et froid, je m'en souviens encore comme si c'était hier.

Ils sont pressés, ils n'arrêtent pas de me repousser avec agacement quand je leur saute dans les jambes pour leur dire combien je suis content d'enfin retourner voir le bleu de l'océan, alors je reste sage. Maman peste, elle finalise les derniers préparatifs et force un peu le coffre pour faire entrer les derniers bagages ; papa dit qu'elle en emporte toujours trop.
Je ne l'ai pas vue prendre mon goûter, j'espère qu'elle pensera à m'en acheter un un sur les airs d'autoroute quand on s'arrêtera faire pipi, parce que j'ai un peu faim. J'adore quand on fait des pauses, ça sent les croissants et le café chaud.

Sur la banquette arrière je regarde défiler le paysage, il fait beau, le ciel est bleu et je rêve déjà aux grains de sable qui croqueront sous ma dent en rentrant de la plage, ou ceux qui se coinceront dans mes oreilles.
Personne ne parle dans la voiture, maman et papa ont l'air contrariés, ils ont mis le son de la radio un peu fort mais je n'ose pas leur dire car je sens que ça pourrait leur déplaire alors je décide de faire une sieste, tant bien que mal.

Je suis réveillé par les bras de papa ; ça doit être l'heure de la pause! Je suis content de me dégourdir les pattes!
Papa me laisse libre, sans laisse, je prends le temps de trouver un bel arbre confortable, mais il n'y en a pas beaucoup.
Soudain, je me retourne, et j'entends crisser les pneus de la voiture. Je cours à perdre haleine derrière la voiture, en aboyant, mais ils ne m'entendent pas, ils sont déjà trop loin.

Il fait chaud, j'ai soif, et je suis triste et apeuré. Papa et maman vont certainement revenir me chercher, quand il se seront rendu compte que je ne suis plus dans la voiture.

La nuit commence à tomber, je n'ai pas bougé d'un cil.
Mon ventre gargouille à en faire blêmir un orage. J'ai un peu froid et je suis terrifié; des petites bêtes me grimpent dessus, je ne comprends pas. Je n'ai pourtant pas mangé le chausson de papa depuis longtemps.
Je n'ai pas fait pipi sur le tapis depuis des années.
Hier encore, papa me lançait la balle rouge qui fait *couic*. J'étais heureux, eux aussi, enfin je croyais ...

Silencieusement, je rabats mon museau entre mes deux pattes, pour essuyer quelques larmes que je n'arrive pas à ravaler devant l'évidence : ils m'ont abandonné. Comme le chien dans la télé.

Je ne reverrai jamais l'océan, mais pire encore, je ne sais pas si je réussirai à survivre seul. J'ai peur, j'ai perdu tous mes repères et j'ai mal dans le coeur. Je ne pense qu'à une chose, retrouver mon papa et ma maman.

Je les aime, et ils me manquent."

museau de chat


Je suis profondément choquée d'apprendre que cette année, les chiffres concernant l'abandon ont encore gonflé. J'ai entendu ce 17% au milieu d'une émission radio, et j'ai trouvé ça énorme.
Je me dis parfois que ceux qui mangent de la viande ont une vision différente de la mienne concernant leur steak, soit, mais comment peut-on abandonner un animal qui nous aime et qu'on accueille, comme une vulgaire chaussette trouée?
Un être aimant, sensible, qui sait ressentir la moindre once de désarroi au fond de nos yeux, qui n'est pas capable de méchanceté et sera toujours là pour nous?

Je ne conçois pas qu'en 2017, rien ne soit appliqué légalement pour punir ceux qui abandonnent leurs animaux, parce qu'ils sont trop bruyants, trop vivants, trop gloutons, trop poilus, pas assez câlins, pas assez joueurs, pas assez petits, plus assez mignons.
Un animal est un membre de la famille. Pas un jouet, pas un objet. Pas un effet de mode.
C'est une responsabilité, on signe pour une vie, la sienne : pour la rendre belle, et douce, pour partager des moments de joie et de peine, ensemble.
C'est surtout un coeur énorme qui sentira la lame froide de l'abandon le pénétrer, comme une mort lente et douloureuse et un vide qu'il sera difficile de combler.

Moi ce que je crois, c'est que toi, qui laissera ton animal sur le bord d'un chemin pour partir en vacances ou même pour une autre raison, tu laisses aussi ton âme et ton humanité, sur ce rebord de route solitaire.

Merci à toutes les associations qui essaient de redonner des couleurs au quotidien de ces êtres qui n'ont rien demandé, douloureusement abandonnés sans raison.

Délia ♥ le coeur en mille morceaux








10 commentaires :

  1. J'ai les larmes aux yeux en lisant ton texte.... c'est horrible! J'ai toujours trouvé ça horrible, ces gens qui abandonnent leur animal. Et maintenant que j'ai mon petit Nimbus, je suis folle de rage!
    Cette année j'ai réservé mes vacances bien avant de savoir qu'on allait adopté un chaton et un peu avant mon départ, j'ai listé les solutions: voir si les locations acceptaient les animaux (1 sur ... pas de bol), faire garder le chaton par mes beaux-parents (pas possible) et puis avoir une armada de nounous pour jouer avec Nimbus et le nourrir tous les jours. Bref mes deux premières solutions n'étaient pas bonnes... bah j'ai continué de chercher au lieu de laisser mon chaton à l'abandon.
    Et je ne pense pas que le régime alimentaire influe sur ce sujet (je mange de la viande). La connerie est universelle.
    En tout cas je suis bien d'accord avec toi, il faut punir les personnes qui maltraitent les animaux. Ces comportements ne sont pas acceptables!
    Cœur sur toi et ton bel esprit!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai mis presque un mois à te répondre, j'en suis NAVREE ...
      Je comprends même pas qu'on puisse composer sans : un chat c'est la famille non mais!
      Non mais, je faisais le parallèle parce que ça touche aussi à la cause animale ;)
      J'aimerais que quelques humains compatissants suffisent, mais j'ai le sentiment que ce n'est pas pour demain qu'on légiférera sur les animaux et leurs droits : ils viennent à peine d'être reconnus comme autre chose que des meubles !!
      <3

      Supprimer
  2. Quelle horreur ! :'( C'est énorme comme chiffre ... Mais les gens veulent des animaux mais pas les contraintes qui vont avec, c'est vraiment n'importe quoi ... La petite histoire que tu as mise au début de ton article m'a tellement émue ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi ne pas choisir une peluche hein? ;)
      Moooh, c'était le but, moi aussi elle m'a émue en l'écrivant, je trouve la détresse animale touchante, dénuée de mauvaise intention et particulièrement crève coeur.

      Supprimer
  3. Ton texte m'a mis les larmes aux yeux, j'imaginais cette petite boule de poils perdue au milieu de nulle part, apeurée...
    Je ne comprends pas ces gens, assez cons pour adopter un petit animal sur un coup de tête, vite abandonné quand "l'attrait" est passé. Parfois, c'est vrai, le genre humain me dégoûte.
    Heureusement que quelques personnes dédient leur temps à s'occuper d'eux et les remettre sur pied

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai fait qu'imaginer, je pense sincèrement qu'il faut que ces gens réalisent combien des animaux sont attachés à leur maître et combien l'abandon est effroyable pour eux.
      Le seul malheur, c'est qu'il existe des tas d'humains mauvais, et que les animaux, pourtant neutrees sur ce point, dépendent entièrement de nous :(

      Supprimer
  4. Non, ce n'est pas parce que les gens mangent du steak qu'ils ont une vision différente, loin de là. Je pense d'ailleurs que le végétarisme et l'abandon/la torture des animaux sont des choses bien, bien, mais alors bieeeen différentes. Mais ce n'est pas le propos ^^

    Nous avons déménagé au Pays de Galles et malgré que ce soit assez difficile d'amener son animal là-bas jamais je l'aurai abandonné! Alors puisque les avions ne le prenne pas, l'eurostar ne le prend pas, nous avons trouvé une solution: la voiture et l'eurotunnel. 16h de route, et pas mal d'argent pour pouvoir amener cette petite boule de poil mais je ne regrette absolument pas car je ne me voyais pas partir sans, ni même le laisser à ma mère indéfiniment. Et pour les vacances, on trouve une solution; un week-end en amoureux? Une amie passe vérifier que tout va bien et remplir sa gamelle. 3 jours en famille? Nous avons fait "échange d'animaux" avec mon frère, nous avons amené sa chienne avec nous et lui est passé vérifier que notre chat allait bien, lui a donné à manger. Et il y a même des hotels pour animaux, ou des petsitters! Ce que je veux dire c'est que l'on peut (selon moi) toujours trouver une solution, et même si cette solution coûte de l'argent eh bien elle vaut le coup car comme toi je pense que nos animaux sont des êtres aimants, sensibles et qui nous rendent souvent beaucoup plus que ce qu'on leur donne.
    Mais tu vois, il y a quelque chose qui me gêne aussi. Il y a des gens qui, faute de pouvoir s'en occuper, donne leurs animaux et ces gens là, bien souvent, trop de monde les juge. Alors oui, un animal ce n'est pas pour 1 an, 3 ans ou un instant mais il faut se dire que certaines personnes ne donne pas leur animal de gaieté de coeur et sont malheureuses de devoir le donner mais elles au moins, ne l'abandonnent pas.
    L'abandon est impardonnable pour moi, c'est d'une telle lâcheté! Laisser des animaux seuls et qui ne comprennent pas ce qui leur arrive me révolte. Ce chiffre est monstrueux, tout comme les gens qui font ça. C'est une solution de facilité qu'ils prennent et ça me scandalise de voir des gens avec si peu de responsabilité, nous devrions faire quelque chose pour empêcher cela, trouver une sorte de punition pour responsabiliser les gens puisqu'apparemment il n'y a que ça qui marche. Mais tu sais, je ne suis pas sûre que ça arrive de si tôt. L'animal vient tout juste d'être considéré comme un être et pas un meuble alors pour l'abandon... J'ai espoir mais voir ce chiffre me rend triste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que ce point a tilté pas mal de personnes :-)

      Pour moi pas de non solution, la plus extrême étant de ne tout simplement pas partir. Mais jamais de la vie je ne laisse mes bébés. Je les aime tellement!!
      Il y a abandon et abandon. certains cas sont compréhensibles, d'autres impardonnables, partout il faut voir des nuances, la vie n'est pas toute noire ou toute blanche :)

      Comme dit, je n'ai pas non plus d'espoit pour que ça change rapidement. La vérité, c'est que ce ne sont que les punitions qui feront changer d'avis alors que ça devrait être normal...

      Supprimer
  5. Moi aussi, ça me brise le cœur à chaque fois de penser qu'il y a des gens qui vont abandonner cet être vivant qui les aime de tout son cœur. J'ai un chien de 55kg très énergique, un peu encombrant donc, mais la question de n'est pas posée quand on est partis en vacances : évidemment qu'on l'emmène ! Et quand vraiment on ne peut pas l'emmener, l'abandonner ne nous a jamais effleuré l'esprit : on trouve toujours un proche ou, au pire, un chenil pour nous le garder quelques jours. Abandonner un animal, ce n'est pas une solution de dernier recours quand on ne sait vraiment plus quoi en faire, c'est la solution des enfoirés sans cœur qui n'ont en fait rien à faire de leur animal et n'ont pas envie de s'embêter avec ce genre de détail... J'espère que les gens qui font ça en perdent le sommeil... mais malheureusement, ça m'étonnerait... :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais me dire qu'il y a un moyen de leur faire changer de manière d'être mais c'est peine perdue. Quand tu commets ce genre d'actes, tu laisses une partie de ton âme.
      Pour moi y'a des trucs, si tu l'as fait une fois de sang froid, c'est que ça fait partie de toi!!

      Evidemment qu'on trouve toujours une solution, mêmesi ça coûte cher et même si ce n'est pas comme ça qu'on l'avait prévu ! ...

      Supprimer

Exprime toi ici mon petit, c'est free!